Forum : Profession infirmière (IDE)

Nous sommes le 15 Sep 2019 09:19

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar Maximousse1989 » 03 Juin 2019 15:08

Bonjour à tous,

J'ai longuement hésité avant de poster mais je voudrais votre avis sur une situation qui est en train de dégénérer en conflit avec ma cadre.
Je vais tâcher de faire un topo rapide, sachant que le problème remonte au mois de mars et que j'ai donc oublié certains détails.

Je travaille en SSR Gériatrique, début mars nous avons reçu une patiente, Mme X. pour suite PEC fracture clavicule.
La patiente était sous anticoagulants, elle présentait de très gros troubles de l'équilibre et était très anxieuse, ce qui rendait la moindre mobilisation compliquée, la patiente se mettant en danger en ne tenant pas compte des recommandations des soignants et kinés.
Concrètement, lors des séances de kiné dans le couloir je la voyais régulièrement se faire "rattraper" vivement par le kiné alors qu'elle était sur le point de tomber.
Un vendredi soir, mon AS me signale un hématome au bas gauche, je vais donc voir la patiente et constate.
Je ne me rappelle pas de tout mais ce qui est sûr c'est qu'à ce moment là il ne m'a pas semblé alarmant, la patiente ne présentait pas de signes de détresse, d'impotence, troubles de la sensibilité/motricité, rien du tout...bref, notre médecin était parti et je n'ai pas fait venir l'interne de garde, pensant que cela pouvait attendre le lendemain.

De plus, mon AS et moi étions alors dans une situation très compliquée, il nous manquait du monde et l'unité était très lourde à cette période, avec notamment une patiente dont l'état nécessitait de très fréquents passages dans sa chambre et un autre qui passait son temps à fuguer.
Je vous passe les détails mais en un mot c'était le bordel, pas du tout une journée normale.
J'étais persuadé que mon AS avait tracé l'hématome, elle était persuadée que je l'avais fait et comme nous étions interrompus toutes les 5 minutes nous avons en réalité tous les deux oublié de le faire.
Bref, le lendemain ma collègue inf à vu l'hématome et cette fois il y a eu surveillance, transmission, etc.
Le surlendemain l'hématome (après avoir beaucoup augmenté de volume) à éclaté et la patiente à finalement dû être reprise au bloc quelques jours après.

À la suite de ça ma cadre a voulu en savoir plus (ça se comprend).
Mon AS et moi lui avons donc expliqué ce que nous avions vu concernant le bras de la dame, nous lui avons également dit qu'effectivement nous avions merdé au niveau de la transmission rt nous lui avons également expliqué pourquoi (en détaillant l'état du service à ce moment-là).

Je vous parle de ça parce qu'il y a quelques jours ma cadre m'a convoqué dans son bureau pour me dire que la fille de la patiente avait décidé de porter plainte pour maltraitance et qu'elle-même avait donc dû mener une enquête car la direction le lui avait demandé.
Je lui ai rappelé (tout en reconnaissant ma connerie niveau transmission) que ça avait été une journée très difficile pour tout le monde et qu'à ce moment j'avais vraiment beaucoup de choses à gérer en même temps, que nous n'étions pas en effectif, etc.
Elle m'a coupé la parole assez sèchement en me disant en somme que de toute façon je n'avais qu'à prioriser, que si j'avais été plus professionnel la patiente aurait pu être prise en charge plus vite (je rappelle qu'elle a été vue le lendemain par le médecin, que l'hématome a éclaté 48h après mon passage et qu'elle n'a été envoyée au bloc que plusieurs jours ensuite).

Ensuite elle m'a montré un document écrit, la synthèse de son "enquête",en le relisant chez moi j'ai fait deux ou trois bonds sur ma chaise.

En effet ce document reprend de manière assez détaillée les discussions entre ma cadre et des membres de l'équipe impliqués dans l'histoire (IDE, AS, Kinés) Mais bizarrement quand on arrive à mes déclarations et à celle de mon AS il '' y a plus qu'une ligne:

"l'infirmier Maximousse était informé de l'hématome mais n'a pas fait de transmissions et n'a pas prévenu le médecin."

Aucune mention de tout ce que nous lui avions raconté sur les circonstances et sur l'aspect de l'hématome (que nous n'avions pas jugé inquiétant à ce moment-là),rien de rien.

En plus des omissions on y trouve de véritables c*****ies, notamment un passage où elle dit que le kiné Untel n'a pas remarqué l'hématome...un peu normal vu que le kiné Untel est non-voyant.
Le pompom c'est que deux jours après je vois le nom de la patiente sur le tableau des admissions.
Ne comprenant pas comment il était possible que la patiente revienne avec une histoire de plainte contre le service j'ai appelé le médecin pour en savoir plus.
Le médecin m'a alors dit qu'elle avait eu la fille de la patiente au téléphone et qu'il n'y avait pas d'histoire de plainte.

