MODES D'EXERCICE

Témoignage sur le travail d'infirmière au Québec

Cet article fait partie du dossier :

Exercice international

Je suis infirmière française, diplômée depuis 2 ans et demi, et je travaille actuellement à Montréal, dans la province du Québec.

Ici les conditions de travail sont bien différentes, la façon de travailler, de s'habiller, les noms des médicaments également...Bref, pas évident au début, mais on s'y fait!

Tout d'abord, la profession d'infirmière au Québec est régie par un Ordre Infirmier (OIIQ= Ordre des Infirmières et  Infirmiers du Québec), qui va approuver ou non votre demande de reconnaissance de votre diplôme d’état infirmier français. En général, venant de France, il n'y a pas de problème, la pénurie étant mondiale, le Québec n'y échappe pas!

     

Les études


Ici, il existe différents titres et donc différents niveaux scolaires des infirmiers. Le premier est l'infirmier(e) technicien(ne) qui correspond à un DEC (Diplôme d'Etudes Collégiales) en Soins Infirmiers. Un DEC se fait en en 3 ans, au CEGEP (Collège d’Enseignement Général et Professionnel) (qui correspond à notre lycée général et professionnel). Les étudiants au CEGEP, choisissent soit une filière classique, en sciences pure par exemple, qui dure 2 ans et  qui conduit à entrer à l'université, soit une filière technique de 3 ans  qui conduit directement à un métier (ex: DEC en soins infirmiers, DEC en techniques policières etc...). C'est la reconnaissance que le Québec nous donne de notre diplôme d'état Français d'infirmière (qui n'est pas juste selon moi, mais ca c'est une autre histoire!).

Le deuxième, c'est infirmière(e) clinicien(ne) qui correspond à 3 années universitaires en Sciences Infirmières et qui conduit à un Baccalauréat en Sciences Infirmières (Baccalauréat au Québec est la traduction littérale de Bachelor en anglais qui correspond à un Licence en France...A ne pas confondre avec notre baccalauréat français...). Elle est également appelée dans le langage courant infirmière bachelière. Ce diplôme permet d'enseigner aux étudiants infirmiers dans les CEGEPs, de travailler dans le domaine communautaire (dans les CLSC, qui n'existent pas en France, mais qui sont des centres ou des infirmiers et médecins reçoivent des patients en consultation, avec ou sans rendez-vous pour administrer des vaccins, faire le suivi de plaies, etc...).

Ensuite, l'infirmière clinicienne peut décider de poursuivre ses études à l'université en Maîtrise : cela dure 2 ans à temps plein, avec la première année assez générale, et la deuxième année 2 voies possibles : Maîtrise en Pratique Avancée qui conduit au titre d’infirmière praticienne, ou praticienne de première ligne qui au Québec vient tout juste d’être reconnu et les premières cohortes d’étudiants viennent d’être admis. Cette spécialité existe déjà depuis un bout de temps en Ontario, la province voisine du Québec. Elles peuvent prescrire, faire des diagnostics cliniques etc…Actuellement, il n’existe que 3 spécialités dans lesquelles elles peuvent exercer : en cardiologie, en néphrologie et en néonatologie. Je ne connais pas encore vraiment tout à fait leur champ de compétence.
Puis l’infirmière peut encore continuer jusqu’en Doctorat (phD) en sciences infirmières et participer à de la recherche en soins, réaliser des études cliniques, enseigner à l’université, avoir accès a des postes de gestion (déjà accessible au niveau de la maîtrise).

Voilà pour les études. C’est déjà assez différent de la France, n’est ce pas?

     

Le travail


A propos du travail maintenant, les hôpitaux, à Montréal en tout cas, ont 2 modes de fonctionnement.
Les hôpitaux francophones disposent de 3 quarts de travail. La plupart du temps fixes : de jour, de soir et de nuit (jour=8h à 16h, soir= 16h à 0h, nuit= 0h à 8h du matin).Un temps plein, c’est 36.25h par semaine, soit 10 jours de travail par quinzaine. Ici en effet, la base du temps de  travail est la quinzaine, soit deux semaines, et non le mois. On est en effet payé toutes les deux semaines. Il y a également beaucoup de postes à temps partiel (ce dont je dispose), appelé comme suit : 7/15 (sept quinzaine), 8/15 (huit quinzaine).
Les hôpitaux anglophones travaillent majoritairement en 12 heures, de 8h à 20h, et de 20h à 8h généralement.

