Forum : Etudiants infirmiers (ESI)

Nous sommes le 01 Avr 2020 15:02

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar louloufi31 » 17 Mar 2020 23:48

Bonjour,

J'aimerais parler d'un sujet qui doit concerner pas mal d'étudiant infirmier. Je vous explique ma situation je suis en deuxième année d'infirmière, j'ai 25 ans et j'en ai marre.

Tous me gonfle, les cours, les stages, la formation, le métier, les conditions de travail, les responsabilités, le manque de considération. Je me remets énormément en question, sur ce métier, si je souhaite réellement exercer ce métier et si j'en suis capable physiquement et mentalement.

En première année j'étais très motivée, je me projetais en tant qu'infirmière. Je travaillais toutes les semaines sur mes cours, mes stages se passaient bien...

Depuis les vacances d'été, ça fait maintenant plusieurs mois où je me sens pas très bien (stresser, anxieuse, pleure, manque de concentration, maux de tête, insomnie, à me dévaloriser...) et je suis complètement perdue sur mon avenir professionnel.

J'ai effectué mon premier stage de deuxième année à l'hôpital public, et j'ai été "écœuré" de l'hôpital public. Notamment l'ambiance, l'hypocrisie, la méchanceté envers les collègues, la pression qu'il y'a avec les familles, les patients, les collègues, les médecins, les conditions de travail, la surcharge de travail, le manque de considération, l'erreur qui peut aller vite, les responsabilités... De plus je suis tombée sur une infirmière pas très agréable.

J'hésite, j'essaie de trouver le pour et le contre du métier d'infirmier, je réfléchis à arrêter la formation. Mais que faire après. J'ai l'impression que je ne suis pas faite pour ce métier. Mais mon problème c'est que je ne sais pas quoi faire, j'ai peur de continuer et de me ruiner ma santé ou d'arrêter définitivement et de regretter plus tard.

Beaucoup me dise de continuer que ça me fera un bac +3, que ça m'ouvre pas mal de porte (que je ne suis pas forcément obligée de travailler à l'hôpital), d'autre me dise d'arrêter au vu de mon état, que ça ne sert à rien d'avoir un bac+3 si il n'a pas d'utilité, de reprendre des études, que je suis encore jeune (c'est vrai) mais me relancer dans des études à 25 ans,de revivre cette situation et retrouver de la motivation c'est un peu compliquée...

Je souhaiterais avoir des avis sur des personnes qui ont rencontrés la même situation que moi, si vous avez fait un report, arrêter définitivement, ce que vous faîte maintenant, si vous avez repris d'autres études...

Puis je suis quelqu'un ayant une personnalité sensible, avec un manque de confiance. J'ai l'impression que dans ce milieu je vais me faire "bouffer"... J'ai un bts administratif au cas où. J'ai l'impression qu'au final je n'ai pas vraiment fait les études que je souhaitais réellement,(malgré que je pensais à faire ce métier depuis des années). Que j'ai été influencé par ce métier en écoutant mon entourage qui exerce ce métier... Mes parents ne me voyait pas dans ce métier.

J'ai été à la base en sts2 pour effectuer les métiers de manipulateurs en radiologie, technicien en laboratoire, diététicienne ou ergothérapeute. Et maintenant je regrette mes choix car au fond je savais ce que je voulais mais je ne l'ai pas tenté pour plusieurs raisons. J'ai éventuellement travaillé 2 ans dans les bureaux.

Voilà ma situation, je suis preneuse de conseil, des personnes ayant vécu la même situation, ce que vous avez fait... :clin:
louloufi31
 
Messages: 5
Enregistré le: 17 Mar 2020 20:57

Messagepar muezza20 » 18 Mar 2020 00:54

J'ai l'impression que tu décris ma situation...
Sauf que je suis en 3 è année et que j'ai 1 an et demi de moins que toi.
Ça ne va pas t'aider, mais moi je vais continuer mes études. Il me reste qu'un an.
Par la suite, je vais juger le métier sous le regard d'une IDE et non d'une stagiaire.
Si je vois que le métier est aussi merdique (les conditions de travail, stresse, hypocrisie dans l'équipe...) j'arrête et je fais autre chose de ma vie avec mon bac+3. A ta place j'aurai continuer. Il ne te reste qu'un an et demi. Tu peux toujours faire autre chose de ta vie...
muezza20
Forcené
Forcené
 
