Forum : Profession infirmière (IDE)

Nous sommes le 16 Fév 2019 04:49

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar Melinda34 » 24 Jan 2019 00:27

Bonsoir.

Help. J'ai besoin d'aime. Je suis passionnée par mon metier, j'aime etre dans mon servive, j'aime mes collègue, je suis fiere de revêtir ma blouse blanche et prendre soin des gens.

Mais...Mais voila 6 mois que je suis infirmière et je suis a cran. Je ne pensais pas vivre ca si tot. J'ai l'impression d'etre secretaire, assistante sociale, nounou, bricoleuse, mediatrice...mais pas infirmiere.

J'en ai marre de courrir apres les prescriptions qui ne viennent jamais, de voir souffler les internes quand je demande les papiers de sorties, de me prendre des reflexions par le docteur car j'ai donné tels traitements alors que l interne aurait mieux fait de prescrire telle medicament, marre de répondre aux familles (Aujourd hui 48 appels pr des news) marre de supplier le dr d aller voir mme machin car elle veut savoir ce qui va lui arriver, marre de courrir avec les as pour faire un change ou lever un patient lourd et me faire defoncer car ca tombe pdt le gouter, j en peux plus de prendre des remarques des differents intervenants (brancardier car mme popo veut faire pipi avant d aller au scan) marre de faire sortir des patients pas stables car les chirurgiens veulent accueillir leurs nouveaux patients, marre d essuyer les réflexion des collegues de nuits car a 20h on m a prescrit un atb et que j ai pas eu le temps de le poser car l interne m a pas dit qu elle s changé la prescription et que je l ai vu a 20h pendant mes 3 entrees du soir, par hasard. Marre de finir a 21h50 au lieu de 21h, marre de voir as et ash bouffer pdt que nous on court partout, marre de fouiller les poubelles pr trouver un dentier car personne se stress de l avoir perdu. J ai l impression de porter le poids du monde, seule. Je suis deja epuisée, on me rappelle sanqns cesse sur mes jours de repos, ca fait 3 semaine que j ai pas eu 2 jours consécutifs. 3 week end que je bosse, oui car moi aussi je peux avoir un arret pr maladie mais je prefere bosser avec un putain de masque que de faire revenir une collegue sur ses jours. Pourquoi c est si dur? Pourtant jm mon service, mais j ai peur que ca me degoute du métier. Et je sais que l herbe n est pas plus verte ailleurs. On est sous tension, on est épuisé, les patients le sentent, ils sont du coup agressif, on prend pas bien soins d eux, on fait le max mais ca merde tjrs a un moment. Aidez moi a y voir plus clair, que faire? Jm les gros services, j aime avoir du monde autour mais trop de parasitage. On m interrompt toujours. Tte a l heure, 4 soins a faire, un redon,un pst, une sad et un pse a poser. Rien de foufou, saiuf que je peux pas faire un pas, sans qu on vienne me voir "le patient gueule car tv marche pas ,le dr t appelle pr faire un point des places, machin t appelle car elle trouve plus son dentier, un tel a trop froid" bordel ca m a pris 2 h pr 4 pauvres soins...et pr les tracer, a cote du téléphone bien sur au moins 35 min. Pourtant je suis vive et dynamique mais y a un truc qui doit clocher ds mon organisation. Comment vous faites? C est comme si tout etait en accéléré,les bruits autour de moi son sourd, les lumières m eblouissent et je perds ma zen attitude. En apparence rien ne se voit, au fond, mon coeur crie "pars en courant" bref Chui vidée

Meline
Melinda34
 
Messages: 24
Enregistré le: 21 Aoû 2018 00:26

Messagepar lafolldingue » 24 Jan 2019 07:06

Bonjour méline, mon avis est assez trnché là dessus. Je dis souvent à mes collègues de jour : la continuité des soins c'est h24. Alors voilà, il faut prioriser, et savoir déléguer. Ce n'est pas à toi de tout faire...
Alors ton ATB est prioritaire sur la tv de untel... l'AS peut très bien accompagner untel aux wc avant d'aller au scan, de même elle peut également appeler l'accueil pour ma mise en place de la tv. Ton téléphone sonne, tu es en soins? Tu ne réponds pas si c'est un numéro externe, les gens rappelleront.
Les remarques des médecins et les soupirs des internes ? Eux aussi sont surbookés, ils ne te sont pas destinés.
Tu es rapelée sur tes jours de repos? Rien ne t'oblige de refuser! Tu es épuisée, tu as besoin de repos, faut pas non plus être la bonne poire.
Est-tu la seule dans ce cas? En as tu parlé avec tes collègues? La cadre? Il peut être intéressant de discuter de tout ça en equipe.
IDE 2018 - médecine
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2013
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar Lenalan » 24 Jan 2019 12:47

