EN BREF

A quand la reconnaissance de la pénibilité de la profession infirmière ?

Cet article fait partie du dossier :

Exercer dans le privé

Le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI CFE-CGC) qui repré­­sente des pro­­fes­­sion­­nels de l’hôpi­tal, des cli­­ni­­ques et des entre­­pri­­se, par la voix de son secrétaire général Thierry Amouroux, réclame une reconnais­­sance de la péni­­bi­­lité de la pro­­fes­­sion, dans le public comme dans le privé. En effet, explique-t-il, l’espé­­rance de vie d’une infir­­mière, c’est 78 ans, contre 85 ans pour toutes les Françaises (caisse de retraite CNRACL). De même, 30 % des aides-soi­­gnan­­tes et 20 % des infir­­miè­­res par­tent en retraite avec un taux d’inva­­li­­dité. Aussi, qu’ils exer­­cent dans le sec­­teur public ou dans le sec­­teur privé, nous récla­­mons pour les infir­miè­res une majo­­ra­­tion de durée d’assu­­rance d’un an pour dix ans, au tra­­vers d’un départ anti­­cipé à la retraite, qui reconnaît la péni­­bi­­lité du métier.

La suite est à lire sur syndicat-infirmier.com

Retour au sommaire du dossier Exercer dans le privé

Publicité

Commentaires (0)