Roselyne et Jean-Arnaud, réservistes à l'EPRUS

Cet article fait partie du dossier:

Humanitaire

    Précédent Suivant

Alors que l'EPRUS poursuit sa campagne nationale 2012 de recrutement, quoi de mieux que des témoignages de réservistes pour inciter les professionnels de santé à y répondre ? Roselyne Daviot, infirmière libérale de 28 ans, fait partie des bénévoles engagés au sein de l'Établissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires (EPRUS).

Roselyne et Jean-Arnaud, réservistes à l'EPRUSElle a mené, lors des Jeux Olympiques de Londres de 2012, sa première mission en tant que réserviste et apporte son témoignage sur cette belle expérience. Quant à Jean-Arnaud Elissalde, il effectue des formations et attend maintenant avec impatience sa première mission sur le terrain.

Roselyne Daviot exerce en tant qu'infirmière libérale depuis cinq ans et effectue des remplacements à Lyon. En juin 2012, elle décide de rejoindre l Établissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires (EPRUS) et devient réserviste. « C'est un collègue encadrant à l'EPRUS qui m'a motivée il y a un an lorsque j'ai passé mon diplôme universitaire de gestion et d'expertise de l'urgence sanitaire. Le rapatriement d'urgence n'était pas une nouveauté pour moi. J'avais en effet déjà l'habitude de partir rapidement en allant chercher des gens un peu partout dans le monde ».

Roselyne explique que « les démarches pour devenir réserviste sont simples. J'ai simplement signé une convention avec l'EPRUS. Je dois ensuite gérer moi-même mon emploi du temps. Les hospitaliers doivent quant à eux obtenir l'accord de leur hôpital s'ils veulent devenir réservistes et celui de leur cadre supérieur pour pouvoir s'absenter un ou plusieurs jours ».

Première mission : les Jeux Olympiques de Londres De manière générale, les missions surviennent au dernier moment, l'EPRUS ayant pour objectif de répondre aux menaces ou crises sanitaires exceptionnelles en France et à l'étranger. « Lors des Jeux Olympiques, c'était différent, explique Roselyne. J'ai reçu un mail m'invitant à me rendre à l'hôpital de Boulogne-sur-Mer au cas où il y aurait une catastrophe sanitaire pendant la durée de l'événement sportif. Cette...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

Daniel72

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Cafouillage ou pas ?

Ayant fait toutes les démarches pour intégrer l'EPRUS (dont la constitution d'un passeport) avec un dossier finalisé en avril, je n'ai pas de nouvelle de mon inscription ; je fais partie de la Réserve ou pas ? au téléphone on me dit qu'on étudie mon dossier (sur un ton très moyennement aimable).
Demande de stages : refusés (là, ils ont su me mailer !)
Mails aussi pour la mission en Guyane...
Actuellement un peu déçu par cette tiédeur (ce mépris ?) émanant d'une institution qui kléronne qu'elle manque de bras...

vataly

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#1

EPRUS

Quoi de mieux que des témoignages ? c'est simple : des procédures simplifiées, une information claire, des correspondants qui vous répondent...aujourd'hui c'est un système digne du service public français = le foutoir.

sinon juste c'est pourquoi le stétho autour du cou sur la photo ??