Forum : Etudiants infirmiers (ESI)

Nous sommes le 17 Juin 2019 02:07

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar vania64 » 20 Fév 2019 21:18

Bonjour,
Je me décide à poster après 5 mois et demi de cours.
Je suis donc au début du 2e semestre. J'ai validé tout le premier semestre et pourtant, je continue à beaucoup douter.
Je suis en reconversion professionnelle et je dois dire que même si ce projet a été longuement mûri, je ne pensais pas que le retour sur les bancs de l'école serait aussi difficile.
Que ce soit les cours, l'ambiance de la promo qui est très immature, les stages avec la désagréable position de stagiaire et des professionnels pas toujours pédagogues , les révisions, la pression, j'avoue que j'ai beaucoup de mal à retrouver un équilibre.
Du coup, je ne sais pas si c'est la perspective de cette longue formation et/ou la désillusion du métier mais pour l'instant, je ne m'épanouis pas.
Je sais que c'est très subjectif et personnel mais je me demandais si d'autres avaient vécu ce genre de démarrage et si c'était un cap à passer...
Merci d'avance.
vania64
 
Messages: 6
Enregistré le: 20 Fév 2019 21:07

Messagepar Khaërva » 21 Fév 2019 00:44

Sincèrement, je pense qu'il est légitime d'avoir des doutes :)

De plus, si on se refère aux sondages, un très grand pourcentage d'étudiant a pensé, durant les 3 ans de formation à arrêter la formation... L'immaturité ? En première année, oui. En deuxième année beaucoup moins, et en dernière année, il n'y en a que très peu. Après tout, en 3 ans, beaucoup de choses changent. Quand je me revois à mon entrée en IFSI, j'étais moi même immature. Avec le recul, je ne m'en rends compte qu'aujourd'hui.

La position de stagiaire pas agréable ? Ça, c'est "normal" qu'on ne se sente pas toujours à notre aise. ;)

Les bancs/révision, c'est sur que ça doit être étrange d'y retourner, mais on a besoin de ces connaissances. Le stress ? C'est la maladie du 21ème siècle, tous les jours, tout le monde, malheureusement...


Que dire pour t'aider ?
3 ans, ça te parrait long ? Pour tout ce qu'il y a apprendre, c'est long mais aussi très court !!
Maintenant diplômée, je regrette un peu de ne pas avoir plus profité des cours, des ami(e)s, de l'ambiance, des projets qu'on avait pour combler les heures de TP de telle ou telle UE.

3 ans, c'est long, mais aussi très court ;)

Laisses toi encore du temps, déjà, en deuxième année, ça ira mieux au niveau des stages et de l'immaturité de tes collègues de banc. Tu auras aussi plus de temps pour trouver ton rythme de croisière, entre les révisions, le mémoire (qui te parait loin en première année), la famille et tout le reste.

Cette formation n'est pas facile. Le salaire est hilarant, mais je ne regrette pas d'être allée au bout des 3 années
Khaërva
Régulier
Régulier
 
Messages: 37
Enregistré le: 21 Jan 2019 14:58

Messagepar jajamektoub » 17 Mar 2019 20:49

Salut ,
En reconversion aussi , avec une promo très jeune , une optique d'individualisme
, je doute aussi .
Qu'elle différence avec la formation "as" , ou en était tous soudés.
Heureusement pour moi qu'il y a les stages qui me plaisent énormément.
Qui me redonne de l'oxygen .
Mais je redoute a chaque fois le retour en ifsi .
Peut-être celà ne dur que la première année ?
AMP 2009
AS 2013
ESI 2018/2021
Avatar de l’utilisateur
jajamektoub
 
Messages: 27
Enregistré le: 12 Jan 2018 11:31

Messagepar Patt » 17 Mar 2019 23:31

Au final, vous parlez de choses désagréables mais qui ne sont pas liées à l'exercice de ce métier. La position de stagiaire, l'ambiance de la promo, ça n'est pas être IDE. A l'inverse, vous pourriez adorer ces deux éléments sans que ce métier vous sied.

Votre mission : faire la part des choses. C'est difficile, même une fois diplômé.
ESI 2014-2017
IDE juillet 2017
Avatar de l’utilisateur
Patt
Accro
Accro
 
Messages: 1678
Enregistré le: 26 Déc 2013 23:09

Messagepar vania64 » 25 Avr 2019 12:52

Tout d'abord, merci à tous pour vos témoignages et réponses!
Je n'y vois toujours pas beaucoup + clair à ce jour. Je suis actuellement en stage à l'hopital. Contrairement au stage précédent, l'équipe est très bien, je souffre moins de ma position de stagiaire.
Pour autant, je ne m'éclate pas comme je l'aurais pensé. Je trouve les journées très très longues en 12h, à rester enfermée toute la journée.
Le boulot me semble répétitif, alors que ce service est réputé assez diversifié mais j'ai l'impression que les journées s'enchainent et se ressemblent.
Sinon, j'aime assez les soins techniques même si je galère niveau mémoire et dextérité.
Bref, j'ai beaucoup de mal à me projeter, surtout quand j'entends et je constate la difficulté du rythme, c'est épuisant! J'arrive à peine à décrocher pendant mes repos qu'il est temps d'y retourner.
Je me questionne beaucoup sur la suite, est-ce que cet inconfort est passager et dû au fait qu'on est encore gauche et qu'on ne maitrise pas grand chose, avec beaucoup de choses à assimiler ou est-ce que je me serais finalement trompée sur mon choix?
Comment est-on censés gérer la fatigue?
Pas facile de faire la part des choses...
vania64
 
