Forum : Profession infirmière (IDE)

Nous sommes le 21 Avr 2021 02:50

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar Tortugenial » 19 Fév 2021 05:02

Bonjour chères consoeurs et chers confrères!

Un topic pour vous rappeler que les applaudissements ne paient pas le loyer...

En ces temps difficiles et au vu de notre fatigue et de l’état de précarité dans lequel on nous laisse parfois il me parait utile de rappeler quelques détails que certaines ou certains pourraient oublier:

Il est possible de négocier son salaire PARTOUT (public, privé et libéral).

Dans le public: Négocier une stagiérisation rapide avec un échelon décent (pour information il y a 10 ans un hôpital en manque de personnel me proposait un échelon 4 direct), c’est POSSIBLE et dépend de l’offre et de la demande. Pour information une IDE hospitalière en France gagne moins de la moitié NET de sa consoeur britannique ou allemande. C’est absolument ANORMAL et si vous attendez que la promotion vienne de l’état la situation nous prouve qu’ils savent jouer la montre. Donc A VOUS DE NEGOCIER, n’acceptez pas de contrats à moins de 2000 euros et on y gagnera toutes et tous.

Dans le privé: Négocier encore plus fort car pas d’autre loi que celle de l’offre et la demande, faites valoir votre expérience et/ou vos qualités, niveau d’études. Si tout le monde négocie les salaires montent c’est mécanique...

En libéral: n’acceptez pas de rétrocessions supérieures à 10%, cela représente une exploitation de votre travail.

En tout état de cause, PLUS VOUS NEGOCIEZ, PLUS LA PROFESSION GAGNE et sort de la précarité, il es ANORMAL qu’une collègue maman seule galère en fin de mois pour faire ses courses....

Vous pouvez également demander une revalorisation ou chercher ailleurs, le changement dynamise et il me semble que la société n’a pas fini d’avoir besoin de nous... Alors partagez et parlez en !!

Bonne journée!
Tortugenial
 
Messages: 19
Enregistré le: 02 Fév 2007 15:10
Localisation: Perpignan

Messagepar Maximousse1989 » 19 Fév 2021 11:42

Bonjour,

Je crois que vous vous faites des illusions sur la possibilité de négocier dans le public, ce sont des grilles et si vous ne remplissez pas les conditions (d'ancienneté notamment) c'est mort.
Il y a des exceptions, vous n'êtes pas le seul à parler d'une arrivée directe en échelon x, mais cela reste rare et concerne des services sinistrés,avec ce que ça implique de dangerosité (surtout en début de carrière).

La réalité est qu'il y a effectivement pénurie, recruter une IDE peut prendre des mois, on pourrait donc se dire que l'intérêt de l'hôpital serait de négocier...sauf que, dans les faits ceux qui ont le pouvoir de décider du recrutement ne sont pas dans les services et ne les gèrent pas.
Ce n'est pas le cadre où le cadre sup qui décide mais bien des gens qui font de la RH, de la compta; la situation de ces services n'a donc aucun impact sur leur travail à eux.

Bref, je suis sceptique.
Infirmier en gériatrie, USLD puis UGA, maintenant SSR.
La gériatrie c'est sexy 8)
Avatar de l’utilisateur
Maximousse1989
Forcené
Forcené
 
Messages: 283
Enregistré le: 10 Juil 2016 20:42

Messagepar Tortugenial » 19 Fév 2021 16:43

Les arrivées à échelon x ne sont pas rares:

Un collègue m’a expliqué que toute sa promo (2010) a eu une proposition à échelon 3 dès sa sortie d’IFSI...

La raison: Justement l’hôpital en question ne parvenait plus à recruter donc les cadres sup et le dir. des soins sont allés trouver la RH pour négocier.

Donc c’est possible, il suffit simplement de cesser d’accepter comme si nous n’avions pas le choix. Notre historique de brave IDE résiliante qui accepte ce que l’on lui donne sans broncher doit bel et bien cesser.