     

Les démarches pour une infirmière française venant travailler au Québec


Il y a beaucoup de papiers à remplir, de documents à envoyer au Québec. Il faut prévoir au moins 6 mois entre le moment où vous planifiez de partir et le moment où tous vos papiers sont en règles pour vous envoler vers le pays des Caribous !

Je ne détaillerai pas les procédures car, ce serait long et fastidieux, mais en gros, vous pouvez vous adressez à la délégation du Québec à Paris, dont une personne en particulier, Mme Rolande Chartier, s’occupe de faciliter l’obtention des papiers nécessaires à l’émigration en ce qui concerne les infirmières et vous aidera à remplir tout vos documents. Elle fera également le suivi de votre dossier à l’ambassade du Canada à Paris, et pourra vous donner de précieux conseils sur la vie au Québec. Dans mon cas, elle m’a beaucoup aidée et c’est une femme très ouverte et sympathique…

Allez voir la page « Santé et service sociaux Québec » qui est très bien faite avec toutes les démarches à accomplir
Il faut aussi que vous lisiez la page de l’Ordre des Infirmiers et Infirmières du Québec (O.I.I.Q) avec la délivrance des « permis » de travail.
http://www.oiiq.org/infirmieres/diplomes/index.asp
Attention, les démarches (émigration et permis de travail) peuvent prendre du temps…

     

Où travailler ensuite ?


Il est certain qu’à Montréal, qui est la plus grosse ville du Québec (3 millions d’habitants avec la banlieue), il manque beaucoup d’infirmiers, mais il est également possible de travailler en région plus éloignée voir dans le Grand Nord (Nunavik, terre des Inuits) si ça vous tente. C’est très bien payé, mais vous devez être capable de travailler en grande autonomie.

     

L’examen de l’Ordre


L’OIIQ exige de tous les infirmiers qui travaillent de passer leur examen dans la première année où vous exercez sur le sol québécois. C’est un examen déstabilisant, très diffèrent de tout les examens que vous avez pu passer en France durant vos études, mais il existe des façons de bien s’y préparer. Il coûte cher (500 CAN $ soit environ 370 Euros) et l’on ne dispose que de 3 tentatives pour l’obtenir sinon on est radié de l’ordre et l’on ne peut plus exercer comme infirmier au Québec. Une fois obtenu, il faut payer chaque année sa licence d’infirmière qui donne le droit de pratiquer et qui coûte cette année 305 CAN$. Et oui, il faut payer ici pour travailler ! ! ! !

     

Le salaire


En fonction de ses études (voir plus haut), un infirmier peut gagner entre 35 000 CAN $ et  plus de 100 000 CAN $. Evidemment, ici on parle de salaire brut, et le taux d’imposition dépend du salaire, moi, je suis imposée à 36%, soit je gagne environ 40 000 CAN$ ce qui fait environ 28 000 CAN$ net, soit environ 2300 CAN$ net par mois, ce qui ferait approximativement 1550-1600 euros net par mois. Je suis pour ma part rendue à un échelon plus avancé de salaire qu’une débutante, mais les hôpitaux reprennent généralement les années d’expérience en France.

     

Pourquoi le Québec ?


