HUMOUR

Amour, gloire et bétadine - Le fantôme du dromadaire

Cet article fait partie du dossier :

Humour

Vous avez adoré son abécédaire « caustique », vous adorerez désormais ses chroniques « déglinguées ». L'infirmier Didier Morisot s'invite sur nos pages et, sans nul doute, nous serons nombreux à partager le menu... Bon appétit avec aujourd'hui sa première chronique : "le fantôme du dromadaire".

Temoignage d'un infirmier du SMUR

Il y a des jours où l'on ferait mieux de rester sous la couette. Le problème, c’est qu’on ne les connaît pas à l’avance… Tout avait pourtant bien commencé ce mardi : une salle d’attente des urgences aussi vide que le cerveau d’un énarque (!), une ambiance sereine de veillée au coin du feu. Je me revois encore partageant, en toute modération, une petite bière avec mes camarades en poste : le liquide ambré qui remplit doucement le verre, la mousse qui scintille au soleil… Devant tant de beauté, il est parfois difficile de retenir son émotion… Cependant, la consommation paisible de substances désaltérantes s’accorde mal avec une astreinte d’aide médicale urgente. C’est toujours lorsqu’on fait le plein ou, à l’inverse, quand on change l’eau du bocal, que la corne de brume du SMUR se met à beugler…

De plus, hélas pour moi, la participation à l’effort démographique national s’accorde mal avec les nécessités de service. La moitié de mes collègues féminines ayant décidé de repeupler notre beau pays, je remplace la préposée habituelle au service après-vente du SMUR, noyée sous les couches-culottes. J’ai été en effet promu, de fraîche date, au grade de suppléant (catégorie piège à c... de première classe…) et je fais partie de la deuxième équipe de dépannage, celle qui monte au front lorsque la première a déjà les mains dans le cambouis… Et comme la première s’occupe depuis une heure d’un gars en plein infarctus…

« Connerie d’électronique ! Comment ça marche cet engin ? Après deux minutes de pianotage intensif, nous arrivons à établir le contact. »

C'est parti...

J’enfile donc avec un empressement relatif le blouson fluo, celui où il y a écrit « SAMU » en gros caractères. Certains d'ailleurs aiment bien le porter car il est très fun. Pour ma part, cela me fait autant plaisir que de jouer au tennis avec un grizzly. Mais bon, ça fait partie du deal, impossible de se défiler…

Je me renseigne avant de batifoler sur la route. Nous allons donc secourir une femme de 91 ans, en détresse respiratoire. Moi dont la hantise était de ranimer un nourrisson, je suis (si on peut dire) relativement soulagé… Très relativement, entre nous car je ne suis quand même pas très fier. Ma promotion est récente et c’est la deuxième sortie de ce genre de ma carrière. La première fois, le pauvre gars a pris peur en apprenant qui venait le chercher et il s’est enfui vers un monde meilleur sans nous attendre…
Bref, me voilà parti en goguette avec Saïd, notre interne marocain récemment nommé, lui aussi. En fait, nous avons tous deux autant l’habitude de sortir en SMUR que le pape a celle de se casser la jambe en sautant d’une montgolfière. Mais à 91 ans, on ne risque plus rien !

Il est 10 h 03 et nous partons. Saïd prend le volant. Depuis que son cousin a explosé en plein désert un dromadaire en sa compagnie, il est très prudent et préfère conduire lui-même. Rien à dire, c’est lui le chef. Ain de repérer son territoire, il inspecte la voiture. Puis, tout en roulant à la vitesse folle de 50 km/h, il fixe le tableau de bord. « Dis-moi, Didier, c’est quoi tous ces boutons au milieu ? » Excellente question, je vous remercie de me l’avoir posée. Comme Jean-Luc Mélenchon feuilletant les cours de la Bourse, j’avance la main en tremblant. Allez, tant pis, j’ose. Et m..., c’était la sirène deux tons. Sur le trottoir, un doberman fait un bond en avant. Sa maîtresse, qui n’a pas vu arriver la secousse, manque de se faire arracher le bras à cause de la laisse. Je me cache le visage car je suis connu au village…

Il n’est que 10 h 04 et nous ne sommes pas sortis de l’auberge… Réprimant un accès brutal de mélancolie, je me plonge dans l’itinéraire à suivre. C’est que nous allons au fin fond de la campagne… Évidemment, la déviation n’est pas marquée sur la carte, ça serait trop pratique. Tout en guettant de l’œil les panneaux de signalisation, je m’intéresse aussi à la radio qui attend bêtement qu’on la mette en marche. En effet, nous sommes censés causer au micro afin de tenir l’hôpital informé de notre périple.

10 h 06. Connerie d’électronique ! Comment ça marche cet engin ? Après deux minutes de pianotage intensif, nous arrivons à établir le contact. « Allo, ici Papa Tango Charlie, nous nous dirigeons vers l’Est, en plein dans la bouillabaisse… ». Bien sûr, entre-temps, nous ratons le carrefour qu’il aurait fallu prendre. On ne peut pas raconter sa vie à la radio et faire attention aux embranchements.

A 10 h 10 nous faisons demi-tour afin de rejoindre le bon itinéraire. Mon pilote commence à prendre confiance en lui et frôle les 70 km/h. Dans les mêmes circonstances, un ambulancier standard tournerait aux environs des 130… « Tu sais, Saïd, tu peux aller plus vite ; la voiture est rodée… ». Ma remarque ne semble pas faire plaisir à Michaël Schumarrer.
« Je n’ai pas l’habitude de rouler très vite ; un animal peut couper la route sans prévenir. Tu sais, Didier, il vaut mieux être prudent et arriver en entier ! » T’as raison, Gédéon. Après tout, c’est pas comme si on était un service d’urgences…

10 h 12. Histoire de passer le temps, je postillonne dans le micro afin de demander des infos. On ne sait jamais, après tout, nous sommes à l’ère de la communication... mais niet, l’hôpital n’a aucun scoop à nous refiler. Tiens, je vais essayer d’appeler les pompiers car ils doivent être déjà sur place. Bien sûr, le message ne passe pas. On peut parler avec la planète Mars, mais pas avec une camionnette située à 15 km de là. En attendant que le réseau hertzien se décrispe un peu, je profite de mon temps libre pour regarder autour de moi. Il fait beau, la campagne est magnifique. Tandis que j’admire le paysage, Saïd me surprend en faisant une pointe à 75 km/h.