Pour ma part j’ai toujours négocié. Les grilles sont des pare feux pour les cadres, et il est vrai qu’ils répondent toujours qu’ils ne peuvent pas faire autrement, par contre quand la pénurie devient trop forte ils s’en vont voir plus haut, demandent plus de moyens (et ça râle je vous l’accorde), et parfois les CH revoient leurs positions...
Tortugenial
 
Messages: 19
Enregistré le: 02 Fév 2007 15:10
Localisation: Perpignan

Messagepar Tortugenial » 20 Fév 2021 04:58

Merci pour votre réponse, effectivement la seule chose que l’on risque c’est un refus.
Vu l’offre d’emploi du moment cela ne semble pas bien grave si on est un petit peu mobile.

Concernant les EHPAD et moyens des ARS, effectivement tout est ficelé pour empêcher toute marge de manoeuvre. Mais si les « talents » refusent, les décideurs devront bien revoir leur copie.

Les dernières avancées sociales de notre profession (cela commence à dater), ont été acquises dans la douleur. Les IDE avaient alors refusé des conditions salariales et un mépris de leurs compétences, à l’époque les avancées avaient été remarquables et avaient permis à la profession d’aborder le XXI siècle avec un peu de sérénité.

Depuis, plus rien.

La situation financière de nombre d’IDE est précaire, alors qu’il y a un nombre impressionnant de postes à pourvoir. Nous devons être la seule profession dans ce cas.

L’offre régule la demande, donc c’est maintenant qu’il faut faire valoir vos intérêts chers collègues, et cela en laissant les ressources humaines qui recherchent une santé low-cost chercher longtemps.

Il n’y a que dans notre secteur que l’on voit ça, ailleurs quand on ne trouve pas de personnel, on rend les postes plus attractifs avec des revalorisations salariales.

Merci de participer à ce débat, et arrêtez d’avoir peur, les IDE au chômage c’est rare!
Tortugenial
 
Messages: 19
Enregistré le: 02 Fév 2007 15:10
Localisation: Perpignan

Messagepar sergeant poivre et sel » 20 Fév 2021 10:24

L’offre régule la demande, donc c’est maintenant qu’il faut faire valoir vos intérêts chers collègues, et cela en laissant les ressources humaines qui recherchent une santé low-cost chercher longtemps.


Bonjour, c’est parfois vrai votre principe de l’offre//demande mais ne constitue qu’un palliatif ponctuel et localisé, mais la tendance générale est d’organiser la pénurie de personnels notamment spécialisés en vue de supprimer des lits.

C’est aussi une démarche individualiste et actuellement un peu décalée par rapport à un an de crise sanitaire où il se meurent des quantités de personnes souvent escamotées car les statistiques officielles ne relevant que celles qui passent en circuit hospitaliers (exit donc les plus âgées et les plus malades).

La tendance jusqu’à présent était de faire bosser les agents covid+ asymptomatiques en les « incitant » par des pertes de droits (primes, jour de carence...)jusqu’au constat dénoncé par presse interposée et plaignants, de nombreux clusters hospitaliers.

Aucun syndicat (ce n’est pas faute de le leur rappeler) n’a pris en compte que des personnels constituent une véritable réserve sanitaire durée d’exercice 8 ans pour une IDE) dont certains très qualifiés sont potentiellement mobilisables avec un salaire ad hoc ( je propose le double car certains syndicats proposent de former des personnels en pagaille alors qu’ils existent). Leur logiciel les empêche de concevoir cette option parce que les 5 syndicats représentatifs plus SUD et assimilés solidaires refusent par principe, dogme, disons-le, d’augmenter une catégorie notamment fonctionnaires plutôt qu’une autre, y compris quand il manque de lits, et de soignants, quand cela regorge de victimes covid+, de congés maladie, et , pire, ils ont fermé les yeux sur la manière honteuse de faire bosser des soignants potentiellement malades ou contagieux (et là aussi je n’ai cessé d’essayer de les raisonner ). Rien n’incite d’ailleurs à simplement se tester au contraire...

Donc votre approche, si elle fonctionne parfois, n’est en aucune mesure une solution aux salaires infirmiers, car les drh se rattraperont quelque part, c’est obligé, les budgets n’évoluant pas, au contraire c’est toujours le même leitmotiv, « retour à l’équilibre financier » qui est la règle...

Il faut peut être regarder comment est ficelé le budget secu, nous sommes le seul pays européen à fonctionner avec la CMU, après il ne faut pas s’étonner du fait que notre pays qui fonctionne avec la culpabilisation coloniale chronique (les 3 C) la France soit en queue de peloton du palmarès salarial vis à vis des infirmières.