Messages: 253
Enregistré le: 09 Déc 2016 18:49

Messagepar muezza20 » 18 Mar 2020 00:59

muezza20 a écrit :J'ai l'impression que tu décris ma situation...
Sauf que je suis en 3 è année et que j'ai 1 an et demi de moins que toi.
Ça ne va pas t'aider, mais moi je vais continuer mes études. Il me reste qu'un an.
Par la suite, je vais juger le métier sous le regard d'une IDE et non d'une stagiaire.
Si je vois que le métier est aussi merdique (les conditions de travail, stresse, hypocrisie dans l'équipe...) j'arrête et je fais autre chose de ma vie avec mon bac+3. A ta place j'aurai continuer. Il ne te reste qu'un an et demi. Tu peux toujours faire autre chose de ta vie...



-24 ans dans 2 mois.
-Multiple réorientation
-Je ne me sens plus à ma place.
-Je ne supporte plus la pression en stage, j'ai l'impression que tout va trop vite.
Trop de pression, trop d'hypocrisie (sans être mysogine, dans un milieu rempli dd femme l'hypocrisie c'est la norme).
-Je ne supporte plus les remarques désobligeantes de la part des "collègues".
-Trop de stresse, trop de travail pour un salaire trop bas.

Cependant, j'aime vraiment beaucoup le contacte avec les patients.


Comme je l'ai dit, je continue jusqu'au diplôme pour ensuite faire autre chose de ma vie si je ne trouve pas un lieu de travail "soft".
muezza20
Forcené
Forcené
 
Messages: 253
Enregistré le: 09 Déc 2016 18:49

Messagepar Lenalan » 18 Mar 2020 11:11

Tu décris ma situation aussi, sauf que je suis IDE :lol:

J'ai fais une première formation, que j'ai arrêté en 2ème année (complètement écoeurée, j'ai eu du mal à m'en remettre, car en plus les méthodes de mon IFSI étaient à vomir, l'ambiance sur les lieux de stage à pleurer....). J'ai exercé comme AS pendant quelques années (ça se passait plutôt bien, j'avais de bonnes équipes) puis j'ai eu envie de reprendre les études d'infirmière, que j'ai terminées cette fois (dans un autre IFSI, ça s'est globalement bien passé, sauf 2 stages à l'hôpital public avec des gens peu recommandables).
Et puis j'ai travaillé... En clinique puis à l'hôpital public (le 1er, où l'ambiance était toujours à vomir avec des conditions de travail horribles.... ce qui m'a conduit à faire un burn-out au bout de 6 mois). J'ai ensuite travaillé une paire d'années en EHPAD (très agréable en matière de conditions de travail mais méthodes du grand directeur à vomir, et paye ras des pâquerettes). J'ai démissionné pour faire du libéral, travailler toute seule est encore ce qui me convient le mieux et les revenus sont largement supérieurs. Mais c'est pas non plus l'extase, je ne me lève pas le matin en étant ravie d'aller travailler. Je ne ferai rien d'autre de ma vie, je suis trop vieille (45 ans) et j'ai pas le courage pour une reconversion. Alors je continue...

Je ne sais pas quoi te conseiller, je ne conseille à aucun jeune de se lancer dans cette profession, les déconvenues sont trop fréquentes (ma fille avait passé le concours en 2017 mais par chance elle a été éliminée dès l'écrit, j'en suis ravie).

Tu as 25 ans, largement le temps de faire autre chose, fais ce que ton coeur te dicte (continuer jusqu'au DE ça peut être insurmontable quand tu n'aimes pas ça).
Infirmière DE 2016 En libéral depuis 2018

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16921
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar bernard123 » 18 Mar 2020 12:19