Messages: 6
Enregistré le: 20 Fév 2019 21:07

Messagepar augusta » 25 Avr 2019 19:01

Vous seule savez si vous vous êtes trompée de voie!
Les études d'inf n'ont rien de rigolo, c'est même plutôt difficile.
L'exercice l'est tout autant.
Posez-vous cette question: pourquoi ai-je décidé de devenir IDE?
Revenez aux bases.
Puis fixez-vous un cap (celui de réussir) et foncez.
"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 10367
Enregistré le: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Messagepar galtan » 30 Avr 2019 14:05

augusta a écrit :Vous seule savez si vous vous êtes trompée de voie!
Les études d'inf n'ont rien de rigolo, c'est même plutôt difficile.
L'exercice l'est tout autant.
Posez-vous cette question: pourquoi ai-je décidé de devenir IDE?
Revenez aux bases.
Puis fixez-vous un cap (celui de réussir) et foncez.

On ne saurait mieux dire .
Effectivement, il vous faut vous accrocher à ce qui vous a motivée pour vous reconvertir vers ce métier et vous y accrocher, ou pas.
Il n'y aurait aucune honte à renoncer à ce métier et à en envisager un qui correspond à vos motivations si ce n'est pas le cas avec celui-ci.
Vous n'avez rien à prouver !
Avatar de l’utilisateur
galtan
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 236
Enregistré le: 23 Mai 2014 11:23

Messagepar vania64 » 30 Avr 2019 14:52

Bonjour,

Voilà les nouvelles du front. Je suis en train de craquer, le rythme des 12h (surtout arrivée au 3e jour) est juste épuisant.
Je trouve les journées super longues, avec des moments où je n'arrive plus à réfléchir, me concentrer, assimiler.
Du coup, cela joue sur mon moral, j'ai du mal à me ressourcer sur mes jours de repos et je me dis que suis pas sûre de vouloir tout ça pour ma 2e partie de vie professionnelle étant donné que c'est encore pire que mon 1er métier.
Je pensais que le coté passion compenserait mais j'avoue que ce n'est pas le cas. Peut-être est-ce parce que tout est nouveau et que tout me parait plus ou moins compliqué mais j'ai l'impression que la journée se découpe en une multitudes d'actes à refaire à l'infini...
Bref, suis mal, je ne sais pas comment je vais pouvoir gérer la suite, j'appréhende chaque jour, me demandant comment je vais tenir. Il faudrait au moins que j'aille au terme de cette 1e année histoire de ne pas avoir fait tout ce chemin pour rien mais ça me parait encore énorme!
J'avoue que vos messages de bienveillance, notamment celui de galtan me fait du bien car je suis hyper inquiète pour la suite des évènements...
vania64
 
Messages: 6
Enregistré le: 20 Fév 2019 21:07

Messagepar galtan » 30 Avr 2019 16:07

Un changement de profession n'est pas chose facile et ça l'est encore moins lorsque l'on est un peu vintage.
La profession d'infirmier peut être telle que tu l'a décrit dans ton message et ce peut être sensiblement différent également. Tu n'as exploré que deux aspects de cette profession puisque tu fais que deux stages, tu as donc potentiellement quatre autres domaines à découvrir et à explorer.
Par ailleurs, je trouve difficile la position d'étudiant lorsque l'on est sorti du système depuis un moment: on a plus les habitudes ni le rythme de travail, on a souvent des préoccupations supplémentaires ne serait-ce que dans la gestion du quotidien, de la vie de famille, etc. C'est normal de fatiguer.

Il se trouve que j'ai également changé de profession. Ça m'a pris tout mon temps les premières années, y compris le temps de sommeil: je pensais à mon boulot tout le temps. Ça s'est calmé ensuite sinon je ne me serai pas acharné.
As-tu des possibilités de prendre du temps pour toi?
Avatar de l’utilisateur
galtan
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 236
Enregistré le: 23 Mai 2014 11:23

Messagepar lafolldingue » 30 Avr 2019 23:33

On a tous douté a un moment de la formation... moi même en reconversion je suis passée par là. Certains stages sont plus compliqués, et notre position de stagiaire n'arrange rien. Mais cette formation a au moins l'avantage de nous montrer ce qu'on ne veut pas pour la suite de notre carrière.
Il faut prendre du recul..... voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide, s'entourer, avoir des activités et parvenir à gérer son temps de travail afin de ne pas crouler sous les révisions et ne pas froler le burn out.....
Sincèrement tu es la seule à savoir si tu iras au bout ou pas. Mais saches que généralement le second semestre de chaque année est plus soft.

