Forum : Profession infirmière (IDE)

Nous sommes le 28 Fév 2021 01:03

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar Sevigne » 23 Jan 2021 11:58

Bonjour à tous,

Je me permets d'écrire ce post car j'ai vécu une situation hier qui m'a beaucoup choquée, étant diplômée depuis même pas 1 mois.

J'ai pris mon poste hier après midi dans mon service, et j'avais un patient sous SAP d'insuline donc la glycémie était très fluctuante.
J'ai préparé et installé sa SAP, de mémoire il me semble que la posologie prescrite était de 40 UI dans 50 ml.

Au tour de 14h, sa glycémie était de 3,26. Le protocole voulait alors que je mette sa SAP vitesse 6. Ca me paraissait beaucoup mais le protocole était en place depuis plusieurs jours, et je me suis dis que je re controlerai sa glycémie à la fin de mon tour (sachant que ce n'était pas le premier patient que je voyais, il ne me restait qu'une heure environ).

J’étais à mon dernier patient, lorsque ce monsieur s'est mis à convulser. Nous l'avons vu tout de suite et les médecins m'ont demandé de lui injecter du G30. Sa glycémie est remontée, il s'est arrêté de convulser mais n'était pas contient.

Les médecins nous ont demandé de l'allonger, et quelques minutes après il a fait un arrêt cardiaque. Première réa donc pour moi. Il a été intubé et stabilisé puis transféré.

J'ai exprimé aux médecin le fait que je me sentais coupable, n'aurai-je pas du ne pas respecter le protocole prescrit? Mais je n'ai pas vraiment obtenu de réponses, à part que non ce n'était pas ma faute et que le patient était polypathologique, il y avait probablement également autre chose.

Mais cette explication ne me suffit pas, je compte aller voir ma cadre à son retour de week end. En attendant, je suis encore choquée et j'aimerai obtenir vos avis ou potentiellement vos témoignages similaires.

Je vous remercie par avance pour vos réponses,
Une très bonne journée à vous.
Sevigne
 
Messages: 1
Enregistré le: 22 Nov 2018 16:15

Messagepar loulic » 23 Jan 2021 15:24

Bonjour,

Il n’est pas simple de vous répondre. Mais au vu des éléments que vous nous donnez vous avez respecté les prescriptions médicales, votre patient était poly pathologique, et les médecins vous ont confirmé que votre attitude n’avait pas été délétère pour le patient.

Aviez vous déjà été confronté à un arrêt cardiaque ? Ça fait longtemps que vous travaillez dans ce service ?

Ce n’est jamais une situation simple, prenez le temps de vous poser, et discutez en avec des personnes de confiance à votre travail.

Normalement ce genre de situation devrait faire l’objet d’une réunion d’équipe pour debriefer le cas.

Vous avez toujours le droit d’interroger le prescripteur sur ses prescriptions, ça fait même partie de votre rôle.


Cordialement.
Dès qu'il eut franchi le pont, les fantomes vinrent à sa rencontre.
Avatar de l’utilisateur
loulic
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5581
Enregistré le: 10 Juil 2009 07:46

Messagepar Hématose » 23 Jan 2021 16:03

Bonjour, avez vous pu prendre la glycémie avant de passer le g30 ? Si oui, à combien était ce ? Avez vous d'autres arguments allant en faveur d'une hypoglycémie ? Les convulsions peuvent être en lien avec autre chose.

"n'était pas contient" je ne comprends pas cette phrase...

Pouvez vous nous en dire plus sur le patient ? Vous dites qu'il était 14 h, avait il mangé qq chose de sucré et y avait il une possibilité pour qu'il ait persisté du sucre sur le doigt où vous avez pris la glycémie ? Ou était ce un capteur type freestyle ?
AS DE 2017
IDE 2020
Hématose
Forcené
Forcené
 
Messages: 257
Enregistré le: 27 Juil 2017 15:34

Messagepar Leopold Anasthase » 23 Jan 2021 17:47

Bonjour,

Loulic a dit l'essentiel. Quelques détails (le diable se cache dans les détails)… De loin dans le brouillard, il n'est pas facile de se faire une idée. Avec quelques informations en plus, et en dissipant les ambiguïtés, c'est plus facile.
Sevigne a écrit :j'avais un patient

Âge, et surtout poids
Sevigne a écrit :sous SAP d'insuline donc la glycémie était très fluctuante.
J'ai préparé et installé sa SAP, de mémoire il me semble que la posologie prescrite était de 40 UI dans 50 ml.

Il ne s'agit pas de la posologie mais de la concentration. 0,8 UI/mL, ça n'est pas habituel. On fait le plus souvent 1 UI/mL, éventuellement 0,5 UI/mL.
Sevigne a écrit :Au tour de 14h, sa glycémie était de 3,26.