Bonjour,
Peut-être ne suis-je pas le mieux placé pour te répondre, mais je te confirme que l'hôpital public peut être un calvaire pour les stages.
Si tu es prête à devenir hypocrite, sournoise, à cirer les pompes de personnes peu respectables, et être prise pour une serpillère par des IDE pas toutes très professionnelles (doux euphémisme...), et que tu as une très grande motivation à devenir infirmière, alors tu pourras continuer et arriver au bout.
Le pire, c'est que de nombreux IFSI ont besoin de lieux de stages, et qu'ils ferment les yeux sur ce qu'il s'y passe. Quand tu oses pointer des problèmes, généralement, la seule réponse c'est "si ça ne se passe pas bien, c'est de ta faute, remets toi en question!"
J'ai eu affaire à une équipe où certaines AS étaient maltraitantes, des IDE ne respectaient pas les prescriptions sous prétexte que ça faisait trop de travail et qui considéraient certains patients comme de la merde (selon leurs termes), le toubib (n'oublies pas que c'est le Roi) incapable de prendre en compte les effets secondaires de certains TTT... J'ai vu une IDE poser une sonde urinaire sans gants stériles...
Et toi, en tant qu'étudiant, tu as juste le droit de te taire.
Une étude pointait que 90% des étudiants de troisième année avaient pensé arrêter leur formation.
Le point positif c'est que ce métier sera ce que tu en feras, et qu'il pourra être intéressant et motivant, mais une fois diplômée.
La balle est dans ton camp, bon courage!
bernard123
Régulier
Régulier
 
Messages: 30
Enregistré le: 11 Fév 2020 16:32

Messagepar caqui13 » 18 Mar 2020 14:20

Je travaille avec des IDE que j ai eu élèves , je suis effarée , ce n est plus les mêmes , cheveux lachés a la taille , vernis a ongles , bijoux , le portable a textoter pendant les relèves , bref la totale , et avec les ESI c est les pires : a leurs demander des présentations de cas ( quelles mêmes ne connaissent même pas ) , poser des questions sur les TRT ( mais en racontant n importe quoi : l une qui dit que le Loxapac est incisif et l autre dit qu il est sédatif ) .
T'inquiete , supporte , 1 an c est vite passé , et après tu feras ce que tu voudras .....
IDE 1985
caqui13
VIP
VIP
 
Messages: 2703
Enregistré le: 21 Jan 2013 15:21

Messagepar bernard123 » 18 Mar 2020 17:31

Ah les jeunes diplômées :roll: !
J'ai eu également affaire à une toute fraiche IDE (diplômée en 2019) : méprisante, cassante, un vrai dragon...
bernard123
Régulier
Régulier
 
Messages: 30
Enregistré le: 11 Fév 2020 16:32

Messagepar louloufi31 » 18 Mar 2020 17:40

Merci pour vos conseils et vos témoignages.
C'est vraiment des études et un métier pas évident. Ça me rassure que je ne sois pas la seule dans ce cas. Pour l'instant je pensais à terminer mon année, essayer d'aller en stage si je me sens capable et faire un report d'un ans. Pendant ce temps là je pensais soit partir à l'étranger pour faire un break, ou pourquoi pas retourner dans les bureaux. Puis comme ça je réfléchis à ce que je veux vraiment faire et si je reprends il me restera plus qu'un ans. De toute manière je ne me vois pas arrêter sans avoir de plan b. Si je ne fais pas de report j'ai peur de ne pas réussir mon année et de ne pas être motivée, surtout qu'il y'a le mémoire. Rien est sur mais je pense faire ça pour l'instant, tout dépendra de mon état de santé et de ma motivation.
Je sais que ce diplôme ouvre d'autres portes, travailler dans une association, faire de la prévention (diabète...), centre de santé, réaménagement chez des personnes âgées, en psychiatrie ... des postes qu'on imagine pas enfin je devrais regarder plus en détaille.
Ou bien arrêter et pourquoi pas faire une petite formation d'un ans en alternance qui n'a rien avoir avec ce métier.
louloufi31
 
Messages: 5
Enregistré le: 17 Mar 2020 20:57

Messagepar caqui13 » 18 Mar 2020 19:17

bernard123 a écrit :Ah les jeunes diplômées :roll: !
J'ai eu également affaire à une toute fraiche IDE (diplômée en 2019) : méprisante, cassante, un vrai dragon...

Mais c est un truc de malade ........surtout les 23/24 ans , une horreur .....
IDE 1985
caqui13
VIP
VIP
 
Messages: 2703
Enregistré le: 21 Jan 2013 15:21

Messagepar muezza20 » 18 Mar 2020 19:56

caqui13 a écrit :
bernard123 a écrit :Ah les jeunes diplômées :roll: !
J'ai eu également affaire à une toute fraiche IDE (diplômée en 2019) : méprisante, cassante, un vrai dragon...

Mais c est un truc de malade ........surtout les 23/24 ans , une horreur .....



