Forum : Psychiatrie

Nous sommes le 15 Juil 2019 23:44

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar merryfunk » 28 Oct 2008 00:14

Bonjour, je suis en 1ere année en stage. Certains soignants m'ont mise en garde vis à vis d'un patient en particulier, et le mot "pervert" a été inclu dans son tableau.

Aujourd'hui n'était que mon premier jour donc j'apprendrai certainement plus sur comment gérer les relations avec ce patient et les autres. Seulement après avoir échangé pendant un moment très bref avec lui je vois que cétait plus difficile pour moi quavec les autres patients qui sont majoritairement schizophrènes. Cet homme, très charmant, a réussi à me déstabiliser en seulement deux minutes. Enfin, l'équipe est intervenu juste au moment où je me sentais hésiter comment répondre à ce patient.

J'en ai parlé avec une infirmière après et elle m'a dit qu'il fallait que je fasse très attention avec lui. Enfin elle m'a dit qu'il n'y avait rien de grave qui s'est passé, mais l'important pour moi c'est d'apprendre de mes erreurs.

On m'a signalé qu'il m'a tutoyé, ce que je n'avais même pas remarqué, et que j'aurais pu poser déjà mes limites à ce moment là. Enfin je ferai plus attention dorénavant pour TOUS les patients car ce règle s'appliquera à tous. Mais ce patient m'a déstabilisé car je me suis rendue compte heureusement très rapidement qu'il m'avait un peu charmé. Difficile à expliquer.

En même temps un autre patient m'a envoyé une pique lors de la journée mais je n'ai pas mordu. C'était plus facile car on intervenait en chambre d'isolement donc j'étais peut-être plus sur mes gardes. Il a tenté de m'insulter, mais je trouve cependant que je restais plus thérapeutique que moins. Enfin j'espère.

Donc d'un côté je peux me dire que je n'ai qu'à me rappeler que je ne peux pas en tant que stagiaire en ce moment me laisser être dans le spontané. En même temps il y a eu différence entre les "piques" envoyés par ces deux patients. L'un était dans la confrontation, l'insulte, et l'autre était dans la charme totale.

J'ai fait des recherches sur internet ce soir car le sujet m'intriguait. Seulement je n'ai pas encore obtenu des réponses que je cherchais. Je vais bien sûr obtenir des réponses par observation pendant les semaines qui arrivent et peut être par d'autres échanges "délicates" (j'espère que non) avec ce patient décrit "pervert". De toute façon j'ai l'impression d'avoir déjà appris des choses aujourd'hui en observant les soignants.

Seulement je suis impatiente :D , donc je lance la question ici :fleche:

Est-ce que vous en tant que soignants vous vous comporteriez globalement de manière différente avec un patient plutôt en "perversion" qu'en delire ? Si oui, comment ? Sinon, pourquoi ?

Je m'excuse par avance si j'ai mal employé de la semiologie.

PS J'ai parcouru 7 pages de ce forum en cherchant ce sujet mais je ne l'ai pas vu.
Avatar de l’utilisateur
merryfunk
Accro
Accro
 
Messages: 1335
Enregistré le: 28 Fév 2007 16:41
WLM: vallarata@hotmail.fr
Localisation: 92

Messagepar merryfunk » 28 Oct 2008 09:52

Oh dear :D

Je vois 14 lectures sans réponse donc je vais peut être plus tard apprendre que j'ai posé une question "bête"..
Avatar de l’utilisateur
merryfunk
Accro
Accro
 
Messages: 1335
Enregistré le: 28 Fév 2007 16:41
WLM: vallarata@hotmail.fr
Localisation: 92

Messagepar karibounette » 28 Oct 2008 10:05

bonjour merryfunk, je me comporte différement avec tout les patients car chacun a sa pathologie et sa personnalité. il est vrai que les pervers sont très manipulateurs et très charmeurs. l'équipe a donc bien fait de te mettre en garde,mais tu dois aussi apprendre de tes erreurs (tu dois d'ailleurs en savoir maintenant un peu plus sur le fonctionnement des pervers). :clin:
pour chaque pathologie, il y a des choses à quoi il faut être attentif. par ex, les hystériques somatisent beaucoup et il ne faut pas rentrer dans leur jeu tout en ne négligeant pas une éventuelle pathologie somatique.... mais ce sont des choses que tu apprends à reconnaitre avec l'expèrience.
en tout cas, même si mon comportement est différent avec chaque patient, je ne reste pas moins proffessionnel, dans une ecoute empathique, bienveillante et respectieuse. voila bon courage pour la suite de ton stage. tu verra la psy est passionnante :fou:
même sur le plus beau trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul.
Avatar de l’utilisateur
karibounette
Forcené
Forcené
 
Messages: 371
Enregistré le: 26 Fév 2008 16:10

Messagepar merryfunk » 28 Oct 2008 11:39

Merci karibounette pour la réponse.

