Forum : Profession infirmière (IDE)

Nous sommes le 24 Fév 2020 22:34

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar massoue » 26 Jan 2020 00:44

Bonjour à tous :) !!!

Ide depuis 2015 je cumule des remplacements.
En 2018 enfin j’ai trouvé un cdi !en EHPAD !!!

Dans la structure je n’ai pas eu de problème particulier, j’ai fait mes preuves.....
Petite structure nous étions 3 ide à la base. Suite à des arrêts j’ai été seule de ma première semaine d’embauche et durant trois mois. (Je vous laisse imaginer le calvaire de tout gérer quand vous êtes seule et surtout nouvelles).
Une nouvelle ide est arrivée, après trois mois (lors de mes repos c’était des intérimaires les trous premiers mois, puis nous avons ensuite tourner à deux ide en cdi, une autre était en arrêt)
Cette nouvelle ide a eu du mal, il lui a fallu du temps pour être autonome et n’a pas supporté que moi , la « petite jeune », je regarde son travail et lui dise quand ça ne va pas.
Elle a une quarantaine d’année et moi j’avais un peu plus de 25 ans.
Elle a fait son préavis de 3 mois, validé malgré ses difficultés. Puis là le calvaire a commencé pour moi.
J’ai des AS qui ont entendu l’ide et l’idec parler ensemble (elles sont devenus amies ... ) et où il était évoqué la manière de me virer pour qu’une amie a l’ide en question puisse rentrer. Je n’y croyais pas et ni porte pas attention. Mais à trois reprises les équipes me disent la même chose ....
4 mois passent , elle me met une pression énorme, et me reproche de faire moins de travail qu’elle car je fais moins d’heures supplémentaires qu’elle (Or elle est plutôt lente dans son travail, lors des coupures elle boss car elle vit loin et ne veut pas attendre sans rien faire !!! Moi j’ai toujours fait mon travail)
Cela fait 11 mois que je suis dans la structure. Hormis le « chipotage » avec l’ide tout va bien, bonne relation d’équipe, les résidents familles et leurs proches m’apprécient.
Puis un jour malade pour la première fois , je refuse un arrêt maladie ( je plains ma collègue car je sais que seule avec un intérimaire elle va vraiment avoir du mal car il y a des choses encore qu’elle ne maîtrise pas surtout l’administratif ) et demande à la direction si c’est possible de modifier le planning pour ne pas perdre de jour. La direction et l’ide sont ok, je ne travail pas quelques petits jours, ma collègue me remplace et moi je lui fait ses jours suivants, et je fais même plusieurs week-end de suites pour remercier ma collègue malgré qu’elle me déteste ! Mais ma collègue n’a pas du tout apprécié mon absence et me la reproché indirectement e me mettant encore plus la pression (Elle me disait qu’elle n’en pouvait plus qu’elle ne faisait que travailler, Elle faisait que se plaindre, elle faisait des sous-entendus en disant que c’était de ma faute).

Un jour de repos et j’avais un rdv médical ma direction m’appelle et me convoque absolument aujourd’hui, je réussi à me libérer , encore une fois je me plie en quatre pour l’entreprise .... c’était pour une mise à pied, motif qui sera donné lors de l’entretien.
On m’informe que c’est pour des fautes et que je peux me faire accompagner par N’IMPORTE QUELLE PERSONNE DE L’ENTREPRISE !
Je demande quel est mon avenir dans l’entreprise, pas de réponse de la directrice ni de l’infirmière coordinatrice. Je demande s’il est possible que je sois licencié, la directrice me répond que oui.

Il se trouve qu’une ide que je connais ( la troisième ide qui était en arrêt ) est revenue travailler 2 semaines avant ma convocation. Elle est dans la structure depuis 10 ans, j’ai donc travaillé 2 semaines avec elle (et un mois complet trois mois auparavant, elle était venue ponctuellement entre deux arrêts). Je demande à cette ancienne ide de m’accompagner. L’employeur l’a su et l’a refusé. Je n’ai rien dit alors qu’ils n’ont pas le droit de refuser , Paroles du syndicat!
Je demande au syndicat de m’accompagner.