10 h 14. La montagne est superbe. Les oiseaux chantent, les veaux gambadent dans les prés, un « happyculteur » s’occupe de ses abeilles, le sourire aux lèvres…

10 h 15. Je tente de calculer notre moyenne horaire kilométrique. Je change de suite d’exercice car cela me donne des bouffées d’angoisse. Pendant que j’essaie de tailler une bavette avec les soldats du feu, Saïd prend des risques et (après avoir hésité) se décide à doubler le tracteur qui nous précède.

10 h 16. Une grenouille fait des longueurs dans un ruisseau, en contrebas. Un super coin pour pique-niquer. On s’y arrêtera peut-être, au retour.

10 h 17. Les oiseaux chantent toujours et les veaux gambadent de plus en plus.

10 h 18. La noble excitation liée au sentiment de porter secours à l’Humanité souffrante laisse place à la nette impression de ch... la honte... Mon esprit vagabonde. En fait, je suis soulagé de ne pas travailler au SAMU en Corée du Nord, car ça serait un coup à finir dans les mines de sel…

10 h 19. Saïd arrive à la hauteur d’un petit bois. Il réduit brusquement sa vitesse, cette végétation doit lui rappeler la palmeraie où son cousin a laminé le dromadaire... Le héron de 10 h 20 nous survole, en sifflotant…

10 h 21. Nous entendons vaguement quelque chose sur la fréquence radio des pompiers. J’essaie de leur parler, en vain.

10 h 22. Bizarrement, Saïd me fait part de son inquiétude quant à la santé de notre patiente. A mon avis, elle doit ressembler à l’épave du Costa-Concordia après que le capitaine ait confondu le sonar avec sa game-boy…

10 h 23. Nous sommes à 2 km du terminus. Bon Dieu, on devrait pouvoir les capter… mais les voies de l’électronique sont impénétrables. Soudain, nous entendons un message en clair. « SMUR de VSAB… la victime est Delta Charlie Delta… » Le fol espoir qui m’animait encore un peu prend alors exemple sur le mur de Berlin : il s’effondre brutalement.
Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais lorsqu’on prend les initiales du code, cela donne DCD. Dans la Rome antique, les pompiers disaient plutôt « Ave Caesar, morituri te salutant ». Mais cela voulait dire la même chose… et crotte ! On a encore brûlé de l’essence pour rien ! Tant pis, nous sommes presque arrivés, autant aller voir sur place…

« C’est indéniable, l’architecte du château et celui qui a construit l’hôpital sont bien deux personnes différentes… »

Enfin arrivés...

10 h 25. Nous arrivons à l’adresse indiquée. Surprise, en fait il s’agit d’un château ! La dame en question semble avoir d’ailleurs des quartiers de noblesse en béton armé. Son pedigree doit même remonter aux croisades, vu la tronche du pavillon ! Et m..., c’est tout moi ça, en plus on tombe sur la châtelaine ! Pour un peu qu’elle soit copine avec Elizabeth II, on va même parler de nous en Angleterre, au journal de 20 h. Côté discrétion, c’est mal barré…  
Lorsque nous voulons garer la chariote, le jardinier, inquiet pour ses géraniums, nous indique l’endroit où nous poser, juste à côté de la camionnette des pompiers. Ça m’embête un peu car le parking est très étroit, il n’y aura pas assez de place pour les men in black et leur corbillard… Tant pis, on verra plus tard. Après avoir consciencieusement rangé les clés de contact (on le comprend, il y a tellement de vols dans les banlieues), Saïd met le frein à main, se gratte l’oreille droite et m’aide à porter les caisses à outils. Nous sommes chargés comme des mulets. Le jardinier, rassuré pour ses plantations, nous conduit vers le hall d’entrée. Le majordome prend le relais. Lui, ce qui le tient en souci, ce sont plutôt les tapisseries d’Aubusson et les tentures en velours. Rempli d’appréhension, il nous voit piétiner les tapis persans.
Pendant une demie seconde, je me crois à Versailles. Je vais pour lui demander la réduction famille nombreuse, quand un éclair de lucidité me ramène à la triste réalité. A la suite de notre guide, nous grimpons donc l’escalier Renaissance, direction le premier étage et un je ne sais quoi me fait faire la différence avec l’architecture hospitalière. En fait, je me rends compte qu’il y a beaucoup plus de marbre ici qu’aux urgences. C’est indéniable, l’architecte du château et celui qui a construit l’hôpital sont bien deux personnes différentes…

10 h 27. Nous touchons enfin au but. Nous passons devant la femme de chambre qui est en ligne avec la famille de la dame. Vous savez, celle qui vient de saluer Jules César… Devant nous, les pompiers appuient vaguement sur sa poitrine. Mais pas trop fort car, manifestement, ils ont peur de la casser. « Oui, madame, les pompiers essayent de ranimer madame… ils ont beaucoup de mal… Ah, ces messieurs de l’hôpital viennent d’arriver ? » Il y a un pompier qui hoche la tête et qui me fait signe que c’est très grave. Tu m’étonnes que c’est grave… En attendant, notre passage réjouit tout le monde. Les soldats du feu sont ravis de nous refiler la patate chaude et nous accueillent chaleureusement. Afin de briser la glace, nous parlons un peu de choses et d’autres : la météo, comment vont les enfants, les prochaines vacances, tout ça tout ça… puis nous entrons dans le vif du sujet. Qui n’est pas si vif que ça, en fait…
Saïd branche le scope et je pose une perfusion à la comtesse. La femme de chambre rapplique avec son biniou. « Alors, docteur… j’ai madame en ligne… dois-je lui dire que sa mère est décédée ? » Saïd se gratte l’occiput. « Non… un instant… » Bip… Bip… Bip… en fait, le cœur tient toujours. Attendez un peu pour les pompes funèbres, Madame va peut-être avoir du rab…
Vu son état de fatigue, l’intubation s’impose quand même. Mais Saïd, qui est un bon toubib par ailleurs, n’est pas un pro du tuyau. Il met plus de temps que prévu pour poser son installation. L’artisanat, c’est pas ce qu’on croit… La quatrième tentative est la bonne et, à 10 h 37, le respirateur est branché. Pendant que le gaz carbonique s’accumule dans l’atmosphère en provoquant un effet de « cerf » catastrophique, l’oxygène rentre à pleins wagons dans les alvéoles pulmonaires de l’archi-duchesse. Bientôt, son rythme cardiaque se raffermit.