J'ai pu assister à une réunion d'équipe hier et cela m'a pris un bon moment de reconnaître qui était médecin et qui était cadre, infirmier ou aide soignant. Ce n'était pas le cas dans mes autres stages.


Bonne journée.
Avatar de l’utilisateur
merryfunk
Accro
Accro
 
Messages: 1335
Enregistré le: 28 Fév 2007 16:41
WLM: vallarata@hotmail.fr
Localisation: 92

Messagepar dino » 28 Oct 2008 12:58

karibounette a écrit :en tout cas, même si mon comportement est différent avec chaque patient, je ne reste pas moins proffessionnel, dans une ecoute empathique, bienveillante et respectieuse. voila bon courage pour la suite de ton stage. tu verra la psy est passionnante :fou:

...j'avoue avoir un peu moins d'empathie pour certains pervers... :? Sauf, peut-être, lorsque leurs mécanismes de défense se déglinguent et qu'ils se mettent à déprimer...
Mais bon, la relation d'aide avec ces gens-là... :roll:
Par ailleurs, le débat reste ouvert ; la perversion est-elle une maladie ou un trait de caractère, un trouble du comportement ?
Entre nous, j'aime bien le dicton ; "trop poli pour être honnête..." Il s'applique très bien pour ce genre de personnages...
Avatar de l’utilisateur
dino
VIP
VIP
 
Messages: 2461
Enregistré le: 03 Avr 2007 16:14
Localisation: Saône et Loire

Messagepar nnawak » 28 Oct 2008 18:17

merryfunk a écrit :J'ai pu assister à une réunion d'équipe hier et cela m'a pris un bon moment de reconnaître qui était médecin et qui était cadre, infirmier ou aide soignant. Ce n'était pas le cas dans mes autres stages.


Et oui, en psy, il n'y a pas que le médecin qui sait... chacun a son mot a dire et quelque soit son statut professionnel. Et meme toi en en tant qu'ESI, tu as un truc a dire si jamais ce qui est dit par les autres te fait écho.
En soins généraux, le doc et sa troupe d'internes parlent a la cadre et l'IDE, l'AS ou l'ASH, ils sont pas invités, c'est VIP :lol:

+++
La vie est un processus d'équilibre physico-chimique auto-entretenu a caractère darwinien.
nnawak
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 451
Enregistré le: 06 Oct 2006 15:49
Localisation: Bordeaux

Messagepar karibounette » 28 Oct 2008 18:39

complètement d'accord avec nnawak :clin:
même sur le plus beau trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul.
Avatar de l’utilisateur
karibounette
Forcené
Forcené
 
Messages: 371
Enregistré le: 26 Fév 2008 16:10

Messagepar alise » 06 Nov 2008 21:34

merryfunk a écrit :
J'ai pu assister à une réunion d'équipe hier et cela m'a pris un bon moment de reconnaître qui était médecin et qui était cadre, infirmier ou aide soignant. Ce n'était pas le cas dans mes autres stages.


C'est qu'en psy (enfin, en psy traditionnelle), personne n'a de blouse ! C'est ça qui est drôle. Il faut deviner qui est malade, qui est sain d'esprit... pas toujours évident ! :D

Pour la perversion, moi aussi j'ai du mal à considérer qu'il s'agisse d'une maladie. D'ailleurs je n'ai pas le souvenir d'un pervers qui ait été hospitalisé pour perversion. Ils entrent pour dépression, problèmes sociaux, psychose, hystérie...
On a eu un gars entré à la suite de démêlés avec la Justice. Il était accusé d'actes pédophiles. Mais il n'est pas entré pour être "soigné" de ces penchants, juste parce que le procès l'avait déprimé. :!:
alise
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 400
Enregistré le: 02 Déc 2007 21:36

Messagepar karibounette » 06 Nov 2008 22:57

il est vrai que les pervers sont rarements hospitalisés parce qu'ils sont malins...ils ne se font pas prendre :langue: et quand ils sont hospitalisés c'est pour des troubles associès à leur perversion
même sur le plus beau trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul.
Avatar de l’utilisateur
karibounette
Forcené
Forcené
 
Messages: 371
Enregistré le: 26 Fév 2008 16:10

Messagepar Nico_ide » 14 Nov 2008 20:48

De fait la perversion s'avère être plus un trouble du comportement, ou plutôt une structure particulière de la personnalité, qu'une maladie au sens d'un dysfonctionnement pathologique.

Et s'il n'y a pas dysfonctionnement, il n'y a pas à proprement parler d'indication à un traitement, ni donc à une hospitalisation.