La mise à pied a duré 3 semaines.... donc pas de salaire !!!!
Une représentante du syndicat vient lors de l’entretien qui c’est déroulé 3 semaines après la mise à pied. L’entretien se passe.
On me parle de 3 « erreurs » qui ne sont pas des erreurs selon moi, l’ancienne ide et le syndicat. Le syndicat me dit qu’ils ne peuvent pas me licencier pour ça ect .... Je vous regarde donc une lueur d’espoir de ne pas être licencié.
3 semaines d’attente pour recevoir le fameux courrier avec AR pour me signaler que j’étais licencié ! 25 jours entre la mise à pied et le licenciement officiel.

Je ne comprends pas la décision finale, le syndicat pareil, l’ancienne infirmière pareil .
On me conseil de faire appel au prud’homme ! Chose que je refuse, je ne suis pas bien psychologiquement, moi qui ne suis pas influençable et « faible » je touche le fond , j’ai des idées noires. Physiquement ça ne va pas non plus, je déclenche des maladies graves auto-immunes ! Mon état se détériore et je passe 4 mois de souffrances énormes.

Grâce à ma famille je sorts la tête de l’eau et recherche un emploi.

Je trouve un remplacement via une agence d’intérim qui m’a été refusé car l’idec de mon ancienne structure leur a parlé de moi. Je n’ai jamais eu de mission (l’idec l’a su car l’agence d’intérim se trouve juste à côté de la fameuse maison de retraite où j’avais bossé et que quand je suis sorti d’un entretien avec l’agence j’ai croisé l’idée coordinatrice!!! ) .

Je trouve un cdd par mes propres moyens. On me prend !!!
Je dois intervenir dans les structures médicales de toute la ville ( Et dans la fameuse maison de retraite dans laquelle j’avais travaillé ) car nous sommes prestataires (je ne précise pas mon travail car je veux rester anonyme).
Je débute cet emploi, tout se passe bien, on ne me reproche rien, au contraire.
J’interviens plusieurs fois dans l’EHPAD où j’ai été licencié et ou à chaque fois je vois UNIQUEMENT la fameuse infirmière qui ne m’apprécie guère, la dernière infirmière recruter qui a eu du mal dans ces début ... (et le résident chez qui on intervient évidemment).
J’interviens très tôt donc je ne vois personne d’autre à chaque fois dans la structure !!!!
Puis un soir mon supérieur vient me voir et me dit que la directrice de l’EHPAD dans laquelle j’avais travaillé les avait contacté pour signaler mon licenciement. Je ne sais pas si le détail de licenciement a été donné, je n’ai pas osé poser de questions tellement j’étais choqué.
Mon supérieur m’a dit qu’il ne tenait pas compte de mon licenciement, que ce sont des choses qui arrivent pour tout le monde, et que ça dépendait de ma vie privée. Mais la fameuse EHPAD dans laquelle j’avais travaillé demande à ce que je n’intervienne pas dans leur structure malgré que ce soit mon nouvel emploi et donc ma nouvelle fonction !
Mon nouvel employeur et moi avons trouvé un arrangement, je ne vais pas dans l’Ehpad, on s’arrange entre collègues. Du coup mon supérieur a dû prévenir toutes mes collègues que je ne pouvais pas intervenir dans l’EHPAD sans donner de détails mais ce qui me gêne beaucoup.....

Je vous laisse imaginer une nouvelle fois dans quel état psychologique je suis....
aujourd’hui cela va faire six mois que j’ai été jour pour jour mise à pied, je ne souhaitais pas faire de démarche juridique.

Je ne comprends pas le comportement qu’à eu l’infirmière coordinatrice vis-à-vis de l’agence d’intérim car cela bloquer mes missions.....
Je ne comprends pas non plus le comportement de l’infirmière qui ne m’apprécie pas trop, et ne comprend pas pourquoi elle a signalé mon nouvel emploi à l’EHPAD car cela dépend de ma vie privée....
Je ne comprends pas les démarches de mon ancien employeur vis-à-vis de mon nouvel employeur. Je trouve le comportement de mon ancien employeur totalement déplacé, je considère cela comme du harcèlement !

Mes questions sont donc :

- puis-je entreprendre des démarches contre l’infirmière (qui ne m’apprécie pas trop) pour harcèlement ? Car elle est à la base de mon licenciement (c’est elle qui a signalé les soi-disantes erreurs ), c’est elle aussi qui a prévenu l’ehpad de mon nouvel emploi.

