PSYCHIATRIE

Maladie bipolaire : de l'intérêt d'un diagnostic précoce

    Suivant

Classé parmi les 10 pathologies les plus invalidantes selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le trouble bipolaire – anciennement appelé psychose maniaco-dépressive débute généralement chez l’adolescent ou le jeune adulte et nécessite une prise en charge tout au long de la vie. La Haute Autorité de Santé (HAS) publie un document de synthèse pour favoriser le diagnostic précoce de ce trouble, éviter les complications mais également développer les échanges entre professionnels de santé - notamment médecins généralistes et psychiatres - sur cette maladie.

Troubles bipolaires

En France, on estime qu’entre 1 et 2,5 % de la population est touchée par ce trouble ; un chiffre qui serait sous-évalué.

Le trouble bipolaire est l’une des pathologies psychiatriques les plus graves, qui conduit à des tentatives de suicide : 1 malade sur 2 fera au moins une tentative dans sa vie et 15 % décéderont à la suite de leur autolyse. En France, on estime qu’entre 1 et 2,5 % de la population est touchée par ce trouble ; un chiffre qui serait sous-évalué.

Le trouble bipolaire alterne des épisodes maniaques ou hypomaniaques (agitation, élévation de l’humeur, idées de grandeur) et des épisodes dépressifs avec des moments de rémission. Cette maladie entraîne pour le patient une vulnérabilité chronique et reste diagnostiquée trop tardivement. En plus de favoriser les risques associés à la maladie comme le suicide, les hospitalisations ou les comorbidités, un diagnostic tardif peut également avoir des conséquences désastreuses sur la vie sociale, familiale et professionnelle des patients.

Ce que dit l'OMS… Ce trouble touche environ 60 millions de personnes à travers le monde. Il se caractérise par des épisodes maniaco dépressifs entrecoupés par des périodes d’humeur normale. Les épisodes maniaques correspondent à une période où l’humeur est élevée, irritable, à une hyperactivité, un important débit de parole, une estime de soi exagérée et une diminution des besoins de sommeil. Les personnes n’ayant pas de troubles maniaques mais...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)