MODES D'EXERCICE

Philippines - Vendredi 15 novembre 2013

L’équipe est arrivée sans encombre à CEBU et a été accueillie par Marlon Ceniza qui va l'accompagner et l'aider pour la logistique de départ vers le nord. Départ samedi matin pour Medellin où l'équipe est attendue.  Le chef de mission Eric Zipper sera dans la journée en interview sur la radio RCF.

A l'arrivée à Cebu... La journée a commencée par un embarquement à 3h30 et notre arrivée à Cebu à 6h30. Nous sommes immédiatement sollicités par des personnes nous demandant des nouvelles de leur famille sur Tacloban… Nous ne pouvons pas les aider : sentiment d’impuissance… Cependant, nous savons que le Nord de Cebu a été durement touché et que très peu d’aide est arrivée. Après coordination avec le centre opérationnel du WHO (qui gèrent les équipes de secours sur la zone…  Pour le moment, nous sommes seulement 3 équipes étrangères) et avec le consulat de France : nous allons nous rendre à Medelin, dans la zone nord fortement touchée par le typhon.

Ecoutez sur RFI : "Sur l’île de Cebu, dans le sillage du typhon Haiya" 

A partir de ce camps de base, nous allons pouvoir accéder à certaines zones qui n’ont pas encore été abordées par les secours. Dès lors, nos missions principales seront dégagement des accès, évaluation des besoins et premiers soins, voire plus. Notre matériel (1 tonne dont 300kg de médicaments) devrait nous avoir rejoint de Hong-Kong. Toutes les informations locales qui nous sont remontées font état de zones dévastées, d’îlots totalement rasés… Vos messages et vos dons nous font chaud au coeur et nous donnent le courage d’avancer. Merci. Nous sommes de tout coeur avec les philippins.

Voici le témoignange de Jérémie, adressé en fin de journée à la rédaction :

Nous sommes arrivés ce matin après 18h d’avion et 3 escales, dans la ville de Cebu City, qui se situe à quelques centaines de kilomètres au sud-Est de Manille, sur l’île de Cebu. Cette île s’étend sur environ 200km, elle s’est trouvée directement sur la trajectoire du typhon Haiyan, passé il y’a maintenant tout juste une semaine. Les heures de sommeil ont été courtes. Ce matin, il est 7 h, il fait grand jour, et la température dépasse déjà les 30°C. Les Philippins, sont d’un accueil remarquable, on nous questionne, nous remercie, de chaleureuses poignées de mains sont échangées. Certains nous demandent très respectueusement d’être pris en photo avec nous, pour envoyer des messages d’encouragement : les secours arrivent… C’est à la fois gênant, mais très encourageant. Les premiers contacts sont intenses, la population nous parle de leurs familles en zones sinistrées et semble très touchée par cette catastrophe qui frappe leur pays… et tout cela sans perdre le sourire. Pas de doutes nous sommes bien arrivés. Il est encore à cette heure, très difficile de se rendre compte de l’étendue des dégâts. Si Cebu est  en effet une ville importante de  800 000 habitants, elle a eu la chance d’être épargnée par le Typhon. La vie semble ici, tout à fait  « normale ». Néanmoins, la situation ne semble pas être si calme sur la zone  nord de l’île, où des situations bien plus critiques nous ont été évoquées. A l’heure actuelle, de nombreuses petites îles n’ont d’ailleurs pas encore été abordées par des équipes de secours. Nous avons posé nos bagages dans un petit hôtel de la ville qui marque les stigmates du tremblement de terre d’il y’a quelques semaines. La première partie de la journée sera consacrée à la prise de contacts avec les autorités locales afin d’organiser au mieux les jours suivants. Hôpitaux, WHO operational center (qui coordonne les équipes de secours sur la zone…  pour le moment, seules 3 équipes étrangères se sont présentées), consulat de France … Notre objectif est posé, partir dès demain matin dans le Nord de l’île pour commencer notre mission – accès aux zones et iles recensées, évaluation des besoins et premiers soins. Tous nos moyens de transport  (camion, van et bateau) n’attendent que nous. Ce soir à 18h heure locale, (11h à Paris), nous récupérons notre Fret qui arrive de Hong-Kong : 1 tonne de matériel en tout sera transvasé dans un camion, qui sera lui-même entreposé en lieu sûr pour la nuit. Dans ce matériel, le nécessaire pour continuer à être « autonome », en nourriture, en électricité, en hébergement... Notre téléphone satellite permettra de rester en contact étroit avec la base arrière de Paris qui réalise un formidable travail d’appui ! Nous disposons de matériel pour assurer nos différentes missions : dégagement d’accès routiers, de recherche et de déblaiement, éclairage… 300 kilos de matériel médical sera à notre disposition pour promulguer des soins, avec du matériel principalement ciblés pour les soins post-traumatiques, pansements, traitements d’infections, réhydratation, soins pédiatriques... Nous sommes déjà à une semaine de la catastrophe, les soins d’ «urgence » semblent donc moins probables à envisager. L’équipe médicale est chapotée par Dr Lallier Véronique, qui n’en est pas à sa première mission avec le CMS. Une équipe de BFMTV devrait nous suivre pour la semaine. Côté médical, des contacts ont été pris avec l’hôpital public de Cebu, pour que nous puissions venir y travailler à notre retour. L’idée étant de ne pas perdre un jour  de « travail » à cause des formalités de retour. Par ailleurs, un camp de réfugié s’est installé en ville pour accueillir les victimes de la ville de Tacloban, une des villes les plus sinistrées de Philippines. Les conditions y semblent difficiles, avec de nombreuses victimes, à même le sol. Nous essayerons de nous y rendre dès notre retour du Nord. Terminons ce message en disant que nous suivons de très près l’avancée des dons, et qu’il n’y a rien de plus agréable que voir cette petite cagnotte qui augmente. Nous apprenons que des actions s’organisent dans des écoles, des hôpitaux…  (Merci les collègues !). C’est terriblement stimulant !

  • Philippines help
  • Philippines mission équipe carte
Creative Commons License

Rédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com

Publicité

Commentaires (0)