- puis-je entreprendre des démarches contre l’infirmière coordinatrice pour harcèlement également, ayant entraîné la perte d’emploi (sur le faite qu’elle A été l’auteur de la perte de mes missions intérimaires) ?
À savoir que j’étais en galère financière durant six moi mois (car en plus de mon travail j’ai eu des soucis avec mon logement que j’ai loué mais également ma voiture, des imprévus qui se cumulent à ma perte d’emploi)

- MAIS SUROUT .... Mon ancien employeur a-t-il le droit de se permettre d’appeler mon nouvel employeur pour lui signaler que j’ai été licencié dans leur entreprise ?
(Mon nouvel employeur n’a pas appelé l’ancien employeur pour avoir des informations sur moi lors de l’entretien d’embauche car mon profil correspondait totalement à leurs recherches et que l’entretien a été positif)

- Pouvez-vous me conseiller sur les démarches à faire auprès des prud’hommes pour mon licenciement ? Et surtout pour qu’on puisse me défendre.

Je suis très touché par tout ce qui m’arrive, les conséquences physiques et psychiques sont bel et bien là et mettront du temps à cicatriser. Aujourd’hui je souhaite entreprendre des démarches pour me défendre contre mon ancien employeur qui pour moi n’aurait pas dû me licencier et qui malgré ce licenciement continue à laisser des traces dans ma vie professionnelle...

Un grand merci à toutes les personnes qui liront mon récit également aussi à ceux qui me répondront !
Avatar de l’utilisateur
massoue
 
Messages: 14
Enregistré le: 27 Fév 2012 21:53

Messagepar lafolldingue » 26 Jan 2020 08:29

Bonjour, et bien tu n'es pas tombée sur les plus fines !!!
Bon tout d'abord, il faudrait savoir quelle a été la faute qui t'a été reprochée.
Ensuite contre l'infirmière : porter plainte pour diffamation. En gros c'est le fait de divulguer toute information sur toi qu'elle soit vraie ou fausse, porte atteinte à ton image, et ait des répercutions. Pour le coup les répercutions sont ton licenciement, et tout ce qui s'ensuit.
Ensuite contre ta direction pour licenciement abusif si tu estimes qu'il l'est.
Enfin pour l'IDEC, même panier que l'autre bécasse, diffamation car tente de porter atteinte à ton image au sein de ton nouvel emploi.
Je pense que tu as moyen de les charger, leur clouer le bec et obtenir dédomagement !
Pour les deux bécasses, la procédure relève du trubunal d'instance ou de grand instance selon le montant des domages et intérets à demander. Fais toi accompagner d'un avocat.
Pour la direction et le licenciement, les prudhommes si la structure est privée, le tribunal administratif s'il s'agit d'un établissement public.

Tiens nous au courant surtout et prends soin de toi.
IDE 2018 Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 3451
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar Lenalan » 26 Jan 2020 09:13

Commence par faire une action aux prud'hommes pour licenciement abusif et demander un max de dommages et intérêt. Et porte plainte contre tout ce beau monde. Tu n'as pas le choix, il faut te défendre! Qu'ils te pourrissent la vie quand tu y es ok, mais te pourrir la vie et t'empêcher de retrouver du travail... C'est un cran au dessus.

Tu as peut-être une protection juridique dans tes assurances (à la banque en particulier), tu peux l'utiliser pour financer un avocat. Tu prends RDV avec lui (renseigne-toi sur ceux qui sont spécialisés en droit du travail près de chez toi), il fera les démarches avec toi.
Si tu n'as pas de protection juridique, il demandera le remboursement des frais d'avocat à la partie adverse quand elle perdra :D
Infirmière DE 2016 En libéral depuis 2018

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16824
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar Lenalan » 26 Jan 2020 09:17

massoue a écrit : n’a pas supporté que moi , la « petite jeune », je regarde son travail et lui dise quand ça ne va pas.
Elle a une quarantaine d’année et moi j’avais un peu plus de 25 ans.
!


Un conseil pour le futur: ne fais jamais ça, ça ne t'apportera que des ennuis (pour preuve).
Infirmière DE 2016 En libéral depuis 2018

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16824
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar massoue » 26 Jan 2020 12:14

Merci pour vos réponses plus que rapides !

