Forum : Psychiatrie

Nous sommes le 25 Sep 2020 14:29

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar Chloebotwin » 21 Jan 2020 20:23

Bonjour, dans le cadre de mon TFE j'élabore une pré-enquête, afin de confirmer ou non la pertinence de mon questionnement. J'ai besoin d'infirmier(e)s (au moins un), travaillant auprès de personne atteinte de trouble dissociatif de l'identité pour répondre à 8 questions (j'enverrai le lien en privé). Mon thème se porte sur le rapport entre les émotions de l'IDE et la qualité du soin dans un contexte de pathologie dissociative. Je vous remercie par avance pour votre considération et votre temps.
Chloebotwin
 
Messages: 11
Enregistré le: 12 Mai 2019 09:09

Messagepar camillou38 » 31 Jan 2020 01:14

Bonsoir,
Vous allez vous heurter à une grande difficulté au vu de la spécificité de votre sujet... Il aurait fallu que vous soyez aux États-Unis dans les années 90, lorsque ce "diagnostic" était en vogue !
camillou38
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 182
Enregistré le: 21 Oct 2013 18:37

Messagepar Chloebotwin » 03 Fév 2020 18:51

Bonsoir désolé je n’avais pas vu votre reponse.
J’ai constater qu’effectivement les études sur ce trouble n’était pas vraiment approfondies. En revanche lors de mon stage en première année ce diagnostic a bien été posé par la psychiatre du service. Actuellement en stage en pédopsychiatrie, nous parlons encore de dissociation. Et cette pathologie est toujours dans le DSM-V. Je ne sais plus trop quoi en penser. Surtout qu’il est déjà un peu tard pour changer de sujet, j’ai rendu et validé ma note de recherche et le mémoire est à rendre en mai...
Chloebotwin
 
Messages: 11
Enregistré le: 12 Mai 2019 09:09

Messagepar Chloebotwin » 03 Fév 2020 18:53

Désolé pour les fautes elles me font mal aux yeux aussi...
Chloebotwin
 
Messages: 11
Enregistré le: 12 Mai 2019 09:09

Messagepar camillou38 » 11 Fév 2020 19:03

Bonsoir,
questionnez donc ce terme de dissociation posé en pédopsy et différenciez le de ce qui est défini par la dissociation de l'identité. Pour le coup le DSM peut vous aidez en pointant différents types de dissociation.
Les études sur la dissociation de l'identité n'ont jamais été très approfondies parce qu'elles se heurtaient à des questions cliniques qui orientaient vers d'autres diagnostiques. A l'heure du DSM et de la concentration de l'attention sur l'aspect symptomatique, il en va différemment.

Mais vous est-il compliqué de recentrer votre thématique sur les émotions du soignant plutôt que sur la question d'un diagnostique (ou d'un symptôme) ?
camillou38
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 182
Enregistré le: 21 Oct 2013 18:37

Messagepar Chloebotwin » 13 Fév 2020 17:48

camillou38 a écrit :Bonsoir,
questionnez donc ce terme de dissociation posé en pédopsy et différenciez le de ce qui est défini par la dissociation de l'identité. Pour le coup le DSM peut vous aidez en pointant différents types de dissociation.
Les études sur la dissociation de l'identité n'ont jamais été très approfondies parce qu'elles se heurtaient à des questions cliniques qui orientaient vers d'autres diagnostiques. A l'heure du DSM et de la concentration de l'attention sur l'aspect symptomatique, il en va différemment.

Mais vous est-il compliqué de recentrer votre thématique sur les émotions du soignant plutôt que sur la question d'un diagnostique (ou d'un symptôme) ?


Bonjour,

Lors de la construction de ma note de recherche j’ai tenté d’orienter mon questionnement sur les émotions du soignants, or ma directrice de mémoire m’a stoppé car dans ma situation il était question de trouble dissociation de l’identité. Elle m’a comme coincée dans cette pathologie, elle souhaitait à l’époque que je fasse deux situations de départ. N’étant pas à ce moment là en stage en pédopsychiatrie, je n’avais pas d’autre situation.

Mais vous me confortez dans l’idée de re négocier avec ma directrice de mémoire afin de partir plutôt sur un thème purement émotionnel (face aux situations de détresse). Je vous remercie beaucoup pour vos réponses
Chloebotwin
 
Messages: 11
Enregistré le: 12 Mai 2019 09:09

Messagepar camillou38 » 13 Fév 2020 21:53

Bonsoir,
Je suis un peu tatillon, et votre guidante le sera certainement également, mais dans "l'émotionnel pur" vous pourriez vous perdre. Il est important de le rattacher à une situation, mais cette situation ne doit pas prendre le pas sur le thème de votre réflexion.
Pour orienter votre sujet vous pouvez vous appuyer sur les théories de l'attachement (bowlby) notamment dans la reprise qu'en a fait Boris Cyrulnik. Vous pouvez également vous appuyer sur les conceptions du courant humaniste. Toujours en référence à Cyrulnik, il a co-écrit un livre avec Mony Elkaim (thérapie systémique) qui évoque entre autre la place des émotions et de l'histoire personnelle dans la sensibilité et l'interprétation d'une situation.
camillou38
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 182
Enregistré le: 21 Oct 2013 18:37

