PSYCHIATRIE

Un kit d'outils pour prévenir les violences en psychiatrie

    Suivant

La Haute autorité de santé (HAS) a présenté le 22 novembre 2016 lors d'une conférence de presse un kit d'outils destiné aux équipes des services de psychiatrie, pour les aider à mieux prévenir et mieux prendre en charge les moments de violence des patients adultes.

oeufs cassés humeur

Psychiatrie : un kit d'outils a été présenté par la HAS pour mieux prendre en charge les moments de violence des patients.

En psychiatrie, un moment de violence dans le parcours d'un patient, c'est un symptôme. Ce n'est pas un élément qui est du registre de la délinquance, de la transgression [...] On voit bien que c'est un sujet sensible, où on est d'un côté dans l'angélisme, de l'autre dans le sécuritaire, et il faut trouver le registre professionnel, a estimé le psychiatre Yvan Halimi, président du comité de suivi psychiatrie et santé mentale de la HAS, lors de la présentation des outils. Un soignant doit, face à un moment de violence, construire une relation thérapeutique. Finalement, c'est son métier, et il s'agit de le sécuriser dans son métier, a-t-il souligné.

Le Dr Cédric Grouchka, membre du collège de la HAS, a rappelé en préambule que violences, santé mentale et psychiatrie sont sources d'amalgames et de clichés et a insisté sur trois vérités fondamentales. D'abord, les personnes souffrant de troubles mentaux sont exceptionnellement à l'origine d'actes de violence, seulement 3% à 5%. Ensuite, ces mêmes personnes sont extrêmement vulnérables, quatre fois plus souvent l'objet de violences, 12 fois plus souvent de crimes violents, 140 fois plus souvent de vols. Enfin, certes, certains troubles mentaux sévères sont facteurs de risque de passage à l'acte violent, mais ce ne sont que des facteurs de risque parmi d'autres.

Trois incidents chaque semaine dans chaque serviceNéanmoins, selon des extrapolations réalisées par la HAS, dans un service de psychiatrie, trois incidents violents se produiraient chaque semaine, soit environ 500 000 incidents par an en France. Les conséquences sont lourdes, bien que la gravité soit faible [...], les impacts psychologiques sont extrêmement sévères pour les patients victimes [...], pour les professionnels où on voit même des symptômes de stress post-traumatique, et souvent un sentiment de...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)