PSYCHIATRIE

Injure et agression verbale dans le soin en psychiatrie

    Suivant

« On n'est pas là pour se faire insulter », disait récemment un soignant après qu'un patient eut monté le ton dans un échange. Pas là pour ça, certes, mais après ? Comment prendre la distance nécessaire vis-à-vis de l'insulte ? Que vient faire et dire l'insulte dans les rapports soignants/soignés ?

homme colère insultesÉtymologie de « injure »

Le mot « injure » est issu du latin « insulto » qui signifie littéralement « s'élancer sur », « attaquer » « outrager »1. Il procède d'un sens très agressif, très actif. L'injure est donc avant tout un acte d'agression. Il convient toutefois de noter qu'il s'agit d'une agression verbale et non physique. La blessure induite, si elle peut être douloureuse pour l'esprit, pour l'ego, ne marque pas dans le corps.

Aujourd’hui, les tribunaux, les revues « people » abondent de demandes de réparations pour injures ou outrages et nombre d'entre elles aboutissent à ce que la justice statue et demande réparation du préjudice.

Sigmund Freud disait : « Le premier être humain à jeter une insulte, plutôt qu'une pierre est le fondateur de la civilisation »2. La vie humaine est préservée. Il y a meurtre de l’adversaire certes, mais meurtre symbolique. L’autre est reconnu comme égal, comme humain, pour et de qui la vie est importante malgré le différend. Dans le cadre du soin, nous considérerons avec lui qu'il s'agit ici aussi d'un acte symbolique. L’agression physique qui est un acte grave vis-à-vis d'un soignant,...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#1

Quel métier...

...tant de choses à dire, certaines d'ailleurs très bien énoncées dans cet article... l'insulte en psychiatrie s'adresse effectivement à ce "quelque chose" que le patient croit identifier en nous, et pas à l'individu, nous sommes bien d'accord ; il devrait donc être facile de prendre de la distance avec cette façon de communiquer un peu "directe."
Mais cette faculté de relativiser présente toutefois un paradoxe ; l'insulte est une provocation qui - par nature - demande une réaction, et c'est là qu'il peut y avoir un problème. Personnellement, ma difficulté n'est pas en effet de prendre du recul et de réagir en haussant - symboliquement - les épaules, mais plutôt d'investir une relation démarrant de manière peu agréable. Que dire ? Quelle attitude adopter, alors que l'on est fortement tenté par une indifférence qui risque bien d'être - méchamment - contreproductive ?
Foutu métier, quand même ; quelqu'un vous insulte et vous cherchez à donner du sens à des phrases telles que "nique ta mère" ou "espèce d'en...." ppfff...rien que d'en parler, ça me fatigue...