En ce qui concerne mes fautes:

- La première c’est que j’ai relevé un non-respect de la prescription médicale de ma collègue (celle qui ne m’apprécie pas trop). Ça peut arriver je n’ai rien dit.... C’était une prescription pour des prélèvements 1/mois durant trois mois donc j’ai dû replannifier correctement les prélèvements car je sais que le médecin est hyper carré !!!
Ici on me reproche de pas avoir appeler le médecin. OR ON A UNE PM qui vient d’être faite !
Manque de pot pour moi cette dame avait une hémoglobine qui était plus basse que la normale, MAIS ça on le savait car je venais juste de l’hospitaliser .... Elle avait une pathologie sous-jacente que la famille refusait d’explorer (la dame a une démence évoluée) et malheureusement cette patiente était en soins palliatifs et aucune démarche hormis des bilans sang allaient être faites, à la demande de la famille et du médecin traitant !!!!

- La deuxième choses c’est que je voulais faire respecter une prescription médicale, le médecin demandait un régime spécial pour le résident. L’Ehpad avait un vieux protocole d’un ancien médecin coordinateur qui n’était plus dans l’établissement depuis plus de deux ans, qui disait qu’on ne mettait aucun régime en place pour les personnes âgées car risque de dénutrition. Le protocole a plus d’un an et en plus de ça il avait été établi par un médecin qui n’est plus dans l’établissement donc normalement je me réfère à la prescription médicale. Or l’IDEC n’a pas voulu donc je n’ai pas fait respecter ce régime durant 2 mois. Le médecin est venu à trois reprises donc le 3eme mois suivant. Elle m’a dit que nous étions maltraitant vis-à-vis du résident car le non-respect de ce régime avait entraîné de graves conséquences pour lui (Là je suis totalement d’accord avec le médecin) de se fait elle a convoqué la famille pour expliquer tout ça. J’ai donc orienté ce médecin à l’infirmière coordinatrice, je pense qu’elle n’a pas du tout apprécié.
Dans cette situation ce qu’on me reproche c’est un non-respect d’un protocole de l’établissement (protocole qui n’est plus valide!!!!!) ALORS QUE J’AI UNE PRESCRIPTION VALIDE !

- La dernière chose qui selon eux est la plus grave, c’est que je travaille le week-end donc le vendredi samedi dimanche. Chaque soir Monsieur X a un antalgique qu’il refuse de prendre car il dit qu’il n’en a pas besoin qu’il n’est pas douloureux. Ce monsieur a plusieurs antalgiques le soir, l’évaluation de la douleur est nulle, il a toute sa tête et donc j’essaie de « négocier » avec lui... mais il ne veut pas .... donc je ne le force pas C’EST SONT CHOIX ! Je ne lui donne pas, laisse un mot à ma collègue du lundi (c’était la fameuse ide qui ne m’apprécie pas) en expliquant que le monsieur n’avait pas eu mal du week-end, qu’il ne voulait pas l’antalgique du soir, et voir avec le médecin si on pouvait passer ça en si besoin et non systématique.
Dans cette situation on me reproche un non-respect de la prescription médicale. J’aurais dû appeler le SAMU pour leur demander si j’avais le droit de ne pas donner l’antalgique au résident.
OR UN PATIENT A LE DROIT DE REFUSER UN TRAITEMENT QUAND IL A TOUTE SA TÊTE ! En aucun cas je ne vais « déranger » le samu pour savoir si j’ai le droit de ne pas donner un antalgique à Mr X, je pense que le samu n’aurait pas été très ravie !!!!!!!

Et voilà mise à pied et licenciement pour faute grave !!!!! Juste pour ça, pour avoir été bienveillante, attentionnée, à l’écoute de mes résidents, avec un regard professionnel, ou encore avoir repérer des erreurs (c’est une de nos compétences noté dans notre décret il me semble) ! J’ai donc fait mon travail simplement et je pense correctement et je suis licencié !!!!!


Pour les possibles démarches ça peut être les prud’hommes car c’est une structure privée.
Oui j’ai une assurance juridique à ma banque.
Il me semble que les frais pour un avocat (spécialisé en droit du travail) restent élevés..... l’assurance juridique rembourse une partie ou la totalité ? Ça il faut que je m’informe.