Je vais être diplômée à 24 ans... si tout se passe bien. Je me demande si je vais être comme "elles" :lol:
muezza20
Forcené
Forcené
 
Messages: 253
Enregistré le: 09 Déc 2016 18:49

Messagepar bernard123 » 18 Mar 2020 20:09

Louloufi31, tu pourrais travailler comme AS, pendant l'année de ton report et ainsi voir les choses sous un autre jour. Si tu as validé ta première année et toutes les UE nécessaires, c'est peut-être une solution pour prendre du recul, tout en continuant à apprendre de ce que tu verras, et "parfaire" ton rôle propre.
Muezza20 : ne pas faire aux autres, ce que l'on n'a pas envie que l'on nous fasse :clin:
bernard123
Régulier
Régulier
 
Messages: 30
Enregistré le: 11 Fév 2020 16:32

Messagepar louloufi31 » 19 Mar 2020 13:09

muezza20 :
je comprends il te reste plus quelques mois à tenir, puis le fait d'avoir eu de multiple réorientation ça peut être démotivant. Tu as une idée là où tu vas travailler après le diplôme? et si jamais tu vois que tu ne veux pas travailler dans ce milieu, tu penses faire quoi ?

Lenalan :
En tous cas tu as été courageuse dans ton parcours professionnel et de reprendre les études d'infirmières. C'est vrai que les conditions de l'hôpital public ne sont pas du tout évidente. Après 45 ans il n'est jamais trop tard pour changer, quand je vois dans ma promotion il y'a beaucoup de personne ayant cet âge là. Il existe plein de petite formation de quelques mois pour travailler soit dans les bureaux, conseillère d'orientation, événementiel... puis vu que tu as un bac+3, tu as des formations qui te sont ouvertes, mais bon comme tu dis il faut la motivation et le courage pour pouvoir changer.
Je voulais savoir ta fille elle fait quoi maintenant?

Bernard123 :
Franchement j'ai tellement été écœuré des conditions de travail... des aides soignantes que ça ne m'intéresse pas de travailler en tant qu'aide soignante. Ni à l'hôpital et encore moins en maison retraite. J'ai déjà travaillé en ehpad et les conditions ...sont horribles. Si je travaille en tant qu'aide soignante sa serai peut être en psychiatrie. Et oui c'est assez inquiétant que 90% des ESI ont pensés à arrêter la formation en troisième année.
louloufi31
 
Messages: 5
Enregistré le: 17 Mar 2020 20:57

Messagepar Lenalan » 19 Mar 2020 15:24

louloufi31 a écrit :
Lenalan :
En tous cas tu as été courageuse dans ton parcours professionnel et de reprendre les études d'infirmières. C'est vrai que les conditions de l'hôpital public ne sont pas du tout évidente. Après 45 ans il n'est jamais trop tard pour changer, quand je vois dans ma promotion il y'a beaucoup de personne ayant cet âge là. Il existe plein de petite formation de quelques mois pour travailler soit dans les bureaux, conseillère d'orientation, événementiel... puis vu que tu as un bac+3, tu as des formations qui te sont ouvertes, mais bon comme tu dis il faut la motivation et le courage pour pouvoir changer.
Je voulais savoir ta fille elle fait quoi maintenant?

.


Elle est en L3 sciences de l'éducation :clin:
Infirmière DE 2016 En libéral depuis 2018

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16921
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar muezza20 » 19 Mar 2020 17:16

louloufi31 a écrit :muezza20 :
je comprends il te reste plus quelques mois à tenir, puis le fait d'avoir eu de multiple réorientation ça peut être démotivant. Tu as une idée là où tu vas travailler après le diplôme? et si jamais tu vois que tu ne veux pas travailler dans ce milieu, tu penses faire quoi ?

Lenalan :
En tous cas tu as été courageuse dans ton parcours professionnel et de reprendre les études d'infirmières. C'est vrai que les conditions de l'hôpital public ne sont pas du tout évidente. Après 45 ans il n'est jamais trop tard pour changer, quand je vois dans ma promotion il y'a beaucoup de personne ayant cet âge là. Il existe plein de petite formation de quelques mois pour travailler soit dans les bureaux, conseillère d'orientation, événementiel... puis vu que tu as un bac+3, tu as des formations qui te sont ouvertes, mais bon comme tu dis il faut la motivation et le courage pour pouvoir changer.
Je voulais savoir ta fille elle fait quoi maintenant?