Je vous avoue qu'à ce stade j'étais furax, je ne suis pas fier du tout d'avoir oublié de transmettre une information mais en plus de me dire que j'avais mis en danger la patiente ma cadre a quand même rédigé un document dans lequel elle omet des informations, fait indirectement de moi le seul responsable de cette situation, parle de plainte alors que la dame revient chez nous...et malheureusement ce n'est pas du tout la première fois que ce genre de souci arrive entre elle et un membre de l'équipe soignante.
De manière générale nous avons un gros problème dans nos relations avec notre cadre de santé et après cet incident je n'ai plus du tout confiance en elle.
Je compte retourner la voir pour lui demander des explications (et de modifier son papier) mais pas seul, j'ai averti les déléguées du personnel, leur ai envoyé une photocopie de cet espèce de rapport bizarre et ai demandé à ce qu'on m'accompagne lors du prochain entretien.
Ça me permettra d'avoir un témoin mais aussi de ne pas perdre mon calme.

Bref, je sais que ça fait un sacré pavé, mais si vous avez eu la patience de tout lire j'aimerais vraiment avoir votre avis sur la manière de gérer ça.


Merci d'avance.

Maximousse.
Infirmier en gériatrie, USLD puis UGA, maintenant SSR.
La gériatrie c'est sexy 8)
Avatar de l’utilisateur
Maximousse1989
Adepte
Adepte
 
Messages: 149
Enregistré le: 10 Juil 2016 20:42

Messagepar execho » 03 Juin 2019 16:55

moi je dirais:laisse tomber.
execho
Silver VIP
Silver VIP
 
Messages: 4765
Enregistré le: 29 Mai 2010 22:01

Messagepar Jo_bis » 03 Juin 2019 17:10

Je ne m'exprimerai pas sur "l'ambiance relationnelle" du service car, comme dans tous les services elle sont souvent faussées par les non-dits, les mensonges, les interprétations et le fayotage.
Je n'ai que votre version, donc je ne sais pas.

Cependant, vous argumentez sur trois points :
1) Il y avait du travail ce jour-là.
2) Le cadre ment.
3) L'AS aurait pu y penser.
Ça fait léger pour vous défendre.

Je me base donc sur les faits : vous n'êtes pas sans connaitre les risques d'évolution des hématomes sur les personnes sous anti-coagulants, travail ou pas travail, il fallait mettre en place les actions de prise en charge de cette patiente.
En ça, votre responsabilité est engagée.

execho a écrit :moi je dirais: laisse tomber.

Je suis d'accord. Faire monter la mayonnaise ne va vous causer que des ennuis.
"Il suffit de nous regarder pour voir comment une forme de vie intelligente peut se développer d'une manière que nous n'aimerions pas rencontrer."
Stephen HAWKING
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9436
Enregistré le: 30 Jan 2004 10:33

Messagepar Maximousse1989 » 03 Juin 2019 17:26

"Je ne m'exprimerai pas sur "l'ambiance relationnelle" du service car, comme dans tous les services elle sont souvent faussées par les non-dits, les mensonges, les interprétations et le fayotage.
Je n'ai que votre version, donc je ne sais pas.

Cependant, vous argumentez sur trois points :
1) Il y avait du travail ce jour-là."

---> Pas juste du travail, il y a toujours du travail.
Il y a une différence entre un coup de bourre et une situation où tout le monde se retrouve à faire le boulot de deux personnes.
Non, là il y avait des conditions qui rendaient très difficile une prise en charge optimale, je ne suis pas Superman.


"2) Le cadre ment."

--->Je ne sais pas si elle ment (ça voudrait dire que c'est fait sciemment) mais en tout cas il manque un paquet d'informations.

"3) L'AS aurait pu y penser."

--->Pas du tout , elle a fait son boulot, simplement un problème de communication entre nous à fait que chacun a pensé que l'autre avait tracé.

"Ça fait léger pour vous défendre.
Je me base donc sur les faits : vous n'êtes pas sans connaitre les risques d'évolution des hématomes sur les personnes sous anti-coagulants, travail ou pas travail, il fallait mettre en place les actions de prise en charge de cette patiente.
En ça, votre responsabilité est engagée."

--->Je sais, ce n'est pas ça qui me pose problème et ce n'est pas ça que je conteste.




"Je suis d'accord. Faire monter la mayonnaise ne va vous causer que des ENNUIS."