En se qui concerne le conseil donné par un de vous sur un commentaire (je ne sais pas comment je reprends votre commentaire).... de ne pas reprendre ma collègue qui fait des bourdes en gros.... je suis totalement d’accord avec vous. Mais pour certaines choses j’étais obligé.....
Par exemple quand elle ne gère pas le dossier administratif de Mme À après visite du médecin , résidente qui est en pousée d’insuffisance cardiaque, que l’ide ne commande pas le traitement, et que toi tu arrives 2j après avec une dame en souffrance, et que tu n’as surtout pas le traitement adéquat ... c’est embêtant. Et encore je ne lui ai pas précisait que dans se cas on a des surveillances spécifiques à faire (poids, constantes, régimes ect.....) j’ai mis ça en place sans lui en parler pour ne pas la vexer.
Ou encore quand elle te prévois le samedi des bilans sang en urgence car Mme a oublié de les ajouter la semaine à la demande des médecins prescripteurs, que tu te retrouve avec des bilans perturbés le samedi soir à 18h30 ... sans médecin sauf le samu .... et que tu dois gérer tout ça... alors que l’éhpad nous interdit de faire des bilans le week-end sauf urgence , car on fini à 19h15 le week-end.
Ou encore qu’elle débute des pansements de résidents qui se sont fait mal, qu’elle ne les inscrit pas sur les plans de soins, et qu’au bout de 15j ton idec vient te voir en disant que tu ne fais pas ton travail que tu ne fais pas tout les pansements. Mais qu’au final tu te rend compte que ta collègue n’a rien noté mais que l’idec qui est copine avec elle et bien s’en bas les roubignoles et en rigole même !

Voilà et j’en passe c’était ça quotidiennement, .... donc j’étais obligé de revenir sur certaines choses à un moment donné !
Même si j’essayais d’être là plus délicate possible, la plus cool possible pour lui dire, essayer d’ajouter un peu d’humour ect .... mais bon voilà elle n’appréciait pas du tout.

A savoir que ( ce n’est pas pour m’envoyer des fleurs, et mes chevilles vont très bien ) mais je suis une infirmière calme, douce, attentionnée, à l’écoute de ses collègues, me pliant quatre pour n’importe qui, je vie pour mon travail, j’adore mon travail, je suis capable de tout donner pour mon travail (que d’ailleurs à cette période là ça a même joué sur mon couple vu que je me suis séparé mon conjoint me disait que je m’investissais trop dans mon travail).
Jamais je ne me suis embrouillé avec qui que ce soit des équipes dans tous les remplacements que j’ai fait et sur le CDI. On dit de moi que je suis le rayon de soleil qui égaye une équipe et qui soulage les tensions.
On ehpad ça se passer bien parce que avant d’être infirmière je suis passé sur tous les postes possibles et inimaginables dans une maison de retraite, Je connais la galère des AS, je connais la galère des auxiliaires de vie, je connais la galère de tout le monde.... et quand je peux aider une aide soignante pour une toilette je le fais, quand je peux aider les auxiliaires de vie à donner le petit déjeuner je le fais,ect .... d’ailleurs sur la maison de retraite qui m’a viré on me reprochait d’être trop avec mes collègues, de ne pas faire mon travail que d’infirmière alors que parfois on a le temps d’aider les autres ! Je précise quand même que à la base une infirmière reste une aide-soignante !!!!! La directrice m’a même dit « mais Madame vous êtes jeune, il faut savoir laisser un peu de lest, laisser couler les choses, ce n’est pas parce qu’une aide-soignante vous demande quelque chose que vous êtes obligé de répondre à sa demande, vous allez voir avec le temps que vous allez apprendre à ne pas tout faire » .... Je suis resté choqué....

Bref il n’y a qu’avec cette fameuse infirmière avec qui j’ai eu des problèmes !
Avatar de l’utilisateur
massoue
 
Messages: 14
Enregistré le: 27 Fév 2012 21:53

Messagepar massoue » 26 Jan 2020 12:22

Dernière chose....

Je n’ai plus de nouvel du syndicat ! Quand je demande quelque chose c’est « on se sait pas » .... probablement car je ne cotisais pas.

Pour mon nouvel employeur, je pense aller voir mon supérieur qui a reçu l’appel de l’ehpad pour avoir plus de renseignements. J’aimerai savoir si le détail du licenciement a été évoqué, car si c’est le cas c’est interdit.
J’aimerai lui dire que la démarche de mon ancien employeur m’a plutôt dérangé vis à vis de eux, que je m’en excuse. Et que j’espère que se ne sera pas préjudiciable pour mon avenir (a savoir qu’un cdi devrait se libérer, pour lequel je souhaite postuler).

