Forum : Admission en IFSI

Nous sommes le 19 Oct 2019 08:34

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar Shaneva » 08 Nov 2018 11:29

Bonjour,
J'ai commencé ma prepa il y a 2 se maines et je suis déjà dans le doute sur le fait de pouvoir aller au bout de cette formation et de M' engager dans 3 ans d'études.
Voilà, j'expose le tableau : j ai la trentaine et des jumeaux de 4 ans, après mon congé parental, j'ai voulu faire une reconversion professionnelle et faire infirmière était une évidence pour moi et d après mon entourage aussi sauf que c'est difficile à gérer.
Nous avons déjà 2 exposés à faire, chercher un stage et bosser les cours. Le soir je bosse entre 22h30 et 0h30 parfois quand j y arrive mais je suis de plus en plus fatiguée, j ai du retard et je commence à stresser, mal dormir et devenir agressive et déprimée depuis quelques jours. Aujourd'hui, je ne suis pas allée en cours, j ai pris rdv chez mon médecin et j ai prévenue mon centre. Je ne sais même pas si j y retournerai demain, j ai pourtant un bon niveau, je comprends bien et j'ai déjà des connaissances de base car je suis passionnée mais je n arrive pas à bosser en dehors des cours et on a des choses à rendre. J ai mis en place un système pour M aider, j ai mis à contribution mon conjoint pour déposer les enfants à l école et je vais faire venir une aide ménagère pour me dégager du temps. Le soucis est l' état de fatigue et une déprime récente qui s est installée et me fait douter sur ma capacité à tenir le coup, est-ce passager? Je ne sais pas si j aurais l énergie de continuer. Si cas contraire, je pense ne pas faire les 3 ans (si encore je suis acceptée) voire même arrêter avant la fin de la prepa si ma santé pâti et ma famille aussi...
Qu' en pensez vous?
Merci pour votre aide et vos témoignages.
Shaneva.
Shaneva
 
Messages: 4
Enregistré le: 08 Nov 2018 10:55

Messagepar lafolldingue » 08 Nov 2018 16:46

La gestion du travail ça s'apprend... au début de la formation je faisais pareil. Et finalement j'ai géré mon travail différemment, en bossant pendant les pause de midi, 1h le midi c'est 1h de gagné le soir.... par contre si déjà tu te mets dans cet état en prépa, je comprends que tu te poses la question pour la formation....
IDE 2018 - urgences - Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2936
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar Lenalan » 10 Nov 2018 09:19

Beaucoup ont arrêté au 1er semestre parce qu'ils se sont (trop) mis la pression et on finir par se noyer et s'épuiser.
Commencer à se mettre dans cet état en prépa c'est pas bon pour la suite. je n'ai pas fait de prépa, je ne connais pas la somme de travail qu'il faut, mais dans tous les cas ça ne vaut pas le coup de s'exténuer et de mettre en péril sa vie de famille (la formation en IFSI non plus!).

Je ne suis pas une acharnée du travail donc je ne me suis jamais "mis la pression" comme ça, mais j'ai posé des règles dès le départ (j'ai 4 enfants dont la dernière avait 2 ans à mon entrée en IFSI et n'était pas encore scolarisée, moi j'avais 38 ans): qu'ils se rendent le moins compte possible que je suis "absente". Déjà la règle de base: préserver ton repos et ton sommeil (et des loisirs!). Donc je ne travaillais jamais le soir, je sortais de l'IFSI à 17h30 maximum et ça sonnait la fin de ma journée de travail. Arrivée à la maison je ne faisais que la maison. Pour travailler j'optimisais la pause entre midi et 2 et les temps morts de la journée. Le week-end je me levais tôt pour avancer un maximum de travail avant que les enfants se lèvent, mais je ne travaillais pas toute la journée (impossible pour mon cerveau de toute manière, je sature au bout de 3-4h donc souvent je travaillais de 8 à 12 et un peu de 14 à 15). Je faisais toujours passer la famille avant, donc quand on avait un truc de prévu je ne travaillais pas ce week-end là et m'arrangeais autrement. Jamais de la life je n'ai dit "j'ai du travail je n'ai pas le temps" :D

Et ça l'a fait, pour tous les travaux des 3 ans, pour les révisions, et pour le TFE de 100 pages (je n'ai eu qu'un seul rattrapage, en 2ème année) :D Par contre il y avait une obligation: assister à tous les cours et même les non obligatoires (le piège c'est de se dégager du temps pour réviser autre chose en y allant pas, on tombe vite dans un engrenage).

