PUERICULTRICE

Prématurité : favoriser aussi le lien père-enfant

En France, on compte plus de 60 000 naissances prématurées chaque année. Pour que les pères puissent s'investir pleinement dans leur rôle, tout autant que les mères, six étudiantes puéricultrices souhaitent réunir ces familles conçues un peu plus tôt que prévu ! Pour ces nouveaux-nés prématurés, et leurs parents qui le sont devenus prématurément, elles lancent un projet participatif pour recueillir des fonds. Le but : améliorer la prise en charge des nouveau-nés prématurés en apportant à leur famille une possibilité de se retrouver « comme s’ils étaient à la maison ». Explications.

bébé prématuré hôpital

Réunir la famille de ce nouveau-né conçue un peu plus tôt que prévu ! Aider ce nouveau-né prématuré, et ses parents qui le sont devenus parent prématurément !

Un rapport de la DREES (Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques du Ministère de la Santé, paru en octobre 2011) montre que la prématurité est passée de 5,9% en 1995 à 7,4% en 2010, soit une augmentation DE 15% en 15 ans.  En 2012, plus d’un bébé sur dix naît prématurément dans le monde, soit 13 millions de naissances dans le monde en 2010, et 60 000 en France. Est considérée comme prématurée, toute naissance qui survient au moins 1 mois avant le terme.   

Lors de ces naissances qui ne reflètent pas le processus normal d’accouchement, le père est bien trop souvent exclu. Le nouveau-né arrivant dans cet univers médicalisé, et sa mère étant elle-même hospitalisée suite à l’accouchement, il reste le père, seul, n’ayant pas sa place à l’hôpital. En effet, lors des grossesses "normales", la mère accouche et reste environ 3 jours à l’hôpital et rentre au domicile. Seulement, dans le cas des enfants prématurés, l’hospitalisation peut durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois ! C’est pour cela qu’il faut un service adapté pour cet enfant venant un peu trop tôt au monde : un service de néonatologie. Il n’y en a pas dans les hôpitaux, donc un enfant prématuré naissant dans un hôpital non-adapté doit obligatoirement être transféré vers un centre hospitalier de référence. Une expérience pouvant être vécue comme traumatisante pour les parents.  Un des nombreux témoignages de père disant qu’il devait faire des aller-retour tous les jours : Mon fils est resté 4 mois hospitalisé et ma femme est restée avec lui durant tout ce temps, à 100 km de la maison. Tous les jours je faisais la route, et depuis les premiers jours de sa vie, Maxence m'accueillait avec un sourire. Je conseille aux papas de prémas de faire cette route le plus souvent possible, le lien père-enfant-maman est très important ; de plus, cela a toujours été ressourçant pour moi. Il est vrai aussi que la maman a besoin de son mari autant que de son bébé. N'oublions pas que même si ces bébés sont si petits, ils n'en sont pas moins forts et qu'ils puisent leur force dans l'amour des parents. La route est longue mais croyez-moi, elle est belle. (Témoignage SOS PREMA)  

Un projet mené par 6 étudiantes puéricultrices… Nous sommes un groupe de 6 infirmières étudiantes puéricultrices1 à l'École de Puériculture de la Fondation Hospitalière Sainte Marie effectuant un projet dans le cadre de nos études à l’Hôpital de Poissy-Saint-Germain-En-Laye : nous voulons améliorer la prise en charge des nouveau-nés prématurés, et apporter à leur famille une possibilité de se retrouver comme s’ils étaient à la...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

sergio78300

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

renforcer le contact avec bébé

Bonjour
En lisant votre article je me suis vu projeter à la naissance de mon fils le 05/07/2012.
Suite à plusieurs problèmes (retard de croissance de 3 semaines position de siège hypertension de la maman) mon petit bébé a pointé le bout de son nez 3 semaine avant la date prévue donc avec un retard totale de 6 semaine pour compléter le tableau pas de succion et un taux de sucre au plus bas (le personnel du service le reconnaitra surement)
Donc après cette naissance un peu complique et au bout d’une heure dans la pièce ou l’on prend en charge les bébés on m’a annoncé qu’il devait passer par l’unité kangourou.
Là je suis pris de panique car je ne connivait pas ce service après tout a été très vite dans la prise en charge du bébé de la maman et aussi du papa.
Je suis tombé sur une véritable armée d’ange gardien.
Elle on répondu à toute mes questions mes craintes.
Je suis pourtant papa d’une fille plus grande mais la je paniquais de le prendre dans les bras de lui faire des bisous. Toutes les soignantes ont été la pour m’aider à faire le lien m’encourageaient faire du peau à peau de lui parler de lui faire des câlins de participer au bain d’ailleurs un peu paniquer c’est moi qui lui a donné son premier bain.
Leur seul regret était de ne pouvoir accueillir le papa et la maman dans la même chambre les premiers jours. Mais elles m’ont dit que je pouvais téléphoner 24/24 pour avoir des news.
L’une d’entre elle avait une aura plus forte que les autres (je ne veux vexer personne) mais quand elle entrait dans la pièce le bébé arrêter de pleurer les craintes du papa disparaissait et grâce à elle j’ai vraiment fais le lien avec mon fils.
Mon fils est resté 12 jours chez vous et il est en parfaite santé
Je vous soutiens à 2000% dans ce projet qui je l’espère va très vite aboutir et pour tous ce que vous avez fait pour ma famille vous avez une place à jamais dans mon cœur