10 h 39. La femme de chambre raccroche le combiné et dit à madame qu’elle la rappellera très rapidement. C’est promis ma chérie, on se téléphone et on se fait une bouffe…

« Tout va très bien, madame la marquise… c’était juste un refroidissement, nous vous emmenons en cure à La Bourboule… »

C'est reparti...

10 h 40. La baronne de la Tour qui penche ouvre un œil.

10 h 41. Elle ouvre l’autre, timidement. Saïd est aussi surpris que moi du résultat. Finalement, on a bien fait de ne pas s’être arrêté en route pour pique-niquer.

10 h 43. La comtesse se met à remuer la tête et donne des signes de renvoi imminent. Le déferlement d’un café au lait prédigéré est une menace à prendre au sérieux. Afin d’éviter le tsunami, nous lui mettons dare-dare une sonde gastrique.

10 h 49. Elle commence à bouger les bras. Avec Saïd, nous prenons la décision de ne pas dormir au château ce soir. Nous demandons aux pompiers d’aller chercher leur brancard. Deux d’entre eux dévalent l’escalier en marbre blanc en faisant crisser leurs rangers très noires. En voyant le spectacle, le majordome réprime un cri de souffrance.
Lorsque nous chargeons la comtesse sur la civière, à 10 h 51, elle en a assez de faire la grasse matinée et se réveille pour de bon. Elle est un peu déçue par les tuyaux qu’on lui a plantés dans le nez et exprime son mécontentement d’une manière particulièrement virulente. Ceci dit, on se met à sa place…

A 10 h 54, sous les applaudissements du public, nous descendons l’escalier avec le brancard, en laissant les dernières traces de cirage sur les marches. Le majordome est livide et nous craignons un instant qu’il n’ait besoin de nos services…

10 h 59. La camionnette des pompiers démarre. Allo, Papa Tango Charlie, c’est un appel du SMUR, nous sommes sortis de la sciure… Le voyage de retour s’effectue dans une relative décontraction, malgré les soubresauts de notre invitée qui a du mal à se faire à l’ambiance. Tout va très bien, madame la marquise… c’était juste un refroidissement, nous vous emmenons en cure à La Bourboule…

11 h 33. Notre patiente s’est calmée. En arrivant aux urgences, nous retrouvons la première équipe d’intervention, revenue à vide après le forfait de leur client. Les collègues sont presque vexés du succès de notre expédition ! Score final : Branquignols : 1, Dream team : 0. Après tout, ce n’est pas étonnant car le Titanic a bien été fabriqué par des pros de la construction navale. Et l’Arche de Noé par une équipe de bras cassés, qui n’y connaissait rien au départ…

Bref, victoire par KO. Par la suite, nous apprendrons que notre protégée est retournée dans son château, une semaine plus tard. Personnellement, je suis ravi pour elle. Mais je le suis encore plus de ne pas avoir été de garde au SAMU de Paris, le soir où Lady Di s’est plantée vers le pont de l’Alma. Vous imaginez, rouler à 60 km/h sur le périphérique ?
Trop content…

Creative Commons License


Infirmier en Saône-et-Loire
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (83)

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

154 commentaires

#83

Patience...

Le retour de Dino sur Infirmiers.com est prévu dans la semaine à venir... patience, la prochaine chronique s'avère à la hauteur des espérances... un cow-boy est même annoncé !
a+ donc

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#82

...rassure-toi, binoute...

...coucou binoute, non, je ne craque pas, je joue juste un peu sur la corde sensible afin d’accélérer la prochaine publication.
...mais pas sûr que ça marche. lol...

...mon Dieu, je me suis trahi... impossible d'effacer ce message ; vraiment, je suis trop nul. Tant pis, c'est pas à mon âge que je changerai. relol...

Sinon, binoute, je pense que l'on mérite l'Oscar du meilleur scénario ; dans un an, on est bons pour aller à Los-Angeles... tu fais quoi en février 2013 ?

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#81

ben alors

le dino craque ? ;))

"On coupe! elle est bonne" cria une voix.
"Et merci à tous", et là, comme une apparition, surgit, caméra au poing, ...Francis Ford MEZIDON, le célèbre réalisateur. Sous les applaudissements du personnel du service.

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#80

...un peu de compassion, s'il vous plait...

...et encore, le pire restait à venir ; il était en effet question de programmer prochainement un western, tourné dans une clinique parisienne. Le parcours d'un apprenti infirmier qui rêve de l'Ouest américain et se retrouve en fait dans le potage...
...question ; pendant combien de temps l'ex apprenti infirmier devra-t-il alimenter encore cette histoire de dermatite globulofoireuse à deux balles en attendant de passer à autre chose ? Par pitié, quelqu'un peut-il me dire la date d'arrivée du cow-boy dans Amour, Gloire et Bétadine ?
...snniiiiff...

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

154 commentaires

#79

Ah, c'est ça...

Tout au moins, elle en avait l'air... Car c'est bien ce que l'on lui avait demandé dans le cadre de ce tournage "L'hôpital sans dessus dessous" qui était en train d'avoir lieu ici. Le dromadaire, le patient en pyjama, l'interne écarlate, l'infirmière agitée, le PH convaincant... tous avaient été castés pour cette occasion... Comme s'il n'y avait que ça à faire à l'hôpital par les temps qui courent....Tourner, tourner... en bourrique oui ! ....

