INFOS ET ACTUALITES

L’adhésion à l’ONI, facultative dès l’automne ?

Cet article fait partie du dossier :

ONI

Hugues Dechilly, secrétaire général du syndicat Résilience contre l’Ordre des infirmiers, reçu au ministère le jeudi 26 juillet 2012 par le directeur de cabinet de Marisol Touraine, juge « l’accueil remarquable et l’entretien constructif... ». De nouvelles informations qui confirment que Marisol Touraine « va légiférer à la rentrée sur la modification des ordres paramédicaux (infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues ».

 Hugues Dechilly, secrétaire général du syndicat RésilienceDepuis plusieurs semaines maintenant, la ministre de la santé et des affaires sociales, Marisol Touraine, ouvre grand les portes de son bureau et reçoit, en personne ou représentée par son directeur de cabinet, voire ses conseillers, les représentants de la profession infirmière. Après la FNI le 27 juin, l’Ordre des infirmiers (ONI) le 2 juillet, la CGT Santé/Action sociale le 19 juillet, le Sniil, le même jour, c’était au tour de Résilience d’être reçu le 26 juillet.

L’ONI : un sujet récurrent...

Au coeur de ces consultations souhaitées par Marisol Touraine, rappelons-le, une question récurrente : l’avenir de l’Ordre des infirmiers, sujet brûlant qui stigmatise tous les espoirs et toutes les colères : pérennité maintenue pour les uns, abrogation pour les autres, indifférence pour la plupart des infirmiers et là est bien le problème. Si l’on connaissait vraiment leur point de vue sur l’existence de l’ONI et sur l’intérêt qu’ils y portent, ou non... mais aucune statistique objective n’est disponible en la matière...
Le début de l’été a été propice à un déluge de sons de cloches, divers et variés, entendus sur la question via chacun des communiqués publiés à l’issue de l’entrevue avec Marisol Touraine - « mort programmée de l’ONI », « reconduction de ses missions de service public que l’État n’entend certainement pas reprendre à son compte » - mais propos ambivalents de sa part souhaitant néanmoins « engager rapidement des modifications législatives sur l'obligation d'adhérer aux Ordres professionnels » et précisant à contre-coup qu’il ne s’agit-là que des ordres paramédicaux nouvellement créés (infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes et pédicures-podologues). Les socialistes s'étant très souvent exprimés en défaveur des ordres professionnels, cette décision, maintenant qu'ils sont au pouvoir, n'a donc rien d'étonnant.
L’histoire de l’ONI depuis sa création en 2006 est longue, compliquée, sujette à polémiques, opposition et rebondissements permanents jugés spectaculaires ou scandaleux...

« L’avenir de l’ONI, sujet brûlant qui stigmatise tous les espoirs et toutes les colères : pérennité maintenue pour les uns, abrogation pour les autres, indifférence pour la plupart des infirmiers... »

« Légiférer par voie parlementaire... »

A l’issue de son entretien avec Jean-Luc Nevache, Directeur de Cabinet de Marisol Touraine (1), lors d'une conférence de presse le 26 juillet 2012 (2), Hugues Dechilly, secrétaire général du syndicat Résilience (syndicat des infirmiers contre l’ordre) l’affirme  : « l’accueil a été remarquable et l’entretien constructif » ; un entretien centré, comme on s’en doute, sur la question de l’Ordre des infirmiers. « Jean-Luc Nevache nous a confirmé la volonté ministérielle de légiférer par voie parlementaire - à l'automne 2012 - sur la modification des ordres paramédicaux, attendue par plus de 450 000 infirmiers, kinés et podologues, toujours en exercice illégal », précise Hugues Dechilly, qui demande plus que jamais « l’abrogation pure et simple de l’ordre infirmier ». Et de préciser également que « le Directeur de Cabinet s’est engagé à faire cesser immédiatement les tracasseries et autres menaces contre les IDEL des Alpes Maritimes et de Paris, auxquelles un numéro ordinal est exigé par les CPAM » et « de faire cesser provisoirement, et dans l'attente de la publication à l'automne de la Loi modifiant les ordres paramédicaux, les poursuites contre les kinés, les podologues devant les tribunaux ».

