IBODE

Exclusivité IBODE : vers une mesure transitoire !

Les chirurgiens et les infirmier(e)s de blocs opératoires (Ibode) avaient lancé l'alerte fin décembre dernier sur le risque que représentait l'application des actes exclusifs pour les IBODE, au vu du manque de soignants spécialisés en exercice. En effet, les professionnels de santé craignaient une paralysie de l'activité chirurgicale en France à venir. Pour pallier cela, la DGOS a décidé de contourner le problème en permettant aux infirmiers non Ibode, sous certaines conditions, d'effectuer ces actes.

Face au manque d'Ibode et l'échéance de l'application du décret sur les actes exclusifs, la DGOS souhaite contourner le problème.

Fin janvier 2015, le Décret n° 2015-74 relatif aux actes infirmiers relevant des compétences exclusives des infirmiers de bloc opératoire (IBODE) est paru. Parmi ces actes, l’alinéa 1b concerne le fait d’« apporter une aide à l’exposition, à l’hémostase et à l’aspiration », au sein des blocs opératoires. Afin d'assurer la formation d'un nombre suffisant d'Ibode, un report avait déjà été décidé pour cet alinéa. Les mesures ne devaient entrer en vigueur qu'à partir de juillet 2019.

Or, l'échéance approchant, les objectifs de formation ne sont toujours pas atteints. Si les effectifs dans les écoles ont bel et bien augmenté depuis la publication du texte (le nombre d'inscrits étant passé de 390 en 2016 à 627 en 2018), le nombre d'Ibode demeure insuffisant au point que les associations professionnelles de la spécialité (Unaibode, Aeeibo) et les chirurgiens ont tiré la sonnette d'alarmeLa DGOS comptait sur la VAE pour permettre aux infirmier(e)s de faire valoir leur expérience, explique Brigitte Ludwig, présidente de l'Unaibode. Mais les démarches sont tellement lourdes que très peu d'infirmier(e)s ont obtenu leur diplôme de cette manière. Les professionnels sont inquiets et craignent une paralysie de l'activité chirurgicale. Les IBODE ne sont toujours pas assez nombreux et si on ne trouve pas une solution, en juillet 2019, on ne pourra plus opérer, affirme le Dr Philippe Cuq, coprésident du BLOC et président de l'UCDF (Union des Chirurgiens de France).

Entre 5000 et 6000 IBODE supplémentaires seraient nécessaires ! La DGOS veut contourner le décretUne réunion a donc eu lieu le 18 janvier dernier, entre les associations professionnelles et la Direction Générale de l'Offre de Soin (DGOS) afin de trouver une solution au problème. Si la volonté de sécuriser et maintenir les actes exclusifs IBODE a été confirmé, il est prévu de permettre, à titre dérogatoire, aux IDE justifiant des conditions d’éligibilités et...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

loulic

Avatar de l'utilisateur

258 commentaires

#1

Mort d’une profession

Et bim, une nouvelle reculade. Mine de rien on entérine la mort de l’exclusivité d’acte.

Donc ni exclusivité de fonction, ni exclusivité d’acte.

Il reste quoi aux ibode ? Des écoles vides.

Toute la brillante stratégie de l’avocat de l’unaibode.