L’institution psychiatrique entre implicite et explicite

    Suivant

L’institution psychiatrique, ainsi que ses acteurs œuvrent au quotidien afin d’offrir un étayage adapté à chaque patient. Le collectif construit alors l’individualité des prises en charge, tout en se confrontant à des problématiques  communes au sein des équipes.

Dans la pratique quotidienne du soin en psychiatrie, les soignants sont confrontés à des phénomènes subjectifs qui composent la relation de soin, tels que transfert, contre-transfert.

Ces situations peuvent entrainer à terme un vécu difficile. Les équipes soignantes se trouvent régulièrement face à leurs propres limites lors de certaines hospitalisations. Parfois, on observe des réactions telles que de la colère, des sentiments d’échec, ou d’épuisement. Les équipes s’égarent et ne trouvent plus de sens à leur pratique quotidienne. Dès lors comment donner du sens face à ce que nous renvoient les patients ?
Comment conserver un sens au soin tout en composant avec les phénomènes de répétition inhérents aux hospitalisations ?

Afin de pouvoir réaliser un travail de recherche sur le terrain, nous avons choisi de poser une question qui a servi de fil conducteur : en quoi une analyse réflexive du cadre institutionnel permet à l’équipe d’être en position soignante ? Ce que nous entendons par analyse réflexive implique la capacité du soignant à adopter un regard critique, distancié et constructif sur sa propre pratique, en collaboration avec ses pairs.
Dans un premier temps, il parait essentiel de définir le cadre institutionnel tout en déterminant ce que représente l’institution.
Ensuite nous exposerons l’analyse de la recherche menée sur le terrain.
Nous terminerons en mettant en perspective ces résultats avec la fonction de cadre de santé en psychiatrie.

Le Littré définit l’institution comme ce qui « donne un commencement, ce qui établit et qui forme ». Outre sa nature juridique, l’institution règle les rapports entre les hommes en leur offrant un cadre de travail. Sans cesse soumise à des pulsions antagonistes, telle la tension entre la pulsion de vie et la pulsion de mort, l’institution est en quête permanente de stabilité. Ainsi, tout phénomène de chaos peut s’avérer dangereux pour elle.Nous comprenons dès lors que les tendances...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)