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#78

...

la foire du trône, bon sang, mais c'est bien sur !
En voyant l'infirmière (ou est-ce un aide soignante d'ailleurs ? , mais bon, ça doit bien être qq'un du service, un PH sénior, ne "peut" pas connaitre tous les membres de son service...) tenter de convaincre un patient, il se décida d'essayer , pour voir, si son instinct de forain ne s'était pas éteint avec les années.
Il attrapa le 1ier fauteuil roulant ds le couloir, et fonça derrière la cadre du service , qui partait en réunion, celle-ci se retrouva assise et traversa le couloir à une vitesse folle.
Elle était abasourdie...

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#77

(j'aurais dû me relire avant...)

Coquille : "Mais il fallait bien FAIRE semblant...)

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#76

...un doute m'assaille, binoute, sommes-nous les deux seules personnes à fréquenter cet endroit ? lol

...une réflexion élargie au sein du service, calquée sur le principe de la démocratie participative. En fait, le PH voulait insuffler une nouvelle dynamique à son équipe de soins en demandant à chacun son avis sur les décisions à prendre pour la bonne marche du service ; il mettait donc au point un questionnaire personnalisé, tout en sachant pertinnement qu'au fond, il n'avait rien à foutre de ce que pouvait dire "ses" infirmières et "ses" aides-soignantes. Mais il fallait bien semblant...
L'arrivée de Charlotte-Adélaïde perturba quelque peu ses plans ; de nature colérique, il avait lui-même l'habitude de monter sur ses grands chevaux, mais pas celle de voir son personnel sur le dos d'un patient. Brusquement, une grande lassitude le submergea. Ah, vraiment, mais pourquoi était-il devenu médecin ? Il aurait dû écouter son oncle Théophile, avait de commencer ses études de médecine, et accepter de tenir avec lui son commerce de gaufres à la Foire du Trône...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#75

...

Tel un chef de tribu nomade à l'heure de la sieste, IL était..."fort occupé" : il avait décidé de mettre en place dans le service...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#74

elle

se dirigea donc vers le camélidé, le contourna, et lui grimpa sur le dos !
et tel une bédouine, perdu dans les steppes, elle tente de se diriger vers une oasis plus accueillante, à savoir le bureau du PH.
Tel un chef de tribu nomade à l'heure de la sieste, était..."fort occupé" : il avait décidé de mettre en place dans le service...

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#73

...ah, enfin ; t'en as mis du temps...

(binoute, si je touche des droits d'auteur pour cette histoire de naze, je t'en redonne la moitié. lol...)

"...Mr Mézidon qui poussait des cris déchirants. Le double diagnostic se confirmait ; le patient était bien en crise d'agitation à cause de sa dermatite globulofoireuse récidivante, ce qui alimentait sa "dangerosité générale..." En fait, Mr Mézidon (marqué par son séjour au Boukistan) se prenait pour un chameau de Bactriane, le camélidé emblématique de ce pays. Il se mettait à blatérer, comme le font ces animaux (et non pas à déblatérer, comme on peut le voir dans certains services de soins...)
...Charlotte-Adélaïde décida de prendre le taureau par les cornes. Ou plutôt le chameau par l'encolure...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#72

je cherche...je cherche...

Elle retourna dans la chambre, et constat que Edouard, était tjs ds le lit, et contrairement à Benjamin BUTTON, il semblait loin de rajeunir ! ALors pour lui éviter une chute, et puisqu' il semblait prendre goût au confort -4 étoiles hosptalier, elle remonta la barrière pour lui éviter une chute.

C'est alors qu'elle entendit résonner ds le couloir la voix de ...


Bon courage, bon dimanche

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#71

...euh...

...eh bien, binoute, t'es plus là ?

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#70

...télescopage...

(...bon, apparemment, les messages se croisent ; on va essayer de récupérer tout ça...)

...Charlotte -Adélaïde, après avoir parlé avec son autre collègue de l'hôpital de jour, nageait donc dans une certaine confusion. Elle consulta la documentation disponible et découvrit en fait que la Dermatite Globulofoireuse Récidivante donnait aussi un syndrome particulier, la Dangerosité Générale Récidivante, lorsqu'elle était à un stade avancé. Charlotte-Adélaïde, en fille de cheminot qu'elle était, auraut dû le savoir ; un train peut en cacher un autre...

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#69

...le mystère de la chambre couleur tomate...

...Charlotte-Adélaïde, ayant donc les idées plus claires après son passage dans ce lieu de réflexion, fit le point avec sa collègue de l'hôpital de jour. Cette dernière n'avait hélas pas d'infos particulières concernant Mr Mézidon ; celui-ci n'avait fait qu'un bref séjour dans son service et était resté d'une grande discrétion sur sa vie privée. Tout juste avait-il évoqué son poste d'embassadeur au Boukistan, durant lequel il avait contracté sa dermatite glogulofoireuse ; une allergie au dromadaire, apparemment, le moyen de transport local. Cet animal possède en effet un poil très rêche et volontiers abrasif ; une peau d'occidental résiste difficilement à un tel contact...
Charlotte-Adélaïde retourna donc, bredouille, dans la chambre mystérieuse. Edouard, l'interne couleur tomate perdit brusquement ses couleurs et blêmit en l'apercevant...

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

154 commentaires

#68

Erreur d'acronyme...

...Ce que l'infirmière Charlotte-Adélaïde appris de sa collègue la laissa pantoise... La signification de l'acronyme abscons DGR qui avait été traduit « Dermatite Globulofoireuse Récidivante », diagnostic qui avait conduit Mr Mézidon en Dermatologie, apparaissait brutalement comme une grossière erreur. Il aurait fallu traduire : « Dangerosité Générale Récidivante » ! Le sang de Charlotte-Adelaïde ne fit alors qu'un tour mais, non, décidément, elle ne comprenait toujours pas pourquoi l'interne du service était dans le lit du patient évaporé...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#67

...

N'écoutant que sa conscience professionnelle, elle bondit hors de la chambre et fonça ...aux toilettes (c'est vrai l'occasion est si peu souvent présente pdt une journée de travail, autant en profiter. En plus, à l’instar de ses collègues masculins, cela pouvait devenir l'espace de qq minutes un lieu de réflexion !)

