MODES D'EXERCICE

Compte pénibilité : six critères retenus au lieu de dix

par .

Cet article fait partie du dossier:

Exercer dans le privé

    Précédent Suivant

Le compte pénibilité va changer de nom et être réformé, a annoncé le premier ministre, Edouard Philippe le 8 juillet 2017. Sur les dix critères établis à l'origine, quatre vont être supprimés en 2018. Explications.

infirmier port patient

Le port de charges lourdes est un réel problème pour les infirmiers, selon Thierry Amouroux, président du SNPI. Ce critère a pourtant été supprimé du « compte professionnel de prévention ».

Une nouvelle version du compte pénibilité a été proposée par le premier ministre, Edouard Philippe, le 8 juillet 2017. Dès 2018, il faudra ainsi parler du « compte professionnel de prévention », qui dénombrera six critères, au lieu de dix actuellement. Rappelons que ce compte permet aux salariés du secteur privé de cumuler des points en fonction de différents critères et ainsi de partir plus tôt à la retraite, de se former ou de travailler à temps partiel sans perte de salaire. Les critères maintenus sont :

  • le travail de nuit - une heure de travail effectuée entre 24 heures et 5 heures, 120 nuits par an ;
  • le travail en horaires alternants – au moins 50 nuits par an travaillées en équipes successives alternantes impliquant au minimum une heure de travail entre 24 heures et 5 heures ;
  • le travail répétitif – réalisation de travaux impliquant l'exécution de mouvements répétés, sollicitant tout ou partie du membre supérieur, à une fréquence élevée et sous cadence contrainte, effectué durant 900 heures par an ;
  • le travail en milieu hyperbare – 60 interventions ou travaux par an dans un milieu dépassant 1 200 hectopascals ;
  • le travail effectué à températures extrêmes, c'est-à-dire inférieure ou égale à 5°C ou au moins égale à 30°C durant 900 heures par an ;
  • le travail exposant au bruit – exposition quotidienne durant huit heures au moins à 81 décibels au moins 600 heures par an ou expositions répétées à un niveau de pression acoustique de crête au moins égal à 135 décibels 120 fois par an.

En revanche, quatre critères, dont certains concernent de près les professions soignantes, ne seront pas conservés. Jugés difficilement mesurables et par conséquent inapplicables par le patronat, il s'agit :de la manutention de charges lourdes, notamment le fait de lever ou porter des charges de 15kg ou plus pendant 600 heures par an, pousser ou tirer des charges de 250kg ou plus ou se déplacer avec une charge de 10kg ou plus ; des postures pénibles, telles que le maintien des bras en l'air à une hauteur située...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

stat_penib

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Stat pénibilité 2016

https://www.statistiques-recherches.cnav.fr/images/publications/retraite-societe/Extrait-Faits-et-chiffres-Brossard-Falinower-RS77.pdf

Salariés déclarés exposés à des risques de pénibilité en 2016 : portrait

Dans le secteur de la santé, les professions les plus fréquemment déclarées exposées
sont les aides-soignantes et professions assimilées (20 200) et les infirmières, les sagesfemmes
et professions assimilées (11 500), essentiellement exposées au travail de nuit.
Toutefois ces effectifs ne prennent pas en compte les personnes qui exercent ces mêmes
métiers au sein d’autres régimes, comme la fonction publique qui n’est pas concernée
par le dispositif.