IADE

Anesthésie générale : la manœuvre de Sellick remise en question ?

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Un groupe de recherche clinique réunissant 10 centres hospitalo-universitaires français sous la direction du Dr. Aurélie Birenbaum et du Pr. Bruno Riou de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP et Sorbonne Université, a conduit la première grande étude randomisée sur l’intérêt de la manœuvre de Sellick dans l’induction de l’anesthésie générale en séquence rapide.

Ce travail a été couronné par le 1er prix du comité scientifique en anesthésie-douleur lors du Congrès 2018 de la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation (SFAR).

La manœuvre de Sellick consiste à réaliser une occlusion manuelle de l’œsophage au niveau cervical en comprimant fermement le cartilage cricoïde sur les vertèbres cervicales pendant qu’est réalisée l’induction de l’anesthésie générale. Cette manœuvre est recommandée dans l'induction en séquence rapide (ISR) de l'anesthésie générale lorsque le jeûne pré-anesthésique n’a pu être respecté (en cas d’urgence) ou lorsque l’estomac reste plein malgré le jeûne (occlusion intestinale, diabète, obésité, etc..). Elle vise à prévenir l’inhalation bronchique du contenu gastrique pendant l’induction de l’anesthésie, source de complications graves parfois mortelles (syndrome de détresse respiratoire aigu).

La première grande étude randomisée sur l’intérêt de la manœuvre de Sellick dans l’induction de l’anesthésie générale en séquence rapide implique des équipes de recherche de Sorbonne Université et de l’AP-HP, de nombreuses universités (Paris-Sud, Paris-Diderot, Paris 13, Amiens, Bordeaux, Haute-Normandie, Montpellier, Toulouse) et CHU (Amiens-Picardie, Bordeaux, Lille, Nîmes, Rouen, Toulouse). Les résultats, financés par le Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC national 2012) et menés chez 3 472 patients, sont publiés dans la revue JAMA Surgery1.

Bien que prônée dans la plupart des recommandations internationales, l’efficacité de la manœuvre de Sellick reste controversée dans la mesure où elle peut rendre l’intubation trachéale plus difficile pour l’anesthésiste et être source de complications traumatiques, voire favoriser de manière paradoxale les régurgitations du contenu gastrique.Dans cette étude randomisée et menée en double aveugle, le groupe de recherche a évalué l’intérêt de la...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)