Je suis partie m'expatrier au Québec, pour différentes raisons, dont l'intérêt pour de nouvelles pratiques, et une organisation différente du système de santé... Ici, à Montréal, le système de santé vit les mêmes problèmes qu'en France, avec une chose en plus, le manque cruel de médecins. Mais le Canada en général a su depuis environ 15 ans s'adapter à la situation et valoriser la profession infirmière qui est ici une profession d'avenir, où une grande place est laissée à son expertise clinique, tant en milieu hospitalier qu'extrahospitalier (communautaire) ex : depuis 2004, les infirmières vaccinent de façon totalement autonome, sans prescription TOUS les vaccins et font le suivi des nourrissons (pesée, taille, informations sur la nutrition...). Cela s’apprend lors d’une formation spécifique bien sûr, mais ces formations sont disponibles et offertes gratuitement par la Direction de la Santé Publique de Montréal, les hôpitaux, etc... Les infirmières sentent ici qu'elles participent activement au mieux-être de la population et font de la vraie prévention.
D'autre part, ici il existe 2 niveaux de diplômes d'infirmière : une infirmière technicienne (DEC en Soins infirmiers= Diplôme d'Etudes Collégiales) qui n'a pas vraiment son équivalant en France, et le Baccalauréat en Soins Infirmiers (traduction de l'anglais Bachelor =Licence=3 ans d'université) qui permet d'obtenir le titre d'infirmière clinicienne. Or, en France, nous n'avons toujours pas cette reconnaissance. Ici, en arrivant comme infirmière française, on ne nous reconnait que comme ayant obtenu un DEC, et non un Bachelor, étant donné qu'en France nous n'avons pas nous même encore cette reconnaissance de licence...!!! Or les problématiques de santé ont beaucoup changé, il est nécessaire d'avoir une bonne expertise et de solides connaissances théoriques propre à l'enseignement universitaire, qui de plus permet aux infirmières d'avoir l'accès à différentes maitrises, qui lui permet de travailler dans le domaine communautaire, enseigner etc... Ici , il y a également une pénurie, mais valoriser une profession par sa reconnaissance universitaire, et en élargissant son champ de responsabilités et de compétences, permettrait aux infirmières d'avoir plus de poids pour revendiquer une revalorisation des salaires et une revalorisation de sa place comme pivot dans le système de santé, et donc attirer plus de jeunes dans une profession qui doit être synonyme de milieu valorisant, stimulant, etc...
Je suis révoltée que l'on refuse cette reconnaissance universitaire comme si on nous faisait sentir que notre métier pratique n'a pas sa place sur les bancs de l'université....Et que dire alors des médecins qui eux aussi ne devraient plus avoir cette reconnaissance universitaire !!!! En France le partenariat médecin-infirmière n'existe pas à son plein potentiel, et l'on sent encore l'infirmière comme une exécutante, ou tout du moins comme un personnel dévoué, bienveillant, mais qui ne dispose pas de jugement clinique....

Je trouve qu'en Amérique du Nord, au moins, il y a plus de place pour l'épanouissement professionnel comme infirmière et je souhaite que les décideurs de tout ordre se penche un peu sur ce qui se passe dans le reste du Monde, en Amérique du Nord, Australie, Nouvelle-Zélande, et en Europe du Nord, pour s'en inspirer...

En vous remerciant de m'avoir lu, et en vous souhaitant bonne continuation pour votre site !

     

     

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    infirmière aux Soins Intensifs et en hémodynamie de l'hôtel-Dieu de Montréal du CHUM

Publicité

Commentaires (22)

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

168 commentaires

#22

Quelques pistes...

Bonjour, pour répondre à votre questionnement, je vous engage à vous renseigner directement auprès de l'Ordre des infirmières du Québec. Vous trouverez également sans doute des informations en suivant ce lien http://www.journeesquebec.gouv.qc.ca/?utm_campaign=CSPQ_%3A_MICC_-_Journ%C3%A9e_Qu%C3%A9bec_%3A_Automne_2013&utm_source=126908^IZEOS^infirmiers.com^zone_accueil_-_16_jours_-_3_au_18_novembre&utm_content=1302x110^sante&utm_medium=banner

Laulau26

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#21

Partir étudier au Canada

Bonsoir, je m'appelle Laurene & j'ai 21 ans. Je souhaiterais étudier au Canada c'est à dire effectuer mes études d'infirmière. Je commence petit à petit à me renseigner mais je ne sais pas comment faire, est- ce que vous pouvez m'éclairer en sachant que je repasse mon baccalauréat Stmg qui est spécialisé dans le domaine ressources humaines mais avant cela j'ai obtenu mon bep carrières sanitaires et sociales donc j'ai effectué mes stages à l'hôpital, maison de retraite, aide à domicile. Voilà je vous ai résumer à peu près mon profil