Toujours est il que tu as au moins eu le mérite d'essayer. Certains s'obstinent et bien qu'arrivant au bout arrivent sur le marché du travail blasés avant même d'avoir pu expérimenter un poste qui leur correspond. Prends du temps pour toi surtout et pèses le pour et le contre. S'il y a plus de contre et bien arrêtes. On n'a qu'une vie, ce n'est pas pour se rendre malade!
IDE 2018 - urgences - Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2442
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar vania64 » 01 Mai 2019 12:00

Oui, en effet, au moins j'aurais essayé et j'ai pu me faire ma propre opinion...
Je pense que ma décision est prise, le gros souci est que je me dis quel gachis! Il faudrait que j'aille au moins au bout de cette 1e année pour obtenir l'equivalence du diplome d'aide-soignante ùais pour cela , je crois qu'il faut valider son stage. J'imagine que le nombre de semaines ou d'heures deja effectuées ne rapporte aucun ects? si je suis en arrêt maladie, je crois que je dois rattraper au delà de 10% d'absence? C'est dingue, ça me parait insurmontable tellement la fatigue s'accumule et je n'arrive même âs à récupérer sur mes repos...
vania64
 
Messages: 6
Enregistré le: 20 Fév 2019 21:07

Messagepar lafolldingue » 01 Mai 2019 18:01

souffle un coup! si ta décision est prise, justement, prends du recul. Eventuellement tu peux faire un report si tu envisages de revenir ultérieurement, ça évitera les éventuels regrets qui peuvent peut être survenir ensuite.
Il n'y a pas de gâchis, tu as appris beaucoup en cette première année, tant en théorie qu'en pratique, mais surtout sur toi même, tu as appris tes limites. C'est très riche et il faut en tirer les bénéfices.
IDE 2018 - urgences - Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2442
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar vania64 » 08 Mai 2019 12:32

Bonjour,
Je me demandais par curiosité, sur l'ensemble des stages que bous avez eus, combien vous avaient vraiment plu et combien avaient été compliqués?
En effet, j'ai eu comme conseils d'attendre encore un peu, voir si j'avais une révélation pour la suite vu que pour l'instant je ne me projette pas vraiment.
Le souci c'est que cela me parait tellement aléatoire, sans compter les stages qui se passent mal.
Pour autant, je pense que ça me ferait bizarre de ne plus pratiquer aucun soin à l'avenir en ayant appris.
Je pense par ex aux infirmières qui ont changé de métier, je me demande comment elles gèrent cet aspect.
vania64
 
Messages: 6
Enregistré le: 20 Fév 2019 21:07

Messagepar lafolldingue » 08 Mai 2019 15:42

Sincèrement c'est difficile de se projeter en 1ère année... On a envie de tout voir, tout faire alors que pour autant les enseignements ne sont pas suffisants pour faire du lien.
Atitre personnel, je n'ai pas eu de stage qui se soit mal passé en soi, mais plutôt des stages où parfois je me suis sentie en difficulté, notamment le stage de s1 car je ne savais pas trop ce qu'on attendait de moi. Le stage s3 a été difficile (réa) car je me mettais énormément de pression. La position d'étudiant est vraiment compliquée.
On rencontre tous nos moments de doute et des stages plus ou moins compliqués. Le plus dur est de réussir à prendre du recul.
IDE 2018 - urgences - Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2442
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar Lenalan » 08 Mai 2019 16:52

vania64 a écrit :Bonjour,
Je me demandais par curiosité, sur l'ensemble des stages que bous avez eus, combien vous avaient vraiment plu et combien avaient été compliqués?
En effet, j'ai eu comme conseils d'attendre encore un peu, voir si j'avais une révélation pour la suite vu que pour l'instant je ne me projette pas vraiment.
Le souci c'est que cela me parait tellement aléatoire, sans compter les stages qui se passent mal.
Pour autant, je pense que ça me ferait bizarre de ne plus pratiquer aucun soin à l'avenir en ayant appris.
Je pense par ex aux infirmières qui ont changé de métier, je me demande comment elles gèrent cet aspect.

Comme lafolldingue, j'ai pas eu de stages qui se sont mal passés à proprement parler (j'ai jamais eu de mauvaise appréciation par exemple, ni de stage non validé) mais ça n'a jamais été vraiment l'extase non plus (à cause de la pression que je me mets de faire des boulettes et que ça se passe mal). Parfois on a de bonnes surprises (j'ai beaucoup aimé des stages où je suis allée à reculons au départ), parfois de moins bonnes, et parfois carrément des claques qui nous donnent envie de tout arrêter (exemple mon stage aux urgences en S6, que j'ai détesté de A à Z). Par contre je n'ai jamais eu de "révélation" (ou alors je l'attends toujours, ça viendra peut-être un jour :lol: ), mon métier n'est pas une passion comme on l'entend parfois, et je ferais tout aussi bien autre chose que ça ne me dérangerait pas. Les soins techniques je m'en fiche aussi, si j'en fais pas ça me va très bien :D
Infirmière DE 2016 En libéral

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 15758
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29


Retourner vers « Etudiants infirmiers (ESI) »



Publicité

-