COOPERATION

Pose de voie veineuse centrale : oui aux infirmières

Cet article fait partie du dossier :

Coopérations interprofessionnelles

Le protocole de coopération permettant aux infirmières de réaliser des poses de voie veineuse centrale développé au Centre Léon Bérard à Lyon a été autorisé par l'Agence régionale de santé (ARS) Rhône-Alpes, a annoncé l'établissement lors des Rencontres de la cancérologie française (RCFr) qui se sont tenues à Lyon début octobre 2013.

pose de voie veineuse centrale

Un cathéter inséré dans la veine jugulaire

Après trois ans de combat, nous avons obtenu l'autorisation pour la pose des voies veineuses centrales par les infirmiers, a indiqué le Pr Sylvie Négrier, directrice du Centre Léon Bérard à Lyon, lors d'une session où elle déplorait le manque d'acteurs de santé intermédiaire pour aider les médecins sur l'information et la coordination.

Cette délégation d'actes s'inscrit dans les coopérations prévues par l'article 51 de la loi HPST (hôpital, patients, santé et territoires). Les infirmiers suivent une formation spécifique pour les réaliser.
L'arrêté autorisant la délégation a été publié par l'ARS Rhône-Alpes. Le protocole avait reçu un avis favorable du collège de la Haute autorité de santé (HAS) en juin 2013.

La pose de voie veineuse par l'unité d'accès vasculaire du département d'anesthésie réanimation représente environ 2 500 actes par an dans ce centre de lutte contre le cancer. Ce protocole a été développé en 2009 par le département d'anesthésie et de réanimation pour améliorer l'accès aux soins en réduisant les délais de prise en charge mais aussi pour améliorer la gestion des ressources humaines, tout en garantissant la qualité des soins, indique l'établissement. Le projet a été mené en étroite collaboration avec la direction des soins infirmiers. En 2010, les infirmiers participant à l'expérimentation ont reçu une formation théorique et pratique au Centre Léon Bérard.

En 2012, sur 2 324 actes, 1 588 ont été réalisés par les infirmiers de l'unité d'accès vasculaire. Le premier bilan de cette action a montré que la délégation de cet acte n'a pas induit de complications supplémentaires. Les prescripteurs sont satisfaits du dispositif et les délais de prise en charge ont diminué. Les patients interrogés sont également très satisfaits de cette prise en charge.

Nous voulions surtout améliorer la lisibilité de la trajectoire des patients et aussi permettre une évolution professionnelle pour ces soignants

Le protocole est limité aux établissements posant au moins 1 000 voies veineuses centrales par an dont au moins cinq par professionnel et par semaine et 20% par les médecins délégants. L'ARS a considéré qu'il était de nature à répondre au besoin de santé en région Rhône-Alpes et à l'intérêt des patients. Un suivi du protocole est prévu avec une série d'indicateurs dans le cadre de l'expérimentation (taux d'adhésion des patients, part de l'activité liée à la coopération, impact organisationnel, satisfaction).

Nous voulions surtout améliorer la lisibilité de la trajectoire des patients et aussi permettre une évolution professionnelle pour ces soignants, a indiqué le Dr Hervé Rosay, coordonnateur du département d'anesthésie-réanimation, joint par l'APM.

Actuellement, les infirmiers réalisent 70% des poses de voie veineuse centrale, 1 700 en 2013. Cela libère du temps médical et nous avons pu augmenter le nombre de poses réalisées de 1 000 depuis 2004. Il n'y a aucune complication. Toutes les voies sont posées sous échographie, a-t-il précisé.

Le financement n'est pas modifié puisque cela s'inscrit dans le prix de séjour (GHM) en médecine de jour ou ambulatoire. Le protocole ainsi reconnu a une portée nationale et les équipes intéressées peuvent se l'approprier.

Retour au sommaire du dossier Coopérations interprofessionnelles

Publicité

Commentaires (6)

pittoresque80

Avatar de l'utilisateur

14 commentaires

#6

Vous êtes autant capable qu'un médecin, vous nêtes pas des idiotes...