Quelle est l'unité ? g/L, mmol/L… Est-ce que l'unité est clairement indiquée sur le protocole insuline ?
Sevigne a écrit :Le protocole voulait alors que je mette sa SAP vitesse 6. Ca me paraissait beaucoup

Il s'agit d'un débit et pas d'une vitesse. Si la concentration que vous avez donnée est exacte, ça fait 4,8 UI/h. Pour savoir si c'est beaucoup ou pas beaucoup, il faudrait avoir une idée de son poids.
Sevigne a écrit :[...] ce monsieur s'est mis à convulser

Ça a été dit, il y a mille raisons de convulser. Pour s'en souvenir, je propose généralement de regrouper toutes les causes en sept familles, et on peut terminer ces familles par le son « ic », c'est mon mnémonique ;-) En voici deux, les épileptiques, et pour l'histoire qui vous intéresse, les causes métaboliques (hypoglycémie, hypo- et hypernatrémie, correction brutale d'une hypernatrémie…).

Rien de plus que Loulic : prenez de ses nouvelles, discutez-en avec les médecins, demandez à ce qu'il y ait une discussion autour du cas avec les personnes concernées… À distance, à condition de dépersonnaliser (on ne donne pas le nom du patient, on ne donne pas le nom des intervenants) et de respecter la méthodologie, ça peut faire un cas intéressant de crex/retex (comité de retour d'expérience, retour d'expérience).
Leopold Anasthase
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 12337
Enregistré le: 06 Mai 2004 14:45
Localisation: ici

Messagepar sergeant poivre et sel » 23 Jan 2021 19:42

Bonjour,

rien à redire par rapport aux commentaires précédents, vous devez vous rendre compte à présent que le boulot d’infirmière n’est pas une sinécure...

Imaginez que vous soyiez un jour interrogé-e par un expert dans le cadre d’une procédure, il faut que vous soyiez plus « carrée » dans ce que vous relatez, on ne sait pas quelle type d’insuline que vous avez préparée, quelle dilution et quel débit vous avez appliqué.

Si vous dites j’ai mis la SAP vitesse 6
l’expert vous fera la remarque que vous ne passez pas le permis de conduire...ou un truc dans le genre!

Quand vous débutez dans un service vous devez savoir quels sont les médicaments employés fréquemment et les administrer implique de les connaître, par exemple l’insuline actrapid ou umuline rapide en IVPE ou SAP, il faut connaître les délais et durée d’action, bien connaître les signes cliniques des effets secondaires, notamment de l’hypoglycémie (versus hyperglycémie), savoir leur traitement.

Quand vous connaîtrez ça un peu mieux vous pourrez gérer plus pertinemment vos passages auprès des patients.

Dans ce métier qui va rentrer fatalement sans trop de casseroles nous l’espérons , vous ne devez pas être approximatif comme vous le faites.

Cela dit le traitement par insuline IV
impose normalement des apports en glucides concomitants et ça on ne le sait pas non plus...

Comme dit Hématose ,en présence d’un patient inconscient, avec des atcd de diabète traité de la sorte, un Dextro s’impose d’emblée à votre initiative si vous êtes la première à vous rendre compte d’un changement clinique important et doit être consigné au dossier...

Un diabétique qui convulse d’une hypo avérée c’est que vous avez loupé les signes précurseurs ou alors le patient a une susceptibilité particulière...

Il y a 40 ans j’avais également débuté ma carrière dans un service de diabéto en étant roulant de nuit...wharrrf...je m’en souviens encore!
.

Le complotisme est la philosophie du fruste.

Toutes les vérités sont nonnes à dire...



Mère Teresa
sergeant poivre et sel
Accro
Accro
 
Messages: 1025
Enregistré le: 14 Aoû 2005 10:25
Localisation: Quelque part... dans le charme du désordre

Messagepar Leopold Anasthase » 23 Jan 2021 20:00

sergeant poivre et sel a écrit :Imaginez que vous soyiez un jour interrogé-e par un expert dans le cadre d’une procédure

Je ne vous le souhaite pas… Ça ne m'est pas arrivé, c'est arrivé à quelques collègues. Ils ont tous trouvé ça très désagréable, même (c'était leur cas) quand on n'a rien à se reprocher.

