AU COEUR DU METIER

Interview exclusive de la première présidente de l'ordre des infirmiers, Dominique Le Boeuf

Cet article fait partie du dossier :

ONI

Le 14 janvier 2009 l’ordre des infirmiers s’est dotée d’une présidente. Découvrez Dominique LE BŒUF dans une interview exclusive accordée a infirmiers.com.

Dominique Le Boeuf, Présidente de l'ordre des infirmiers
Dominique Le Boeuf

Madame la présidente, toutes nos félicitations pour cette élection. Vous avez été élue au premier tour avec plus de 80% des suffrages.

En effet une grande majorité des membres du bureau national m’a montré sa confiance, j’espère ne pas les décevoir. Le Conseil national représente une grande diversité d’exercices et je ne doute pas qu’il pourra être le relai de tous les infirmiers.

Pourriez-vous nous retracer votre carrière ?

J’ai effectué ma formation d’infirmière à l’école de Pontoise où j’ai obtenu mon Diplôme d’Etat en 1982. J’ai ensuite travaillé au centre hospitalier de Versailles dans différents services (médecine, Soins intensifs respiratoires, soins intensifs de cardiologie).

J’ai ensuite effectué ma formation de cadres à Poissy. Puis je suis revenue à Versailles où j’ai exercé en hématologie.

J’ai effectué également des études universitaires (DESS et DEA). J’ai travaillé sur les réseaux de soins. Le sujet de mon DEA est complètement d’actualité puisqu’il portait sur « l’hôpital local, les professionnels de santé et le territoire » !!!

Cela a été très enrichissant pour moi car m’a permis de comprendre le fonctionnement des soins de premiers recours et des professionnels de santé libéraux.

J’ai travaillé aussi deux ans à l’ANAES (qui deviendra plus tard la Haute Autorité de Santé) sur l’évaluation des réseaux de santé et j’ai participé à des dossiers sur l’évaluation des pratiques professionnelles et les recommandations de pratiques cliniques.

Avec le Pr MATILLON, je travaille depuis trois ans au sein d’une mission nationale sur les modalités d’évaluations des compétences des professionnels de santé. Dans le cadre de cette mission, je participe à l’élaboration de référentiels métiers et compétences et particulièrement avec les organisations professionnelles médicales. J’ai à cette occasion travaillé ou participé à des travaux avec la plupart des ordres existants, médicaux et paramédicaux.

Je suis toujours au niveau de l’HAS « personne qualifiée » au sein de la « commission qualité et diffusion de l’information médicale » où l’on traite de sujets aussi vastes que la certification des sites d’informations pour le grand public, la qualité de la visite médicale, les indicateurs en santé…

Je pense que ces expériences ont été très enrichissantes pour vous et sont des atouts pour votre future fonction.


En effet ces expériences ont été très riches et m’ont permis de travailler déjà avec la HAS et les ordres et cela en « interdisciplinarité ». Je garderais d’ailleurs toujours cette orientation car il est illusoire de penser que nous pouvons travailler seul dans son « coin » sur tous les dossiers touchant la qualité et la sécurité des soins.

J’ai vu aussi que vous étiez membre du Haut Conseil de Santé publique

En effet je suis l’une des trois infirmières de cette haute instance. Aujourd’hui les infirmiers sont peu concernés et sollicités dans le domaine de la santé publique car elles ne font pas de recherche et ne développent donc que peu d’expertise dans ce domaine. Ce qui est vraiment dommage, car au sein du HCSP, nous traitons des dossiers tels que la prise en charge des maladies chroniques, la prévention, les déterminants de santé, la iatrogénie ; autant de champs que l’activité infirmière investit pourtant pleinement dans son activité du quotidien.

Quelles vont être vos priorités ?

Ma priorité est de réunir très vite le conseil national pour définir avec lui les priorités à « travailler » de façon à anticiper sur tous les dossiers où l’ordre devra apporter sa contribution. La force de l’ordre est sa représentation nationale, régionale, départementale, il n’est pas question que des dossiers soient traités en chambres par des élus isolés. Ma priorité est que l’ordre élabore au plus vite son code de déontologie.

Quelle va être la place des associations et des syndicats ?

Je compte beaucoup sur les associations pour m’aider à tirer la profession vers le haut. Je ne suis ni IADE, ni IBOBE, ni puériculteur pour ne citer que les grandes spécialités. J’ai donc besoin des associations pour mieux cerner les enjeux et les positions à prendre. L’expertise des ces associations est nécessaires pour instruire des dossiers spécifiques. Le Conseil national de l’Ordre des médecins, s’appuie sur les sociétés savantes pour produire la connaissance médicale et scientifique. Je ne doute pas que les associations infirmières puissent évoluer vers des organisations types sociétés savantes afin de pourvoir produire à terme sa propre connaissance.