... Il y a moins d'un siècle, les infirmières étaient des gardes malades considérés comme tout juste capables de vider un urinal ... Il y a 15 ans, elles ne faisait pas de gazométries...
... Et pourtant aujourd'hui elles sont capables de faire des prélèvements sanguins en artériel, sont expertes dans la prise en charge des plaies, elles ont un rôle propre...
Je regrette que tu puisse croire que tu es idiote mais je t'en supplie, ne nous met pas tous dans le panier.
Je pense que nos confrères et consœurs sont moins bêtes que tu le pense.
Nous sommes autant professionnels et capables qu'un médecin sous couvert d'une formation de qualité et adaptée pour faire certains actes. Et avec l'expérience nous deviendront peut être même des experts concernant ces actes.
Mais pour que l'on soit considèré expert, il faut déjà que nous même nous nous considérions comme tel... Oui chères consœurs vous êtes moins idiotes que vous ne le croyez. n'agissez pas comme de simples exécutantes incapables de réfléchir. Soyez dans la proposition, dans la réflexion (oui vous avez un cerveau) et dans l'action plutôt que ds l'opposition.
d'autre part, rien n'est choquant de vouloir dégager du temps médical, de vouloir faire des économies dans une période de vache maigre afin de pérenniser l'un des meilleur système de santé au monde. Quand aux syndicats professionnel (plutôt que de faire une bataille de pouvoir avec l'ONI) c'est à vous de monter au créneaux pour que notre profession en pleine mutation obtienne la reconnaissance salariale qui en découle.

san80

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#5

pose de jugue par les IDE

Je trouve scandaleux que ce soit les IDE qui posent des jugues ou des sous-claves.
Aucune reconnaissance !!!

Sancho

Avatar de l'utilisateur

182 commentaires

#4

Ne restons pas sur le glissement de TACHE

On va vers un glissement de tâches largement annoncé depuis des années.

Je ne trouve rien de scandaleux dans le fait que des infirmiers formes puissent poser des CVC en conformité avec les bonnes pratiques et ceux en toutes sécurité et en toutes transparences pour les patients.

Il me semble qu'au lieu de refuser ou de nier des pratiques qui deviennent inévitables, il serait préférable que les syndicats s'impliquent dans ces dossiers de coopération pour trouver comment valoriser ces pratiques pour les infirmiers en évaluant par exemple les bénéfices qu'il produit tant au niveau des médecins, des infirmiers, des hôpitaux, de la sécurité sociale et surtout des patients.

stropha

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

Mais où va-t'on?

Suis-je une des seul(e)s à trouver cela scandaleux? o_O

#2

Basta!

""Après trois ans de combat, nous avons obtenu l'autorisation pour la pose des voies veineuses centrales" par les infirmiers, a indiqué le Pr Sylvie Négrier, directrice du Centre Léon Bérard à Lyon"

Trois ans de combat d'un médecin professeur directeur pour permettre aux IDE un glissement de tache qui économise du temps médical au profit financier de la structure sans aucune reconnaissance!

Tu m'étonnes que l'ARS valide!

ARS qui ne vient même pas en CHSCT alors que nous traitons de situations qui mettent en péril la continuité et la qualité du service public dans des services essentiels en crise et dans le cadre d'un doit d'alerte.

Ils font des choix, faisons les nôtres!

Des combats, il y en a;
-reconnaissance et compensation de la pénibilité
-conditions de travail
-salaires...

Ne nous trompons pas de combat!

Toujours plus avec toujours moins, ça suffit!

Chers collègues, regroupez vous, parlez vous, organisez vous, préparez vous car nous ne pouvons continuer comme ca.

Nous ne pouvons ni ne devons car nous constatons tous les jours le résultat des politiques appliquées par nos têtes (bien)pensantes qui nous éloigne du l'exercice de nos métiers tel que nous souhaiterions l'exercer.

La logique qui est à l’œuvre est une logique financière qui va à l'encontre de la logique soignante tournée, elle, vers l'humain!

Marre de ce discours qui veut nous faire croire qu'on ne peut pas faire autrement!

Les soignants, c'est nous. Décidons autrement pour nous-mêmes et dans l’intérêt des patients et de tous!

Relevons la tête et luttons chers collègues, un autre monde est possible, il n'attend que notre réveil.

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

241 commentaires

#1

De nombreux commentaires... sur facebook

De très nombreuses réactions à cet article sont à lire sur notre page facebook https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=10152608309281490&id=212839266489
N'hésitez pas à réagir également ici, sur cette page !