C’est Sans compter que les syndicats qui sont pour certains des courroies d’entraînement de partis à la recherche d’une clientèle disons moins hostile que les ouvriers qu’ils ont abandonnés d’où sous Mitterrand, ne sont pas en mesure de demander autre chose que des démagogies comme la détaxation des salaires hospitaliers ou la taxation des revenus financiers...

Il ne faut donc compter que sur nous-mêmes, comme nous l’avons fait en 1988...et cela est possible d’avoir des grandes idées, au lieu de se résigner même en grappillant par ci par là., ce qui ne constitue qu’un cataplasme sur une jambe de bois . :clin:
Dernière édition par 1 le sergeant poivre et sel, édité 20 fois.
.

Le complotisme est la philosophie du fruste.

Toutes les vérités sont nonnes à dire...



Mère Teresa
sergeant poivre et sel
Accro
Accro
 
Messages: 1149
Enregistré le: 14 Aoû 2005 10:25
Localisation: Quelque part... dans le charme du désordre

Messagepar Maximousse1989 » 20 Fév 2021 10:49

Sergent,

Vous vous bercez d'illusions,ce n'est pas un salaire amélioré qui fera revenir les DE qui ont changé de métier, chat échaudé craint l'eau froide.
Un meilleur salaire attirera un peu plus les nouveaux candidats, fera un peu plus rester les actifs mais il faut faire le deuil de ceux qui sont partis, c'est fini, ils ont dit "merde", arrêtez de faire comme si ils attendaient une occasion de revenir.
Qui plus est le salaire n'est que l'un des éléments de l'attractivité d'une profession, essentiel, je vous l'accorde.
Infirmier en gériatrie, USLD puis UGA, maintenant SSR.
La gériatrie c'est sexy 8)
Avatar de l’utilisateur
Maximousse1989
Forcené
Forcené
 
Messages: 283
Enregistré le: 10 Juil 2016 20:42

Messagepar Lenalan » 20 Fév 2021 11:26

Comment on négocie en libéral vu qu'on est payées par la sécu et que les actes sont réglés au mm par la NGAP? (et qu'on a pas intéret à se louper sur la facturation, sinon on rembourse) :D En tant que remplaçante on ne m'a jamais pris plus de 10% (faut être dingo pour prendre plus), là où je suis actuellement elles me prennent 0%.

Je suis salariée dans un EHPAD, avec une convention pourrie et un salaire de merde (mais un peu mieux avec le Ségur, bientot j'aurai 1800 :lol: ), mais ce n'est pas le salaire mon critère principal, ce sont les conditions de travail (à l'hosto par exemple, meme si on me propose 3000€, j'y vais pas). A l'entretien on m'a dit qu'il était impossible de négocier le salaire (grille conventionnelle, et "enveloppe soins" de l'ARS sans aucune marge de manoeuvre, donc si le salaire ne me convient pas, ils ont envie que je vienne mais malheureusement ça ne se fera pas) mais par contre qu'on me reprenait 100% d'ancienneté depuis le jour de mon DE. ça oui à priori on peut. Quand on a 2 ans de DE c'est pas l'extase, mais quand on en a 15 ça peut faire la différence.
Infirmière DE 2016 En statut mixte libéral/EHPAD

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 17980
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar Rinou06 » 20 Fév 2021 13:27

Attention dans le public s'ils recrutent avec un échelon 3 ou 4 c'est uniquement pendant la période contractuelle, dès la stagiérisation ils remettent à l'échelon prévu, en rappelant qu'ils sont tenus de respecter les grilles. Les jeunes DE ne comprennent pas forcément l’entourloupe, ils voient juste un meilleur salaire à l'embauche.
Fais attention à ce que tu souhaites, tu pourrais justement l'obtenir
Avatar de l’utilisateur
Rinou06
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 432
Enregistré le: 14 Mar 2008 20:03
Localisation: Antibes (06)

Messagepar sergeant poivre et sel » 20 Fév 2021 13:52

Maximousse1989 a écrit :Sergent,

Vous vous bercez d'illusions,ce n'est pas un salaire amélioré qui fera revenir les DE qui ont changé de métier, chat échaudé craint l'eau froide.
Un meilleur salaire attirera un peu plus les nouveaux candidats, fera un peu plus rester les actifs mais il faut faire le deuil de ceux qui sont partis, c'est fini, ils ont dit "merde", arrêtez de faire comme si ils attendaient une occasion de revenir.
Qui plus est le salaire n'est que l'un des éléments de l'attractivité d'une profession, essentiel, je vous l'accorde.