« La mort programmée de l’ONI... »

Alors oui, au vu de ces dernières informations, l’avenir de l’ONI, s’il devient facultatif pour les paramédicaux, est plus que compromis. Il risque donc de mourir de sa propre mort... Hugues Dechilly souligne l’avoir dit en ces termes « mais c’est la mort de l’Ordre » à Jean-Luc Devache qui lui aurait répondu « c’est votre interprétation... ». Difficile pourtant d’y voir autre chose. Hugues Dechilly admet donc que sur le sujet de l’Ordre des infirmiers le ministère de la santé est passé « de la langue de bois à un peu d’ambiguïté ». A la rentrée, un nouvel épisode ordinal - et pas des moindres - devrait donc venir, par voie réglementaire, s’ajouter à tous les autres. En attendant, les conditions de travail des infirmières continuent à se dégrader... Jusqu’à quand accepteront-elles d’être malmenées, voire ignorées ? Leur capacité de résistance a des limites. Elles poussent la leur très loin. Est-ce bien raisonnable, pour leur propre santé et pour celle de leurs patients ?

1. Hugues Dechilly était accompagné de Didier Lantz, délégué national du syndicat de kinésithérapeutes Alizé opposé à l’Ordre.
2. Conférence de presse, café "L'Européen", Paris, jeudi 26 juillet 2012, 17h.

Creative Commons License


Rédactrice en chef Infirmiers.com
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (14)

iaahhh

Avatar de l'utilisateur

33 commentaires

#14

Bon Débarras !!!

J'ai payé toutes mes cotisations et au vu du résultat j’aurai préféré faire des chèques au resto du cœur, au moins cet argent aurait été utile !!
Dès que les cotisations deviennent facultatives... je fais le chèque destiné à l'ordre infirmier au nom des restos ! voila une bonne action !!!

la fée calôme

Avatar de l'utilisateur

45 commentaires

#13

Bouillabaisse ordinale marseillaise.

Il semble que la bouillabaisse ordinale marseillaise, selon l'expression consacrée, soit de plus en plus indigeste au fur et à mesure des informations diffusées par nos amis de Résilience. Certains passages frisent les hauts le coeur. De cet Ordre puant et nauséabond nous devons nous débarrasser dans les meilleurs délais.

la fée calôme

Avatar de l'utilisateur

45 commentaires

#12

@ execho

loi d'abrogation constitutionnelle
#11Pour rédiger un projet de loi d'abrogation qui soit constitutionnel,il faut d'abord une volonté politique puis travailler la rédaction du projet.La volonté politique c'est être persuadé du rejet de l'ordre par les infirmières,prendre au sérieux le rejet d'un ordre que pour les libérales,prendre acte du trouble à l'ordre public depuis cette création,ré affirmer la valeur du diplôme d'état,ré affirmer l'existence de procédures protégeant les patients,rappeler que les syndicats défendent les intérets matériels et moraux des infirmières,y compris en libéral.Faire un texte qui supprimant l'ordre des infirmières ne soit pas retoqué sous prétexte de discrémination par rapport aux médecins qui eux ont la joie d'avoir un ordre.Ou bien remplacer le texte de 2006 par un texte plus aventageux suivant la loi:pourquoi pas la création d'une association de défense de l'art infirmier.


