PSYCHIATRIE

Intervention précoce et suivi infirmier des "tiers" aux urgences psychiatriques

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Quels sont les effets positifs d’une prise en charge précoce et d’un suivi infirmier des personnes Tiers, lors de premiers soins sans consentement d’un patient arrivant en crise aux urgences psychiatriques. Une recherche est en cours au CHU de Purpan, à Toulouse.

Intervention précoce et suivi infirmier des "tiers" aux urgences psychiatriques

L’objectif de cette étude est de permettre l’amélioration du vécu des "tiers" à ce moment particulier du premier temps d’hospitalisation sous contrainte, ce qui faciliterait leur positionnement dans la trajectoire de la maladie auprès de leur proche.

Les patients rencontrés sur le premier temps d’urgence psychiatrique sont accompagnés par leurs proches, qui ont déjà vécu la crise au domicile, dans la rue ou chez le médecin traitant. Lorsque la souffrance psychique est trop présente, lorsqu’elle conduit le patient à refuser les soins qui pourtant s’imposent, les soignants demandent à ces personnes de devenir, en quelques instants, des Tiers, les premiers garants de la mise en place de soins sans consentement.

Les hospitalisations sans consentement au niveau national sont en augmentation constante (+8% entre 2014 et 2018)1. L’exercice quotidien du rôle propre infirmier est de fait marqué par la prise en charge de ces aidants. La temporalité de l’urgence est articulée autour de la prise en soins patient dans une situation de crise, et de sa mise en sécurité. Dans ce contexte, il n’existe pas de temps dédié formel répondant aux besoins de ces accompagnants, à la fois spectateurs et acteurs centraux d’une entrée dans la maladie. Ce constat est d’ailleurs relayé et partagé par les équipes infirmières interrogées, dans diverses structures de soins similaires en France.

L’équipe des infirmiers du service des urgences psychiatriques du CHU de Purpan (Toulouse) propose, depuis 2018, d’intervenir sur l’anxiété, la culpabilité et l’ambivalence des tiers, des émotions particulièrement aiguës lorsqu’il s’agit d’un primo requérant en situation de crise. Le vécu difficile des personnes Tiers à l’initiation de la prise en charge, peut impacter l’alliance thérapeutique et l’adhésion aux soins futurs de leur proche. Une...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)