PSYCHIATRIE

Détenus et malades, ils font leur carnaval !

    Suivant

Pour la première fois, les patients du service médico-psychologique régional (SMPR) des Baumettes ont participé au Carnaval de Marseille dont le thème était cette année "Le Monde à l'envers". Sans sortir de leur univers carcéral, ils ont pu s’évader de façon virtuelle, en participant à la construction d’un char qui a défilé dans les rues du centre ville et des 15e et 16e arrondissements, le 12 avril 2014 sur le Vieux Port et le 19 avril de la gare de l'Estaque à l'espace Mistral.

C'est l'opportunité de fabriquer quelque chose qui va sortir de la détention, souligne Rémy Barthélémy, cadre de santé au SMPR

les patients et détenus font leur carnaval

Patients et soignants ont manié le pinceau, la colle et le carton pour réaliser les  4 colonnes de 2,80 mètres qui décoraient l’un des 4 chars...

Au cours d’une formation à l’hôpital psychiatrique Edouard-Toulouse, j’ai découvert le travail des équipes soignantes autour du carnaval, en commun avec les patients, le personnel, les maisons de retraite, les artistes, les écoles et lycées du secteur, explique Séverine Grégoire, ergothérapeute au SMPR. Avec mes collègues, nous avons eu envie de faire tomber les barrières de notre service, situé au cœur du centre pénitencier des Baumettes, en impliquant l’équipe soignante et les détenus dans un projet artistique.

Infirmiers, ergothérapeutes, psychologues, médecins et secrétaires médicales du SMPR se sont donc mobilisés autour de ce projet. Ensemble, patients et soignants ont manié le pinceau, la colle et le carton pour réaliser les  4 colonnes de 2,80 mètres qui décoraient l’un des 4 chars de l’hôpital Edouard-Toulouse. Thomas Garlantezec, ergothérapeute, espère développer ce type de projets en milieu carcéral : cela nous permet de décloisonner notre travail, de sortir de l’enfermement en faisant participer les patients à un projet ouvert vers l’extérieur. Tout le monde a participé, confirme Rémy Barthélémy, cadre de santé du SMPR. Le personnel et les patients ont apprécié d’interrompre leurs activités habituelles pour s’investir dans un projet créatif.  Bien sûr, nous sommes obligés de composer avec les limites de l’univers carcéral, mais c’est la première étape d’un travail que nous aimerions amplifier dans les prochaines années.

Attachée de communication  Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille www.ap-hm.fr  perrine.seghier@ap-hm.fr

Retour au sommaire du dossier Psychiatrie

Publicité

Commentaires (0)