PSYCHIATRIE

Suzie Q., infirmière (psy) à toute heure

par .

    Suivant

Il y a quelques semaines, nous vous faisions découvrir une chronique de Suzie Q., infirmière en psychiatrie. Auteure d'un blog dans lequel elle partage ses impressions et ses passions, elle nous livre sa vision de sa profession et de la « liberté ». Portrait.

Banquière autrefois, infirmière par choix

femme fenêtre reflexion

Suzie Q, infirmière en psychiatrie depuis 3 ans, réalise la chance qu'ont ceux qui ne perdent pas pied.

Comme beaucoup d'infirmiers, Suzie a décidé d'exercer ce métier afin de donner un autre sens à sa vie. La jeune femme de 32 ans a opté pour une reconversion professionnelle alors qu'elle n'était plus en phase avec sa carrière commerciale. Je travaillais dans une grande banque française et pendant des années je n'étais pas à l'aise dans mon métier. Mes rapports avec les clients ne tournaient qu'autour de l'argent. Il fallait le leur prendre et vite, qu'importe la manière : des crédits à des jeunes qui s’enfonceraient à coup sûr dans le surendettement, des plans d'épargne logement (PEL) à des « petites vieilles » qui n'en ont aucune utilité, des assurance-vie à tout le monde... J'étais très mal à l'aise avec ça, en conflit permanent avec mes propres valeurs. Puis j'ai compris que plus les années passeraient, plus j'allais m'enfoncer. Quand chaque jour tu vas au boulot en ayant honte de ce que tu fais, il faut y mettre un terme ! C'est ce qu'elle a fait. Diplômée depuis 2012, elle se dit « fière d'être infirmière » désormais. Elle considère ce virage professionnel comme une  opportunité de se « racheter ». Mon nouveau quotidien est pour moi une tentative de rédemption pour toutes ces années passées dans le secteur bancaire. Et comme elle l'affirme sur son blog, aujourd'hui elle se sent « infirmière à 100% ». Que ce soit au travail ou en repos, je suis infirmière. Les dimanches ou les féries, je suis infirmière. A la maison ou en vacances, je suis infirmière. Je me lève infirmière, Je me couche infirmière. C'est ainsi tous les jours et ça recommence encore et encore...

Mon nouveau quotidien est pour moi une tentative de rédemption... La « positive mental attitude » selon Suzie Q.Dès l'obtention de son diplôme d’État d'infirmier, pour Suzie Q. c'était clair : exercer le métier en psychiatrie, c'est la possibilité d'intégrer sa propre personnalité dans les soins. Car en effet, l'entretien infirmier, tout comme les activités thérapeutiques, est intimement lié au tempérament du soignant… chacun a sa façon de faire et, en...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

augusta

Avatar de l'utilisateur

69 commentaires

#1

Demander la permission....

Quel dommage de réaliser qu'on est libre parce que des patients "doivent demander la permission"....
Il aurait été plus judicieux de s'interroger sur cette façon de voir les choses:
On n'est pas à l'école, les patients ne sont pas des enfants qui seraient obligés de "demander la permission".
Penser le travail en psy en ces termes ou ne pas réfléchir au sens des mots me semblent être une grave erreur.