Michel.Voufo

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#20

Infos Travail Québec

Salut je suis un étudiant camerounais en Italie et j'obtiens mon diplome ( LAUREA TRIENNALE selon le système italien) dans un mois (Novembre 2013). J'aimerais savoir comment obtenir l'équivalent du dit diplome italien pour pouvoir travailler comme infirmier au CANADA et précisement au Québec. Et de plus étant citoyen extracomunitaire par rapport à la Communauté Européenne, quelles sont les procédures, avec la tempistique, que je devrais suivre? J'espère à travers ce site obtenir des renseignements assez riches pour pouvoir m'envoler très bientot vers le pays des Caribous :) .
Amicalement votre!

Allouch

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#19

Demande de contact

Bonjour Julie BENOIT,
Je m'appel Ali infirmier diplômé en psychiatrie, de nationalité marocaine et je voulais avoir des info sur la possibilité de travailler au Canada (Québec, Montréal...) est ce que vous pouvez établir un contact avec moi afin de discuter un peu sur ceci et Merci d'avance.

E-mail : allouch-1@hotmail.com

Tunisiano1

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#18

SVP aider moi

salut
je suis un jeune infirmier principal tunisien au sein du bloc chirurgie général. J'ai aussi une expérience de 2 ans dans les services de réanimation et anesthésie.
J'ai étudié 3ans à l’institut supérieur en soins infirmier après avoir réussi mon bac.
Je suis en cours d’attente mon entrevue .
Le problème c’est que je n'ai aucune ideé si mon diplôme est reconnue au canada ou pas, je veux aussi me renseigner sur les conditions de travail et approximativement la catégorie de travail que j’aurai selon le système canadien.
Beaucoup de question me font tourner la tète j’espère que vous pouviez m'aider.
je vous remercie d’avance pour votre aide.
je connais bien tous les détailles de l'ordre mais ma question je veux quelqu'un de mon domaine de me répondre sur le détailles réel la bas je ne te cache rien car tous est en vague rien n'est clair meme j'ai contacter l'ordre par téléphone j'ai pas reçu la réponse efficace

merci de m'aider
désole si je dérange
je compte a vous de me répondre

R.Sanaa

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#17

Un Stage au Canada - Dossier à préparer

Bonjour tout le monde,
Je suis ravie de lire vos commentaires dont chacun me donne une info. supplémentaire.
Je suis une marocaine résidente au Maroc, je suis mes études autant qu'infirmière polyvalente, je veux faire un stage au Canada, mais on m'a dis que je dois préparer un dossier d'immigration dans ce sens.
J'aimerai bien discuter toute les possibilités, et savoir la démarche à suivre pour mieux valoriser et appuyer ma demande.
Vos avis et vos opinions seront les bienvenus, j'en ai vraiment besoin.
Dans l'attente de vos commentaires, je vous remercie tous.

Tunisiano1

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#16

aider moi SVP

Salut à tout le monde, je suis un jeune infirmier principal tunisien au sein du bloc chirurgie général. J'ai aussi une expérience de 2 ans dans les services de réanimation et anesthésie.
J'ai étudié 3ans à l’institut supérieur en soins infirmier après avoir réussi mon bac.
Je suis en cours de préparation de mon dossier d’immigration au Québec.
Le problème c’est que je n'ai aucune ideé si mon diplôme est reconnue au canada ou pas, je veux aussi me renseigner sur les conditions de travail et approximativement la catégorie de travail que j’aurai selon le système canadien.
Beaucoup de question me font tourner la tète j’espère que vous pouviez m'aider.
je vous remercie d’avance pour votre aide.

Cordialement.

Grand Corps Soignant

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#15

Reconnaissance nouveaux diplômes?

Merci pour votre article et pour les commentaires que j'ai lu avec intérêt. J'ai 28ans et je suis actuellement en semestre 3 de la formation d'infirmier. Sans projet définitif pour l'instant, je me renseigne sur les possibilités qui s'offriront à moi une fois le diplôme obtenu dans un an et demi. J'ai pas mal la bougeotte et j'ai déjà eu dans mes emplois précédents l'opportunité de travailler à l'étranger, je suis donc intéressé par la possibilité de travailler au Canada.

