AU COEUR DU METIER

Ordre Infirmier - La présidente écrit au ministre

Cet article fait partie du dossier :

ONI

Dominique Le Boeuf adresse à Xavier Bertrand une lettre qui apparaît bel et bien comme celle de la dernière chance : la situation financière catastrophique de l'Ordre impose ou la redéfinition de ses missions ou sa disparition.

La publication de cette lettre par Infirmiers.com n'est pas le fruit d'une "fuite". Elle tient à la volonté du Conseil national de l'Ordre infirmier d'informer l'ensemble de la profession en toute transparence.

Nous avons la faiblesse de penser que le choix de notre site pour cela tient d'une part, au voeu de transparence que nous avons émis dans notre article sur la lettre des 4 conseillers ordinaux à Madame Le Boeuf, ce dont nous prenons acte avec satisfaction, d'autre part au sérieux des informations qui y sont publiées.

Indépendamment de notre supposée adhésion ou opposition à l'Ordre, nous le remercions avec fierté pour sa confiance.

 

Lettre de Madame LeBoeuf à Monsieur Xavier Bertrand - PDF

Monsieur le Ministre,

Nous avons été reçues le 1"' mars 2011 par votre Directrice de cabinet, Mme Marguerite BERARD-ANDRIEU. Ce rendez-vous répondait à la demande d'audience que je vous avais prié de bien vouloir nous accorder personnellement.

Participaient en outre à l'entretien MM. François-Xavier SELLERET, directeur adjoint de votre Cabinet, directeur du Cabinet de Mme Nora BERRA et Yan BUBIEN, conseiller pour l'hôpital, l'offre de soins et les relations sociales.

Je souhaite par la présente résumer l'essentiel du contenu de cette rencontre, afin de vous en informer et d'en rendre compte à nos collègues èlus ordinaux.

Il n'a été question que des finances de l'Ordre. Nous n'avons pas pu aborder les actions que notre institution a réalisées en deux ans d'existence pour la santè publique, les infirmières et les infirmiers, en application de la loi qui lui a donné vie. Nous leur avons néanmoins remis à ce sujet un dossier substantiel que vous pourrez consulter si vous le souhaitez.

Nous avions également apporté les données financières et de gestion détaillèes qui servent actuellement de base à la prèparation de notre troisième budget annuel, pour l'exercice mai 2011-avril 2012.

Les ressources de l'Ordre, en fonction du nombre des infirmiers devant être inscrits à son tableau, devaient, à l'origine, s'élever à 38,5 M€. En réalité, du fait de campagnes d'obstruction et de désinformation persistantes, confortées par diverses déclarations officielles, le montant recouvré durant l'exercice mai 2009-avril 2010 s'est élevé à 4,64 M€ seulement. Il est estimé à 4,05M€ pour l'exercice en cours.

Nous avons néanmoins jugé, durant ces deux ans, que nous devions remplir nos propres devoirs légaux, et que la vérité, le droit et le bon sens finiraient par l'emporter. Nous avons donc commencé à bâtir une organisation strictement minimale pour être en mesure de remplir ces devoirs. Loin d'exécuter intégralement les budgets que nous avions adoptés sur des bases déjà rigoureuses, nous n'avons engagé durant ces deux exercices initiaux que 5,05 M€ et 11 ,6 M€.

Néanmoins, l'ONI enregistre actuellement un déficit cumulé de 5 200000 €. Ce déficit s'alourdit en moyenne de 600 000 € par mois.

Les conséquences en sont désormais dramatiques pour la survie à très court terme de notre institution. Notre banque ne peut - et c'est logique - envisager de renouveler son prêt à une institution, même chargée d'un service public de sécurité sanitaire, dont l'Etat encourage le boycott et qu'il conduit ainsi inéluctablement à l'asphyxie.