Le code du travail impose au minimum 2 jours de repos consécutifs par quinzaine. Tu n'as aucune obligation de revenir sur tes repos, répondre au téléphone ni même leur donner ton numéro. Le respect de ta vie privée, de ta personne et de ton repos, c'est la base :D A toi d'être intransigeante là-dessus (au bout d'un moment ils m'appelaient même plus, je leur disais que mon téléphone est éteint et que je ne lis pas mes messages, donc que c'est pas la peine de m'appeler :roll: Ils m'appelaient pas, surtout quand je me suis rendue compte que les heures sup n'étaient ni payées ni rendues...).

A 21h tu te barres chez toi et tu dis gentiment à la fille de nuit qu'il te manque à faire ceci cela, ça suffit de finir 1h en retard et ça sert à rien! (bien sûr le matin tu prends la main si la nuit n'a pas fini).

Autre base: si ton coeur te crie "barre-toi de là!", pourquoi tu ne l'écoutes pas?
L'herbe n'est peut-être pas plus verte ailleurs, mais c'est pas une raison pour accepter de travailler comme des cons. Ta situation m'est arrivée, et pas que dans un service. Comment j'ai fait? Je me suis barrée :D Et PLUS JAMAIS je n'accepterai des conditions de travail comme ça.
Infirmière DE 2016 En libéral

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 15183
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar lafolldingue » 24 Jan 2019 14:04

J'avoue que j'ai du mal à comprendre cette habitude de faire des heures sup à gogo...encore noter les transmissions du jour je dis pas. Mais pour le reste...
On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a!
IDE 2018 - médecine
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2013
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar Lenalan » 24 Jan 2019 14:32

lafolldingue a écrit :J'avoue que j'ai du mal à comprendre cette habitude de faire des heures sup à gogo...encore noter les transmissions du jour je dis pas. Mais pour le reste...
On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a!


S'il y a 12h de travail alors que t'es en 10h, c'est certainement que ta collègue doit pouvoir reprendre la main quand tu pars :D Les seules rares fois que je suis restée après mon heure c'est pour finir les transmissions écrites... mais une dame qui se déperfuse à 20h50 sera reperfusée par ma collègue de nuit, une prescription qui arrive à 21h sera faite par la nuit :D et pareil si elle se déperfuse à 6h50, c'est pas la fille de nuit qui le fera mais moi à 7h!

On est pas des wonder woman, il faut se cadrer soi-même. D'autant que faire des heures sup et revenir sur les repos nos rapportera rien à part les nerfs et la fatigue. Si on reste des pigeons corvéables, les dirigeants ne chercheront jamais à améliorer les choses, puisqu'il y a toujours un pigeon pour tout lâcher chez lui pour venir dépanner, ou finir à 22h au lieu de 21h. et le tout en trouvant ça normal! bah non c'est pas normal....
Infirmière DE 2016 En libéral

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 15183
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar Estienne » 24 Jan 2019 15:40

Melinda jeune diplômée est en train de se faire bouffer tout cru jusqu'à l'os!
Parce qu'on ne lui a pas appris à l'IFSI à prioriser, poser ses limites, dire non, faire la part des choses, prendre de la distance et du recul. A l'opposé de ce qui se passe parfois en stage. Ce n'est pas vraiment de sa faute si la formation est accès sur le formatage plus que le savoir être. Soyons honnête, on est tous passé par cette formation ou parfois il faut accepter l'inacceptable, et on accepte parce qu'on sait que c'est pour le DE, que ça ne dure qu'un temps. Mais une fois le DE, c'est plus la même, 6 mois de services c'est pas 10 semaines de stage. Maintenant il faut tenir sur la durée et là il s'agit de se préserver. Bienvenu dans le monde pro, une bonne partie du métier s'apprend sur le tas, avec l'expérience, à commencer par le positionnement professionnel IDE, différent de celui de l'étudiant.

Pourquoi préférer revenir travailler même avec un masque pour ne pas vouloir faire revenir un collègue? Confusion des responsabilités et sentiment de culpabilité à tord, l'IDE n'est pas responsable du planning et des effectifs, c'est le problème des cadres.