On peut aussi choisir de rester les bras croisés en attendant que l'Ordre des Infirmières continue à harceler les nouvelles diplômées pour augmenter son % d'adhérents et, ainsi, revendiquer une place qu'il n'aura jamais dans la profession. Tous les moyens sont bons pour éliminer cet Ordre des Infirmières que nous n'avons jamais demandé. Quand on voit, notamment sur Résilience, les moyens souvent à la limite de l'illégalité, employés par certains membres de l'Ordre National des Infirmières pour harceler, menacer, etc ...

execho

Avatar de l'utilisateur

82 commentaires

#11

loi d'abrogation constitutionnelle

Pour rédiger un projet de loi d'abrogation qui soit constitutionnel,il faut d'abord une volonté politique puis travailler la rédaction du projet.La volonté politique c'est être persuadé du rejet de l'ordre par les infirmières,prendre au sérieux le rejet d'un ordre que pour les libérales,prendre acte du trouble à l'ordre public depuis cette création,ré affirmer la valeur du diplôme d'état,ré affirmer l'existence de procédures protégeant les patients,rappeler que les syndicats défendent les intérets matériels et moraux des infirmières,y compris en libéral.Faire un texte qui supprimant l'ordre des infirmières ne soit pas retoqué sous prétexte de discrémination par rapport aux médecins qui eux ont la joie d'avoir un ordre.Ou bien remplacer le texte de 2006 par un texte plus aventageux suivant la loi:pourquoi pas la création d'une association de défense de l'art infirmier.

mimicra

Avatar de l'utilisateur

93 commentaires

#10

Prudence

Prudence est mère de sureté => pour nous

L'ordre aurait pu penser : "L'or véritable ne craint pas le feu.".
Mais en fait ils sont dans "Les candélabres coûtent plus cher que l'enterrement."

Avec un petit bonus canadien tellement en phase avec ce que l'ordre "dit" mais ne fera jamais :
"Grosse annonce, petit magasin."

Épisode à suivre.

furiousnurse

Avatar de l'utilisateur

26 commentaires

#9

STOP

un ordre dont la HAS dit qu'il n'est plus capable d'apporter des contributions
un ordre absent du haut conseil des professions paramedicales lors de la discussion de la prescription infirmiere
un ordre qui continue a tenir des réunions de conseils départementaux et regionaux alors qu'ils n'ont plus d'existence légale
un ordre, qui incapable, ou ne voulant pas organiser d'élection, se proroge de 2 ans ses mandats nationaux (dont certains asuperieurs à 7000€ bruts mensuel) par décret
un ordre qui a pour bilan, l'acceptation du "zonage" des infirmiers (l'ordre des medecin s'y oppose pour eux), la réforme du passage en categorie A moyennant allongement de cotisation, un déficit record dont il ne veut faire état ni assumer, un ordre qui a un logo qui a été acheté au frère de l'ex présidente qui n'avait que les mots ethique et déontologie à la bouche
Un ordre qui a su faire fonctionner ses chambres disciplinaires en s'appuyant sur un code de déontologie interne dont le décret d'application n'a jamais paru
Un ordre qui nous menace par courrier pour adherer, et qui ensuite ose dire à la Ministre qu'il doit etre écouté car nous représentant
Un ordre élu par quelque 13% de participations électroniques basé sur un fichier adeli que l'ordre juga incomplet d'au moins 50%, ....donc d'entrée de jeu illegitime
Un ordre qui n'a pas su se faire accepter en 6 ans (alors qu'il répondait à une demande urgente de la profession ; ) )
STOP STOP STOP STOP NOW !

moutarde

Avatar de l'utilisateur

291 commentaires

#8

STOP !!!

[…pérennité maintenue pour les uns, abrogation pour les autres, indifférence pour la plupart des infirmiers et là est bien le problème. Si l’on connaissait vraiment leur point de vue sur l’existence de l’ONI et sur l’intérêt qu’ils y portent, ou non... mais aucune statistique objective n’est disponible en la matière...]


Le point de vue est une chose, le constat en est une autre.
450000 IDE ignorent et/ou rejettent l’ordre infirmier imposé et cela se traduit par une non adhésion ou, pas de (re)cotisation.
Les faits sont là.

