AU COEUR DU METIER

Dépendance et vulnérabilité des personnes âgées : le Conseil national de l'Ordre des infirmiers contribue au débat

En marge de la guerre intestine qui l'agite en son sein, l'Ordre national des infirmiers œuvre aussi pour valoriser et promouvoir les compétences infirmières et ça c'est bien !

ordre nationale des infirmiers personnes ageesOrdre national des infirmiers – Communiqué de presse du 29 juin 2011.
Lors de la séance du Conseil national de l’Ordre des infirmiers du 28 juin 2011, les membres du Conseil ont adopté une position sur la prise en charge infirmière de la vulnérabilité chez les personnes âgées. Cette position fonde ces avis sur une consultation en ligne du 21 avril au 20 mai à laquelle 534 infirmières et infirmiers ont répondu.

Une position de conseil issue de l’avis des infirmières et des infirmiers

Afin de porter la voix des infirmières et des infirmiers sur un sujet qui les concerne au premier plan, à savoir la prise en charge des personnes âgées dépendantes, l’Ordre national des infirmiers a mis en ligne un questionnaire du 21 avril au 20 mai 2011 sur son site Internet. La position du Conseil national reprend les avis des 534 infirmières et infirmiers ayant répondu et propose des pistes pour lutter contre la dépendance et améliorer sa prise en charge.

Les soins auprès des personnes âgées : encore peu valorisés

Le nombre de personnes de plus de 60 ans dépendantes ou en voie de perte d’autonomie est estimé à un million et demi. Ce nombre est appelé à être multiplié par 1,4 entre 2010 et 2030. Ces personnes ont besoin de soins curatifs et d’entretien de la vie pour leur assurer une qualité de vie correspondant à leurs souhaits et leurs possibilités. Les infirmiers ont une place centrale dans cette prise en charge que ce soit en hospitalisation (gériatrie, SSR, USLD, hôpital local), en hébergement médicalisé (EHPAD) ou au domicile (HAD, SSIAD, centre de soins à domicile, infirmiers libéraux).

Or, les pratiques professionnelles restent encore inégalement développées selon le contexte d’exercice et la pratique clinique (prévention, éducation thérapeutique, observance des traitements, suivi des situations chroniques, accompagnement, éducation de la famille et des aidants etc.). En outre, elles sont peu valorisées.
Les infirmiers doivent donc être soutenus pour promouvoir des pratiques nouvelles de qualité.

Les soins infirmiers : un élément essentiel

Dans le cadre de sa contribution à la santé publique et à la qualité des soins, l’Ordre reconfirme par cette position que l’objectif des soins infirmiers est d’aider les personnes dépendantes à bénéficier d’un état de santé, d’un bien-être et d’une qualité de vie optimaux. Les soins infirmiers sont reconnus comme l’élément le plus important des services requis pour soigner les personnes fragiles malades ou mourantes, et comme contribuant de plus en plus à la prévention des maladies et à la promotion de la santé.

L’Ordre propose

De valoriser la valeur ajoutée infirmière dans la prise en charge des personnes âgées dépendantes (en gras)
Les infirmières et les infirmiers sont au plus près de ces personnes tant au niveau des soins, que de l’intégration sociale. Leurs valeurs ajoutées sont les suivantes :

  • les soins curatifs adaptés à la spécificité du vieillissement. L’évaluation des besoins de santé prenant en compte cette spécificité ;
  • le suivi thérapeutique et la surveillance de l’état de santé du patient, incluant la thérapie médicamenteuse et le dépistage des situations à risques pour la sécurité ou la qualité de vie
  • la prévention des complications des maladies chroniques (hypertension, troubles sensoriels, de la marche, de l’équilibre…), la prévention des facteurs de risques ;
  • la promotion de la santé par des comportements favorables (activité physique, nutrition) ;
  • l’amélioration de l’environnement individuel ;
  • l’organisation des différentes prestations en fonction des besoins de santé (avec articulation entre le médical et le médico-social)