Et vous en savez quoi vous de la profession, de ses déceptions, demandes et espérances non filtrées par des syndicats inféodés à des politiques... ? Je ne cesse d’expliquer pourquoi augmenter de manière significative des IDE uniquement, n’intéresse pas les syndicats dits représentatifs. C’est comme pour les piqûres vous ne voulez pas comprendre et en plus déformez mes propos...

Vouloir former des infirmières par milliers sans augmenter leur salaire de manière nette, doublé, sans logistique qui suive (ifsi), alors que ces soignants IDE Existent une partie des 150 000 qui ont quitté le navire reviendrait fatalement avec 4000 € et même moins...) bref vouloir s’affranchir de cette opportunité relève de la démagogie mais
en période de crise sanitaire avec de nombreux décès, cela relève de bien pire...

Rappelons que même formées par milliers comme le revendique la cgt, elles se casseront comme les autres au bout de 8 ans en moyenne peu ou prou....c’est donc de l’incompétence ou de la demago, point barre...en plus que cela ne répond pas aux besoins actuels de crise...
.

Le complotisme est la philosophie du fruste.

Toutes les vérités sont nonnes à dire...



Mère Teresa
sergeant poivre et sel
Accro
Accro
 
Messages: 1149
Enregistré le: 14 Aoû 2005 10:25
Localisation: Quelque part... dans le charme du désordre

Messagepar Maximousse1989 » 20 Fév 2021 21:50

"Et vous en savez quoi vous de la profession, de ses déceptions, demandes et espérances non filtrées par des syndicats inféodés à des politiques... ? Je ne cesse d’expliquer pourquoi augmenter de manière significative des IDE uniquement, n’intéresse pas les syndicats dits représentatifs."


---> Et vous ?
Je pense que le salaire est important mais que les conditions de travail priment, que si vous proposez 4000e aux IDE mais que lesdites conditions restent les mêmes alors cela n'influera sur marginalement sur le recrutement.
C'est une opinion, pas une vérité scientifique, si cette opinion vous déplaît ma foi
vous en faites ce que vous voulez, simplement ne comptez pas sur moi pour boire vos paroles.


"C’est comme pour les piqûres vous ne voulez pas comprendre et en plus déformez mes propos...
Vouloir former des infirmières par milliers sans augmenter leur salaire
"

---> Qui déforme les propos déjà ? Je n'ai pas dit qu'il ne fallait pas augmenter les salaires, juste que ça ne faisait pas tout.


"de manière nette, doublé, sans logistique qui suive (ifsi), alors que ces soignants IDE Existent une partie des 150 000 qui ont quitté le navire reviendrait fatalement avec 4000 € et même moins...)"

---->Vous n'en savez rien, le répéter en boucle ne changera rien au problème.



"bref vouloir s’affranchir de cette opportunité relève de la démagogie mais
en période de crise sanitaire avec de nombreux décès, cela relève de bien pire..."


--->Parce que limiter l'attractivité de la profession à une question de salaire ce n'est pas simpliste et démagogique, noooon.


" Rappelons que même formées par milliers comme le revendique la cgt, elles se casseront comme les autres au bout de 8 ans en moyenne peu ou prou....c’est donc de l’incompétence ou de la demago, point barre...en plus que cela ne répond pas aux besoins actuels de crise...[/quote]"


--->Rappelons que même payées 4000e comme le revendique Sergent-NDA elles se casseront comme les autres, etc.
Voilà, je peux le faire aussi, on est bien avancés, quel échange enrichissant.
Infirmier en gériatrie, USLD puis UGA, maintenant SSR.
La gériatrie c'est sexy 8)
Avatar de l’utilisateur
Maximousse1989
Forcené
Forcené
 
Messages: 283
Enregistré le: 10 Juil 2016 20:42

Messagepar Tortugenial » 23 Fév 2021 14:11

sergeant poivre et sel a écrit :

C’est aussi une démarche individualiste et actuellement un peu décalée par rapport à un an de crise sanitaire où il se meurent des quantités de personnes souvent escamotées car les statistiques officielles ne relevant que celles qui passent en circuit hospitaliers (exit donc les plus âgées et les plus malades).