En se qui concerne les possibles démarches à faire contre mon ancien employeur je reste pour le moment en pleine réflexion, car je suis dans une petite région, petite ville, Déjà l’ehpad me met des battons dans les roues plouf trouver un emploie, mais il me faut aussi évaluer le pour et le contre .... car des démarches aux prud’hommes on en entend vite parler dans une petite ville et je ne veux en aucun cas que ça soit encore plus préjudiciable pour mon avenir professionnel !
Je n’ai pas 30 ans, que 5 ans de DE, j’ai besoin de travailler !
C’est toujours délicat des situations !!!
Avatar de l’utilisateur
massoue
 
Messages: 14
Enregistré le: 27 Fév 2012 21:53

Messagepar lafolldingue » 26 Jan 2020 16:12

Oui mais ne rien faire c'est leur donner raison, et les encourager dans leur démarche.
Agir ce n'est pas te mettre des battons dans les roues, c'est t'assurer que justement tout le monde entende que c'était de la diffamation et abusif. Ne t'inquiètes pas, tu penses bien que tes anciennes collègues doivent parler derrière sur ce qu'il s'est passé aussi.
Tu ne peux pas te laisser faire ! Appelles ton assurance, ils te diront, t'expliqueront les démarches, et compte tenue de la situation je pense, avanceront les frais d'avocat.
IDE 2018 Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 3451
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar Leopold Anasthase » 26 Jan 2020 16:38

Bonjour,

En premier lieu, il faut décider de ce que vous voulez faire, et ça on ne peut pas le faire pour vous. Est-ce que vous voulez vous faire toute petite, et ne pas faire de vagues ? Ou est-ce que vous voulez vous battre et faire réparer ce que vous considérez comme une injustice ? Présentée ainsi, ma phrase peut laisser penser que mon choix est fait, mais il n'en est rien. J'ai eu dans ma carrière des différents avec des employeurs. Des fois, je me suis écrasé, et des fois je me suis battu. Avantages, inconvénients...

Si vous décidez de vous battre, il faut en mesurer les conséquences :

-ça va faire du bruit, ça va jaser, vous devrez vous justifier parfois, des personnes vont vous estimer et des personnes vont vous détester ;

-vous ne pourrez pas faire les choses à moitié ; d'après un proverbe, « quand on montre les dents, il faut être prêt à mordre » ;

-je vous déconseille fortement d'utiliser votre assistance juridique ; il faut consulter un avocat compétent en droit du travail, et ça va vous coûter des sous (sans avoir l'assurance de récupérer cet argent ; eh oui, dans les éventualités à envisager, il faut envisager de perdre).

Si vous décidez de ne pas faire d'action juridique quelle qu'elle soit, vous ne pourrez pas éviter d'avoir un entretien avec votre employeur actuel. Cet entretien, il faut le préparer. Le principe de base est que, contrairement aux enfoirés qui vous savonnent la planche, vous ne pourrez pas faire la même chose. En effet, vous ne pouvez pas reprocher à votre ancien employeur de dévoiler des éléments de votre travail avec eux et faire de même. Vous pourrez uniquement réfuter des accusations, sans donner de détails. C'est un exercice difficile...

P.S. : pour prendre un exemple, je suis allé aux Prud'Hommes une fois dans ma vie. Mais tant que le jugement n'avait pas été rendu, je ne donnais aucun détail sur le sujet. Je disais uniquement que je ne travaillais plus pour cet employeur.
Leopold Anasthase
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 12020
Enregistré le: 06 Mai 2004 14:45
Localisation: ici

Messagepar blocop » 27 Jan 2020 16:37

:choque: :choque: je crois qu'il faut que tu arrêtes de te faire du mal!
tu es tombée sur des tarés! là on touche le fond.
Tu les fous aux Prud'hommes, pitié, ça leur servira de leçon!
il n'y a pas de fautes graves dans ce que tu décris! tu aurais du avoir un avertissement, avant d'avoir un licenciement...sans compter que ça n'est pas une faute grave.
le patient a le droit de refuser un traitement!

