PUERICULTRICE

Quid de la relation parents/soignants/enfant malade

    Suivant

La sociologue Sarra Mougel nous explique les enjeux du partenariat « parents/professionnels de santé » dont il faut prendre soin lorsque l’enfant est malade.

Cet article a été publié le 22 novembre 2012 par l'Association Sparadrap que nous remercions de cet échange productif.

Quid de la relation parents/soignants/enfant maladePendant deux ans, Sarra Mougel, sociologue, maître de conférences en Sciences de l'éducation au CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux) CNRS & Université Paris-Descartes, auteure du livre « Au chevet de l'enfant : Parents / professionnels, un modèle de partenariat » (Éditions Armand Colin), s’est régulièrement fondue dans des services de pédiatrie pour y observer ce qui se passe « Au chevet de l’enfant malade » : place des parents, relations complexes entre familles et soignants... Si l’ouverture des services de pédiatrie aux parents est un immense progrès, elle suscite néanmoins un certain nombre de difficultés que ce soit du côté parents ou du côté soignants. Sarra Mougel nous confie ici les grandes lignes de cette relation en revenant sur son expérience de terrain et en partageant son point de vue sur la situation.

Pourquoi et comment avez-vous eu l’idée de travailler sur ce sujet ?

C'est après un stage dans un service de pédiatrie que j'ai choisi d'orienter mon travail sur la problématique de l'enfant à l'hôpital, plus spécifiquement autour de la relation triadique parents-enfants-soignants. Cette thématique faisait l’objet de nombreux mémoires mais principalement dans le domaine infirmier. J’ai donc décidé de la reprendre avec un regard sociologique affirmé. Comme c’était un angle d’approche très peu traité au moment où j’ai débuté ma thèse, cela m’a paru intéressant d’approfondir ces questions. Pour réaliser mon étude, j’ai fait le choix de rentrer dans les services par l’observation. Je voulais être au plus près des interactions qui se nouent entre parents, enfants et soignants.

Tout l’enjeu a été de trouver ma place : une place acceptable par les équipes, acceptable par les membres des familles. Cela n’a pas toujours été évident mais pour l’anecdote, lorsque je suis arrivée dans le premier service que j’ai étudié (service d’hépatologie pédiatrique spécialisé dans les greffes de foie), un petit garçon m’a prise par la main et m’a emmenée directement à la piscine à boules qui se trouvait dans le service,...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)