Merci de votre réponse,

je ne vois pas comment on pourrait qualifier une infirmière qui souhaite simplement être payée décemment d’individualiste, encore plus vu la crise que nous traversons - Nous serrons les dents en première ligne pour des clopinettes - Nous nous sommes peut-être mal compris.
J’adhère à l’idée « 1988 » effectivement un mouvement d’ampleur serait plus que souhaitable... Mais je suis découragé par les syndicats pour être franc dans tous les établissements où je suis passé les syndics c’était copinage et promo interne... Donc qui pour lancer et coordonner le mouvement? Des syndicats qui ne peuvent pas se voir, qui tractent les uns contre les autres?

Test, votre approche des entretiens est cohérente. Effectivement un entretien ça se prépare et il n’y a rien de honteux à titiller ces pauvres DRH.

Rien à perdre, tout à gagner
Tortugenial
 
Messages: 19
Enregistré le: 02 Fév 2007 15:10
Localisation: Perpignan

Messagepar binoute1 » 23 Fév 2021 18:24

Cela ne pourrait-il pas faire partie des attributs du machin que de taper du poing sur la table et veiller à ce que la professions ait un salaire minimal commun décent,
que quelque soit le lieu d'exercice ou l'emploi, le DEI étant un bac+3, une IDE ne puisse pas être rémunéré à moins de X € ?

Ensuite en fonction du secteur, du lieu, de l'employeur, de la spé ou non ...on a le système actuel
"Le psychiatre sait tt et ne fait rien, le chirurgien ne sait rien ms fait tt, le dermatologue ne sait rien et ne fait rien, le médecin légiste sait tout, mais un jour trop tard"
Avatar de l’utilisateur
binoute1
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 7491
Enregistré le: 02 Juil 2008 20:45
Localisation: pas là où je voudrais

Messagepar Jo_bis » 23 Fév 2021 20:27

Tortugenial a écrit :Bonjour chères consoeurs et chers confrères!

Un topic pour vous rappeler que les applaudissements ne paient pas le loyer...

En ces temps difficiles et au vu de notre fatigue et de l’état de précarité dans lequel on nous laisse parfois il me parait utile de rappeler quelques détails que certaines ou certains pourraient oublier:

Il est possible de négocier son salaire PARTOUT (public, privé et libéral).

Dans le public: Négocier une stagiérisation rapide avec un échelon décent (pour information il y a 10 ans un hôpital en manque de personnel me proposait un échelon 4 direct), c’est POSSIBLE et dépend de l’offre et de la demande. Pour information une IDE hospitalière en France gagne moins de la moitié NET de sa consoeur britannique ou allemande. C’est absolument ANORMAL et si vous attendez que la promotion vienne de l’état la situation nous prouve qu’ils savent jouer la montre. Donc A VOUS DE NEGOCIER, n’acceptez pas de contrats à moins de 2000 euros et on y gagnera toutes et tous.

Dans le privé: Négocier encore plus fort car pas d’autre loi que celle de l’offre et la demande, faites valoir votre expérience et/ou vos qualités, niveau d’études. Si tout le monde négocie les salaires montent c’est mécanique...

En libéral: n’acceptez pas de rétrocessions supérieures à 10%, cela représente une exploitation de votre travail.

En tout état de cause, PLUS VOUS NEGOCIEZ, PLUS LA PROFESSION GAGNE et sort de la précarité, il es ANORMAL qu’une collègue maman seule galère en fin de mois pour faire ses courses....

Vous pouvez également demander une revalorisation ou chercher ailleurs, le changement dynamise et il me semble que la société n’a pas fini d’avoir besoin de nous... Alors partagez et parlez en !!

Bonne journée!