Savez vous ce qu'il en sera pour l'équivalence de diplôme des infirmiers diplômés à partir de juin 2012? Etant donné que notre formation devenue universitaire aboutie à un "grade licence", est ce que l'équivalence avec le Québec en restera au niveau d'infirmier technicien ou peut on espérer une équivalence avec le Baccalauréat en Soins Infirmiers pour le titre d'infirmier clinicien?

Merci d'avance pour vos réponses!

gwenn.iwenn

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#14

A Fleursurneige

Malheureusement, fleursurneige, les accords de reconnaissances de diplômes entre les pays n'existaient qu'entre les pays européens (accords de Bologne) et non pas avec les autres pays, que se soit le Canada, les États-unis et autre...ces accords ont été decidé pour favoriser la mobilité européenne, et la France ainsi que l'europe n'a jamais eu la même politique d'immigration que les pays nouveaux tels que les E-u, le Canada, l'asutralie, qui cherche a attirer du personnel, dans tous les domaines. L'europe est plus conservatrice (c'est mon point de vue), et hors UE ,point de salut!

Désormais, avec l'accord de reconnaissance mutuelle, signé fin juin 2010, les infirmier(e)s québécoises (et non pas canadiennes des autres provinces) titulaires d'un baccalauréat (les techniciennes, d'après l'OIIQ, pourrait recevoir un complément de formation afin d'avoir le droit d'exercer en France comme infirmière) vont pouvoir exercer en France, suite a la période d'intégration, qui, je tiens a le préciser, s'applique déjà aux infirmières françaises. Les contextes culturels et organisationnels de pratiques sont très différents, c'est bien normal selon moi de passer par cette phase d'adaptation.
D'autre part, en effet, je ne sais pas ce qui va arriver pour les infirmiers diplômés en France avant 2012. Est-ce que L'on sera reconnu rétroactivement comme titulaire d'une licence (baccalauréat au Québec) ou non? d'après ce que j'ai pu comprendre, pour les infirmiers travaillant dans le public, cette reconnaissance (et le salaire qui y est associé) dependrait de leur choix de passer en catégorie A ou rester en catégorie B. A la clé, des années ou non de plsu de travail pour cotiser a un régime de retraite différent. Pour celles du privé, ou celles expatriées, comme moi, je n,ai aucune idée de ce qui est décidé. j'ai écrit a l'OIIQ en ce sens, afin de savoir si les infirmiers français, par soucis d'équité dans l'accord de reconnaissance mutuelle, seraient reconnus titulaire d,un baccalauréat au Québec (comme c'est deja le cas si un infirmier français part travailler en Espagne, En Angletterre, en Hollande...), et ceux-ci m,ont dit que c'était en cours d'évaluation.
Je comprends néanmoins que dans ton sens, c'est très frustrant de ne pas être reconnu comme infirmière, mais par ex, dans le même sens ,il est difficile voir impossible a certaines périodes, pour les infirmières françaises,d'aller travailler aux états-unis et ceci pour des raisons politiques. Les Pays choisissent si ils désirent ou non du personnel étranger et qui. nous ne pouvons que nous battre pour que cela change, mais tant qu'il n'y avait pas cet accord de reconnaissance mutuelle, il n'y avait pas d'issue. Je sais que c'est frustrant.
Personnellement, j'ai terminé une licence en sciences de la santé, option santé publique cette année, reste a la faire reconnaitre au Québec. Je ne savais pas si un jour nous serions reconnu bachelier, alors j'ai pris les devant. Cela ne sera pas reconnu comme un baccalauréat en Sciences Infirmières, mais au moins je serais titulaire d,un bac et je pourrais enseigner ou poursuivre mes études, tout en travaillant. Voila mon point de vue.
Bon courage quand même.
Julie BENOIT

olivsanté

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#13

Pour info

Roselyne B. a signé vendredi une reconnaissance mutuelle des diplômes entre la France et le Québec, moyennent un stage de 75 jours dans le pays d'accueil. L'objectif : simplification des démarches, meilleur accueil et un accompagnement par des des infirmiers expérimentés lors de leur intégration.
Voir source : Hospimedia http://www.hospimedia.fr/actualite/articles/20100816_valider_un_stage_d_adaptation_de_75_jours_comme_condition