Petit conseil qu'on nous a donné lors de formations, quand vous sentez qu'une histoire peut donner lieu à une procédure, faites des photos des éléments importants du dossier (prescription, feuille de surveillance, feuille d'anesthésie…). Discrètement, et sans vous en vanter. Si ça se trouve, on va vous recauser de l'histoire dans deux ans. Et là, pour se replonger dans l'histoire, c'est plus facile avec une anti-sèche.
sergeant poivre et sel a écrit :[...] vous devez savoir quels sont les médicaments employés fréquemment et les administrer implique de les connaître

En formation, il y a toujours un moment où on me demande s'il est indispensable de savoir certains détails, comme les posologies habituelles, et « si ça peut tomber à l'évaluation ». Bien souvent, je réponds non, ça n'est pas indispensable, et « ça ne tombera pas à l'interro ». Je pousse le bouchon, on peut faire une carrière entière d'infirmièr(e) en ne s'intéressant pas (entre autres) aux médicaments qu'on injecte. On fait ce qu'on nous dit de faire.

Il y a deux intérêts à s'intéresser. Le premier, c'est qu'on s'ennuie moins. Le deuxième, c'est que peut-être, peut-être une fois, peut-être cinq fois, peut-être pas, peut-être qu'on évitera qu'il y ait une (grosse) bêtise de faite…

Autre élément qu'il faut préciser quand vous nous racontez une histoire, le type de service. Ne donnez pas trop de précisions (pour éviter que quelqu'un puisse reconnaître l'histoire), mais il est intéressant de savoir s'il s'agit d'un service où les patients bénéficient d'une surveillance instrumentale permanente (s'ils sont « scopés », et si une alarme qui sonne est retransmise dans le poste de soin et dans les autres chambres).
Leopold Anasthase
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 12337
Enregistré le: 06 Mai 2004 14:45
Localisation: ici

Messagepar execho » 23 Jan 2021 20:06

tu as bien compris petite?Allez,file dans ta chambre!Bon,les gars,apprenez à parler svp.
execho
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5159
Enregistré le: 29 Mai 2010 22:01

Messagepar execho » 23 Jan 2021 20:08

et Sergent je t'ai entendu,tu as dit:et toi apprend l'orthographe.
execho
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5159
Enregistré le: 29 Mai 2010 22:01

Messagepar sergeant poivre et sel » 23 Jan 2021 20:14

execho a écrit :et Sergent je t'ai entendu,tu as dit:et toi apprend l'orthographe.


au moins jeune suie pas un robot...
.

Le complotisme est la philosophie du fruste.

Toutes les vérités sont nonnes à dire...



Mère Teresa
sergeant poivre et sel
Accro
Accro
 
Messages: 1025
Enregistré le: 14 Aoû 2005 10:25
Localisation: Quelque part... dans le charme du désordre

Messagepar Leopold Anasthase » 23 Jan 2021 20:30

execho a écrit :tu as bien compris petite?Allez,file dans ta chambre!Bon,les gars,apprenez à parler svp.

Bonjour,

Nous ne sommes pas face à face, ni en visoconférence, ni même au téléphone. Si vous avez un truc à exprimer et que vous souhaitez qu'on comprenne ce que vous voulez dire, il faut éviter de parler en code, en sous-entendus, en suivez mon regard, enfin, vous m'avez compris…

Parce que moi, je n'ai rien compris.
Leopold Anasthase
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 12337
Enregistré le: 06 Mai 2004 14:45
Localisation: ici

Messagepar loulic » 23 Jan 2021 20:30

execho a écrit :tu as bien compris petite?Allez,file dans ta chambre!Bon,les gars,apprenez à parler svp.


Je suis désolé, mais je ne vois pas où vous voulez en venir.


Nana vit un moment difficile et nous cherchons des moyens de lui rendre ce moment le moins désagréable possible, et on lui donne des pistes pour que cette expérience lui soit même profitable professionnellement.

Bien sûr les différents conseils peuvent profiter à tous les lecteurs.

Pour revenir sur un conseil de Léo, après une situation qui a été complexe, je fais facilement des copies du dossier, tant il vrai que d’expérience certaines pièces ont tendance à disparaître. Sans parler des dossiers informatiques où les médecins ont les codes pour modifier a posteriori leurs observations et prescriptions...

Mais veillez toujours à anonymiser vos documents, sans quoi on pourrait vous reprocher d’avoir volé des dossiers patients.
Dès qu'il eut franchi le pont, les fantomes vinrent à sa rencontre.
Avatar de l’utilisateur
loulic
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5581
Enregistré le: 10 Juil 2009 07:46

Messagepar nuage012 » 24 Jan 2021 15:00

Tout d'abord c'est normal que tu sois chamboulée par la situation.

Maintenant il faut aussi que tu fasses la part des choses.

C'est au médecin de choisir le traitement du patient : lui faire suivre le protocole standard pour son diabète , mettre en place un protocole spécifique au patient , avec ou sans pompe.

