PSYCHIATRIE

IPA en psychiatrie : les référentiels sont prêts !

Cet article fait partie du dossier:

Pratique avancée

    Précédent Suivant

C’est la dernière ligne droite : les référentiels de compétences et de formation des infirmiers de pratique avancée en psychiatrie et santé mentale sont finalisés et viennent d’être présentés devant le Haut Conseil des professions paramédicales (HCPP). Point négatif, rien n’est acté concernant les rémunérations associées.

IPA en psychiatrie : les référentiels sont prêts !

Le décret et l’arrêté associé au sujet des IPA en psychiatrie sont prêts à passer devant le Conseil d’Etat.

Le décret et l’arrêté concernant les référentiels de formation et de compétences des futurs infirmiers de pratique avancée en psychiatrie et santé mentale sont fin prêts et ont été soumis au Haut Conseil des professions paramédicales (HCPP) lors de la séance du 14 mai dernier. Les textes devraient par la suite être examinés au Conseil d’Etat. Ces documents, que les sites Hospimedia et Santé mentale se sont procurés, explique notamment le découpage de la formation à venir.

Un enseignement spécifique au 3ème et 4ème semestre

En effet, la formation d’infirmier de pratique avancée correspond à un grade master soit quatre semestres d’études. Si, toujours selon Hospimedia, les deux premiers seront effectués en tronc commun pour l’ensemble des mentions de la pratique avancée, l’enseignement devient plus spécifique à partir du troisième semestre. La première unité dédiée est destinée à connaître les pathologies, les mécanismes physiologiques associés, les méthodes d’investigation et les thérapeutiques. Baptisé bases fondamentales, ce premier enseignement permet aussi de voir comment prendre en charge les patients en mettant en perspective les soins infirmiers. Ensuite, les étudiants suivront une unité clinique. Cette session repose sur l’apprentissage des signes relatifs aux pathologies d’ordre psychiatrique et la connaissance des relations entre les maladies, les éléments biographiques et les facteurs environnementaux. Les différentes classes de thérapeutiques seront aussi abordées. Il est important pour le futur IPA d’avoir en tête les mécanismes d’action des médicaments et leur toxicité. Les recommandations en vigueur et l’impact des différentes maladies sur l’adhésion aux traitements devront également être acquis durant cet enseignement.

Des compétences de renouvellement

Le but est que les infirmiers de pratique avancée puissent analyser la situation clinique mais aussi sociale du patient. Il sera à leur charge d’estimer son état de santé comme l’observance de son traitement. En effet, ils devront évaluer la pertinence du renouvellement et de l’adaptation des médicaments prescrits au patient. Si en matière de prescription leur autonomie s’est avérée de plus en plus limitée au fil des différentes versions des textes réglementaires, ils pourront néanmoins renouveler certains traitements notamment les régulateurs de l’humeur ou les anxiolytiques.

Par la suite, pour clore le 3ème semestre, une dernière unité sera dédiée au parcours de santé. L’IPA devra par exemple favoriser le lien entre l’ensemble des acteurs de santé. Il pourra mettre en oeuvre le suivi du patient via des actions adaptées qui permettront le maintien de son autonomie. Enfin, le 4ème semestre sera réalisé sous forme de stage d’une durée de quatre mois minimum avec la remise d’un mémoire.

Cependant, si le dossier sur les IPA en santé mentale avance, un point, et pas des moindres, reste particulièrement vague : les rémunérations. Alors que les premiers IPA vont bientôt achever leur cursus (ceux qui effectuaient seulement un complément de formation), aucun texte réglementaire encadre la valorisation financière de ces nouvelles compétences. Une grille devrait prochainement être mise au point pour les salariés du service public. En ce qui concerne les libéraux, les négociations conventionnelles sur le sujet s’ouvriront le 5 juin avec les trois syndicats représentatifs c’est-à-dire la Fédération Nationale des Infirmiers (FNI), Convergence Infirmières (CI) et le Syndicat nationale des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil) et l’Assurance maladie. Bin qu’il soit spécifique, l’Union nationale des infirmiers en pratique avancée, premier syndicat dédié n’y participera pas.

Creative Commons License

Journaliste infirmiers.com roxane.curtet@infirmiers.com  @roxane0706

Retour au sommaire du dossier Pratique avancée

Publicité

Commentaires (0)