Une fois allégée du point de vue hydrique, elle couru( défaut professionnel) en salle de soins, décrocha le téléphone et appela sa collègue de l'hospit. de jour, service duquel M. MEZIDON avait été transféré la veille suite au diagnostic de DGR.

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#66

Encore, voyons...

...Charlotte-Adélaïde remarqua cependant la logique indéniable de cet horaire faussé ; comme il était dit précédemment au sujet de Mr Mézidon, c'était un brave homme, et chacun sait qu'il n'y a pas d'heure pour les braves. Mais cela n'expliquait pas pour autant son absence... d'autant plus qu'il semblait être parti en pyjama. Certes, cela présentait un côté rassurant ; Mr Mézidon devait avoir bon moral car, c'est bien connu, un homme heureux n'a pas de chemise. Cependant, Charlotte-Adélaïde ne se satisfaisait pas d'une si mince consolation ; l'hôpital public lui avait confié 30 patients lors de sa prise de poste et il était hors de question d'en perdre un seul durant son service...

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

154 commentaires

#65

Stop... ou encore ?

Charlotte-Adelaïde, la jeune infirmière, regarda avec insistance Simon-Edouard (entre temps rebaptisé). Son erythème facial était de plus en plus stupéfiant... Dans le même temps, elle remarqua que si Mr Mézidon avait bel et bien disparu de sa chambre, ses affaires, elles, demeuraient bien rangées dans son armoire. De plus, sur la table de nuit trônait un énorme réveil dont l'heure erronée - les aiguilles affichaient 4h alors qu'il était 8h30 – attira l'attention de l'infirmière...

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#64

...je ne sais pas où on va, mais on y va...

...le problème n'était pas tant Édouard, l'interne couleur tomate, mais surtout l'absence de Mr Mézidon ; où était bien passé ce brave homme, ancien diplomate au Boukistan, hospitalisé pour une dermatite globulofoireuse récidivante ? La fenêtre de la chambre, délibérément fermée, écartait heureusement un drame lié à l'implacable loi de la gravitation terrestre. Loi qui ne souffre aucune exception, bien sûr, contrairement à beaucoup d'autres aisément contournables...

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

154 commentaires

#63

une question d'ordre...

... Ou plutôt, il commença son récit parce qu'il était rouge comme une tomate... (n'oublions pas, nous sommes en dermatologie...)...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#62

...

dans le lit, se trouvait le jeune externe, qui avait normalement commencé sa visite qq minutes avant,le temps que Charlotte-Adélaïde réponde au téléphone et le rejoigne.
Réfrénant un fou rire, Charlotte-Adélaïde baissa les barrières et demande à Simon comment il s'était retrouvé dans cette fâcheuse situation.

Rouge comme un tomate celui-ci lui débuta son récit...

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#61

...après la chronique déglinguée, le jeu débile...

...merci binoute, quand je serai ministre de la culture je te donnerai la médaille du mérite. lol... bref, puisque nous avons un peu de temps avant le prochain texte mis en ligne, imaginons-en un autre. Le principe de l'auberge espagnol, en fait ; chacun amène ses provisions, et si le repas est infect on ne s'en prend qu'à soi-même...
Plus précisément, je commence une histoire et les bonnes volontés continuent le machin au fur et à mesure.... je ne suis pas sûr que l'on obtienne le Prix Nobel de cette façon, mais rien ne coûte d'essayer. lol...
Bon, le début (franchement, j'improvise, soyez indulgents...) : "...ce matin-là, après avoir pris son poste, comme à son habitude, dans le service de Dermatologie où elle travaillait depuis quarante-cinq ans, Charlotte-Adélaïde eut la surprise de sa vie. Ce qu'elle aperçut en rentrant dans la chambre de Mr Mézidon dépassait l'entendement..."

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#60

Din o !

aujourd’hui , je suis là. Peut être pas en continu, mais l'ordi peut rester allumé. Et je veux bien essayer.

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#59

...et maintenant, on fait quoi, on boit une bière ou on prend le train ?

...bon, eh bien voilà, on a fini le machin... un peu l'impression de balayer la salle à manger après la fête du slip ; ouh ouh, y'a quelqu'un par ici ? Vous êtes où les p'tits loups ? J'avais bien imaginé une petite histoire à tiroirs, quelque chose d'interactif, mais il faut un minimum de monde. Si on est pas au moins deux, ça va pas le faire... bref, s'il y a une personne qui n'a pas peur du ridicule, qu'elle lève le doigt ; je lui propose un jeu à deux balles où le fait d'être débile ne peut qu'être un avantage. Mais attention, dans ce domaine, j'ai une longueur d'avance sur certains.
...en tout cas, c'est ce qu'a toujours dit ma hiérarchie hospitalière. lol...
Bon, allez, c'est pas le tout mais j'ai un rôti au four et je ne voudrais pas qu'il crame. J'attends un signe de vie de votre part, ne serait-ce qu'un mouvement d'orteil ou quelque chose comme ça. A +

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#58

...oui, les yeux. Entre autres...

...allez ; file, et n'oublie pas ton cachez-nez, avec tous ces courants d'air... demain, je proposerai autre chose afin de faire la soudure avec le prochain texte mis en ligne (qui est entre les mains des autorités compétentes. bbrrr...)
...à bientôt, les gens...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#57

oups...

Y...comme yeux : ce serait la 1ière partie du corps que l'individu regarde chez son partenaire afin de savoir si celui-ci fera un bon partenaire.


fini, M'sieur. J'peux aller en récré ?

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#56

...conclusion trop rapide...

...mais tu n'as rien fini du tout, binoute, car tu as zappé le Y d'une force ; un jour, quand j'aurai du temps, je t'apprendrai l'alphabet. lol...
...et en plus de ça, les hommes n'ont pas que leur zizi comme centre d'intérêt ; il y a aussi le foot et les bagnoles. Mon Dieu, que d'oublis... je te pardonne si tu trouves quelque chose pour le Y. Tu as une heure, ensuite je ramasse les copies...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#55

Z....

comme...
comme...
zizi : l'autre nom du cerveau masculin...

fallait bien finir ne beauté non ?

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#54

...quand le chat n'est pas là, les souris foutent le camp...