Ton job à toi c'est de préparer le Ttt , et de l'appliquer selon la prescription. Tu dois te questionner si tu as correctement préparé ta seringue , si tu as bien appliqué le protocole. Si c'est le cas , tu as fais ta part du boulot.

Le diabète du patient peut fluctuer énormément en fonction de diverses pathologies connues ou inconnues au moment de la prescription , de présence d'autres traitements , mais ça , c'est au médecin prescripteur de réfléchir au bénéfice/risque de sa prescription.

Les convulsions sont peut-être dûes au traitement ... ou pas.

Si dans ton établissement il y a une commission pour analyser ce type de situation , tant mieux , tu semble avoir besoin de réponses.
Après , tu verras avec l'expérience qu'il y aura un certains nombre de fois où des patients vont " merder" ( je sais , c'est pas pro comme langage ) , et la cause ne sera jamais connue; les médecins feront une prise en charge symptomatique et avancerons au jugé.Et toi , tu feras de ton mieux , comme nous tous , chaque patient est différent, ça passe , ça casse et on n'y peut parfois pas grand chose.
nuage012
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 533
Enregistré le: 09 Juil 2012 22:49

Messagepar sergeant poivre et sel » 24 Jan 2021 16:07

nuage012 a écrit :Tout d'abord c'est normal que tu sois chamboulée par la situation.

Maintenant il faut aussi que tu fasses la part des choses.

C'est au médecin de choisir le traitement du patient : lui faire suivre le protocole standard pour son diabète , mettre en place un protocole spécifique au patient , avec ou sans pompe.

Ton job à toi c'est de préparer le Ttt , et de l'appliquer selon la prescription. Tu dois te questionner si tu as correctement préparé ta seringue , si tu as bien appliqué le protocole. Si c'est le cas , tu as fais ta part du boulot.......



Bonjour,

pas seulement!

l'infirmier a une part prépondérante chez le diabétique en terme d'éducation et de prévention notamment pour qu'il s'autogère à domicile. Cela implique pour ce faire, de connaître les insulines, les durées d'action, les effets secondaires, les complications notamment immédiates , etc...et les questions techniques relatives à l'insulinothérapie....

En d'autres termes, une IDE qui applique un protocole d'insulinothérapie, en connaît les tenants et aboutissants dans n'importe quelles circonstances et se doit de surveiller les points évoqués au dessus....
.

Le complotisme est la philosophie du fruste.

Toutes les vérités sont nonnes à dire...



Mère Teresa
sergeant poivre et sel
Accro
Accro
 
Messages: 1025
Enregistré le: 14 Aoû 2005 10:25
Localisation: Quelque part... dans le charme du désordre

Messagepar Hématose » 24 Jan 2021 18:06

Également, s'il s'agit d'une prise de glycémie après une ponction capillaire, qu'en est il du calibrage et l'entretien du glucomètre ?

Je souhaiterais sincèrement discuter avec cette situation avec vous en espérant que ça vous aide, d'autant que votre situation fait écho à une expérience vécue il y a un an et demi avec la gestion d'un coma hypoglycémique sévère. D'autant que les questions et remarques provenant des collègues sont je trouve pertinentes.

Nous ne cherchons pas à vous enfoncer, nous souhaitons simplement vous aider à comprendre et avancer, sans jugement.

Prenez soin de vous.
AS DE 2017
IDE 2020
Hématose
Forcené
Forcené
 
Messages: 257
Enregistré le: 27 Juil 2017 15:34

Messagepar Leopold Anasthase » 24 Jan 2021 18:44

Hématose a écrit :Également, s'il s'agit d'une prise de glycémie après une ponction capillaire, qu'en est il du calibrage et l'entretien du glucomètre ?

Le modèle d'appareil pour mesurer la glycémie capillaire que nous utilisons ne se calibre pas. Il faut faire une fois par mois un contrôle qualité, en réalisant deux mesures avec deux solutions calibrées (penser à les agiter).

On m'a rapporté une histoire de glycémie capillaire faussée par du sucre (un reste de confiture ou de miel) resté sur les doigts du patient. Depuis, je me suis dit qu'il fallait que je vérifie en trempant une bandelette dans une solution glucosée et une solution avec du sucre de cuisine… Juste pour voir si l'appareil fait la différence entre le glucose et le saccharose. Ça doit faire quelques années… Je ne l'ai toujours pas fait… Mais j'essuie la peau avant le prélèvement…
Leopold Anasthase
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 12337
Enregistré le: 06 Mai 2004 14:45
Localisation: ici


Retourner vers « Profession infirmière (IDE) »



Publicité

-