PUERICULTRICE

Soins aux enfants : le retard de la France pointé du doigt...

Laurence Rossignol a annoncé le 15 novembre dernier son plan d’action pour la petite enfance. La ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes a simplement omis d’évoquer les infirmiers puériculteurs. Cela parait d’autant plus étonnant que ce plan s’inscrit dans un contexte particulier pour les IPDE : rapport Giampino sur les modes d’accueil et la formation des professionnels, mouvement unitaire du 8 novembre… La profession souhaite enfin être reconnue à la hauteur de ses compétences. Encore faut-il qu’une volonté gouvernementale aille dans ce sens.

enfant triste

Plan d’action pour la petite enfance : les compétences des IPDE ignorées par Laurence Rossignol

Dans son dernier rapport publié en avril 2015, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) affirme que 19 074 infirmiers puériculteurs exercent actuellement dans le système de santé. Il s’agit ainsi de la première spécialisation infirmière en matière d'effectifs, présents dans tous les secteurs médico-sociaux. En ce qui concerne les établissements d’accueil de jeunes enfants (EAJE), un autre rapport publié par la DREES indique que plus du tiers des directrices d’EAJE sont des infirmières puéricultrices. Ce rapport indique également que trois quarts des établissements n’ont pas de personnels formés à l’accueil des enfants en situation de handicap… Triste constat pour leur intégration, qui montre aussi l’intérêt d’un IPDE au sein de la structure, de par leur formation sanitaire et leur connaissance des difficultés que peuvent rencontrer ces enfants.

Le rapport Giampino sur le développement du jeune enfant, les modes d’accueil et la formation des professionnels est venu renforcer ce constat. Il indique que les IPDE sont en nombre particulièrement insuffisants actuellement, notamment pour assurer les directions d’EAJE. La situation est aussi variable pour la Protection Maternelle et Infantile (PMI) où le nombre d’IPDE varie selon les départements de 3 à 156 pour 10 000 naissances.

Le rapport Giampino souligne également que la réingénierie du diplôme des IPDE doit être terminée, compte tenu de l’importance de l’approche puériculture dans les modes d’accueil. Le nouveau programme de formation, proposé par l’ANPDE et le CEEPAME et finalisé depuis 2009, reste encore en suspens au ministère de la santé.C’est donc dans ce contexte de réflexion sur la petite enfance que Mme Rossignol a annoncé le 15 novembre dernier son plan d’action pour la petite...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)