...coucou les gens, mais où êtes-vous partis ? Moi qui croyais que vous alliez finir cet abécédaire de naze. ppfff... ça m'aurait arrangé car, vu l'heure tardive et les 800 km de la journée, j'ai les neurones au bord du dépôt de bilan. Bref, je fais un effort (poussif) parce que c'est vous...
-X- XENOPHOBIE. Hostilité ou haine pour ce qui est étranger. Par extension, ce que ressent madame lorsque son mari adopte un comportement plus qu’étrange devant un match de foot et se conduit comme un zoulou ; cris, larmes, rires, roulades sur la moquette…
...allez, on fera mieux la prochaine fois. En attendant, arrêtez de ricaner et faites donc le Z !

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#53

...dino is back...

...coucou les gens, un petit mot de Bretagne pour saluer l'imagination créative des participants à cet abécédaire de tous les dangers... quoique, en fait d'imagination, certaines allusions sentent le vécu à plein nez. lol... bref, je cale un peu pour le W. J'hésite... est-ce que Weekend vous conviendrait ? Jours de repos bien mérités où monsieur peut enfin boire l'apéro avec ses copains, nettoyer sa voiture et regarder le foot à la télé pendant que madame lui apporte sa bière préférée sans faire de bruit ?
...vous pouvez faire d'autres propositions, bien sûr, mesdames...

PS : merci à rabelaisienne pour son mot sympa : conscient de ce début de pression qui pèse sur mes fragiles épaules, sachez que je ferai tout pour être encore à la hauteur dans le prochain texte mis en ligne (une histoire de cow-boy, en fait...)
...bon, allez, j'y vais car je dois passer à table. Je vais y aller afin d'éviter une engueulade ; vraiment, on a pas des métiers faciles...

loublanc

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#52

Retour du jedï

-U- Comme Union, fin lien entre deux être qui s'aiment mais qui peut facilement se rompre. Grâce notamment aux heures sup, aux repos qui sautent par manque de personnels, aux gentils collegues qui arrivent à la bourre pour prendre la garde, etc.

rabelaisienne

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#51

Le fantôme du dromadaire

J'ai A-DO-RE ce récit ! merci Didier pour ce trait humoristique, nous avons besoin de cette dérive amusante. j'espère lire encore d'autres aventures.

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#50

oups

puis je corrige le message message 46 : laissées

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#49

U...

je séche complétement...

je complète la lettre V :
donc j'ai déjà proposé : Voiture : aps le pénis, c'est l'autre organe typiquement masculin. Et qui bénéficie d'une attention toute particulière : se fait masser, bénéficie d'une douche hydro-jet. Parfois même l'homme lui parle, avec de vrais mots, et des phrases construites, bien différentes des onomatopées émises pour signaler à sa moitié qu'il est tjs en vie !

sur ce , je vous laisse je débute mes vacances...je laisse à qui veut le U, pi aussi le W, je reviendrais pour les faciles , j'ai déjà une idée !...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#48

t...

tâches ménagères : ensemble des activités qui vise au maintien de bon état du domicile du ménage. Ces tâches comprenant indifféremment faire chauffer une pizza, faire la vaisselle, repasser et plier le linge, balancer ses chaussettes sales à côté du panier, nettoyer la salle de bain, relever la lunette des toilettes...

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#47

...ben voyons...

...trop aimable, binoute, mais je ne vais pas non plus occuper tout l'espace culturel. lol... bon, allez, cette fois il faut que j'y aille ; quand je reviens, je veux que cet alphabet soit terminé. Non, mais sans blague !
...plein de sieste au coin du feu à ceux qui sont en repos, et plein de courage à ceux qui bossent...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#46

ben

je me suis dis qu'on risquait encore de se croiser...alors je te les ai laisser...

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#45

...carton rouge !

...et le T, et le U !? vraiment, ça ne va pas du tout ; typiquement féminin, cette organisation anarchique de l'alphabet...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#44

...

ben oui, j'ai vu que je me suis faite doublée...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#43

v....

Voiture : aps le pénis, c'est l'autre organe typiquement masculin !

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#42

...désolé...

...trop tard, binoute, j'ai écrit le S avant toi ; tu me dois un gage. lol...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#41

S....

sexy : synonyme de pouf....sse.
L'un sera de préférence utilisé par Loulou pour complimenter une femme-qui-pourrait-être-celle-de-sa-vie SI elle s'était fait connaitre qq années auparavant
le second sera choisi par chouchou pour "appeler" la même personne, et gentiment lui faire remarque qu'elle prend des risques pour sa santé pulmonaire à porter un si petit haut alors qu'il fait à peine 5°C dehors !

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#40

...infirmiers.com, le dernier salon où l'on se croise...

...apparemment, on joue à cache-cache en ce moment. lol... je ne résiste pas à la lettre suivante... -S- SYNDRÔME DE STOCKHOLM. Evolution du sentiment amoureux lors de certaines unions un peu étouffantes.

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#39

...c'est effectivement une option interéssante...

...Bernadette, c'est un plaisir de vous croiser par ici... votre lettre I me rappelle l'histoire de la création de l'homme (et de la femme...) ; le bon Dieu à qui il reste deux articles sur les bras, dont un robinet avec deux petites sphères à la base. Adam qui insiste pour l'avoir (Eve récoltant l'autre article...). Adam est tout content, ensuite, et casse la tête à Eve en lui disant ce qu'il va en faire ; je vais pouvoir arroser les murs sur 2 m de haut, on pourra comparer entre mecs celui qui a le plus gros robinet, etc... et qui finit par demander à sa copine en quoi consistait l'article qu'elle a obtenu ?
...Eve, désespérée, qui lui répond : "...moi ? J'ai eu un cerveau..."
Voilà, c'était un autre bâton pour me faire battre. lol... très bon weekend à tous, je ne suis pas sûr de pouvoir venir demain dans les parages...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#38

R....

romantisme : qualité que les filles attendent de l'homme idéal, alors que celui-ci ignore même l'existence et la définition de ce mot !

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#37

...

on s'est croisés !