Lovelyninis

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#12

étude au canada

bonjours! moi je ne suis pas encore infirmière mais je m'y interesse... je suis en terminale ST2S qui veut dire Science Technique Sanitaire et Social (correspond a SMS) et j'aimerais partir faire mes études au canada au québec ou a montréal... Je suis francaise et je vois que le circuit est totalement différent de ce qui se fait en France donc je souhaiterais avoir des informations surtout que je ne veux pas m'arreter la car je souhaite devenir puéricultrice! En france je sais que c'est 3 ans d'études en école d'infirmière et après l'obtention du diplome d'etat d'infirmière on poursuit avec une spécialisation d'1 an en puériculture mais comment sa se passe au canada? voila j'espère que quelqu'un pourra m'aider...

Fleursurneige

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#11

Infirmiere quebecoise en France

Je suis une infirmière québécoise comptant 20 ans d`expérience , la majorité en soins aigües dont hémato-oncologie , soins intensifs en chirurgie cardiaque , pédiatrie et santé communautaire.
De plus j`ai été superviseur de stage pour des étudiants de niveau universitaire.
Je vis maintenant en France et j`exerce comme aide-soignante car mon DEC n`est pas reconnu ici .
Je voudrais mentionner que l`examen de L`OIIQ est le même pour les 3 différentes formations qui existent présentement au Québec soit le DEC et/ou suivie de la formation universitaire.
Pour ce qui est du DEC , il ne s`agit pas d`un équivalent de lycée mais plutôt d`un mélange de diplôme d`études secondaires DES acquis après 5 annéees de scolarité et d`un début de lycée ( seconde ) . Ce diplôme est obtenu après 12 ans de scolarité et le CEGEP n`a aucune autre équivalence n`importe où ailleurs qu`au Québec.
Selon mes observation en milieu de travail et après discussion avec mes confrères infirmiers en France, il semble que ma formation collégiale en techniques infirmières d`une durée de 3 ans serait très vraisemblablement presque similaire à la vôtre. Tous s`ont horripilé par ma situation actuelle!!!! Même le médecin-inspecteur de la DASSS.
Je voudrais mentionner que l`examen de L`OIIQ est le même pour les 3 différentes formations qui existent présentement au Québec soit le DEC avec 3 années et/ou suivie de la formation universitaire. ( De 4 à 7 ans d`études ) pour le même permis.
Il n`existe pas de différence de permis d`exercice selon la scolarité de l`une ou l`autre et durant mon parcours professionnel j`ai eu à travailler avec des infirmières de toutes formations confondues peu importe la spécialité sans pouvoir les différencier avec parfois plus de responsabilité que certaines bachelières ou cliniciennes ( C`est leur nouveau terme pour les désignées)
J`espère que si vous revenez un jour en France vous n`aurez pas à vivre cette discrimination que je vis et dans ma profession depuis l `émergence de cette simili- guerre des formations que le Québec vit aujourd`hui puisque dès les prochaines années vous aurez des confrères et consoeurs Avec des LICENCES de niveaux universitaires ... donc de niveaux supérieurs aux vôtres !!!

Magaliemcj

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#10

Travailler et s'installer au Quebec suit

Pour ce qui est du salaire contrairement a la france les impots sont prélevés a la source. Ici je gagne plus a temps complet en salaire net que quand je faisait un temps complet plus un temps partiel en france. Pour finir je travaille au service D'urgence de Ste Justine a Montréal je suis vraiment contente de vivre cette experience ici au Quebec. c'est dur de partir aussi loin mais c'est sans regrets.