Bernard123 :
Franchement j'ai tellement été écœuré des conditions de travail... des aides soignantes que ça ne m'intéresse pas de travailler en tant qu'aide soignante. Ni à l'hôpital et encore moins en maison retraite. J'ai déjà travaillé en ehpad et les conditions ...sont horribles. Si je travaille en tant qu'aide soignante sa serai peut être en psychiatrie. Et oui c'est assez inquiétant que 90% des ESI ont pensés à arrêter la formation en troisième année.


Hello. Alors je pense faire la formation d'éducateur de jeunes enfants.
En ayant le diplôme IDE je ne passerai que 1/3 des exams et cours.
Franchement je penche de plus en plus sur ça, vue comment on est considéré...
muezza20
Forcené
Forcené
 
Messages: 253
Enregistré le: 09 Déc 2016 18:49

Messagepar ninisoleil » 22 Mar 2020 23:59

Bonjour alors je te donne mon ressenti diplômée depuis peu.

Travailler dans le monde de la santé ce n'est pas le monde des bisounours
*Hypocrisie, méchanceté, harcèlement, humiliation et j'en passe...
Quand tu es ESI tu te dois de fermer ta bouche et de ne pas rétorquer parce que tu sais que pratiquement toute l'équipe est décisionnaire sur ta feuille de stage. Cela devient frustrant parce que la règle c'est que l'IDE a toujours raison pourquoi?? Elle est diplômée et ne doit plus rien prouver.

-La première année les ESI sont considérés comme des "bébés" donc les stages se passent plus ou moins bien. La deuxième année devient complexe parce qu'il n'y a pas de transition entre la première où l'on demande pas grand chose à l'ESI et la deuxième où l'IDE viendra solliciter les connaissances théoriques et la pratique.

C'est un monde sans pitié pourtant au S1 on nous explique les vertus d'une bonne IDE (respect, empathie, bienveillance, tolérance.....). La réalité est tout autre avec souvent des ESI qui font des dépressions qui ont peur d'aller en stage de peur d'être humiliés martyriser.

Mon parcours dès la première année j'ai dû m'imposer mon caractère prend le dessus donc je savais à quoi m'en tenir....Sauf qu'en deuxième année mon stage en psy dans un hôpital très connu a été très éprouvant mais comme je ne me laissais pas faire j'ai également tout validé. Troisième année il y a le stress de la note de recherche du mémoire des UE sans compter les stages. Il faut tous savoir tous faire gérer sa salle et ce dès le premier stage du S5. En troisième année il faut être armé dans la tête et niveau physique parce les IDE veulent voir si l'ESI est prêt ou pas c'est quand même la vie d'autrui que l'on a entre les mains.

Je pense que pratiquement tous les étudiants ne gardent pas un bon souvenir des stages en général parce qu'il faut être hypocrite, faire semblant de rire, répondre aux sujets auxquels ont n'a rien a foutre, assister aux histoires de cul et j'en passe.

Il faut juste te demander pourquoi voulais-tu faire ce métier au début et est qu'une autre personne que toi (IDE pas correctes) auraient le droit de décider de cela .....En gros ton stage te montre la vie réelle du monde du travail. Pose toi comme question est ce que si tout se passait bien dans mes stages est ce que j'aurai remis en cause ma formation...Il faut savoir qu'après tout cela tu seras libre de parler avec qui tu le souhaites quand tu seras IDE.

Conseil pour avoir un bon déroulement de stage ;
-Se mettre toute l'équipe dans la poche en prenant des initiatives mais sans en faire trop... Aider les AS à faire quelques toilettes malgré la fatigue, répondre aux sonnettes, brosser du sens du poil ton infirmière afin de l'avoir dans la poche, ramener de temps à autre le petit déjeuner, le dernier jour ramener Haribos, gateaux etcc.

:mal: :malefiq: Quand ca se passe mal en stage appelé son IFSI pour trouver une solution ....Parfois ce sont des malentendus. Parfois on s'entend mieux avec une équipe que l'autre et le cadre de santé va mettre l'ESI sur l'autre roulement et souvent les contres équipes ne s'aiment pas donc en gros il n'y aura pas de jugements...
ninisoleil
 
Messages: 6
Enregistré le: 22 Mar 2020 23:15


Retourner vers « Etudiants infirmiers (ESI) »



Publicité

-