Mélinda, (je me permet le tutoiement sur forum, te considérant comme collègue, j'espère que tu n'y vois pas problème), tu viens de faire l'expérience de tes limites, attention à ne pas les dépasser. Déja tu réalises ceci avant un burn out qui pourrait venir après plusieurs années de déni, donc c'est une bonne chose. Tu ne peux continuer ainsi, je te le déconseille fortement. Deux solutions s'offrent à toi. Soit tu quittes ce poste pour un autre moins exigeant, soit tu changes radicalement ta façon d'être, de subir.
Tu peux faire les deux, changer de poste et d'attitude en même temps, plus facile car tes nouveaux collègues n'auront pas de repères, alors qu'en restant dans ton service, si tu changes d'attitude du jour au lendemain, ils risquent de ne pas comprendre et cela peut-être difficile avec les autres qui vont regretter la bonne poire que tu étais.A toi de voir. Mais ne continue pas ainsi, garde le gout du métier mais ne te fait pas exploiter et bouffer par les autres, la hiérarchie, les collègues, les patients, les familles, les autres intervenants. De nos jour, ça fait parti du job de dire: "désolé, pas le temps, je peux pas, demandez à un autre, pas possible pour moi, j'y peux rien, c'est comme ça, pas content allez vous plaindre à la direction, ils rappelleront plus tard, pas maintenant, j'ai autre chose plus prioritaire à faire, on verra ça plus tard, etc...etc...". C'est triste mais c'est comme ça. Le monde des bisounours n'existe pas, le milieu de la santé va mal, tu déchantes mais j'espère que tu finiras par touver un mode de fonctionnement propre qui ne te conduira pas droit dans le mur ou l'aigreur, dans la santé ou ailleurs. Commence par sortir la tête du guidon et relève la pour respirer un bon coup. Le changement viendra de toi, courage.
Estienne
Adepte
Adepte
 
Messages: 137
Enregistré le: 15 Jan 2018 15:36

Messagepar lafolldingue » 24 Jan 2019 16:25

Complètement d'accord!
Autant en stage j'acceptais plus ou moins tout, mais là c'est une question de bon sens. Je fais exactement comme toi lenalan. Un patient qui se déperfuse à 6h35 je le reperfuse pas! On est pas à 20 min près avec la collègue de jour! De meme je dis à mes collègues de jour en retard de ne faire que leurs trans quand elles sont en retard... de toutes facons je la fais la relève des dossiers aussi, et je sais remplir des bons de labo mdr
IDE 2018 - médecine
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2013
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar nuage012 » 24 Jan 2019 17:34

Tu vis ce qu'on a toutes et tous vécu.
On est de gentils humains avec un cœur énorme et on veut sauver le monde ! Et on se rends compte qu'on n' y arrivera pas.

C'est bien de te rendre compte que trop c'est trop avant d'être en burn out et de dégringoler.

Il va falloir te mettre dans la tête que tu ne vas pas changer le monde à toi toute seule et que ton boulot n'est qu'un boulot. Donc STOP A LA CULPABILITE .

Il va falloir que tu réfléchisses aux limites et que tu les mettes en place petit à petit.

Et 1ère limite : en repos, ne répond sous aucun prétexte aux coup de fils professionnels. Es tu payée pour être d'astreinte ? NON Donc tu ne réponds pas. Si c'est vraiment important, tu auras un message et là , tu filtres encore. Si c'est un remplacement de dernière minute qui est demandé , réfléchis rappelle et réponds de manière succincte. Tu acceptes ou pas de remplacer et tu n'as pas à te justifier de ton choix.
nuage012
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 428
Enregistré le: 09 Juil 2012 22:49

Messagepar Melinda34 » 26 Jan 2019 01:06

Merci pour vos messages et vos conseils qui m'ont fait prendre conscience d'une chose.

J'aime ce métier mais je dois savoir me preserver pour pouvoir perdurer.
C'est vrai, on est pas formé a connaitre nos limites. Je veux tout pouvoir faire, contenter mes patients, mes collegues, ma hiérarchie et dans tout ca, je m'oublie. Mais ce n'est pas la solution, car je ne tiendrai pas comme ca. J'ai pas encore la solution, mais je vais suivre vos conseils, a commencer par arreter de faire des heures sup et arreter de culpabiliser quand a 20h15 un patient se deperfuse et que je n'ai pas le temps de le reperfuser avant la releve par exemple. Perso, je sais que si une collegue me dit ça, je ne lui en voudrais pas et trouverais ça normal qu'elle me laisse le soin. Donc pas de raison qu'on me le reproche.