Magaliemcj

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#9

Travailler et s'installer au Quebec

Moi je travaille a Montréal depuis trois mois.Pour ce qui est du logement perso moi je l'ai trouve en 1 jour ici il suffit de faire un tour dans le cartier ou l'on veut vivre et les appartements a louer sont affichés sur l'immeuble avec le numero a joindre. Pour ce qui est de l'equivalence c'est vrai que c'est injuste d'etre reconnu qu'au DEC mais ca ne change rien sur la pratique au contraire notre champ de compétence et d'action est plus grand qu'en france.

johannes

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#8

infirmière dans le quebec rural ?

Je suis infirmière depuis 6 mois et je souhaite vivement travailler au quebec, je suis interimaire surtout auprés des personnes agées et je souhaite rester dans se domaine mais de plus je suis pas une citadine je déteste la vie en ville et se que j'aime c'est l'espace et le calme. Je me demande si la pénurie touche également les régions reculées du quebec ?

jackson

Avatar de l'utilisateur

22 commentaires

#7

profession en france

chere daze,

pour ton information, en FR pour passer le concours d'entrée tu dois avoir ton bac(3 ans de lycée) et ensuite tu fais 38 mois d'ifsi(et t'as pas les vacances universitaires). je t'invite à regarder le programme des IFSI, et là tu comprendras que l'on a moins de cours universitaire généraux(socio etc..), que l'on a autant de cours spécifique sur chaque matière de santé, et que par contre en pratique on doit faire le double environ des heures de formations sur le terrain que vous avez

chantounette

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#6

possiblitee de reconaissance BAC ???

Voila 5 ans que je suis infirmiere au Quebec, "et bien evidement" mon diplome a ete reconnu niveau DEC....
Je me demande si avec les revalorisations en discutions actuellement pour devenir categories A, cela pourrait enfin changer notre statut au Québec, et nous reconnaitre comme infirmiere bacheliere au lieu de technicienne...Ce qui me semblerai plus juste de part la difference de formation et egalement plus epanouissant pour notre avenir professionnel...
Merci de m informer des demarches eventuelles a effectuer si vous les connaissez..

daze

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#5

Profession au Québec

La profession d'infirmière au Québec est bien différente d'en France. Il faut comprendre qu'au Québec le Bac correspond à trois ans de collégiale et un minimum de deux ans Universitaire si le programme se donne en Dec-bac. Mais dans certaines régions il ne se donne pas alors ce sera un programme Universitaire de trois ans qui s'ajoute collège. En résumé pour être infirmière de niveau Universitaire c'est à dire Clinicienne c'est 5 à 6 ans d'études. C'est donc la raison pourquoi votre diplôme n'équivaut pas.
Trois-Rivières ont le Dec-Bac et les coûts pour y vivre sont moins élevé qu'à Montréal.

Fameli

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#4

projet quebec

bsr, moi et une amies sommes en 3eme année et apres avoir participé au salon de l'infirmier, nous sommes interessé pour travailler au quebec suite a notre DE. (moi plus dans le secteur psychiatrique et elle plus en service actif réa urgence) cependant on aimerai avoir des info sur les logements la vie au quebec, et effectivement aussi les prix, du moins s'il est facile d'y vivre en vue du salaire IDE ? Merci.

lolody

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

pratique

En fait je suis assez interessée par le quebec quand je sortirai de mon DE. Si j'ai bien compris tu exerce en temps qu'infirmière technicienne. Pourrais tu me dire concrètement en quoi consiste ton travail, ce que tu fais comme soins??? Que faut il faire pour être clinicienne avec un DE francais??? Merci d'avance!!!

flopoit

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#2

vie chere au quebec?

bjr suite a ton article j'aimerai que tu m'eclaire sur les conditions de vie au quebec as tu trouvé facilement un appart a montreal? les prix? les hopitaux offre t'il des avantages pour ceux qui souhaitent s'expatrier? j'en reviens et j'ai été charmé par cette ville donc pourquoi pas tenter l'experience!
merci d'avance!
florent

Avatar de l'utilisateur

43 commentaires

#1

étude au Quebec

Voila moi je suis aller au Quebec cet été et je suis vraiment tombée amoureuse du pays. Voila j'aurais voulu savoir je passe en TS et j'aimerais savoir comment ca se passerais pour moi? je dois chercher une université la bas .. merci pour l'aide