MODES D'EXERCICE

Jean-Arnaud, volontaire au sein de la réserve sanitaire

par .

Cet article fait partie du dossier:

Humanitaire

    Précédent Suivant

Nous avions rencontré Jean-Arnaud Elissalde en octobre 2012, lors du Salon infirmier, à Paris. Infirmier depuis 2009, en poste en réanimation et aux urgences du centre hospitalier d'Agen, il venait d'intégrer l'Etablissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires (EPRUS). En pleine formation, il nous avait confié attendre avec impatience sa première mission sur le terrain. Nous l'avons retrouvé une année plus tard. Il nous alors raconté son expérience en Guyane, missionné en mai 2013 pour renforcer les équipes soignantes guyanaises submergés par une épidémie de dengue.

Jean-Arnaud Marisol Touraine Eprus

Jean-Arnaud encouragé par Marisol Touraine avant son départ en mission en Guyane

Voici ce qu'il nous livre :

« En 2012, j'étais un jeune réserviste, plein d’espoirs et d’interrogations. Je n’avais reçu que la formation Urgences Médico-Psychologiques et j’étais très impatient de participer à deux autres formations pour lesquelles j’avais été sélectionné : Journée d’information zonale – ARS Sud Est et surtout L’exercice terrain. En effet, ces 5 jours de formations théorique et pratique qui devaient se dérouler sur un terrain militaire en Ile-de-France) étaient pour moi l’occasion de toucher du doigt et même plus ce pour quoi je m’étais « engagé » : les missions d’interventions à l’étranger. Récompense ultime pour ma participation à ce séminaire : je recevais mon packtage,  premier symbole objectivable de mon engagement véritable. L’expérience (difficile mais très riche en émotions et apprentissages) de ce stage n’a fait que me conforter dans mon choix et m’a poussé à m’investir encore plus avec l’EPRUS. Je me suis donc rapidement pré-inscrit à l’ensemble des formations proposées que je n’avais pas encore suivies et j'ai eu la chance de participer dans de courts délais au Séminaire Humanitaire L1. Parallèlement, et toujours dans l’idée de compléter mon engagement et de me préparer au mieux à un éventuel départ, j’ai rejoint l’ANARES (Association Nationale de la Réserve Sanitaire) http://www.eprus.fr/actualite/decouvrez-anares-association-nationale-reserve-sanitaire.html. J'ai pu ainsi continuer à partager avec les autres membres de la grande famille EPRUS, créer des contacts et tirer des enseignements de mes collègues réservistes, membres de l’association, déjà partis en mission.

Puis, un peu à l’inverse d’une montagne russe, passé les fortes émotions et la rapidité de la formation dont j’ai pu bénéficier, j’ai eu une « longue » période de « douce », mais longue descente, difficile à accepter, encore sous les effets de l’adrénaline du départ et toujours impatient de concrétiser plus qu’un engagement, un rêve.Lorsque qu’en mai 2013, l’EPRUS lance des alertes de mobilisation, la flamme se rallume...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

Corwyng

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

Bravo

Merci de nous avoir faire partager cette expérience au sein de la réserve sanitaire.
En espérant que cela incitera de nombreux autres professionnels à postuler pour l'intégrer.

Il ne restera plus ensuite qu'à tenter de dépasser l'incroyable frilosité de certains cadres et DRH qui refusent que leur personnel postule car "trop difficile de gérer les absences" (sic!)
J'en suis pour ma part à 2 refus de ma direction et je commence à désespérer de rejoindre un jour l'EPRUS !