Messagepar scorpionne82 » 14 Mar 2020 16:04

Chloebotwin a écrit :Bonjour, dans le cadre de mon TFE j'élabore une pré-enquête, afin de confirmer ou non la pertinence de mon questionnement. J'ai besoin d'infirmier(e)s (au moins un), travaillant auprès de personne atteinte de trouble dissociatif de l'identité pour répondre à 8 questions (j'enverrai le lien en privé). Mon thème se porte sur le rapport entre les émotions de l'IDE et la qualité du soin dans un contexte de pathologie dissociative. Je vous remercie par avance pour votre considération et votre temps.

bonjour, si tu veux, tu pourras m'envoyer ton questionnaire sans probléme.
scorpionne82
 
Messages: 3
Enregistré le: 14 Mar 2020 15:59

Messagepar eprex » 14 Mar 2020 23:15

Juste une petite vidéo dans laquelle est abordé le regard du soignant et celle de l'émotion. Je ne sais pas si elle aidera votre raisonnement, mais elle peut aussi servir à d'autres:
Réparer une émotion

:)
Édition du post en cours...
Avatar de l’utilisateur
eprex
Forcené
Forcené
 
Messages: 296
Enregistré le: 17 Mar 2017 11:12

Messagepar camillou38 » 21 Mar 2020 21:17

Si vous avez l'occasion, le 13 Octobre il y a l'excellente journée des rencontres soignantes en psychiatrie, le thème aborde justement la question des émotions du soignant dans les soins psychiques.
https://rencontressoignantesenpsychiatrie.fr/
camillou38
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 182
Enregistré le: 21 Oct 2013 18:37

Messagepar eprex » 24 Mar 2020 08:51

camillou38 a écrit :Si vous avez l'occasion, le 13 Octobre il y a l'excellente journée des rencontres soignantes en psychiatrie, le thème aborde justement la question des émotions du soignant dans les soins psychiques.
https://rencontressoignantesenpsychiatrie.fr/


Merci camillou38 ! Dommage que scorpionne82 ne soit pas venue une nouvelle fois sur le forum depuis son post :D
Édition du post en cours...
Avatar de l’utilisateur
eprex
Forcené
Forcené
 
Messages: 296
Enregistré le: 17 Mar 2017 11:12

Messagepar camillou38 » 24 Mar 2020 11:49

Trop de précipitation à vouloir que les gens ne reviennent pas, il ne s'agit pas de scorpionne mais de chloebotwin qui est déjà revenue, et qui est peut être aux prises avec d'autres choses actuellement !
Heureusement ce genre de questions et les discussions qui en suivent ne concernent pas que les étudiant(e)s, et si les "rencontres soignantes" pensent ce thème pour leur prochain colloque on peut facilement penser qu'il servira à nombre de personnes en poste ....
camillou38
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 182
Enregistré le: 21 Oct 2013 18:37

Messagepar eprex » 26 Mar 2020 10:03

camillou38 a écrit :il ne s'agit pas de scorpionne mais de chloebotwin
Merci d'avoir noter mon erreur.

De l'article proposé par https://rencontressoignantesenpsychiatrie.fr/:
A l’hôpital, les soignants doivent « gérer leurs émotions » et s’engager « ni trop, ni trop peu » dans la relation thérapeutique. Cette injonction suggère qu’il serait périlleux et non professionnel de s’impliquer. Pourtant les capacités émotionnelles du soignant sont essentielles dans la relation thérapeutique.

Il faut souvent résister et tenir bon face à l’intensité des troubles émotionnels de certains patients, et s’il existe des émotions agréables à partager d’autres percutent les soignants. Souffrance, peur, colère, culpabilité, tristesse peuvent générer des contre-attitudes parfois délétères et impacter les décisions. Comment différencier émotions, affects et sentiments ? Quelle est leur fonction ? Comment reconnaître ces éprouvés et faire en sorte qu’ils ne nuisent pas à la relation, au soin, au patient et au soignant lui-même ?

Les émotions se déclinent en une infinité de nuances qu’il faut accepter d’abord de découvrir en soi. Quelle alliance nouer avec un soignant qui verrouille ses affects ou à l’inverse absorbe les émotions des patients comme une éponge ? Que peut-il faire de ses ressentis et que lui apprennent-ils ? Comment partager ce travail émotionnel ?

Différentes approches permettent de penser l’implication du soignant, parmi elles le développement de son intelligence émotionnelle. Comment améliorer cette capacité à identifier ses propres émotions, à les exprimer de manière adaptée et à les utiliser au mieux ? Comment moduler ses émotions en fonction de chaque situation ? Quels dispositifs peuvent favoriser l’élaboration collective des émotions ?

J'ai juste enlever les "en psychiatrie" du texte pour en permettre une vue plus élargie.