J ai aussi parlé aux internes aujourd hui, en leur expliquant qu on est tous à cran, et qu on doit etre solidaire et savoir communiquer, donc de venir me voir lors d un changement de prescription plutôt que je découvre ca pendant mon tour du soir. Pour le reste, il faut que j apprenne à déléguer, car même si j aimerais aider tout le monde, moi personne ne vient m aider, et au final c'est moi la bonne poire qui reste après ses gardes. Donc stop, j aiderais quand j aurais fini mes soins et que je verrai que ce n est pas a sens unique.

C est vrai que tout prendre a coeur comme ca ne m aide pas a etre une bonne infirmiere, je peux pas porter toute la misère du monde. Encore une fois, je suivrai vos conseils, il faut que je sache dire "Désolée je n ai pas le temps" Je ne peux malheureusement pas répondre aux demandes de tout le monde. J ai encore perdu 20 min toute a l heure a chercher des télécommandes, ou a appeller le service tv et négocier des abonnements pendant que j avais des retours de bloc. Stop, je ne suis pas seule dans ce service...

C est marrant mais quand j etais stagiaire, je voyais des infirmières marcher très vite en regardant leurs chaussures et tracer dans ce long couloir aujourd hui je comprends...
Ce couloir est rempli de personnes qui auraient des choses a demander, mais je ne peux pas y répondre, pas a tous, il suffit qu on regarde les gens dans les yeux pour entendre un "j ai pas de verres, je veux voir le Dr, la tv marche pas, j ai pas de couverture, la clim est trop forte..." et alors la, finit les soins je peux les oublier et terminer mon tour avec 2h de retard. Je sais pas trop comment faire, car j ai pas envie de paraître fermée ou mechante, et faire exprès d être antipathique pour que les gens ne me demandent pas des choses mais il va falloir que je trouve une solution, car c est plus possible.

Pour les rappelle sur repos, vous avez raison aussi. Bien sûr on revient, de jour de nuit, en week end et pas sur des heures sup. Donc pourquoi ils changeraient de fonctionnement puisqu on dit amen a tout ? Je ne répondrai plus, sauf si je suis bien reposée et que j ai pas a payer nounou en plus pr garder les petits. Ca va etre dur mais je dois tenir.

C est vrai que je pourrais aller voir ailleurs mais au fond, j aime ce service, du moins la spécialité et j ai tellement de choses à y apprendre... J ai encore rien vu, j ai peur de regretter. Mais c est vrai que j ai choisi un trop gros service pour les débuts, il y'a une centaine de patients, on est une très grosse équipe, une vingtaine d internes...etc.
C est clairement une usine. Et on enchaîne les soins, les entrees, les sorties comme des robots...C est dommage car on a même pas le temps de réfléchir sur le côté médical, de poser des questions, d apprendre, de parler avec les patients. Dans l'équipe, les anciennes partent toutes, les unes après les autres, en général, elles ont 2 a 4 ans d expérience ds ce service, l.equipe est jeune, personne n arrive a y rester. En ce qui concerne la surcharge de travail, les internes sont a bout, ils n osent rien dire, car ils ont peur, et acceptent tout. Ils sont épuisés aussi..
Ca crie dans les couloirs, c est bruyant, c est très éclairé, tout le monde court...C est epuisant...Vous me rassure car je comprends en vous lisant que non ce n est pas pareil partout...Ouf...

Lenalan, tu dis que cela t est arrivé dans plusieurs services. Et que tu en es parti(e) mais du coup, tu penses que le genre de service que je decris peut convenir à certaines personnes et a d autre non...Et que du coup je me serais peut etre tout simplement trompée de service? Ou est ce qu il est tout simplement pas possible de travailler dans ces conditions?

Je te demande ca car du coup, je me dis qu en fait, le problème vient de moi, du coup j arrive pas a savoir si c est toute ma facon de bosser qui est à revoir ou si j ai juste besoin de changer de service et en trouver un plus petit

En tout cas, on est 7 nouveaux la, et il y en a 5 sur qui ne resteront pas et cherchent ailleurs.

