Vacation dans un autre CHU que le miens?

Le forum des infirmier(e)s, discussions, débats et bien plus encore...

Modérateurs : Modérateurs, Infirmiers

Répondre
srinei
Messages : 1
Inscription : 25 août 2019 21:00

Vacation dans un autre CHU que le miens?

Message par srinei »

Bonjour tous le monde,
Je travaille actuellement dans dans CHU en CDI en tant que jeune IDE mais pas encore fonctionnaire. J’aimerais savoir s’il est possible dans mon cas de réaliser des missions via Hublo dans un autre centre hospitalier que le miens ou cela est-il strictement interdit ?
Je n’ai pas trouvé de réponse claire correspondant à mon cas de figure…
Merci d’avance pour vos réponses (avec sources de préférence svp! )
Avatar de l’utilisateur
Uoggid
Insatiable
Insatiable
Messages : 426
Inscription : 16 juil. 2011 15:42

Re: Vacation dans un autre CHU que le miens?

Message par Uoggid »

En tout cas c'est sympa de voir des collègues qui participent au délabrement du service public.
IDE
Avatar de l’utilisateur
binoute1
Star VIP
Star VIP
Messages : 8307
Inscription : 02 juil. 2008 20:45
Localisation : pas là où je voudrais

Re: Vacation dans un autre CHU que le miens?

Message par binoute1 »

D'une part je suis d'accord avec toi, mais d'un autre coté, si les gens le font c'est sans doute parce qu'ils ne gagnent pas assez / qu'il y a une demande de personnel par les CHU

Mais surtt j'ai l'impression d'entendre la directrice de l'ifis il y a 24 ans, qui nous a dit que c'était déplorable de ne pas travailler à l'hôpital, car on ne laisse pas des personnels/collègues en difficultés
"Le psychiatre sait tt et ne fait rien, le chirurgien ne sait rien ms fait tt, le dermatologue ne sait rien et ne fait rien, le médecin légiste sait tout, mais un jour trop tard"
Leopold Anasthase
Star VIP
Star VIP
Messages : 13295
Inscription : 06 mai 2004 14:45
Localisation : ici

Re: Vacation dans un autre CHU que le miens?

Message par Leopold Anasthase »

Je tente une réponse… D'un point de vue légal, je doute que dans votre contrat avec l'hôpital il n'y ait pas une clause d'exclusivité. Et dans ce cas, les seules exceptions, comme les fonctionnaires, ce sont les missions de recherche, d'enseignement, et d'activités artistiques. Et même ainsi, il y a deux conditions : obtenir l'autorisation du directeur d'établissement, et que la part de revenus annexes reste négligeable par rapport à votre salaire. En résumé, on peut mettre du beurre dans les épinards, mais pas des épinards dans le beurre. Il n'y a aucune limite écrite, mais on admet sur radio-blabla que ça ne doit pas dépasser 20 %.

Quelques réflexions sur les missions annexes, les « ménages »… J'ai vu beaucoup de collègues en faire, et ça pose souvent des problèmes, voire des gros problèmes, voire ça se termine mal.

Au départ, on trouve une justification financière. « Je dois changer les pneus de ma voiture et je n'ai pas d'argent ». Mais l'argent qui tombe tous les mois, on trouve ça bien agréable, et on continue, s'inventant d'autres besoins financiers (refaire sa cuisine, les activités extérieures couteuses, les voyages…). L'argent dépensé appelle une nouvelle dépense, sans oublier qu'un jour ou l'autre il faut payer des impôts sur ce qu'on a gagné (bon, OK, le prélèvement à la source change un peu la donne, mais pas totalement).

Très souvent, l'activité annexe est en conflit avec l'activité initiale. On arrive la tête dans le cul au boulot parce qu'on a trop travaillé dans la semaine. On demande à ses collègues de dépanner, d'échanger un poste, d'arriver plus tard, de finir plus tôt (« à charge de revanche », j'attends toujours…).

Et il y a les interférences familiales. Quand on fait deux plein temps, on ne croise plus son mari, sa femme, ses enfants. Ça se termine souvent comme ça, le conjoint menace de séparation. Certains se séparent…

Dans beaucoup d'hôpitaux, on peut proposer de faire des vacations supplémentaires. C'est limité à deux vacations par mois. Et là, c'est légal.
Répondre