MODES D'EXERCICE

Infirmier scolaire : « Nous ne voulons pas nous retrouver au tribunal ! »

par .

    Suivant

Le jeudi 29 septembre 2016, environ 800 infirmiers de l'Éducation nationale se sont mobilisés à Paris à l'appel du Syndicat National des Infirmiers Conseillers de Santé (SNICS) afin de défendre leurs missions.

800 infirmiers de l'Éducation nationale se sont donné rendez-vous à Paris pour défendre leurs missions.

Environ 800 infirmiers de l'Éducation nationale, sur les quelques 7 500 en exercice selon le ministère, se sont rassemblés et ont manifesté le jeudi 29 septembre 2016 à Paris pour protester contre l'externalisation des IDE scolaires dans un corps à gestion interministérielle mais aussi pour que les textes de loi parus en novembre 2015 soient strictement appliqués par les Recteurs. Dans un communiqué de presse daté du 30 septembre, le SNICS affirme que nous ne manifestions pas pour obtenir de l’argent en plus, nous ne manifestions pas pour obtenir des moyens supplémentaires, nous ne manifestions pas pour des préoccupations matérielles. Non, nous manifestions pour la Santé des élèves ! Nous demandions à la Ministre d’assumer sa Responsabilité. Nous demandions à la Ministre de faire appliquer dans les académies, les circulaires et arrêtés, qu’elle a publié l’année dernière.

Pour que les textes réglementaires soient respectés

En novembre 2015, une circulaire définissant les nouvelles missions des infirmiers scolaires a été publiée. Les IDE de l'Éducation nationale souhaitent ainsi qu'elle soit strictement appliquée, notamment sur la problématique du bilan médical. Certains chefs d'établissements demandent aux IDE scolaires de réaliser le bilan médical des enfants de 6 ans, or cela doit être fait par le médecin, souligne Anne-Sophie, qui exerce en Bretagne. Selon l'arrêté du 3 novembre 2015, cette visite est effectivement dévolue au médecin. Les infirmiers ne sont pas formés pour réaliser le dépistage des troubles spécifiques du langage et de l'apprentissage qui a lieu au cours de ce bilan. Il s'agit d'un acte médical, insiste Anne-Sophie. Nous ne pas voulons nous retrouver au tribunal pour exercice illégal de la profession de médecin, renchérit Claire, infirmière à Grenoble. Dans une grande majorité des académies, les infirmiers scolaires font face à des pressions médicales et rectorales pour qu'ils continuent à dépister les élèves de grande section maternelle. En revanche, la visite de la 12e année, elle aussi obligatoire, doit être effectuée par l'infirmier scolaire.

La santé des élèves, c'est notre priorité !

  • manifestation infirmiers scolaires
  • manifestations infirmiers scolaires

Contre l'externalisation des IDE de l'Éducation nationale dans un corps à gestion interministérielle

Les infirmiers scolaires se sont également mobilisés contre leur externalisation dans un corps à gestion interministérielle regroupant également les infirmiers de la Fonction publique territoriale. Nous sommes principalement en relation avec les enseignants, pourquoi devrions-nous faire partie d'un corps interministériel ?, s'interroge Carine, infirmière de l'Éducation nationale à Bordeaux. Nous voulons rester dans l'Éducation nationale car notre exercice est spécifique. À la veille de la sortie du rapport sur la modernisation de l'action publique, les craintes des IDE scolaires sont grandes. Un corps interministériel menacerait les droits à mutation, à l'avancement, mais remettrait aussi en question l'organisation du temps de travail, s'inquiète Carine. Dans une lettre adressée aux députés, le SNICS déplorait que malgré les engagements pris en 2015, Madame la ministre de l’Éducation nationale commande un rapport aux inspections générales dont les conclusions proposent d’externaliser les infirmières de l’Éducation nationale dans un corps à gestion interministérielle d’une part mais également d’externaliser sa compétence en matière de santé vers des structures extérieures à l’Éducation nationale.

Une délégation a été reçue par le ministère de l'Éducation nationale en fin d'après-midi afin de faire part de ces différentes revendications mais, sur le respect des textes réglementaires, aucune directive ne sera donnée aux Rectorats selon Christian Allemand, secrétaire général du SNICS. Le rapport aurait quant à lui été mal interprété. D'autres mobilisations pourraient être organisées et annoncées lors du conseil national du SNICS qui se tiendra du 4 au 6 octobre 2016.

Détournement des missions, c'est non, non, non !   

Les IDE scolaires de La Réunion en grève

Les infirmiers de l'Éducation nationale de La Réunion se sont eux aussi réunis le 29 septembre devant le Rectorat de l'île pour défendre leurs missions. Des négociations avec le Recteur devraient permettre de redéfinir les missions des infirmiers scolaires.

Pour en savoir plus : ipreunion.com

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE Journaliste Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com @ATrentesse

Retour au sommaire du dossier IDE scolaire

Publicité

Commentaires (3)

Isabelle.Paris12

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

L'état actuel de la profession n'est plus possible non plus...

Je suis infirmière scolaire depuis pas mal d'années déjà.
Nos missions ne cessent d'évoluer mais pas notre situation. Résultat nous nous trouvons dans une impasse faite de doubles injonctions :
* d'un côté les BO et missions
* de l autre les chefs d'établissements qui restent nos supérieurs hiérarchiques.
Au final on ne peut exercer pleinement notre métier et sommes prisonnières de nos infirmeries.

N'y a-t-il que du négatif à être interministériel ?
Pas sur...
(Et il y aurait des tonnes d'autres arguments à mettre en perspective dans ce sens)

coe2

Avatar de l'utilisateur

36 commentaires

#2

Osons !

Oui, mais voila, l'infirmière scolaire n'ose pas ..... et est tellement en recherche de reconnaissance, se sentir indispensable, qu'elle accepte tout et ne comprend pas qu'elle met souvent en danger son diplôme... car, qu'à cela ne tienne l'ONI est bien là, et il ne nous fera aucun cadeau en cas de problème, et oublions le soutien de la direction et encore moins des collègues quels qu'ils soient....
Durs, mes propos ? Non ! Durant mes années EN, j'ai passé plus de temps à me battre contre l'oligarchie qu'auprès des élèves. Ma défense : maitrise des gestes techniques, connaissance des textes, et une expérience certaine dans de multiples structures, les seules pour survivre dans ce milieu, ceci en toute modestie.
Nous sommes capables d'affronter cette situation, car nous devons être capable de poser un diagnostic infirmier, poser une perf. en cas d'urgence, à la demande du médecin SAMU, etc... Nous n'avons pas d'autre solution pour sauver notre profession, notamment au sein de l'EN, qui soit dit en passant, est plutôt remise en cause "à bas bruit", actuellement.
J'y ai survécu... malgré les menaces et agressions quasi permanentes
Bon courage à tous

binoute1

Avatar de l'utilisateur

641 commentaires

#1

«  Nous ne pas voulons nous retrouver au tribunal pour exercice illégal de la profession de médecin, renchérit Claire, infirmière à Grenoble. »

ben c'est pas trop compliqué: on ne fait pas d'actes médicaux.
On va me dire ouai, facile à dire....
C'es pareil en ehpad, oui c'est dur, mais savoir expliquer gentiment mais fermement qu'on n'a pas à faire ce qui n'est pas de notre role, et qu'on tient à notre DE, demander à ce que cette demande de dépassement soit écrite, et au passage rappeler que la responsabilité de l'employeur...
ça calme pas mal d'ardeur
mais oui ça reste usant