PSYCHIATRIE

Prévention du suicide : très tôt en milieu scolaire...

Un programme de sensibilisation à la santé mentale développé en milieu scolaire a permis de réduire les tentatives de suicide et les idées suicidaires chez des adolescents, dans une vaste étude européenne, selon des résultats à paraître dans The Lancet.

salle de classe

Un programme ce sensibilisation à la santé mentale développé en milieu scolaire montre des effets très bénéfiques sur la prévention du suicide.

Il s'agit de la première étude européenne, menée dans 168 écoles de 10 pays de l'Union européenne (Autriche, Espagne, Estonie, France, Hongrie, Irlande, Italie, Roumanie et Slovénie), évaluant de manière randomisée un programme de prévention des comportements suicidaires chez l'adolescent, font observer le Pr Danuta Wasserman du Karolinska Institutet à Stockholm et ses collègues. L'étude SEYLE montre qu'un programme de sensibilisation à la santé mentale, mis en oeuvre dans les établissements scolaires, s'adressant à tous les élèves, de courte durée (cinq heures sur un mois), permet de réduire de manière statistiquement significative le nombre de tentatives de suicides et la survenue d'idées suicidaires fortes par rapport à l'absence d'intervention, se félicitent-ils.

Le programme évalué (YAM pour Youth Aware of Mental Health Programme) a été développé pour cette étude : son objectif est de faire prendre conscience aux adolescents de l'importance de leur santé mentale, de leur faire connaître les facteurs de risque et des facteurs protecteurs associés au suicide, de les aider à identifier les symptômes dépressifs et anxieux ainsi qu'à mieux gérer les aléas de la vie, le stress et les comportements suicidaires. Concrètement, le programme est mis en oeuvre par des animateurs formés, à travers des ateliers interactifs et des jeux de rôle, des posters affichés dans les salles de classes, des exposés sur la santé mentale ainsi qu'un fascicule que les élèves peuvent emporter chez eux.

Dans l'étude, les chercheurs ont comparé de manière randomisée le programme YAM à deux autres interventions, le programme QPR (Question, Persuade and Refer), qui consiste à former les professeurs et les autres personnels scolaires à identifier les élèves à risque suicidaire et à communiquer avec eux pour les inciter à consulter, et le programme ProfScreen, qui s'appuie sur un questionnaire distribué aux élèves puis examiné par des professionnels de santé pour repérer...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)