Vous avez totalement raison.
Si tout le monde faisait cela, mécaniquement, les salaires augmenteraient.
"Il suffit de nous regarder pour voir comment une forme de vie intelligente peut se développer d'une manière que nous n'aimerions pas rencontrer."
Stephen HAWKING
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 10009
Enregistré le: 30 Jan 2004 10:33

Messagepar execho » 08 Mar 2021 12:49

Voir Sur Le Monde de ce jour, les infirmières britanniques sur le sentier de la guerre
execho
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5286
Enregistré le: 29 Mai 2010 22:01

Messagepar sergeant poivre et sel » 09 Mar 2021 20:19

Jo_bis a écrit :
Tortugenial a écrit :Bonjour chères consoeurs et chers confrères!

Un topic pour vous rappeler que les applaudissements ne paient pas le loyer...

En ces temps difficiles et au vu de notre fatigue et de l’état de précarité dans lequel on nous laisse parfois il me parait utile de rappeler quelques détails que certaines ou certains pourraient oublier:

Il est possible de négocier son salaire PARTOUT (public, privé et libéral).

Dans le public: Négocier une stagiérisation rapide avec un échelon décent (pour information il y a 10 ans un hôpital en manque de personnel me proposait un échelon 4 direct), c’est POSSIBLE et dépend de l’offre et de la demande. Pour information une IDE hospitalière en France gagne moins de la moitié NET de sa consoeur britannique ou allemande. C’est absolument ANORMAL et si vous attendez que la promotion vienne de l’état la situation nous prouve qu’ils savent jouer la montre. Donc A VOUS DE NEGOCIER, n’acceptez pas de contrats à moins de 2000 euros et on y gagnera toutes et tous.

Dans le privé: Négocier encore plus fort car pas d’autre loi que celle de l’offre et la demande, faites valoir votre expérience et/ou vos qualités, niveau d’études. Si tout le monde négocie les salaires montent c’est mécanique...

En libéral: n’acceptez pas de rétrocessions supérieures à 10%, cela représente une exploitation de votre travail.

En tout état de cause, PLUS VOUS NEGOCIEZ, PLUS LA PROFESSION GAGNE et sort de la précarité, il es ANORMAL qu’une collègue maman seule galère en fin de mois pour faire ses courses....

Vous pouvez également demander une revalorisation ou chercher ailleurs, le changement dynamise et il me semble que la société n’a pas fini d’avoir besoin de nous... Alors partagez et parlez en !!

Bonne journée!

Vous avez totalement raison.
Si tout le monde faisait cela, mécaniquement, les salaires augmenteraient.


Bonjour,

cela me rappelle une drôlerie italienne, "parmesan autour de vous!"

Soyons sérieux...dans le fond c'est idéaliste comme démarche, cela ne marche pas au sens général, L'idéal est une reconnaissance érigée en loi, pas du ressort de la débrouillardise...avec des "si" on peut etc....vous connaissez l'adage populaire!

Dans la forme on est dans les limites du "chacun pour soi", le plus débrouillard tire les marrons du feu...ce n'est pas une forme de reconnaissance à laquelle la profession a parfaitement, et intrinsèquement droit...on est en plein dans la division du travail inlellectuel et manuel; tout ce qui touche à l'humain est dévalorisé, par principe...c'est vieux comme le monde...il n' y a que les médecins qui ont tiré leurs marrons du feu car ils ont un lobbying contrairement à nous et sont présents en nombre à l'assemblée Nationale...dans le décisionnel et la représentation...

A la moindre faille de l'offre et la demande, comme le système économique d'ailleurs , il y a crise, ce n'est pas une démarche pérenne, au sens collectif, j'entends...et puis toutes les IDE n'ont pas la prose du marchand de tapis....c'est un art.

En somme c'est un pis-aller...du boursicotage contractuel, soumis aux contingences, aux opportunités du moment, dans dix ans cela aura probablement changé, et en attendant rien n'aura été fait en substance...pour notre plus grand malheur...

Mais ne rien faire est probablement pire...cela peut se concevoir!

:clin:
.

Le complotisme est la philosophie du fruste.

Toutes les vérités sont nonnes à dire...



Mère Teresa
sergeant poivre et sel
Accro
Accro
 
Messages: 1149
Enregistré le: 14 Aoû 2005 10:25
Localisation: Quelque part... dans le charme du désordre


Retourner vers « Profession infirmière (IDE) »



Publicité