PSYCHIATRIE

Printemps de la psychiatrie : "plantons les graines pour des soins humanistes !"

    Suivant

Après la manifestation du 22 janvier à l’appel de "Pinel en lutte" et de la Psychiatrie Parisienne Unifiée, rejoints par la suite par bien d'autres délégations, une nouvelle journée de mobilisation s'est déroulée ce 21 mars, à Paris, au square Pierre et Marie Curie devant la statut de Philippe Pinel, médecin "précurseur de la psychiatrie". Les soignants sont venus scander leur colère face, notamment, au manque de moyens alloués à la santé mentale. Ils ont ensuite battu la pavé jusqu'à l'avenue de la République arborant fièrement pancartes, banderoles et... bouquets de fleurs. 

Le 21 mars, c'était le printemps de la psychiatrie !

Fleurs dans les cheveux, entonnoir en guise de couvre-chefs, et surtout slogans incisifs, les soignants du secteur de la psychiatrie s'étaient donnés rendez-vous ce 21 mars pour une nouvelle journée de mobilisation nationale après le mouvement de grève du 22 janvierOn est super content de vous voir, de voir que les collectifs fonctionnent. Cela fait 213 jours qu'on est en lutte, 213 jours que l'on crie nos besoins de moyens humains, d'infirmiers. Les patients vont crever la bouche ouverte. On veut des projets de soins avec un sens humain. Les pédiatres partent parce qu'ils sont épuisés, on a deux collègues qui se sont suicidés, s'enflamme une soignante de l'hôpital psychiatrique de Niort. La colère, les burn out, le ras-le-bol frappent de nombreux établissements de soins de santé mentale à plus ou moins grande échelle. On se souvient de la grève de la faim au Rouvray, des perchés du Havre, des campements à Pinel, Caen, Auch et bien d'autres qui se sont déjà mobilisés  pour obtenir notamment des postes supplémentaires. Certains membres du personnel de ces établissements étaient d'ailleurs présents car il est prévu que le mouvement s'inscrive dans la durée. Le temps est devenu un outil pour s'empêcher de penser. Nous ne sommes pas en retard, nous sommes en avance, affirment des soignants à travers un porte-voix.

On nous saigne alors qu'on vous soigne

Une logique économique plutôt qu'une logique de soinsNous sommes ici pour protester contre une évolution délétère du secteur. Même si, pour l'instant, on est un petit peu protégé, on remarque que l'on gratte de plus en plus. On a constaté une baisse de 20% des budgets cette année, explique Sandie, ergothérapeute au Centre Hospitalier du Plaisir. De manière générale, les membres du personnnel soignant ne sont pas remplacés après leur départ. On a de plus en plus...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)