"Le pervers" ne sera donc hospitalisé que si :
- il est atteint par ailleurs d'une pathologie nécessitant des soins en milieu hospitalier
- son comportement pervers le conduit à des troubles du comportement dangereux pour lui-même ou autrui
- sa perversion s'agit à l'encontre de soins pour une affection quelconque, qui faute d'être soignée met en jeu le pronostique vital.

En caricaturant, le pervers cherche à manipuler les autres et une hospitalisation ne ferait que nourrir sa perversion, en ce sens qu'elle se substituerait au fruit de ses attentes perverses envers ses proches et le corps médical et paramédical. Loin d'améliorer ses troubles, l'hospitalisation n'ouvrirait que plus grand la porte à l'expression de ses attitudes et comportements pervers.

Voilà pourquoi l'on rencontre peu de pervers en hospitalisation psychiatrique, ou bien leur sortie est (très) rapidement organisée.
Infirmier en CMP
Nico_ide
 
Messages: 23
Enregistré le: 14 Nov 2008 20:27
Localisation: Paris

Messagepar merryfunk » 16 Nov 2008 10:54

C'est intéressant pour moi de relire mes mots seulement trois semaines plus tard.
Tant ce patient me posait difficulté les quelques premiers jours.

Ce que je trouve le plus intéressant est qu'une fois ses manières identifiées et compris, du coup il n'avait pas l'air si "doué" que ça en manipulation. Cela se voit de loin.

Ce patient pose danger pour autrui et est en service fermé depuis de nombreuses, nombreuses années. Je pense en part que son dossier m'avait aussi fait peur tant son histoire est "impressinant"... on dirait un film. Je pense pour cette raison les quelques difficulté de contact avec lui étaient multipliées de sens de par ce que je connaissais sur son passé.

J'ai vu d'autres patients dans le service ces semaines qui ont en plus de leurs pathologies respectives des traits de personalité du genre pervers, hystérique ainsi de suite. C'est très intéressant à observer en tant qu'étudiant. Mais c'est aussi intéressant de voir aussi comment ces personalités et comportements "se voient de loin" en service avec une équipe renseignée sur ce genre de trait alors que ce ne serait pas si évident à voir dans le monde civil.
Les mêmes choses paraissent se répéter...

On peut aussi utiliser un trait éventuellement j'ai vu pour rentrer en contact. Enfin je n'ai vu ceci que dans le cas d'un patient schizophrène présentant également des traits hystériques. L'IDE suivait son schéma/ vision des choses pour parler de ses traitements. Intéressant.

En même temps je n'ai pas encore vu un IDE profiter d'une perversion pour informer des patients...
Avatar de l’utilisateur
merryfunk
Accro
Accro
 
Messages: 1335
Enregistré le: 28 Fév 2007 16:41
WLM: vallarata@hotmail.fr
Localisation: 92

Messagepar merryfunk » 16 Nov 2008 10:56

PS Je vais peut-être chercher un synonyme du mot "intéressant" pour rendre plus intéressant la lecture ?

:up:
Avatar de l’utilisateur
merryfunk
Accro
Accro
 
Messages: 1335
Enregistré le: 28 Fév 2007 16:41
WLM: vallarata@hotmail.fr
Localisation: 92

Messagepar nnawak » 16 Nov 2008 18:12

merryfunk a écrit :On peut aussi utiliser un trait éventuellement j'ai vu pour rentrer en contact. Enfin je n'ai vu ceci que dans le cas d'un patient schizophrène présentant également des traits hystériques. L'IDE suivait son schéma/ vision des choses pour parler de ses traitements.


Un trait ? Tu peux développer s'il te plait, je comprends pas la !

+++
La vie est un processus d'équilibre physico-chimique auto-entretenu a caractère darwinien.
nnawak
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 451
Enregistré le: 06 Oct 2006 15:49
Localisation: Bordeaux

Messagepar jbide » 17 Nov 2008 20:42

salut...moi je voudrais savoir si vous êtes un peu d'accord avec moi...
pour moi le pervers "jouis" quand il provoque la déstabilisation d'un soignant ; il joui de la réaction souvent négative qu'il provoque...il voit kil fait du mal et ça il a l'air de bien aimer! les infirmières crakent et là il joui...bref pour moi relationellement avec un pervers il faut très professionnel, essayer de masker l'agacement et faire respecter les limites.
ken pensez vous?
jbide
 
Messages: 8
Enregistré le: 17 Nov 2008 20:19

Messagepar nnawak » 17 Nov 2008 22:01

Beh j'suis d'accord avec toi !
Mais évite le langage SMS, c'est pas très pratique a lire et c'est dans la charte du forum que t'es censé avoir lu a l'inscription.

+++
La vie est un processus d'équilibre physico-chimique auto-entretenu a caractère darwinien.
nnawak
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 451
Enregistré le: 06 Oct 2006 15:49
Localisation: Bordeaux


Retourner vers « Psychiatrie »



Publicité

-