PSYCHIATRIE

GHT : l'hôpital psychiatrique d'Allonnes dit "nan nan"

    Suivant

Fermement opposé à l'intégration de l’établissement public de santé mentale (EPSM) d'Allonnes, dans la Sarthe, au Groupement hospitalier de territoire, le personnel de l’hôpital d’Allonnes détourne le tube de Diam’s, "La boulette", dans une vidéo.

Les paroles de la chanson La Boulette : Alors ouais on déconne ; Ouais ouais on étonne ; Nan nan c'est pas l'école qui nous a dicté nos codes sont devenues dans la bouche du personnel de l’hôpital d’Allonnes : Alors ouais, on se révolte, ouais ouais ! Ça déconne, nan nan ! C'est pas l'ARS qui va dicter nos codes ! L'Etablissement public de santé mentale (EPSM) d'Allonnes, dans la Sarthe, s'est inspiré du tube de la rappeuse Diam’s, sorti en 2006, pour dire sa ferme opposition à toute intégration au Groupement hospitalier de territoire, dans une vidéo mise en ligne le 5 septembre.

Découvrez la reprise des personnels de l'hôpital psy d'Allonnes :

Si vous ne lisez pas la vidéo, rendez-vous sur Youtube. C'est par ici ! 

Après des mois de mobilisation contre le projet de Groupement hospitalier de territoire qui doit rapprocher l'établissement psychiatrique du centre hospitalier du Mans, au risque d'une perte d'autonomie selon l'intersyndicale, les personnels ont opté pour ce nouveau mode d’action pour gagner en visibilité.

De nombreux précédents

La vidéo semble être devenue la nouvelle arme des personnels de santé pour se faire entendre. On se souvient notamment de la reprise du titre "Basique" d'Orelsan par le personnel du CHU de Toulouse pour alerter sur ses conditions de travail, ou encore de la chanson Tout va bien du rappeur, détournée cette fois par les soignants d'un centre de rééducation de la Sarthe, pour dénoncer la politique de santé et ses conséquences sur la prise en charge des patients dans le secteur du grand handicap. Cette fois encore, les personnels soignants frappent fort en détournant toutes les paroles de la chanson.

Un long bras de fer

Le bras de fer entre les deux principaux établissements de santé de la Sarthe dure en réalité depuis plusieurs années. En effet, l’article 27 de la Loi de santé, voulue par Marisol Touraine, rend obligatoire la création de Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) en remplacement des Communautés Hospitalières de Territoire (CHT), jusqu’alors facultatives. Dans ce cadre, les deux structures auraient dû "fusionner" au 1er juillet 2016, date de mise en place de la réforme, rappelle France 3 région. Seulement à l'époque, l'Etablissement public de santé mentale de la Sarthe, l'EPSM d'Allonnes, a refusé d'intégrer le GHT sarthois, qui l'aurait mis sous la tutelle de l'hôpital du Mans. Un choix assumé au nom de la spécificité de la psychiatrie et de l'autonomie opérationnelle de l'hôpital allonnais. Les paroles de la chanson font ainsi notamment allusion à l'ancien directeur de l'EPSM, Vincent Thomas, écarté de ses fonctions fin juin pour avoir refusé l'intégration au GHT. Une audience au tribunal administratif de Nantes doit à présent se tenir le 11 septembre pour examiner les recours déposés.

Y a comme un goût d'horreur chez les agents de service ; comme un goût de peur chez les administratifs, comme un goût d'aigreur chez les services techniques, y'a comme un goût d'erreur quand j'vois que les soignants dépriment...

Creative Commons License

Journaliste susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin

Retour au sommaire du dossier Fonction Publique

Publicité

Commentaires (0)