De reconnaître le rôle d’infirmier coordonnateur
95 % des répondants déclarent assurer la coordination des professionnels de santé autour de la personne âgée dépendante. Cette prise en charge nécessite un suivi constant de leur part. Elle reste à parfaire, à être mieux reconnue. En pratique, se sont les infirmiers qui assurent son accompagnement global, tant en ville, qu’en établissement. Des évolutions réglementaires seraient souhaitables pour reconnaître le rôle d’infirmier coordonnateur.


http://www.ordre-infirmiers.fr

Publicité

Commentaires (9)

Sancho

Avatar de l'utilisateur

161 commentaires

#9

Nos vieux...

Bonjour,

Le respect est une des grandes valeur de la profession. On est infirmier ou on est pas infirmier mais "pseudo"

On as le droit d'être d'accord ou pas ...
La liberté c'est encore une grande valeurs. Mais une fois que l'on a dit cela...

C'est peu être en commençant par enfoncer des portes ouvertes que l'on mais en avant les compétences de chacun et que l'on replace ainsi son rôle... Cette étude tente de le faire avec ses limites certes...

En parle de plus en plus de médecine par les preuves.

Mais pour justifier l'intérêt et la place de notre profession si longtemps recaler à de simple exécutant, il faut surement commencer par redécouvrir notre vrai rôle de professionnel de santé a part entière et surement qu'il faut dans un premier temps reposer les bases.

Ils est trop facile de critiquer sans proposer d'axe amélioration, car après se plaindre, se re-plaindre et se sur-plaindre ... qui tente quelques choses...

Les infirmiers des services... trop occupé à bosser la tête dans le guidon...

Les syndicats... trop occupé à ...... gérer, sauver et défendre tous et son contraire (Même quelques fois l'indéfendable)

Dans certain pays un ordre est nait et les professionnels de terrain on mandaté d'autre professionnels de terrain pour se faire entendre sur leurs rôles, leurs compétences, leurs évolutions ... et sa marche.

En France un ordre est nait mais les professionnels, a part ce plaindre sur son "incompétence", n'ont absolument pas pris part processus de réflexion sur sa créations (Années 2000) organisé par les syndicats et relayé par les sites et revues professionnelles.

Ils n'ont rien fait pour que des professionnels de terrain soit élu dans les diffèrent conseil. (Il y en avait sur les listes... Et il me semble que ces liste était ouverte a tous les titulaires du DE)

Si les prof sont incapable de se mobiliser, si les syndicats inefficace et si l'ONI reste peu représentatif ...Ben notre profession est moribonde. (Espérons que les nouvelles vagues de professionnel sont plus efficiente)

Cordialement.

onialapoubelle

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#8

@ margaud2010

Si tu acceptes que quelques infirmières ou pseudo infirmières qui n'ont pas mis les pieds dans un service depuis plusieurs années ou qui sont retraitées décident pour toi c'est ton droit. Nous avons nous aussi le droit de ne pas être d'accord. Jusqu'à preuve du contraire ce n'est pas en pondant ce genre de texte qu'on fait avacncer la profession ni d'ailleurs qu'on contribu à améliorer les conditions de travail ce pourquoi l'Ordre Infirmier n'est pas compétent. Quand nous aurons des salaires meilleurs des conditions de travail autres que celles actuelles qui sont proches de l'esclavage peut être aurons nous le temps et l'envie de commencer à réfléchir sur les misères qui sont faites aux vieilles personnes et aux prises en charge les mieux adaptées pour lesquelles il faut des moyens humains en nombres suffisants.

moutarde

Avatar de l'utilisateur

375 commentaires

#7

Blablabla

A part ce communiqué, il fait quoi l'ordre pour "nos vieux" comme tu dis ? Et pour les personnels qui exercent auprès de "nos vieux" ? C'est ça valoriser ? A ce compte là tout le monde nous valorise : Nos tutelles, les directions...etc
Même les IDE inscrit(e)s à l'ordre ne se sont pas précipité(e)s pour répondre au questionnaire... C'est un comble quand même.

