Forum : Profession infirmière (IDE)

Nous sommes le 16 Déc 2018 14:33

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar ans13 » 15 Nov 2018 17:48

Bonjour,

Vous allez trouver peut être ma question étrange mais comme on dit il n'y a pas de questions bêtes ... je me la suis toujours posée et en discutant avec mon frère qui est absolument phobique des hôpitaux ... j'ai décidé de poster une bonne fois pour toute :
Je suis étudiante infimiere c'est mon premier semestre. J'aimerais être infirmière en bloc opératoire et je me demandais qu'est ce qu'on est sensé faire si, au bloc opératoire, durant la prise en charge du patient, de son installation etc... la peur fait qu'il décide de partir, que le patient se lève comme ça, d'un coup pour partir du bloc, refusant de se laisser anesthésier alors qu'on a commencé par exemple le début de l'anesthésie...
Mon frère est tout à fait le genre de patient capable de faire cela tellement qu'il est effrayé par son opération imminente... ça accentue mon questionnement et ça me sera utile Si je tombe un jour sur ce genre de patient.

Merci !
ans13
 
Messages: 3
Enregistré le: 15 Nov 2018 17:16

Messagepar lafolldingue » 15 Nov 2018 18:49

C'est là que les capacités relationnelles entrent en jeu... rassurer le patient phobique, toujours être en contact avec lui. Pourquoi pas se former à l'hypnose et utiliser ces techniques pour l'appaiser ? Généralement, les patients très angoissés sont dans la mesure du possible prémédiqués.
IDE 2018 - médecine
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
Accro
Accro
 
Messages: 1794
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar ans13 » 15 Nov 2018 20:04

Merci pour votre réponse

Je note complètement l'importance du relationnel et d'ailleurs j'aime beaucoup le principe de l'hypnose, je songe à me pencher dessus !

Ensuite d'un point de vue "situation" en elle même, si le patient veux partir d'un bloc opératoire alors qu'il y est déjà admis et déjà en cours de préparation / d'anesthésie, il ne peux plus partir ? Ou une opération peut être annulé ?
ans13
 
Messages: 3
Enregistré le: 15 Nov 2018 17:16

Messagepar lafolldingue » 15 Nov 2018 21:43

Sincèrement je n'en sais rien... je passe la main aux IDE expérimentées mdrrr
Je ne suis pas sure que ce soit fréquent!!!
IDE 2018 - médecine
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
Accro
Accro
 
Messages: 1794
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar L0ngimanus » 15 Nov 2018 22:08

qu'on a commencé par exemple le début de l'anesthésie...

C'est quand même drôle comme post :lol: :lol:
Avatar de l’utilisateur
L0ngimanus
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 384
Enregistré le: 16 Oct 2013 07:51

Messagepar lafolldingue » 15 Nov 2018 22:26

En effet l'anesthésie ca dure pas 3 plombes heureusement... mdr je pense qu'elle veut parler de l'installation au bloc... mdr
Un peu d'indulgence :-P
IDE 2018 - médecine
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
Accro
Accro
 
Messages: 1794
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar kiabass » 15 Nov 2018 22:49

Bonjour
si le patient n est pas prémédique il est libre de signer une décharge et de partir
Mais s'il a pris sa premed cela devient autre chose car risque de chute à tout moment
Mais généralement lors de la pré admission
Il fait par de ses angoisses au médecin et anesthésiste et l équipe reste vigilants pour donner ce qu il faut pour soulager ses angoisses avent apparition
Voilà ce que je peu dire
Bonne soirée
kiabass
Habitué
Habitué
 
Messages: 64
Enregistré le: 24 Nov 2009 10:44

Messagepar Leopold Anasthase » 16 Nov 2018 03:36

Bonjour

Tout patient considéré comme un adulte responsable peut à tout moment souhaiter interrompre les soins. Le rôle de l’équipe soignante dans ce cas est dans un premier temps d’estimer s’il est en état d’exprmer son consentement ou son refus. Par exemple, s’il a pris un coup sur la tête et qu’il délire totalement, il n’est pas en état d’accepter ou de refuser. Si on a le temps, on recherche un proche qui peut prendre la décision. Si c’est non différable, on prend la décision sans lui.

Si le patient est en état d’exprimer son refus, l’équipe (au bloc, ça sera le chirurgien et l’anesthésiste) lui explique les risques liés à son refus. Si le patient persiste dans son refus, il rédige un document explicite où il dit qu’il a compris les risques.

Il est exceptionnel, en chirurgie programmée, que ça se produise. Le patient a eu le temps de se faire à l’idée et il s’est écoulé un délai entre l’indication, la décision, la programmation et l’intervention.
Leopold Anasthase
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 11562
Enregistré le: 06 Mai 2004 14:45
Localisation: ici

Messagepar ans13 » 16 Nov 2018 13:53

Merci à tous pour vos réponses vous m'avez bien éclairé !

Et désolée pour le manque de professionnalisme dans les termes employés mais effectivement lorsque je parlais " d'anesthésie déjà commencée " c'était parce que je voulais savoir si la personne par exemple déjà premediqué pouvais refuser puisqu'il y a des risques à ne plus être en état etc...

Vous avez tous appuyé sur les détails de mes questions !

Merci !

Ans.
ans13
 
Messages: 3
Enregistré le: 15 Nov 2018 17:16

Messagepar lafolldingue » 16 Nov 2018 18:31

ans13 a écrit :Merci à tous pour vos réponses vous m'avez bien éclairé !

Et désolée pour le manque de professionnalisme dans les termes employés mais effectivement lorsque je parlais " d'anesthésie déjà commencée " c'était parce que je voulais savoir si la personne par exemple déjà premediqué pouvais refuser puisqu'il y a des risques à ne plus être en état etc...

Vous avez tous appuyé sur les détails de mes questions !

Merci !

Ans.

Ne t'inquiètes pas on a vu pire mdr
IDE 2018 - médecine
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
Accro
Accro
 
Messages: 1794
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar loulic » 17 Nov 2018 09:30

[quote="Leopold
Il est exceptionnel, en chirurgie programmée, que ça se produise. Le patient a eu le temps de se faire à l’idée et il s’est écoulé un délai entre l’indication, la décision, la programmation et l’intervention.[/quote]


Exceptionnel certes sur le nombre global d’interventions en France, mais ce que j’ai déjà rencontré c’est la personne qui a été poussé par ses proche à accepter une intervention et qui une fois au bloc, refuse.

Des personnes assez âgées, avec une famille très présente, découverte d’une pathologie grave ( cancer par exemple) grevant le pronostic vital à moyen ou court terme.

Le généraliste adresse au chirurgien, qui mécaniquement pose une indication opératoire, poussée par la famille. Et au final quand on accueille mamie au bloc et qu’on discute avec elle, et bien elle ne veut pas se faire opérer. Et si elle est devant nous aujourd’hui c’est surtout que personne ne lui a demandé son avis, ou qu’on ne l’a pas écouté.

Mais voilà, elle est décidée à ne pas se faire opérer, et elle a toute sa tête. Alors après lui avoir bien expliqué les conséquences, et en avoir discuté avec elle, décision est prise de ne pas l’opérer. En général ça ne se fait pas sans heurter la susceptibilité du chir qui a posé l’indication.
Dès qu'il eut franchi le pont, les fantomes vinrent à sa rencontre.
Avatar de l’utilisateur
loulic
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5000
Enregistré le: 10 Juil 2009 07:46


Retourner vers « Profession infirmière (IDE) »



-