Bref, ne pas se mettre la pression, y aller cool (tu ne joues pas ta vie, il n'y a pas de quoi se rendre malade) et trouver son rythme et ses priorités (moi ça restait ma famille, quitte à dire merde à l'IFSI, ce qui n'est pas arrivé).
Infirmière DE 2016 En libéral depuis 2018

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16209
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar Jo_bis » 10 Nov 2018 16:59

Shaneva a écrit :Qu' en pensez vous?

J'en pense que si vous n'apprenez pas rapidement :
- A gérer votre temps
- A travailler efficacement
- A mettre en place une organisation qui ménage votre famille
Alors, ne commencez pas les études, vous êtes cuite d'avance.

Lénalan vous a donné un exemple de"gestion" des études, je vous donne le mien :
J'ai fait mes études (38 mois à l'époque), avec 2 enfants qui avaient 6 et 4 ans lorsque j'ai commencé. Je ne faisait pas comme Lénalan :
- En période de cours, je travaillais en commun avec des amies de promo entre 13h et 14h et seule les soirs de 20h à 22h. Jamais le WE ou rarement quand il fallait rendre des écrits divers et variés.
- En périodes de stage, je travaillais 3h par jour (le matin quand j'étais en stage du soir, ou l'après-midi quand j'étais en stage le matin).
- Je faisais de fiches synthétiques pour chaque cours, j'assistais à tous les cours obligatoires ou non.

J'étais donc presente pour les devoirs et le coucher des enfants et avant leur départ à l'école le matin. Et pourtant j'avais 1h de trajet pour aller à l'IFSI et autant pour revenir.

Ça se fait et très bien. Chacun a sa méthode, le tout est qu'elle vous corresponde.
"Il suffit de nous regarder pour voir comment une forme de vie intelligente peut se développer d'une manière que nous n'aimerions pas rencontrer."
Stephen HAWKING
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9495
Enregistré le: 30 Jan 2004 10:33

Messagepar Lenalan » 10 Nov 2018 17:22

Notre rythme de croisière ne se trouve pas en une journée, il faut en essayer plusieurs et ne pas hésiter à changer complètement si on voit qu'on y arrive pas comme ça. ça prend quelques semaines voire quelques mois, le 1er semestre est toujours un peu cafouilleux mais après ça roule!
On est pas des masos, on aurait pas été au bout des 3 ans si ça mettait en péril notre santé (physique et mentale) et notre vie (personnelle, conjugale et familiale). Je ne l'ai pas du tout senti comme ça, c'est donc que c'est possible!
Mais évidemment ce qui va à l'une n'ira pas à une autre, et quand on a des enfants on a pas les mêmes préoccupations que ceux qui ont 18 ans et n'ont que eux à penser (et la mega fiesta du jeudi soir, il faut aller acheter l'alcool) :D
Infirmière DE 2016 En libéral depuis 2018

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16209
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar Shaneva » 19 Déc 2018 01:13