--->Je prends note, merci de m'avoir accordé du temps.
Infirmier en gériatrie, USLD puis UGA, maintenant SSR.
La gériatrie c'est sexy 8)
Avatar de l’utilisateur
Maximousse1989
Adepte
Adepte
 
Messages: 149
Enregistré le: 10 Juil 2016 20:42

Messagepar augusta » 03 Juin 2019 18:31

Oui, il faut laisser tomber.
Que fait ce cadre?
- il entend votre version en Mars: pas de suite.
- plusieurs semaines après, direction informée (plainte?) qui tombe sur la cadre qui doit rédiger un rapport circonstancié et qui du coup vous tombe dessus.

Vous auriez pu rédiger à distance une FEI afin que ce genre d’événement soit analysé en CREX, comme dans toute situation indésirable, il y a une multitude d'éléments qui contribuent à l'erreur.
Qui n'en commet pas?
Restez cool....
"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 10391
Enregistré le: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Messagepar Uoggid » 03 Juin 2019 20:04

En tant que délégué du personnel, je te conseille:
De faire une copie de tout ce qui peut te protéger.
De ne jamais te rendre chez ta cadre sans être accompagné.
Est-ce que tu as encore en ta possession tes notations.

Enfin, lui dire clairement que tu sais qu'il n'y a pas de plainte.
Et si possible (selon ton ressenti) contacter la fille ou attendre sa visite pour lui expliquer.
IDE
Avatar de l’utilisateur
Uoggid
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 415
Enregistré le: 16 Juil 2011 15:42

Messagepar lafolldingue » 03 Juin 2019 20:45

Uoggid a écrit :En tant que délégué du personnel, je te conseille:
De faire une copie de tout ce qui peut te protéger.
De ne jamais te rendre chez ta cadre sans être accompagné.
Est-ce que tu as encore en ta possession tes notations.

Enfin, lui dire clairement que tu sais qu'il n'y a pas de plainte.
Et si possible (selon ton ressenti) contacter la fille ou attendre sa visite pour lui expliquer.

Je ne suis pas sure que de parler de cette affaire à la famille soit vraiment judicieux... Personne n'a du être nommé auprès d'eux, et celà mettrait en porte à faux le fonctionnement de l'établissement, ce qui serait plus que moyennement apprécié de la cadre.
J'aurais dit laisse tomber également. Éventuellement, envoyer un mail à la cadre pour avoir une trace écrite et prendre le temps de peser les mots, en lui expliquant qu'après relecture du rapport tu constates que des faits relatés au cours de l'entretien sont manquants notamment en terme de ton évaluation sur le moment, et que le médecin a constaté l'hématome dès le lendemain avec l'équipe de jour.
Aussi bien il n'y aura pas de suite, mais au moins tu laisseras une trace écrite.
IDE 2018 - urgences - Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2834
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar aude2002 » 04 Juin 2019 07:41

Bonjour, tout à fait d'accord avec lafolldingue, la cadre te met la pression, à toi également de le faire avec représentant du personnel car c'est le cadre du fait de son statut qui aura toujours le dernier mot :lol:
Si ton cadre n'est pas soutenant et n'a aucune confiance dans l'équipe ben c'est du chacun pour soi. :malefiq:
Bon courage :clin:
Avatar de l’utilisateur
aude2002
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 242
Enregistré le: 26 Mai 2011 10:53

Messagepar loulic » 04 Juin 2019 12:42

aude2002 a écrit :car c'est le cadre du fait de son statut qui aura toujours le dernier mot


Rien n’est moins sûr, les cadres sont sur des sièges éjectables et sont devenus des fusibles. Je ne pleurerai pas sur leur sort ...

Reste que j’aurais effectivement gardé une trace de toute cette affaire, qu’en effet il ne faut jamais se rendre à une convocation seul.

Par contre j’en serais resté là pour l’instant, inutile d’aller voir la dite cadre. Autant la laisser moisir et lui en faire savoir le moins possible.
Dès qu'il eut franchi le pont, les fantomes vinrent à sa rencontre.
Avatar de l’utilisateur
loulic
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5183
Enregistré le: 10 Juil 2009 07:46

Messagepar Creol67 » 04 Juin 2019 13:17

D'une manière générale, la loi va d'abord vérifier certaines choses :

- La direction était elle en place ou à défaut, y avait il une personne de garde ? Oui, on passe à la suite, non l'établissement est en faute. On s'arrête là.

- La direction ou sa suppléance est assurée. L'effectif du jour était il présent ? A défaut ,l'établissement a t'il tout mis en oeuvre pour remplacer les personnes manquantes ?
Oui, on passe à la suite, non l'établissement est en faute. On s'arrête là.

- La direction ou sa suppléance est assurée, l'effectif du jour est en place ou à défaut, tout à été fait pour prouver que la direction a chercher à avoir l'effectif du jour. Il s'est passé différents éléments ce jour qui peuvent prouver que la charge de travail n'était plus assurable par l'effectif du jour.
L'effectif du jour a t'il transmis, si possible, en temps réel les informations ?
Oui, on passe à la suite, non Le personnel, et donc le(la) cadre (or nuit pour les lieux de vie), est en faute. On s'arrête là.