[…Alors oui, au vu de ces dernières informations, l’avenir de l’ONI, s’il devient facultatif pour les paramédicaux, est plus que compromis. Il risque donc de mourir de sa propre mort...]

Je doute que si l’ordre devient facultatif, il y ait un raz de marée d’adhésions/cotisations.
Mais puisque les conseillers ordinaux sont bénévoles paraît-il, qu’ils le restent :)

Cela dit, les présidents en tant que personnes physiques ont des responsabilités à assumer devant ce naufrage matériel, financier et humain. Et les derniers communiqués et droit de réponse (borniche) sont hilarants...

Maintenant tout dépend aussi du caractère optionnel de quoi et pour qui et, de toute façon de même qu’une abrogation (ce qui serait le plus simple et par ailleurs réclamée par Résilience) cela doit passer par une loi qui se doit avant tout d’être bien évidemment constitutionnelle.

[…En attendant, les conditions de travail des infirmières continuent à se dégrader... Jusqu’à quand accepteront-elles d’être malmenées, voire ignorées ? Leur capacité de résistance a des limites. Elles poussent la leur très loin. Est-ce bien raisonnable, pour leur propre santé et pour celle de leurs patients ?...]

En attendant quoi au juste ?

Quel est le rapport avec l’oni vivant, agonisant ou mort puisque les conditions de travail et de rémunérations des IDE(L) sont hors de son champ de compétences et même tout simplement d’intérêt.

Donc en effet, qu'on en finisse rapidement et définitivement

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#7

finissons-en!

avec cet ordre. L'automne, c'est proche et en même temps très loin quand les infirmiers se retrouvent menacés.
Que le ministère passe vite aux actes, et les infirmiers commenceront à respirer.

la fée calôme

Avatar de l'utilisateur

45 commentaires

#6

Bravo !

Même s'il est convenu de ne pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir "dézingué" (n'en déplaise à monsieur Borniche) et compte tenu de l'anniversaire du 28 juillet 2011, journée qui a vu l'ordre mourir et ressusciter de part la volonté de la Bred, nous pouvons saluer, comme il se doit, la performance de ce jeune syndicat infirmier qui avec quelques rebelles motivés est parvenu à - presque - faire chavirer l'Ordre des Infimières, puissamment soutenu par la Bred, le Conseil d'Etat et quelques accords bien mystérieux dont nous aurons à connaître le contenu, n'en doutons pas, un jour ou l'autre. Notre ami et chef Résilient, Hugues Dechilly, paraît bien fatigué sur cette photographie. Il est vrai que contrairement à d'autres planqués du bulbe, il travaille, aussi, à temps plein au chevet des patients quand d'autres chauves ou barbus sont détachés (de tout) à plein temps pour emmerder la profession infirmière qui n'a pas besoin de cela.
Une fois cette histoire ordinale réglée, une fois que les irresponsables qui ont accumulé tant de dettes les auront payé d'une manière ou d'une autre, la profession pourra enfin faire preuve de la même solidarité, même passive, qu'elle a su démontrer en se serrant les coudes pour dire NON à cet Ordre des Infirmières dont nous savons maintenant qu'il est capables des pires bêtises et autres saloperies. Les tribunaux de la République rendront la justice au nom du peuple infirmier de France. Cette solidarité devra nécessairement accompagner quelques revendications de bases auxquelles les infirmières adhèreront toutes : le retour de la prise en compte de la pénibilité dans le calcul des années cotisées pour parvenir à la retraite, la refonte du programme bête et méchant de la formation initiale (formation dévoyée par quelques reliques enseignantes de la profession), la mise en place des outils nécessaires pour stopper l'hémorragie qui aboutit à la pénurie de personnels infirmiers qualifiés, etc ...

gisele10

Avatar de l'utilisateur

22 commentaires

#5

enfin de l'air frais !!!

