AU COEUR DU METIER

Ordre infirmier - Le président répond au ministre...

Cet article fait partie du dossier :

ONI


Le président du Conseil national de l'Ordre infirmier (CNOI), Didier Borniche, a justifié le 23 mars 2012, dans un courrier au ministre du travail, de l'emploi et de la santé, Xavier Bertrand, les multiples relances que l'Ordre a adressées aux infirmiers inscrits qui n'ont pas payé leur cotisation.

Xavier Bertrand a demandé à Didier Borniche de suspendre ces opérations de recouvrement, dans une lettre datée du 16 mars 2012. Il avait reproché à l'Ordre "le ton comminatoire" des courriers adressés aux infirmiers, et le fait qu'ils s'accompagnent d'une injonction de payer.

Dans sa réponse au ministre, le président du CNOI affirme qu'il veut le convaincre "du bien-fondé de cette démarche", et sollicite un entretien avec lui.

Il rappelle que l'Ordre, lourdement endetté, a dû engager un plan de restructuration reposant sur l'objectif d'encaisser "100.000 cotisations au mois d'avril". Il argue qu'un manquement à cet engagement "ferait à nouveau peser la menace de la cessation des paiements" de l'Ordre, compromettant l'accomplissement de ses missions de service public.

Didier Borniche observe que la relance qui a fait réagir le ministre n'était "jamais que la sixième depuis huit mois", les autres remontant à août 2011.

Ces rappels ont permis que près de 30.000 infirmiers "régularisent leur situation", affirme-t-il, indiquant que l'Ordre compte désormais 113.381 infirmiers inscrits, dont 93.936 à jour de cotisation, contre 64.926 cotisants au 31 août 2011.

Il rappelle que l'Ordre n'a pas souhaité "s'engager sur la voie contentieuse" à l'encontre des infirmiers non inscrits au tableau.

Publicité

Commentaires (7)

mimicra

Avatar de l'utilisateur

95 commentaires

#8

Encore ?

Bon ça suffit les contre ordre, d'investir le terrain.
Ils vont croire que nous sommes plus fort et plus nombreux que les pro ordre / ordinés.
D'ailleurs je crois que nous faisons bien trop d'ombre à ces milliers d'ordinés : Millier, que dis je ? nous faisons trop d'ombre à ces 2 pôvres ordinés qui pensent être re^résentatif de la profession ...

Boularand, Fred ex ide
Nous avons fait fuir leurs 3 ex copains de bataille : moukat, leo, jj, ...

Ben oui quoi, faut arrêter de leur poser des questions qui dérangent leurs majestés ..

Ou est passé tout le fric chopé cette année 2011/2012 ? Quel était d'ailleurs le budget ?

Quid des élections qui n'auront jamais lieu ? Est ce à dire que les gens à la tête de l'ordre le sont pour toujours et à jamais ? (ouachhh bonjour le déni de démocratie)

Quid du prochain budget (2012/2013) ?

Comment va se passer la fin de l'ordre ?
De l'aveu même de son président, ça chauffera pour lui, si jamais la banque veut récupérer ses pépéttes. "y'a l'feu au lac ..."

Qu'en pensent donc nos très chers défenseurs ordinaux/ ordinés ?

Mais ils sont où ? mais ils sont où ??


Bon voilà, moi aussi, finalement, je continue d'occuper le terrain, je viens encore de rajouter un peu d'ombre au tableau "ordinal" ..

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#7

...

n'importe quelle "entreprise", au bout de 5 ans de résultats aussi lamentables, aurait été contrainte à mettre la clé sous la porte, même contre sa volonté

ici, rien...on laisse faire et on veut obliger les IDE a rembourser une dette qui n'est pas la leur et tout ça pour du vent, pour au final ne rien avoir d'autre que des emm....

le but de la cotisation à un ordre est de lui permettre de fonctionner, pas de rembourser les dettes qu'il a accumulées par une gestion déplorable

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#6

1/3

Donc 1/3 des cotisants le sont aprés menaces
sur 114000 inscrits à l'ordre 40% ne sont pas à jour de cotisations ou ont cotisés apres menaces
bravo sur 500000 infirmier meme pas 10% pro ordre
Nous ne sommes plus en democratie apres 5 ans un score aussi mediocre aurait du fermer l'omi

jamaa

Avatar de l'utilisateur

10 commentaires

#5

ahurissant

C’est ahurissant, l’ordre n’a pas été souhaité par l’immense majorité des infirmières ; il a malgré tout été créé, a dépensé l’argent qu’il n’avait pas, et maintenant les infirmières sont sommées de rembourser cette gabegie financière, afin que l’ordre accomplisse ses "missions de service public"….
Je paye déjà des impôts pour les services publics, je me refuserai toujours à payer la moindre cotisation à un ordre, que je n’ai pas choisi et qui a largement démontré son inutilité, son pouvoir de nuisance et son incompétence.

Phil

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#4

Borné !

Raz le bol de voir la profession représentée par un "mal comprenant" pareil !
( pour rester poli... )

la fée calôme

Avatar de l'utilisateur

45 commentaires

#3

Tout çà pour çà ?

Etre obligé d'envoyer des menaces pour contraindre des infirmières à adhérer à quelque chose qu'elles n'ont jamais demandé est une démarche repoussante. Aussi repoussante qu'est l'Ordre Infirmier qui n'a même plus la légitimité des 13,93% d'avril 2008. Une honte professionnelle !!!

execho

Avatar de l'utilisateur

97 commentaires

#1

la galère!

stop!dit monsieur le ministre,vous agacez les syndicats et les infirmières.Ben,répond monsieur Borniche,je fais quoi maintenant:parce que l'idée de l'ordre qui se construit gentiment au gré des infirmiers cela ne va pas assez vite et la justice,monsieur le ministre,c'est un truc indépendant qui va prononcer la cessation de paiement.C'est bien du tracas que d'être au service d'une cause perdue.