Un soignant gère-t-il de façons différentes ses émotions si oui ou non le patient a connaissance des troubles dont il souffre ? Un soignant adapte-t-il son ressenti si oui ou non le patient est conscient de sa pathologie ?
Dans le cas où on s'interroge sur le rapport entre émotions du soignant et prise en soin d'une personne atteinte de troubles dissociatifs de la personnalité, il peut être intéressant de parler des soignants face aux réelles spécificités de cette pathologie.
J'aurai apprécié lire les questions de Cloebotwin en fait :)
Édition du post en cours...
Avatar de l’utilisateur
eprex
Forcené
Forcené
 
Messages: 296
Enregistré le: 17 Mar 2017 11:12

Messagepar Chloebotwin » 16 Avr 2020 11:20

scorpionne82 a écrit :
Chloebotwin a écrit :Bonjour, dans le cadre de mon TFE j'élabore une pré-enquête, afin de confirmer ou non la pertinence de mon questionnement. J'ai besoin d'infirmier(e)s (au moins un), travaillant auprès de personne atteinte de trouble dissociatif de l'identité pour répondre à 8 questions (j'enverrai le lien en privé). Mon thème se porte sur le rapport entre les émotions de l'IDE et la qualité du soin dans un contexte de pathologie dissociative. Je vous remercie par avance pour votre considération et votre temps.

bonjour, si tu veux, tu pourras m'envoyer ton questionnaire sans probléme.


Bonjour, merci pour votre disponibilité. Ne recevant aucune notification concernant les réponses à mon post, et étant actuellement réquisitionnée depuis le 16/03 en unité covid, il a été compliqué de me remettre sur l'écriture de mon TFE. Aussi, depuis deux jours, l'IFSI nous a appris que l'ARS a annulé les entretiens auprès des professionnels pour la création du TFE...
Je donne mon mail ici, je penses qu'il sera plus facile d'échanger et de vous répondre plus vite : Chloe-concept@hotmail.fr , si vous êtes toujours disponible il me serais intéressant de voir vos réponses et/ou vos remarques quant à mes questions posées sur ce sujet.
Merci !
Chloebotwin
 
Messages: 11
Enregistré le: 12 Mai 2019 09:09

Messagepar Chloebotwin » 16 Avr 2020 11:22

eprex a écrit :
camillou38 a écrit :il ne s'agit pas de scorpionne mais de chloebotwin
Merci d'avoir noter mon erreur.

De l'article proposé par https://rencontressoignantesenpsychiatrie.fr/:
A l’hôpital, les soignants doivent « gérer leurs émotions » et s’engager « ni trop, ni trop peu » dans la relation thérapeutique. Cette injonction suggère qu’il serait périlleux et non professionnel de s’impliquer. Pourtant les capacités émotionnelles du soignant sont essentielles dans la relation thérapeutique.

Il faut souvent résister et tenir bon face à l’intensité des troubles émotionnels de certains patients, et s’il existe des émotions agréables à partager d’autres percutent les soignants. Souffrance, peur, colère, culpabilité, tristesse peuvent générer des contre-attitudes parfois délétères et impacter les décisions. Comment différencier émotions, affects et sentiments ? Quelle est leur fonction ? Comment reconnaître ces éprouvés et faire en sorte qu’ils ne nuisent pas à la relation, au soin, au patient et au soignant lui-même ?

Les émotions se déclinent en une infinité de nuances qu’il faut accepter d’abord de découvrir en soi. Quelle alliance nouer avec un soignant qui verrouille ses affects ou à l’inverse absorbe les émotions des patients comme une éponge ? Que peut-il faire de ses ressentis et que lui apprennent-ils ? Comment partager ce travail émotionnel ?

Différentes approches permettent de penser l’implication du soignant, parmi elles le développement de son intelligence émotionnelle. Comment améliorer cette capacité à identifier ses propres émotions, à les exprimer de manière adaptée et à les utiliser au mieux ? Comment moduler ses émotions en fonction de chaque situation ? Quels dispositifs peuvent favoriser l’élaboration collective des émotions ?

J'ai juste enlever les "en psychiatrie" du texte pour en permettre une vue plus élargie.

Un soignant gère-t-il de façons différentes ses émotions si oui ou non le patient a connaissance des troubles dont il souffre ? Un soignant adapte-t-il son ressenti si oui ou non le patient est conscient de sa pathologie ?
Dans le cas où on s'interroge sur le rapport entre émotions du soignant et prise en soin d'une personne atteinte de troubles dissociatifs de la personnalité, il peut être intéressant de parler des soignants face aux réelles spécificités de cette pathologie.
J'aurai apprécié lire les questions de Cloebotwin en fait :)


Bonjour, merci pour cette réponse complète est très interessante.
Voici mon mail : Chloe-concept@hotmail.fr , si vous souhaitiez m'en envoyer un afin que je vous envoie mes questions. Comme dit dans mon dernier post, infirmiers.com ne m'envoie aucune notification quand vous répondez à mon post.

Merci !
Chloebotwin
 
Messages: 11
Enregistré le: 12 Mai 2019 09:09


Retourner vers « Psychiatrie »



Publicité

-