Pour le harcélement, si tu n'as pas d'écrit, ou de témoignages, ça va être compliqué malheureusement....surtout si tu n'as pas en ta possession, les protocoles et prescriptions en question :roll: vu que vous n'êtes que 3 IDE, dont 1 qui t'a dans le pif, qui va témoigner?
Tu pourras pas avoir non plus un témoignange de la boite d'intérim qui dit que c'est eux qui les a contacté pour ne pas te prendre (ils vont perdre 1 contrat...)

ils ont perdu un bon élément, c'est tant pis pour eux!
Tu les attaques aux Prud'hommes, ça prend du temps, mais c'est pas grave, ça leur fera les pieds.
Tu peux leur envoyer un recommandé, en leur disant que "étant donné que tu as une procédure contre eux pour licenciement abusif", ils sont tenus par le secret de l'instruction, et de ne pas contacter les futurs employeurs à ta décharge!

Passe outre, ils vont te flinguer sinon :clin:
le harceleur est faible,il devient harceleur pour ne pas être harcelé lui même. Marcel Rufo
blocop
VIP
VIP
 
Messages: 2605
Enregistré le: 23 Déc 2008 09:35
Localisation: près de mon GPS...

Messagepar Lenalan » 27 Jan 2020 17:40

Le patient est en droit de refuser un traitement quel qu'il soit (même vital! Sinon on fait quoi? On se met à 4, on le bloque et on lui donne de force en lui pinçant le nez?), ce n'est pas une faute, surtout si tu as signalé dans les trans que le patient avait refusé son traitement (si j'avais dû me faire virer à chaque fois que c'est arrivé, j'aurais pas beaucoup travaillé).
De plus, on peut discuter des heures sur la pertinence du paracétamol x 4 en systématique en EHPAD sur certains patients pendant des années et le "tu réfléchis pas: c'est prescrit, tu donnes".

Le reste c'est du n'importe quoi et même tout ajouté c'est clairement des excuses pour te virer abusivement.

Si j'étais dans ton cas, je laisserais tomber le harcèlement (trop compliqué à prouver), par contre les prud'hommes pour licenciement abusif, évidemment que oui.
Ne rien dire revient à reconnaître ces fautes.
Infirmière DE 2016 En libéral depuis 2018

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16824
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar Jo_bis » 27 Jan 2020 18:18

Lenalan a écrit :Si j'étais dans ton cas, je laisserais tomber le harcèlement (trop compliqué à prouver), par contre les prud'hommes pour licenciement abusif, évidemment que oui.

Même chose pour moi.
Apporter la preuve d'un harcèlement est très compliqué, de plus, comme vous n'êtes plus dans l'établissement aucun témoin (réel ou supposé) ne prendra le risque de perdre son travail pour vous.
Par contre aux Prud’hommes, vous avez vos chances, au regard des fautes que vous nous dites avoir commises.

massoue a écrit :- La première c’est que j’ai relevé un non-respect de la prescription médicale de ma collègue (celle qui ne m’apprécie pas trop). Ça peut arriver je n’ai rien dit.... C’était une prescription pour des prélèvements 1/mois durant trois mois donc j’ai dû replannifier correctement les prélèvements car je sais que le médecin est hyper carré !!!
Ici on me reproche de pas avoir appeler le médecin. OR ON A UNE PM qui vient d’être faite !
Manque de pot pour moi cette dame avait une hémoglobine qui était plus basse que la normale, MAIS ça on le savait car je venais juste de l’hospitaliser .... Elle avait une pathologie sous-jacente que la famille refusait d’explorer (la dame a une démence évoluée) et malheureusement cette patiente était en soins palliatifs et aucune démarche hormis des bilans sang allaient être faites, à la demande de la famille et du médecin traitant !!!!

Aucune faute pour vous, pour votre collègue, oui.

massoue a écrit :- La deuxième choses c’est que je voulais faire respecter une prescription médicale, le médecin demandait un régime spécial pour le résident. L’Ehpad avait un vieux protocole d’un ancien médecin coordinateur qui n’était plus dans l’établissement depuis plus de deux ans, qui disait qu’on ne mettait aucun régime en place pour les personnes âgées car risque de dénutrition. Le protocole a plus d’un an et en plus de ça il avait été établi par un médecin qui n’est plus dans l’établissement donc normalement je me réfère à la prescription médicale. Or l’IDEC n’a pas voulu donc je n’ai pas fait respecter ce régime durant 2 mois. Le médecin est venu à trois reprises donc le 3eme mois suivant. Elle m’a dit que nous étions maltraitant vis-à-vis du résident car le non-respect de ce régime avait entraîné de graves conséquences pour lui (Là je suis totalement d’accord avec le médecin) de se fait elle a convoqué la famille pour expliquer tout ça. J’ai donc orienté ce médecin à l’infirmière coordinatrice, je pense qu’elle n’a pas du tout apprécié.
Dans cette situation ce qu’on me reproche c’est un non-respect d’un protocole de l’établissement (protocole qui n’est plus valide!!!!!) ALORS QUE J’AI UNE PRESCRIPTION VALIDE !