Bonjour,
Merci pour vos explications détaillées et je ne manquerai pas de les relire! Je vois que vous avez été très actifs/actives! C'est peur être aussi mon défaut. Par exemple, ça me serait difficile de travailler un samedi matin de 8h à 12h étant donné que j en profite pour dormir et j ai un gros besoin de sortir le week end au moins l après midi pour me changer les idées, au final, je préfère finalement bosser le soir en rentrant en semaine et le week end entre 21h30 et minuit, je suis pas libre avant car il y a le repas en famille puis le coucher des enfants (leur laver les dents, la petite histoire et le calin) mais après je suis plutôt fatiguée donc je trouve que la vie de famille me prend trop de temps et mon conjoint rentrant tard fait ce qu'il peut. Le midi, en une heure pour manger, je commence à prendre du temps pour bosser sur mes exposés mais ça passe vite, le temps d aller faire chauffer ou d aller chercher un sandwich dehors, c'est court. Bref, on verra comment se passe la première années, ça vaut le coup d essayer!!
Sinon, j ai fait mon premier stage découverte en ehpad, j ai adoré malgré que je n étais pas très à l'aise avec mon manque d expérience et ma position de stage découverte qui apparament n a pas trop plu à l équipe avec qui j étais. Ils ne M ont pas trop aidée ni à me mettre à l aise ni à évoluer, on dirait qu il n ont rien compris et on dit que ce type de stage ils n en voulaient plus car ça leur sert à rien, ils ne peuvent rien nous apprendre! Pourtant moi, j ai appris beaucoup et rempli mes objectifs de stages, il me reste encore à "me remettre en question" sur mon attitude comme ils disent mais c est un peu l hôpital qui se moque de la charité vu l accueil qui M a été fait... j ai encore tout à apprendre mais je voudrais bien les voir à ma place faire le métier que je faisais avant sauf qu en tant que formatrice, le but est de guider non pas de casser les gens dès leur arrivée... qu en pensez vous? Il y aurait des tas de situations de quiproquos à vous exposer que j ai rencontré lors de ce stage et je revois la cadre de santé de l ehpad demain pour en discuter car évidemment, je demande une deuxième évaluation car dans la 1 ère qui M a été retournée, personne n a mentionné que j ai collaboré aux tâches, par exemple que j ai aidé les patients pour les repas tous les matins et les midis et j ai fait 3 toilettes, certes, ce n est pas autant que leur charge de travail mais quand même, j ai essayé malgré mes appréhensions et ça c'est bien passé. C'est injuste d être si peu honnête alors que mon stage était un stage d observation, n ont ils pas compris la démarche? N ai je pas été assez claire? J en saurais plus demain...
Merci pour vos réponse encore une fois.
Shaneva
 
Messages: 4
Enregistré le: 08 Nov 2018 10:55

Messagepar Lenalan » 19 Déc 2018 09:07

Normalement en stage d'observation il t'est interdit de faire manger les gens ou de faire des toilettes, donc je pense que c'est pas une bonne idée de le mettre en avant... Quelle était cette "attitude" qui t'a été reprochée?
Il faut bien savoir qu'on est IDE, AS, mais en aucun cas formatrices et on a jamais été formées pour ça pour la plupart (il y a des formations de tutorat, mais tout le monde ne la fait pas). Tout le monde n'a donc pas la pédagogie, ni la manière adéquate d'accueillir les stagiaires, et des cons (ou simplement des gens qui voient les stagiaire comme un encombrement et te le faire sentir) tu vas en croiser des légions :D ça fait partie de la formation aussi, même si on a obligation de former les stagiaires, moi perso j'ai souvent été référente d'un ESI mais je ne sais absolument pas faire ni transmettre ce que je sais, donc c'est sur le tas et parfois j'ai pas envie parce que ça me met moi en difficulté (mais je ne le fais pas sentir).
Ajouté à ça le ras le bol des conditions de travail, parfois une mésentente dans l'équipe, ça fait un mélange explosif et souvent c'est le plus "faible" qui trinque, à savoir les stagiaires....
Infirmière DE 2016 En libéral depuis 2018

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16209
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar Shaneva » 04 Sep 2019 01:26