Nous avons bien entendu les messages transmis de votre part :

  • les infirmiers seraient hostiles à s'inscrire à l'Ordre et beaucoup de parlementaires formulent à propos de la cotisation ordinale des avis très nègatifs ;
  • l'Etat ne peut aider financièrement l'Ordre et il n'est pas question qu'il lui apporte une quelconque caution;
  • malgrè son indèpendance, l'Ordre doit « proposer un montant de cotisation considéré comme acceptable par le Gouvernement» ;
  • votre propre position sur ce montant est inchangée depuis les débats sur le vote de la loi du 21 décembre 2006 : il devrait être « symbolique ». Vous souhaiteriez, de préférence, un euro symbolique. A défaut, 30 € seraient un maximum
  • l'Ordre doit établir un budget de fonctionnement à partir de cette obligation et non en fonction des besoins, même minima, de son fonctionnement pour répondre à ses missions;
  • il doit donc proposer un modèle de fonctionnement allégé, soit en supprimant un niveau et notamment le département, soit en simplifiant la procédure d'inscription au tableau, qui permette de mettre en adéquation budget contraint et faisabilité.

En conclusion, selon ce qui nous a été indiqué, vous pensez que l'Ordre des infirmiers aurait dû se construire bien plus lentement. Il n'aurait pas dO dans un premier temps prendre l'ampleur qu'il a actuellement, même s'il ne répond pas encore dans ce format à toutes ses missions.

Vous suggérez qu'il n'accomplisse pas l'intégralité de celles-ci et vous lui demandez de définir celles qu'il souhaite abandonner. Selon vous, en effet, ce serait l'ONI et non le pouvoir politique qui devrait se charger de cette responsabilité, en demander lui-même l'amputation des compétences qui lui ont été confiées par le code de la santé publique, comme aux autres Ordres.

Vous nous demandez de nous rapprocher de notre banque pour lui proposer une modélisation financière à partir d'une cotisation de base de 30 euros. Ce montant devrait permettre à la fois le retour du budget à l'équilibre et le remboursement de la dette.

Cette proposition de modélisation devrait parvenir au Ministère dans moins d'un mois.
A défaut, le Ministère laissera l'Ordre des infirmiers aller jusqu'à la cessation de paiements.
Nous avons tenu à vous rapporter aussi précisément que possible les propos qui nous ont été signifiés en votre nom, pour votre information et celle de tous les élus des infirmières et des infirmiers.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de notre haute considération.

Myriam PETIT
Secrétaire générale du CNOI
Présidente du Conseil départemental
de l'Ordre des infirmiers des Hauts-de-Seine

Dominique LE BOEUF
Présidente du CNOI

Creative Commons License
Rédacteur en Chef IZEOS
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (16)

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#16

reste de l'argent

me le boeuf a pu se payer de la pub dans le journal metro du jour
Le deficit ne doit pas etre assez abbyssal

viperus

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#15

Non, non, non...non je ne veux pas payer !!

30 e ???!!!! niet, niet, niet aussi !! Toutes mes condoléances à Domi !!

GIZ

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#14

Chacun pour soi

"Garde plutôt tes 75 euros pour prendre une protection juridique"
CQFD

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#13

IDEL giz

idel depuis plus longtemps que toi, je peu te certifier que l'ordre n'aurait servi qu'a asseoir certain cabinet liberaux en s'attaquant comme par hasard aux cabinet concurent
ET au sujet du FNI ce sont leurs elus en majorités qui te " represente " à l'oni
Garde plutot tes 75 euros pour prendre une protection juridique

GIZ

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#12

Des larbins

Bravo ! chacun pour soit est le letmotiv dans le milieu infirmier. Continuons nous resterons les larbins des autres professionnels de santé qui eux ont un ordre pour les représenter.
Et les syndicats ne direz vous ?
Infirmière libérale depuis peu je viens d'apprendre que la FNI avait été signataire d'une convention avec les SIAD afin d'appliquer les tarifs conventionnels alors que nos interventions sont considérés par l'URSSAF comme non conventionnées...
...des larbins vous dis-je.

manup49

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#11

purée de carottes pour l'oni

Cela fait déjà de nombreux que j'estime les carottes carbonisées concernant l'ONI!!
Sur le terrain rien ne nous laisse entendre que l'ONI est voulu faire avancer quoique se soit!
perso diplomé depuis avril 2010 je n'ai jamais reçus de lettre et tant mieux. A croire qu'ils n'ont même pas pris la peine d'oser me demander leur foutu cotisation pour exercer légalement!!
et puis même gratuitement sa sera non!
Pas besoin de l'ONI pour exercer dans des conditions qui sont déjà de toutes manières proches de l'illégalité!!
Les têtes vont pouvoir tombées la haut!!
A Dieu Me LeBoeuf.

lapikouzesimone

Avatar de l'utilisateur

31 commentaires

#10

même à trente euros ..

même à trente euros , l'oni , c'est non !