Enfin de l'air frais dans notre profession , loin des miasmes de l'oni et de ses menaces sur notre exercice et notre vie privée !!!
Que l'on en finisse avec cet oni d'un autre age qui prétendait nous faire plier pour ne voir qu'une seule tête !!!!
Cet oni qui sous couvert de défense de notre beau métier , ne voulait que nous assujettir à une banque , à des sociétés d'assurance et à des organismes de formation continue au seul bénéfice des fondateurs-menteurs de l'ordre national infirmier !!!
Il est temps et grand temps que nos collègues ouvrent les yeux sur la réalité de l'ordre infirmier à la française !!!
Mort à l'ordre national infirmier !!!!!
Et vive l'infirmier(e) libre qui se prend en main et est confraternel(le) et non nuisant(e) pour ses collègues !!!!

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

110 commentaires

#4

j'ai du mal à y croire

ca fait tellement longtemps que cette ordre honni de ses potentiels adherents aurait du couler que tant que je n'aurait pas vue la tombe je ne serait pas satisfait.

syndicat RESILIENCE

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#3

la mort programmée de l'ordre infirmier

Communiqué de Presse du 27 juillet 2012 :

la mort programmée de l'ordre infirmier

suite à l'entretien auquel RESILIENCE a participé hier 26 juillet, en présence de monsieur le Directeur de Cabinet, au ministère de la Santé,

suite à l'annonce confirmée par monsieur le Directeur du Cabinet de la volonté ministérielle de légiférer par voie parlementaire – à l'automne 2012 – sur la modification des ordres paramédicaux, attendue par plus de 450 000 infirmiers, kinés et podologues, toujours en exercice illégal,

suite à l'annonce faite par le Directeur du Cabinet de faire cesser – immédiatement – les tracasseries et autres menaces contre les IDEL des Alpes Maritimes et de Paris, auxquelles un numéro ordinal est exigé par les CPAM,

suite à l'annonce faite hier par le Directeur du Cabinet de faire cesser provisoirement, et dans l'attente de la publication à l'automne de la Loi modifiant les ordres paramédicaux, les poursuites contre les kinés, les podologues devant les tribunaux,

RESILIENCE prend acte de la volonté du Gouvernement de modifier les ordres paramédicaux, RESILIENCE continue de demander l'abrogation pure et simple de l'ordre infirmier,

RESILIENCE demande aux IDEL de Nice et de Paris de refuser toute tentative de pression et de chantage au numéro ordinal pour pouvoir s'installer et exercer en libéral, et de faire remonter toute tentative dans les autres départements afin que les consignes ministérielles soient respectées et que les pressions abusives soient sanctionnées,

RESILIENCE demande aux infirmières, aux kinés et aux podologues de lui signaler immédiatement toute procédure en cours ou à venir, devant les tribunaux, afin que le ministère soit informé et puisse réagir en conséquence,

RESILIENCE demande aux infirmières de ne plus cotiser à l'ordre infirmier afin que celui ci soit étouffé financièrement dans l'attente de la prochaine Loi visant à rendre l'adhésion et donc la cotisation facultatives,


RESILIENCE – 13 rue de Molsheim – 67000 Strasbourg.

gisele10

Avatar de l'utilisateur

22 commentaires

#2

mais qu'arrive enfin la fin de l'oni honni !!!!!

chers collègues infirmiers et infirmières : CE N'EST PAS LE MOMENT DE CÉDER DEVANT L'oni !
L'oni est au bord du gouffre , lâché de toutes parts depuis longtemps !!!!
Luttons encore un peu et nous aurons notre victoire contre cet ordre archaïque et mafieux dont le seul but est le pouvoir et l'argent, pour cette clique du groupe Ste Anne et leurs sbires !
Nous ne leur avons rien demandé , il est légitime de notre part de se débarrasser de cette mafia !

binoute1

Avatar de l'utilisateur

147 commentaires

#1

.

.