INFOS ET ACTUALITES

Journée mondiale sans tabac : la France fume (encore) trop !

Cet article fait partie du dossier:

Tabacologie

    Précédent Suivant

C'est ce jeudi 31 mai la Journée mondiale sans tabac. Le tabac tue 7 millions de personnes chaque année dans le monde, dont près de 900 000 fumeurs passifs. Si la France connaît une baisse du tabagisme avec un million de fumeurs quotidiens en moins entre 2016 et 2017, sa population comporte malgré tout un gros tiers de fumeurs réguliers ou occasionnels, ce qui fait d'elle l'un des plus mauvais élèves parmi les pays occidentaux. Beaucoup de fumeurs cherchent néanmoins à écraser leur dernière cigarette et il existe aujourd'hui de nombreux substituts pour les y aider : patchs, chewing-gums, vapoteuses... Comme chaque année, la nouvelle campagne de l'OMS souligne les risques sanitaires associés au tabagisme, avec un thème central, "tabac et cardiopathies" et un slogan choc, "le tabac vous brise le coeur"

cigarette

Le tabagisme a aussi un effet indirect. La perte relative du goût et de l'odorat liée au tabagisme favorise l'attirance du fumeur pour des aliments ayant plus de goût, souvent beaucoup plus riches en acides gras saturés ou en sel.

On le sait, le tabagisme est un important facteur de risque pour l'organisme. Première cause de mortalité évitable, avec 73 000 décès annuels en France selon l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA), le tabagisme, qu’il soit actif ou passif, est particulièrement toxique pour le système cardio-vasculaire. Il favorise notamment l'apparition de cardiopathies coronariennes, d'accidents vasculaires cérébraux et de maladies vasculaires périphériques. Sont particulièrement nocives les milliers de substances qui composent la fumée produite par la combustion du tabac, qu’elle soit émise par des cigarettes avec ou sans filtre, une pipe, un cigare, un narguilé et même du tabac à mâcher. Parmi la longue liste des substances inhalées, citons par exemple le mercure, l’arsenic, le polonium 210 ou encore le monoxyde de carbone. En France, 25% des décès liés au tabagisme sont des décès cardio-vasculaires (18 000 sur 73 000) et même plus de 30% chez les femmes (5 000/14 000). La seule tranche d’âge pour laquelle l’incidence des infarctus a augmenté entre 2002 et 2008 est d'ailleurs celle des femmes de 35 à 55 ans, un constat à rapprocher d’une augmentation de 7% de la prévalence du tabagisme dans cette même tranche d’âge entre 2005 et 2010. 

C’est la première fois depuis 2000 que la prévalence du tabagisme quotidien diminue parmi les fumeurs les plus défavorisés : de 38,8% en 2016 à 34,0% en 2017 parmi les personnes aux revenus les plus faibles, de 49,7% à 43,5% parmi les personnes au chômage.

En France, 1 million de fumeurs quotidiens en moins Un million de fumeurs quotidiens en moins entre 2016 et 2017 dans l'hexagone. C'est le constat de Santé Publique France dans un communiqué en date du 29 mai 2018. En 2017, 31,9% des personnes de 18-75 ans interrogées ont déclaré qu’elles fumaient au moins occasionnellement et 26,9% quotidiennement. Des prévalences en baisse par rapport à 2016. La consommation quotidienne de tabac a diminué chez les hommes de 18-24 ans (passant de 44,2% à 35,3%). Elle a...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)