Derniere question, je signe des contrats tout les 3 mois, jusqu a stagiairisation, je suis sur un poste fixe, si je vais voir ma cadre et la DRH, en demandant un autre service, je risque pas juste de me faire virer et de griller mes chances de titularisation dans cet hôpital? Comment ca marche par chez vous?
Melinda34
 
Messages: 24
Enregistré le: 21 Aoû 2018 00:26

Messagepar Melinda34 » 26 Jan 2019 01:10

Merci en tout cas de vos réponses, elles m'aident à y voir plus clair.
Le pire dans tout ca, c est que si on m'interrompait pas chaque fois, mes soins seraient fait en très peu de temps. C est pas une charge de travail dûe aux soins purs, mais plus a tout ce qu il y a autour.
Ca plus le fait qu il y a une très mauvaise gestion des entrées sorties, des papiers et qu on se retrouve avec parfois une dizaine d entrees alors qu on a pas de lits ....
Melinda34
 
Messages: 24
Enregistré le: 21 Aoû 2018 00:26

Messagepar lafolldingue » 26 Jan 2019 10:12

Je pense que certaines personnes resistent mieux à la pression et d'autres moins... Il faut savoir prendre du recul et se préserver, ne pas culpabiliser...
A titre personnel :
- je note tout sur ma feuille : avec une petite case à cocher à coté. Comle ça quand c'est fait, je coche. Ça permet de ne rien oublier pour l'équipe suivante. Du coup, pas de reveil nocturne ou je me dis que j'ai oublié quelque chose...
- je prends du recul... on travaille pour vivre et non l'inverse. En faire toujours plus au boulot ne m'apportera pas plus! Et au contraire, ce système entretien le mode de fonctionnement actuel, et l'épuisement des professionnels... pourquoi un service embaucherait il du personnel si tout le monde y arrive ?? C'est ainsi que nous avons pu avoir drs renforts ponctuels en journée quand le service était trop lourd. Alors on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a.
- ne pas stresser! Tu as tes 7h30 ou 12h pour organiser ton travail... si un pansement de PICC line n'est pas fait au jour J car trop de soins prioritaires, le patient n'en mourra pas!!! Il faut dinc prioriser, et savoir déléguer!!!
- Pour dire non : on peut très bien dire gentiment à un patient "veuillez m'excuser mais j'ai des soins qui ne peuvent pas attendre, on s'en occupe dès qu'on a un moment". La gestion de la TV c'est pas seulement réservé aux IDE. Les patients comprennent très bien lorsque c'est dit gentiment. Lorsqu'il insistent, on couoe court poliment car on est attendu.
- pour le rappel sur les jours de repos, ma cadre est assez respectueuse de notre temps de repos. Donc c'est rare d'être appelée.
IDE 2018 - médecine
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2013
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar Lenalan » 26 Jan 2019 13:13

Pour répondre à ta question je pense qu'il y a un peu des deux: ce sont der services qui usent un peu tout le monde. Pour preuve: ce sont des équipes jeunes et personne n'y reste très longtemps, c'est qu'il y a quand même un souci (ce sont bien évidemment ces services qui font "porte d'entrée" pour les nouveaux salariés, et ça dure plus ou moins longtemps). Et puis il y a les envies personnelles, qui changent au cours de la vie... J'aurais peut-être persévéré il y a 20 ans (j'ai 44 ans bientôt) mais maintenant non, j'ai pas envie donc je m'en vais très vite et sans regret si je vois que ça se passe comme ça (je sais ce que je veux et surtout ce que je ne veux pas, et travailler comme un bourrin, certainement pas). Par chez moi à l'hôpital public il faut attendre qu'un poste soit publié, les titulaires sont prioritaires dessus et ensuite s'il n'y a personne d'intéressé c'est proposé aux contractuels qui candidatent par écrit et passent un entretien, et après on a le poste ou non. En attendant on reste où on est.
Moi j'étais sur un poste vacant (qui l'est toujours 2 ans après!) en médecine polyvalente et court séjour gériatrique. J'ai bien vu qu'il faudrait des mois pour pouvoir changer et j'étais en pré-burn out (2 semaines d'arrêt imposées par mon médecin!) donc j'ai carrément claqué la porte de l'établissement (je me fiche totalement d'être titularisée et de rester dans la fonction publique), j'ai refusé de renouveler mon CDD de 3 mois. Et je leur ai dit pourquoi! Mais les conditions restent inchangées et des dizaines de "nouveaux" ont été broyés dans ce service depuis. C'est comme ça. Mais ce n'est pas ce à quoi j'aspire dans la vie (apprendre des trucs oui, c'est le côté positif de l'expérience, mais pas au long terme), donc je me casse (pareil quand je trouve la même chose dans le privé: je me casse :lol: ).

