IDEL

Exercice illégal de la profession : coup de gueule de Convergence Infirmière

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Suite à la découverte d'un cas d'exercice illégal de la profession d'IDE, Convergence Infirmière (CI) tient à mettre les points sur les "i" au travers d'un long communiqué où le syndicat condamne fermement ces pratiques. Soulignant que ce genre d'irrégularité non seulement nuit aux infirmiers titulaires du diplôme d'Etat mais met également les patients en danger, Convergence en appelle à l'Ordre National des Infirmiers (ONI) afin que soient prises les mesures qui s'imposent.

Convergence Infirmière dénonce ce que le syndicat appelle un cas typique d'exercice illégal de la profession

Quelle ne fût pas la surprise de l’une de nos consœurs, installée dans la région Grand-Est, lorsqu’elle croisât le véhicule de l’un de ses ″confrères″ (sic), affublé d’affichettes assurant sa promotion et détaillant nombre de ses compétences professionnelles, options ″soins à domicile″. Au point d’en faire un slogan tout en rimes ″prendre soins de vous, chez vous″. Intriguée par cette publicité formellement interdite par la loi, notre collègue a contacté Convergence Infirmière… et notre enquête a commencé. Nous n’avons pas été déçus. Façon de parler… Voici comme débute le communiqué de Convergence Infirmière suite à la découverte d'un cas typique d’exercice illégal de la profession. En l'occurence, il s'agissait d'un aide-soignant installé en libéral qui proposait notamment des soins de l'ordre de la surveillance et aide à la prise des médicaments et de la surveillance du diabète (dextro/glycémie capillaire). Or, les deux ne font pas partie du référentiel d'activités des aides-soignants.

Selon l’article L 4314-4 du CSP, l’exercice illégal de la profession d’infirmier est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

Ni un infirmier ni un auxiliaire de vie En outre, le syndicat rappelle que les aides-soignants exercent leur activité sous la responsabilité de l’infirmier, dans le cadre du rôle de l’initiative de celui-ci, défini par les articles 3 et 5 du décret n° 2002-194 relatif aux actes professionnels et à l’exercice de la profession d’infirmier. Ce qui n’est pas le cas ici, puisqu’il est installé à son compte comme l’est un infirmier libéral. Or, les aides-soignants n'ayant pas de...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

Tynala

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Problématique est beaucoup plus profonde

Concernant le soin de la glycémie capillaire, je suis complètement d'accord. Ce soin n'est pas du tout inscrit dans les champs de compétences du DEAS.

Lors de ma formation d'Aide Soignante en 2008.
L'AS doit être en mesure de:
surveiller et aider à la prise des traitements (ne pas confondre la PRISE des traitements et AIDER à la prise des traitements) ce qui ai totalement différent.

Elle doit être en mesure de reconnaître les effets indésirables des traitements du patient

L'AS ne fait pas 10mois de formation pour effectué des toilettes et des changes.

Lorsque l'IDE effectue les soins de nursing le soins soins de nursing, les AS ne seront pas surbookée dans les toilettes et changes.

Lorsque l'AS effectue les soins inscrit dans son diplôme: paramètres vitaux, surveillance et aide à la prise des ttt, les IDE ne seront pas surbookée dans les soins.

Les services de Réa et USC le prouve car dans ce type de service l'AS et l'IDE travaillent en binôme.

Le métier de l'AS est beaucoup plus large que ce que l'on peut croire.

Pour info, les glissements de tâches ne sont pas seulement dans les SSIAD et/où HAD mais également dans les hôpitaux.

L'AS dispose seulement d'un "RÉFÉRENTIEL D'ACTIVITÉ" et non d'un "ROLE PROPRE" car elle n'est pas du tout considéré comme étant une Soignante.

Le jour où l'Aide Soignante sera considérée comme une Soignante et non comme une "Aide Soignante" cela évitera "les glissements de tâches".

aaaab

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Réponse au coup de gueule6

Je suis d'accord que sur l'illégalité des actions de l'aide-soignant.
Cependant je ne suis pas totalement d'accord avec vos arguments.
Je trouve cela hypocrite, tout le monde sait que les Aide-soignant sont souvent hors compétences parfois à la demande des IDE.
Ne cherchez pas à nous opposer
si la personne ne s'était pas mise à son compte n'aurait posé aucun soucis.