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#36

p...

patience : qualité ultra nécessaire à Juliette pour maintenir la paix sociale lorsque la maman de Roméo , "sans critiquer", fait partager son expérience sur l'éducation des enfants, la recette de la blanquette, l'alimentation des enfants, la santé de Roméo, les vêtements des enfants...

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

154 commentaires

#35

Osons le Q...

Q - (ou chance) EN AVOIR OU PAS... par les temps qui courent je préfère en avoir... j'aime aussi la lettre Q lorsqu'elle s'accompagne d'un I... ça peut toujors servir...
Bon week-end à tous !

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#34

...tant pis, j'avais envie de l'écrire...

...bon, c'est pas le tout mais on a un abécédaire à finir. J'ai une idée qui devrait réconcilier tout le monde : -P- PSYCHOLOGIE FEMININE. Mécanisme subtil et mystérieux, hélas infiniment plus dure à assimiler que les règles du football.
...il y a quelques jours, j'ai voulu acheter un bouquin expliquant le mécanisme en question, mais 18 volumes, ça faisait vraiment trop. ppfff...

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#33

...naïf, mais pas tête en l'air...

...coucou les gens, effectivement, j'ai beau être un homme je possède un ou deux défauts et j'avoue une certaine naïveté... ceci dit, je suis assez rigoureux et à votre place je n'aurais pas zappé la lettre N, têtes en l'air que vous êtes.
(là, j'aurais bien ajouté le smiley qui tire la langue, mais ce n'est pas possible ici...)
...bref, je répare votre erreur de jeunesse : -N- NOËL. Fête incontournable et grand moment de solitude pour monsieur, celui-ci devant offrir à madame autre chose qu’un bouquet de fleurs.
A vous mesdames. Na na nanère...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#32

O

comme orteil : extrémité distale ultime de l'Homme, dépourvu de griffe.

Quoique , qd l' homme (petit h) vit seul, celles-ci étonnamment réapparaissent, mais c'est une autre histoire)

bref...dépourvu de griffe et normalement irriguée de façon identique chez l'homme et la femme, mais concrètement qui amène Madame a tirer sur la couette pour les réchauffer, et Monsieur à la plier pour les laisser dépasser et les rafraichir.
Encore un mystère de la nature...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#31

j'aurai

"préféré" naiVE dans ce cas ;)

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#30

...

@ binoute
oui oui j'ai compris lol
tout comme le "Naïf" s'adresse à dino ;) (pas à toi) ...........(comment s'emmêler les pinceaux grave mdr )

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#29

@

@ Migraine : oui, je m'en doute bien, mais peut être que comme pour moi, ça déraille une fois sur 2... (pour commenter, hein, ça déraille !)

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#28

...

peut-être parce que tu es Naïf...........................:p

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#27

...un peu d'autocritique...

...M comme Mari : Bipède de sexe masculin qui trouve les progrmmes de la machine à laver d'une pauvreté affligeante et préfère se rabattre sur ceux de la télé...
...mais pourquoi je donne le bâton pour me faire battre, en fait. lol...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#26

L......

logique : c'est fou comme un même mot peut recouvrir des notions complétement différentes selon que l'on sécrète de la testostérone ou des oestrogènes...

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#24

lol

ben ceux qui ont des problèmes ne vont pas te répondre....ici....mdr !

perso je n'en ai pas

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#23

youpi

ça re fonctionne !
mais il n'y a que moi qui ais des pb pour commenter ?

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#22

J....

J....
je t'aime : petite phrase bien agréable que les filles rêvent d'entendre, que les garçons ont un mal fou à dire, mais qui pourrait leur rapporter gros...
pour comprendre l'origine de cette disparité se reporter aux lettres F (fête de la St Valentin) et H (hormones)

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#21

...

non non, que nenni
j'anticipe, c'est tout...

ce n'est pas une question de pudeur mais un manque total d'imagination (à ce point c'est même pathologique)

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#20

...relativisons...

...ah, enfin, un signe de vie... merci migraine. Ceci dit, n'aie pas de fausse pudeur car l'essentiel est de participer... et puis, pour l'instant je n'ai encore promis la lune à personne ; tout juste du café au lait ou des tartines. Confondrais-tu l'astronomie avec la gastronomie, migraine ? lol...

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#19

lol

je te lis, toujours ;)

mais je ne sais pas faire
et inutile de me promettre la lune, ça ne marchera pas plus XD

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#18

...migraine, biloute, loublanc, où êtes-vous ?

...et la poussière est emportée à travers la steppe, et je continue à crier dans le désert. Tant pis, j'ai l'habitude. snniiiff... bref, lettre I en espérant qu'un humanoïde traîne dans les parages...
-I- IDIOT. Mot masculin désignant quelqu’un dépourvu d’intelligence. Dans le code linguistique amoureux, il peut cependant revêtir une signification presque
affectueuse. Exemple : « Embrasse-moi, idiot… »
Nous attirons toutefois l’attention des lecteurs sur la complexité du langage féminin ; il faut en effet se garder d’entretenir de vains espoirs devant d’autres termes similaires, tels que « abruti », « crétin » ou « blaireau », ces qualificatifs n’ayant aucune connotation positive dans le cadre d’un dialogue de couple. Il serait donc dangereux d’y voir une invitation.

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#17

C'est bien la peine de marquer des consignes...

Binoute, j'avais dit aux filles de ne pas lire mon message précédent ! ppfff... elles n'en font vraiment qu'à leur tête... bref, tant pis, passons à la lettre suivante :
-H- HORMONES. Élément incontournable du sentiment amoureux, participant au processus dans une proportion sur laquelle les hommes et les femmes font semblant de se mettre d’accord.
...et toc !

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#16

g....

grossesse : où comment l'homme découvre
- que...m...e
- qu'il n'est plus la 8ième merveille du monde aux yeux de sa chère et tendre, qu'il se fait piquer la place par une petite chose qui dort, mange, et pisse.
L'homme, lui, a essayé de fonctionner sur ce mode, il s'est vite fait rappeler à l'ordre !

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#15

...à ne pas lire si vous êtes une fille...