Là aussi. L'IDEC se permet de passer au-dessus d'une prescription, c'est elle qui est en faute

La dernière chose qui selon eux est la plus grave, c’est que je travaille le week-end donc le vendredi samedi dimanche. Chaque soir Monsieur X a un antalgique qu’il refuse de prendre car il dit qu’il n’en a pas besoin qu’il n’est pas douloureux. Ce monsieur a plusieurs antalgiques le soir, l’évaluation de la douleur est nulle, il a toute sa tête et donc j’essaie de « négocier » avec lui... mais il ne veut pas .... donc je ne le force pas C’EST SONT CHOIX ! Je ne lui donne pas, laisse un mot à ma collègue du lundi (c’était la fameuse ide qui ne m’apprécie pas) en expliquant que le monsieur n’avait pas eu mal du week-end, qu’il ne voulait pas l’antalgique du soir, et voir avec le médecin si on pouvait passer ça en si besoin et non systématique.
Dans cette situation on me reproche un non-respect de la prescription médicale. J’aurais dû appeler le SAMU pour leur demander si j’avais le droit de ne pas donner l’antalgique au résident.
OR UN PATIENT A LE DROIT DE REFUSER UN TRAITEMENT QUAND IL A TOUTE SA TÊTE ! En aucun cas je ne vais « déranger » l

Aucune faute. Le patient est libre de refuser.

Plus haut, Léopold vous a conseillé de ne pas prendre un avocat d'assistance juridique.
Il a raison.
Prenez un avocat spécialisé en Droit du travail, logiquement se sera du "pain béni" pour lui.
"Il suffit de nous regarder pour voir comment une forme de vie intelligente peut se développer d'une manière que nous n'aimerions pas rencontrer."
Stephen HAWKING
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9768
Enregistré le: 30 Jan 2004 10:33

Messagepar Lenalan » 27 Jan 2020 18:38

Une précision pour y avoir eu recours: la protection juridique de votre assurance prend en charge les honoraires de l'avocat de votre choix et pas un qu'ils ont sous le coude (en fait on a le choix qu'ils en désignent un, ou qu'on fasse la démarche de notre côté). Ce doit être plafonné mais pour mon affaire je n'ai rien payé (violence avec arme), et c'est moi qui ai choisi mon avocat.

Après à voir selon votre contrat évidemment!
Infirmière DE 2016 En libéral depuis 2018

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16824
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar Jo_bis » 27 Jan 2020 18:39

Lenalan a écrit :Une précision pour y avoir eu recours: la protection juridique de votre assurance prend en charge les honoraires de l'avocat de votre choix et pas un qu'ils ont sous le coude (en fait on a le choix qu'ils en désignent un, ou qu'on fasse la démarche de notre côté). Ce doit être plafonné mais pour mon affaire je n'ai rien payé (violence avec arme), et c'est moi qui ai choisi mon avocat.

Après à voir selon votre contrat évidemment!

Ah, OK. :D
Dieu merci, je n'ai jamais eu affaire avec eux... :D
"Il suffit de nous regarder pour voir comment une forme de vie intelligente peut se développer d'une manière que nous n'aimerions pas rencontrer."
Stephen HAWKING
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9768
Enregistré le: 30 Jan 2004 10:33

Messagepar Lenalan » 27 Jan 2020 19:12

Jo_bis a écrit :Ah, OK. :D
Dieu merci, je n'ai jamais eu affaire avec eux... :D


On y a droit tous les 2 ans, c'est à peu près le temps qu'il me faut pour qu'il m'arrive des situations rocambolesques :lol:
Infirmière DE 2016 En libéral depuis 2018

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16824
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29


Retourner vers « Profession infirmière (IDE) »



Publicité

-