margaud2010

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#6

Nos vieux

Oui, ça c'est bien qu'enfin les pratiques de celles et ceux qui s'occupent de "nos vieux" soient valorisées. Je ne vois pas en quoi ça peut gêner quelqu'un que l'Ordre fasse ce pourquoi il a été créé !!
Franchement, à lire, les commentaires, je trouve ça pitoyable.
Qui valorise notre métier, qui d'autre ? PERSONNE !!!!
Il serait grand temps qu'au lieu de courber l'échine sans cesse (je dis ça pour nous qui travaillons à l'hôpital, au lieu d'accepter toutes les horaires de fou, de s'occuper de 40 patients à la fois (quelle horreur, quelle erreur !), nous nous réunissions pour dire STOP !!
Mais vous êtes là, à taper sur tous ce qui bouge ... parfois, j'ai honte d'être infirmière. Pas à cause du métier que j'ai embrassé (comme ma mère, ma grand-mère), mais à cause de ce type de réaction ...

pour réfléchir dessus ....

execho

Avatar de l'utilisateur

96 commentaires

#5

dossier et actualités

je me permet de relever une petite faute d'orthographe dans le titre on ne dit pas le cons mais les cons si on veut mettre con au pluriel

execho

Avatar de l'utilisateur

96 commentaires

#4

super!

car sans sondage LE MONDE ignorerait le rôle d'une infirmière.L'ordre est ridicule une fois de plus.Erick,tu ne comprend rien un vieux il retombe en enfance c'est pour cela que les enfants doivent s'en occuper,ils se comprennent entre eux.

erick

Avatar de l'utilisateur

18 commentaires

#3

Effet d'annonce!!

Mais qu'est ce que c'est bien d' annoncer vouloir promouvoir, valoriser les compétences Infirmières dans un contexte où l'on va remplacer une aide soignante par une assistante sortie d'un BAC pro aide à la personne, ex BEP sanitaire et social pour des histoires de gros sous.

Qu'est ce que c'est bien-blablabla- lorsque ce BAC pro ne fait pas parti de la filière soin, mais de service à la personne, parce que la vieillesse n'est pas une maladie.

Ah! mais maintenant c'est une maladie parce qu'il faut des soins curatifs pour les PA dépendantes dixit l'ordre

Sauf que, tout comme le rapport Hénard, l'ordre est là pour appuyer les décisions des pouvoirs publics, et là l'ordre va se réjouir dés la rentré 2011 de la création du BAC pro ASSP et de la sortie dés 2014 de ces assistantes remplaçant les ASD, AVS et AMP dans les EHPAD pour s'occuper à moindre frais de nos ainés, et ce dés l'âge de 14 ans.

Nan sans rire, c'est bien ça?

moutarde

Avatar de l'utilisateur

375 commentaires

#2

Blablabla

[... et ça c'est bien... !]

Qu'est ce qui est bien au juste ?

Que seulement 534 IDE ou supposé(e)s aient répondu sur quelques 520000 IDE ou (supposés)98000 inscrit(e)s à l'ordre ?

Que l'ordre se contente de rapporter l'existant au prorata des réponses au questionnaire mis en ligne ?


Même pas capable de faire des enquêtes sur le terrain...

Même pas capable de mettre en lumière tous les types de maltraitance (financières, physiques, psychologiques...etc).

Même pas capable de mettre en lumière les conditions de travail et le manque de personnel dont qualifié déplorables et délétères à la fois pour les PA et pour les soignants.

De faire la politique de l'autruche concernant les glissements de tâches.

Bref, du blablabla en réunion ou sur un fauteuil de bureau devant un écran.

seringuelectrique

Avatar de l'utilisateur

122 commentaires

#1

0,55% des inscrits fichés à l'oni

soit 534 sur plus de 97 000 ide ont répondu à ce questionnaire ...