Savoir dire "non" ça s'apprend aussi, au début je me perdais aussi comme toi dans des histoires de TV et à vouloir rendre service à tout le monde... Très vite j'ai compris que ça me portait préjudice donc sans être pour autant désagréable j'ai coupé court (désolée, je ne m'occupe pas de la TV, j'y connais rien!). Au domicile on trouve un peu le même problème, l'autre jour on m'a demandé de regarder le micro-ondes qui ne marchait plus, mais j'ai dit non j'ai pas le temps :D Sinon je rentre chez moi à 23h et on s'en sort plus, bientôt on ira faire les courses au supermarché et sortir le chien :D Je mets des limites: je rends des petits services pas de souci (il m'arrive d'aller à la pharmacie régulièrement) mais à condition que ça ne me porte pas préjudice et que j'ai le temps. J'ai envie de me préserver aussi, sinon dans que état je serai dans 20 ans si je continue?
Infirmière DE 2016 En libéral

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 15183
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar Jo_bis » 26 Jan 2019 17:36

Melinda34 a écrit :Help. J'ai besoin d'aime.

Freud se serait régalé :lol:
Besoin d'aide ?
Besoin d'aimer ?
Les deux ?

Plus sérieusement : apprenez à prioriser, à vous affirmer et ça roulera.
"Il suffit de nous regarder pour voir comment une forme de vie intelligente peut se développer d'une manière que nous n'aimerions pas rencontrer."
Stephen HAWKING
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9137
Enregistré le: 30 Jan 2004 10:33

Messagepar blocop » 29 Jan 2019 14:23

bonjour,

le savoir dire NON, ce qu'on ne sait pas faire, nous les IDE :roll: on s'épuise, on se tue, on se bousille, on gave de nos gosses de paracétamol pour que la crèche le prenne mine de rien, sinon "comment vont faire les collègues"...

Avec le recul, je me dis que j'ai été bien conne.
On acceptait l'inacceptable (partir à 21h50 au lieu de 21h: nous on cumulait journée de travail + garde sur place +journée de travail :choque: alors que c'est interdit par le code du travail, on devait avoir un repos compensateur!!!!), pourquoi? parce qu'on aimait notre travail, notre service, nos collègues, et nos patients..et surtout, on se croit des supers Hommes.
Résultats, mes collègues (restées à l'hosto), ont des hernies discales, non reconnues en maladie pro (parce que pas la bonne vertebre!), développent des cancers, ont vu la vie de leur gamin filait entre les années...merci qui?
nous! que nous!
le harceleur est faible,il devient harceleur pour ne pas être harcelé lui même. Marcel Rufo
blocop
VIP
VIP
 
Messages: 2554
Enregistré le: 23 Déc 2008 09:35
Localisation: près de mon GPS...

Messagepar Crispett » 30 Jan 2019 01:13

Je compatis.
Effectivement dire non, c'est compliqué.

Je n'ai plus trop de remords avec les patients ou les familles quand je suis trop surmenée par la charge de travail : "je suis désolée, je suis attendue à côté, on reverra ça plus tard" ou "Pour la télé, demandez à ma collègue quand elle passera en chambre..."
Au tel : "Je ne peux pas vous donner des nouvelles maintenant, car je suis en plein soin / je suis en chambre... Rappelez plutôt à cette heure ci, voir même (carrément) en fin de journée, je devrais alors être plus disponible..." :roll:

Pour ma part, c'est plus compliqué avec les collègues !
Peur d'être mal jugée j'imagine. Je ne suis pas dans ce service depuis si longtemps et j'ai l'impression de devoir faire encore mes preuves et bonne impression avec certaines (AS)...

Comment lui dire gentiment à elle, si grande gueule et si susceptible, que le bobo de l'orteil de Mr X n'est pas du tout ma priorité du moment quand je suis occupée avec un autre patient qui ne va pas fort et qu'en plus, j'ai des transfu, des entrées, des perf, des bio, des PSE... qui m'attendent à côté. Et que bon, non, je ne vais pas tout lâcher maintenant parce qu'elle me demande de rappliquer illico pour venir voir son doigt de pied, merdeuh !

Bah, j'avoue : parfois, je cède encore... :oops:
Avatar de l’utilisateur
Crispett
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 504
Enregistré le: 02 Sep 2006 14:47
Site Internet: http://recap-ide.blogspot.com/
Localisation: Sud


Retourner vers « Profession infirmière (IDE) »



Publicité

-