Bonjour à tous et merci pour vos généreuses réponses à mon sujet, je ne m'attendais pas à autant de réactions! Mais quand on est dans ce métier, on est forcément "tourné vers l Autre" comme vous l avez fait en me répondant... Bon, étonnamment ou pas, je me suis retrouvée sur liste d attente dans toutes les écoles, y compris dans ma préférée où j ai fait ma prépa et ça m a donné réfléchir.
J ai sentie que je n etais pas tout à fait prête... je m explique, je pense qu il faut vraiment être motivée, ça c est le cas mais aussi sûr de soi pour entamer les études d infirmière vu la charge qui repose sur nos épaules. Les doutes ne peuvent qu être des freins lors d une telle formation alors j ai décidé de bosser en interim comme assistante de vie ou aide soignante et reproposé ma candidature l année prochaine, peut-être ou pas, en tout cas en y verrant plus clair et en étant encore plus convainquante. Ce qui m étonne, c est que la plupart des infirmières ou anciennes infirmières me disent qu elles ne référaient pas ce métier si c etait à refaire. Déçues, dévalorisées et épuisées, ça donne aussi à réfléchir... Donc, je vais explorer d autre univers peut-être plus souples tel que Amp, etc... Domage quelque part car mon souhait était de reprendre des études, j ai adoré prépa, les exposés et les recherches faire, apprendre, les échanges et la compétition entre les étudiants, c est une situation et une stimulation inouïe pour une quarantainerai en mal de l ecole et dont je rêve (réellement!) souvent la nuit! Sans deconner, c est vrai, le monde du travail est souvent à abrutissant. Que pensez vous de ces métiers à annexes au médical? Pensez vous que j y trouverais un épanouissement sachant que j adore tout autant ce qui touche au corps et a l l'esprit? Merci de m éclairer, bien à vous, Vanessa.
Shaneva
 
Messages: 4
Enregistré le: 08 Nov 2018 10:55

Messagepar Shaneva » 04 Sep 2019 01:33

Bonjour à tous et merci pour vos généreuses réponses à mon sujet, je ne m'attendais pas à autant de réactions! Mais quand on est dans ce métier, on est forcément "tourné vers l Autre" comme vous l avez fait en me répondant... Bon, étonnamment ou pas, je me suis retrouvée sur liste d attente dans toutes les écoles, y compris dans ma préférée où j ai fait ma prépa et ça m a donné réfléchir.
J ai sentie que je n etais pas tout à fait prête... je m explique, je pense qu il faut vraiment être motivée, ça c est le cas mais aussi sûr de soi pour entamer les études d infirmière vu la charge qui repose sur nos épaules. Les doutes ne peuvent qu être des freins lors d une telle formation alors j ai décidé de bosser en interim comme assistante de vie ou aide soignante et reproposé ma candidature l année prochaine, peut-être ou pas, en tout cas en y verrant plus clair et en étant encore plus convainquante. Ce qui m étonne, c est que la plupart des infirmières ou anciennes infirmières me disent qu elles ne référaient pas ce métier si c etait à refaire. Déçues, dévalorisées et épuisées, ça donne aussi à réfléchir... Donc, je vais explorer d autre univers peut-être plus souples tel que Amp, etc... Domage quelque part car mon souhait était de reprendre des études, j ai adoré la prépa, les exposés et les recherches à faire, apprendre, les échanges et la compétition entre les étudiants, c' est une stimulation inouïe pour une quarantenaire en crise mais dont je rêve (réellement!) souvent la nuit! Sans deconner, c est vrai, le monde du travail est souvent abrutissant... Que pensez vous de ces métiers annexes au médical? Pensez vous que j y trouverais un épanouissement sachant que j adore tout autant ce qui touche au corps et à l l'esprit? Aurais je des regrets, j espère en savoir plus dans quelques mois. J en ai marre de naviguer sans objectif précis!!! Merci de m' éclairer, bien à vous, Vanessa.
Shaneva
 
Messages: 4
Enregistré le: 08 Nov 2018 10:55

Messagepar lafolldingue » 04 Sep 2019 09:28

Fi alement je ne vois pas pourquoi te tourner vers autre chose... Tenter d'autres voies en parallèle pour ne pas se retrouver sur la paille en cas d'échec aux admisisons en IFSI pourquoi pas. Mais sinon je ne vois pas l'intérêt... Tu ne seras pas mieux considéré en tant qu'amp ou aide soignante d'autant que si IDEne paye pas tant que ça, les autres encore moins...
IDE 2018 - urgences - Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2936
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13


Retourner vers « Admission en IFSI »



Publicité

-