SCOLAIRE

Forte mobilisation des infirmier(e)s scolaires à Paris

par .

Les infirmier(e)s scolaires ont montré hier à Paris la force de leur conviction pour défendre leur métier et leurs compétences propres essentielles pour mener à bien, au jour le jour, et tout au long du parcours scolaire, leurs missions auprès des élèves. A l'appel de l'intersyndicale (Snics-FSU, Snies-Unsa et SNFOIEN) plus de 800 infirmier(e)s scolaires se sont déplacées. Une belle mobilisation !

mobilisation des infirmières scolaires à Paris

Une forte mobilisation des infirmiers(e) scolaires venus à Paris des quatre coins de France

Point de départ des préoccupations et revendications des infirmier(e) scolaires : le projet de création d'une mission interministérielle santé-social-éducation (MISSE). En effet, alors que les discussions avec le gouvernement sur la politique de santé scolaire et la redéfinition des missions des infirmières et médecins sont en cours, les syndicats professionnels craignent une remise en cause du pilotage de la santé scolaire par le seul ministère de l'Education et, par conséquent, de la place des infirmières scolaires. Santé scolaire contre santé publique, tel est l'enjeu.

Comme le rappelle Béatrice Gaultier, secrétaire générale du Snics, nous nous sommes déjà mobilisés fortement et à deux reprises, en novembre 2012 et en janvier dernier, pour montrer notre opposition à une vision "santé publique" de nos missions, défendant avec force notre rôle, très spécifique, d'accueil et d'écoute des élèves. Du côté du Snies-Unsa, même préoccupation pour Brigitte Accart, secrétaire générale : le ministre a changé, l'austérité se durcit, les rapports sur la santé à l'école proposent un partenariat resserré avec les politiques régionales de santé. Nous refusons de devenir des statisticiens au service des ARS et de perdre notre identité Education Nationale. La santé des élèves doit rester une priorité dans la réussite de tous les élèves et non une priorité exclusive de santé publique.

Plus de 800 infirmières scolaires sur 7 500 ont défilé le 22 mai à Paris pour défendre leurs missions auprès des élèves Au départ du défilé, à 14 heures, place Tardieu, à Paris, l'intersyndicale affichait donc le même mot d'ordre : la suppression de la Misse (mission interministérielle santé /social /éducation) dans le texte de politique éducative sociale et de santé en faveur des élèves. Béatrice Gaultier explique ceci avec ironie :...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)