Y-a t-il d’autres sujets importants ?

Ils sont très nombreux et aussi variés que la profession infirmière compte de champs d’activité. Je ne doute pas que notre Ordre va permettre à la profession de sortir d’un discours trop souvent hospitalocentré.

Et des dossiers comme le LMD ?

C’est en effet un dossier important mais il me semble qu’il y ait eu précipitation ces derniers mois sur ce sujet sans attendre que l’Ordre soit en mesure de donner un avis instruit et documenté. L’ordre va prendre ces dossiers alors que le référentiel de compétences des infirmiers est validé et que celui de la formation initiale est en passe de l’être. Ce qui est fait est fait. Ce dossier engage pourtant, l’évolution de la profession et par conséquent la sécurité et la qualité des soins à venir.

Du travail en perspectives !

Oui mais cela ne me fait pas peur et c’est avec beaucoup de volontarisme que j’aborde cette nouvelle Présidence  !!! Il va de soi que l’Ordre va se construire progressivement et mon souhait est que chaque infirmier(e) puisse s’y reconnaitre.

La redaction d’infirmiers.com tient ici à remercier la présidente pour son accueil et son professionnalisme et lui souhaite bon courage.

Bibliographie

  • KOFFI (K), LE BŒUF (D) : « Les compétences infirmières en recherche scientifique, un standard universel », Soins n° 717, juillet/aout 2007
  • LE BŒUF (D) : « Violences et soins : parler de la violence pour mieux la gérer, coordination du dossier », Soins n° 715, mai 2007
  • LE BŒUF (D) : « Ordre et désordre infirmiers : un Ordre pour les infirmiers, déontologie et modernité, coordination du dossier », Soins n° 709, octobre 2006
  • LE BŒUF (D), CLEMENT (R), SCHARFF (JJ) : « Un Ordre des infirmiers en France, Une vieille histoire récente », Soins n° 709, octobre 2006,
  • LE BŒUF (D) : « La consultation infirmière, enjeux et perspectives pour la profession », Soins n° 707, juillet/août 2006
  • LE BŒUF (D), MATILLON (Y) : « La profession infirmière à son tour incitée à évaluer ses pratiques », Soins Cadres n° 58, mai 2006
  • Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé – « Evaluation des réseaux de soins : bilan de l’existant et cadre méthodologique », Mission évaluation des réseaux de soins - Paris : ANAES - 2001, 63p. Auteur : LE BŒUF (D) sous la coordination du Pr Y. MATILLON, Directeur Général de l’ANAES et C LACHENAYE LLANAS, Directrice de l’Accréditation.

Creative Commons License
Rédacteur en chef IZEOS
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (4)

frondupepagiline

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#4

NOOOOOOOOOON !!!!

comme les autres à la tête de l'oni (honni ! ):

des pseudos infirmières qui se sont vite éloigner des soins aux malades pour ne plus se fatiguer !!!! NOOOOOON !

faire un chèque , fusse t il de 30 euros ou 2 centimes pour aggraver la fainéantise de ces ex-pseudo-infirmières :NON !!!

norlevo33

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#3

Ben voyons

je rêve pas on parle bien de l'ordre infirmier, que fait elle à ce poste , de plus cela fait longtemps qu'elle n'exerce plus comme beaucoup le metier d'infirmier mais celui de moulin à vent , sérieusement y a bien des gens payés à rien à faire et là personne ne dit rien...

nathanmetz

Avatar de l'utilisateur

10 commentaires

#2

NON A l'ordre

Cette ordre est illégitime!!!

L'organisation des élections elle même une fadaise pouvant être annuler par plainte au tribunal administratif en raison d'un défaut de procédure d'élections puisqu'il est facilement prouvable que tous les électeurs inscrit non pas eu accès au matériel leurs permettant de voté, un certain nombre de DRASS ayant été prévenu.

Deuxièmement qu'elle légitimité quand les infirmiers non pas été convié à s'exprimer sur le désir d'un ordre ou non.

Troisièmement nous avons combattu le fichier edwige ce n'est pas pour permettre à un ordre de ficher les personnes, ( voir l

barney

Avatar de l'utilisateur

127 commentaires

#1

Pour qui elle se prend ?

Elle le dit elle-même : Elle n'est plus IDE depuis belle lurette. C'est devenu une "rond de cuir" mais ce n'est plus une soignante.

Qu'elle créée un ordre des cadres mais qu'elle foute la paix aux IDE, aux VRAI(E)S !!!