Bistouquette

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#9

Bizarre

C'est quand même bizarre infirmiers.com est le seul média infirmier a avoir reçu cette lettre... il semblerait que les autres se soient démerdés par eux-mêmes.
Actusoins, Espace infirmiers, soignants.com (qui pour ce dernier nous en apprend -si c'est vrai- de biens bonnes !) http://www.soignants.com/sn/news/article-386-le-naufrage-l-oni.html

Je dis bizarre car les élus reprochaient l'opacité la plus complète des communiqués mais maintenant ils les ont en même temps que ce site lol

ilade26

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#8

Lettre consignée

Tiens , je viens de remarquer que la Présidente Nationale Leboeuf est mise sous tutuelle par une secrétaire générale et présidente départementale des Hauts de Seine....

Ca flaire bon le Politburo soviètique des années 1970-80 .

Les 4 présidents départements s'insurgeant contre la lettre de la présidente , ne peuvent ils pas demander une motion de censure ??? Ou bien le fonctionnement interne de l'Ordre ne relève pas de la démocratie , mais d'une oligarchie ???

ilade26

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#7

Je paierais pas

Je viens de recevoir une seconde lettre de relance de la cotisation 2010-2011 , j'ai jamais eu la premiere .
Il est hors de question de payer pour 2 mois un caducée avec des fautes sur mon nom .

Supprimer les CDOI madame Leboeuf ??? Pourquoi pas abandonner le luxueux local rue saint anne , à défaut de courageusement démissionner .

Vous avez tuer l'Ordre avec votre non écoute de la base infirmière , avec la complicité étatique qui délégue une mission de service publique sans en allouer le budget de départ .

Adieu , et merçi aussi aux syndicats qui décrient tant l'ONI , mais qui se sont et se précipitent aux élections ordinales pour s'y faire élire .

France , tu es bien mal gouvernée à tous les niveaux , à quand la baisse de la note de 3A à 2A , car on touche vraiment le fond .
En 2012 , faudra pas pleurer chers bourgeois, sur le spectre de 2002 et la vague Bleu Marine ...

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#6

Norma Colle

Même gratuit c'est NON à l'ONI!!

momo973

Avatar de l'utilisateur

14 commentaires

#5

Alléluia !

Lesq soins palliatifs fonctionnent très bien en France.... La preuve !!

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#4

n importe quoi

allez me le boeuf et vos amis cadres faut pas rester, couler l'oni et rentrer dans l'histoire comme le capitaine du titanic

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#3

clap final?

Là ou mme Le Boeuf se trompe, c'est en pensant qu'il ne s'agit que d'obstruction ou de désinformation comme origine du rejet par les infirmiers. A 30€, l'ordre sera sûrement aussi endetté. Quoi qu'il arrive, on peut dire que c'est fini financièrement. Reste à voir si la présidente se ménagera une porte de sortie en acceptant les conditions du gouvernement.

Enfin, concernant les "liens" entre infirmiers.com et l'ordre, force est de constater que la rédaction d'infirmiers.com a rarement fait d'investigation en interne contre l'ordre (ils n'ont jamais profité des fuites), contrairement à d'autres, ont accepté au début que les sites ordinaux mettent en lien l'adresse du site (l'ordre autorise t il la pub?), accompagnée de celles des syndicats uniquement pro ordre (l'amalgame est vite fait lorsque l'on se trouve qu'accompagné de pro ordres), et certains intervenant ici avec l'image du site ont clairement affirmé leur soutien à l'ordre (Dopamine, JJland entre autres). Pas de quoi être étonné de se voir média choisi par l'ordre...

papillonbis

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#2

lamentable

Quand est-ce qu'il comprendrons qu'il ne s'agit pas seulement d'un problème de cotisation.
L'ordre infirmier,... on en veut simplement pas!!!!!!
C'est pourtant clair.

mimicra

Avatar de l'utilisateur

95 commentaires

#1

peuchère

les carottes sont elles cuites ?