...bon, allez, je m'y colle puisque tout le monde est occupé à autre chose :
-F- FÊTE DE LA SAINT-VALENTIN. Occasion unique d’offrir des fleurs à sa bien-aimée ; c’est en effet la fête des amoureux et de ceux qui ne veulent pas manger une soupe à la grimace.
...attention, car c'est demain ; la psychologie féminine étant friande de dates et de commémorations diverses (le jour où on s'est rencontré, la première fois que tu m'as offert des roses même que t'as jamais recommencé depuis, etc...), je conseille à mes camarades masculins d'être vigilants sur ce coup-là...

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#14

...cadeau...

...et si tu participes encore une fois, je rajoute du Nutella...

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#13

...ça tombe bien...

...ouh là, ça va vite, tout d'un coup... bon, eh bien Sarah Tatine, tu as gagné les tartines ; c'était le lot pour le deuxième intervenant ; pain complet avec confiture de groseilles sans OGM, ça te va ?

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#12

Chose promise, chose due...

...bravo loublanc à la tête de requin, comme je l'avais promis avant-hier au premier qui se lancerait, tu as gagné un bol de café au lait ; dés que tu passes en Saône et Loire, tu me fais signe et je branche la cafetière...
Ceci dit, je me garderai bien de commenter ta lettre D ; j'aime le risque, mais il y a des limites. lol...

Sarah Tatine

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#11

E

Ex : sujet extrêmement dangereux, souvent à l'origine de violentes disputes.
(non non je suis pas jalouse mais ta pouffe je ne veux plus que tu la croise... jamais !!)

loublanc

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#10

Lettre D

-D- DEMANDE EN MARIAGE. La plus belle preuve d'amour ou la pire connerie d'une vie (dépend du point de vu où l'on se place)

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#9

...effectivement, j'ai longtemps hésité moi aussi......

...rire ou pleurer, éternel dilemme... quant à la prise en charge de mes proches, elle a été souvent d'excellente qualité, mais pas toujours ; parfois ça a été plutôt lamentable...
Après, que faut-il faire de ce que l'on ressent ? J'ai choisi de provoquer, histoire d'ouvrir le débat... il faut cependant garder en mémoire que ce forum est un lieu dédié aux infirmier(e)s et qu'il reflète aussi la dérision que l'on peut exprimer afin d'évacuer des situations difficiles. Debriefing sauvage et indispensable, me semble-t-il, encore faut-il faire la part des choses et savoir lire entre les lignes ; vous croyez que je brillais alors que je m’occupais de cette dame sans avoir toutes les compétences d'un infirmier de SMUR ?
Moi aussi j'ai ri jaune au début, mais justement je n'avais pas envie de me trimbaler ce "constat teinté d'amertume" en permanence...
Et puis j'ai trop souvent eu des problèmes avec des gens, très sérieux, qui se gargarisaient avec la qualité des soins, mais n'en avaient en fait rien à foutre ; vraiment pas envie de leur ressembler !
...voilà, c'est fini, maintenant je retourne à mon abécédaire à la con. La lettre C, donc.
-C- CINQUANTAINE DE ROSES. Tarif syndical pour une grosse connerie.(faisant suite à la lettre B)

Dop@mine

Avatar de l'utilisateur

44 commentaires

#8

Rire ou pleurer ?

En fait, je ne sais pas trop si ce billet me fait rire ou pleurer...

S'il me fait rire c'est en tout cas jaune.

Aimeriez vous que le prise en charge de vos proches se déroule de cette façon ?

Rien de personnel bien entendu, mais juste un constat teinté d'amertume.

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#7

...je continue contre vents et marais...

...et le souffle du désert emporte toujours les buissons d'épineux dans l'indifférence générale... tant pis, je poursuis mon abécédaire du couple :
-B- BOUQUET DE FLEURS. Ce que l’on offre à sa bien-aimée lorsqu’on veut lui faire plaisir ou si on a une connerie à se faire pardonner.
N'hésitez pas à vous lancer, les gars (et les filles...)

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#6

...la nature a horreur du vide...

...bon, allez... je remercie (chaleureusement) les personnes qui m'ont manifesté leur soutien (par mail ou sur ce forum), mais ça manque quand même un peu d'animation ; on va jouer à un nouveau jeu, les enfants... je vous propose un autre abécédaire, dédié celui-ci à la dernière aventure du 21ème siècle, à savoir la vie de couple. bbrrr...
Une lettre par jour ; personnellement, j'en proposerai une tous les matins après m'être gratté le cuir chevelu et avoir comblé mes besoins fondamentaux en terme de nourriture et d'hygiène.
...les matins ou les soirs, en fait, on ne va pas mettre la barre trop haute...
Bref, que les timides se lancent ; j'offre un bol de café au lait au premier ou à la première qui embraye derrière moi. Le deuxième aura droit aux tartines...
Comme je suis un monstre de logique, je commencerai par la lettre A...
...A comme AMOUR, bien sûr : Ce qui fait tourner le monde et qui est à la base de toute vie de couple, le plus grand amour étant l’amour-propre.
...la balle est dans votre camp...

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#5

...hélas...

...tu sais, migraine, dans ma (longue et laborieuse) carrière, j'ai plutôt gagné des remontées de bretelles et des méga soufflante dans les bronches. L'avantage, c'est que ça dégage super bien les voies aériennes supérieures ; très peu de bronchites dans ma vie. lol...

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#4

...

pas de chance effectivement :S

oui méfiance lol
t'as pas plutôt un sujet du genre "il a gagné au loto" ? ;)

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#3

...prudence...

Merci migraine, mais je n'aurais pas dû me payer la tête des gens qui emboutissent des bestioles sur la route ; j'ai en effet récemment croisé un sanglier en revenant du boulot. Je te dis pas la tronche de la clio. lol, mais pas tant que ça...
Bref, j'ai été puni par là où je me suis moqué... pour la prochaine chronique, je pensais proposer une histoire de garde à vue dans un commissariat. En fait, j'hésite, des fois que le boomerang me reviendrait encore dans la tronche. lol...

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#2

mdr !

excellent !
bravo ;)

dino

Avatar de l'utilisateur

231 commentaires

#1

On a pas des métiers faciles...

...et le pire, c'est que ça s'est vraiment passé comme ça...