Forum : Cadres de santé

Nous sommes le 21 Avr 2019 23:32

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar legerete » 25 Sep 2018 20:28

L'équipe de chirurgie dans laquelle je travaille se trouve confrontée à des difficultés d'orientation pour des patients âgés qui, pour une fracture non déplacée, ont une interdiction d'appui pendant 4 à 6 semaines et pour qui les retours à domicile ne sont pas sécurisés.
Les services de soins de suite refusent les demandes, faute de projet rééducatif.
Les HAD n'ont pas vocation à prendre en charge ces patients.
Les ehpad ont un coût trop élevé pour ces personnes, pas prêtes à financer 1 mois en hébergement temporaire.

Les chirurgiens, le cadre de santé, l'assistante sociale, les infirmières et aides-soignantes se trouvent dans une impasse.

Je voulais juste savoir quelle orientation vous adoptez pour ces patients.

Merci de vos réponses
legerete
 
Messages: 4
Enregistré le: 24 Déc 2017 21:44

Messagepar augusta » 26 Sep 2018 07:48

Bonjour,

Qu'est ce que vous entendez par projet rééducatif?
Les chir ne peuvent-ils pas en prévoir un pour direction SSR?
"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 10356
Enregistré le: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Messagepar cosmos » 26 Sep 2018 14:10

Oui, qu'"Est-ce exactement "projet rééducatif" ?
En soins de suite, n'Est-ce pas leur projet ? justement ?

Nous, en SSIAD, nous avons des patients avec fracture avec interdiction d'appui. Cela se passe très bien.
Il est vrai qu'il faut qu'il y ai de l'entourage.
Avatar de l’utilisateur
cosmos
Accro
Accro
 
Messages: 958
Enregistré le: 05 Jan 2006 21:33

Messagepar legerete » 26 Sep 2018 20:08

Pour préciser mes propos, les SSR (soins de suite et réadaptation) refusent d'accueillir ces patients "faute de projet rééducatif" immédiat : en effet, la rééducation démarrera après 6 semaines d'immobilisation.
En attendant, les manipulations se limitent à des verticalisations et des transferts lit-fauteuil.
Par crainte d'"emboliser" leur lits, le service de SSR préconise un ehpad temporaire le temps de l'immobilisation et d'accueillir ces patients une fois la consolidation acquise et que la rééducation pourra débuter.
legerete
 
Messages: 4
Enregistré le: 24 Déc 2017 21:44


Retourner vers « Cadres de santé »



Publicité

-