Il faut bien comprendre que la justice va chercher à déterminer les responsabilités de chacun. Grade par grade. Et en bout de chaîne on a l'aide soignante. Ce que peu de personnes dans le milieu sait.

Si votre cadre vous met autant la pression, c'est parce qu'il sait parfaitement qu'il peut être légalement associé à ce manquement.

Au passage quand je dis en formation IFSI/IFSA ou en entreprise
"NOTEZ TOUT !!!!!!" . Je ne le dis pas pour rien.


Votre responsabilié est engagée. Il faut donc ce que l'on appelle en droit civil :
- un début de preuve par écrit, ou dit autrement un commencement de preuve. Pour signaler la charge de travail à l'instant T et les constatations que vous avez pu faire au niveau de cet hématome. Ce qui d'ailleurs sera compliqué car vous seul en tant qu'IDE avez légalement la compétence (non pas de diagnostiquer) mais de concourir à l'établissement d'un diagnostic (dit autrement, il n'y a que vous qui peut avoir une notion "d'urgence" médicale sur cet hématome).

Ces preuves écrites doivent être crédible pour être recevable. A savoir qu'il faudra faire témoigner par écrit des professionnels présent ce jour et à l'instant T. Ensuite que ces professionnels aient été là au moment de l'incident. Par ailleurs la recevabilité d'un témoignage est conditionnée par un document officielle que vous trouverez ici :
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R11307


Je vous conseille de bien leur faire comprendre que si vous tombez, elles risquent de tomber aussi. Pas aujourd'hui, mais demain. Sans compter tous les ragots possible.

Dit autrement :
Le commencement de preuve peut se définir comme ce qui fait présumer d’un fait sans pour autant apporter une preuve irréfutable.

L'article 1362 du Code Civil dispose : « Constitue un commencement de preuve par écrit tout écrit qui, émanant de celui qui conteste un acte ou de celui qu'il représente, rend vraisemblable ce qui est allégué. ....

Peuvent être considérés par le juge comme équivalant à un commencement de preuve par écrit les déclarations faites par une partie....

...

La mention d'un écrit authentique ou sous signature privée sur un registre public vaut commencement de preuve par écrit. »

Bon courage.
Ex infirmier, ex DRH. Directeur d'une société de recrutement dans le médical et paramédical. Expert en paie et droit social.
Avatar de l’utilisateur
Creol67
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 197
Enregistré le: 14 Aoû 2018 18:54

Messagepar Jo_bis » 04 Juin 2019 17:12

Uoggid a écrit :nfin, lui dire clairement que tu sais qu'il n'y a pas de plainte.

Tout est dans l'emploi que l'on fait du mot "plainte" :
- La fille à porté plainte officiellement ?
Ou
- La fille s'est "simplement "plainte auprès du cadre.
Il y a une grosse nuance entre les deux.

D'autre part, le médecin est-il bien au courant de ce qu'il s'est passé ? Quel est sont intérêt dans cette histoire ?
"Il suffit de nous regarder pour voir comment une forme de vie intelligente peut se développer d'une manière que nous n'aimerions pas rencontrer."
Stephen HAWKING
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9436
Enregistré le: 30 Jan 2004 10:33

Messagepar Maximousse1989 » 08 Juin 2019 10:23

Bonjour tout le monde

Tout d'abord je remercie toutes les personnes qui ont pris le temps de me répondre, certaines choses n'ont pas forcément été faciles à entendre mais tous ces avis m'ont aidé à prendre une décision.
Vous (et d'autres) m'avez aidé à analyser mon erreur initiale mais aussi à la relativiser et à comprendre l'attitude de ma cadre.

J'ai donc finalement choisi d'aller quand même la revoir mais seul et pas pour me plaindre ni discuter de la façon dont s'était déroulé notre précédent entretien.

Je voulais réfléchir avec elle.

Concrètement je lui ai dit que j'avais beaucoup réfléchi au problème (c'est vrai, ça m'a littéralement empêché de dormir) mais que comme c'était en mars il m'avait été difficile de pouvoir analyser tout ça en profondeur.
Je lui ai dit que je pensais qu'il manquait dans notre hosto l'habitude de débriefer les événements indésirables/situations difficiles, Augusta à parlé de CREX, je n'en ai jamais vue chez nous et il est très rare que les EI fassent l'objet d'une discussion pluridisciplinaire, même informelle.
Finalement je suis venu parler de gestion des risques/organisation /analyse des événements indésirables.
L'entretien s'est bien passé, clairement, le fait que je sois venu la voir avec une réflexion lui a plu et là on a pu avancer.
Au passage, ma cadre m'a confirmé que rien ne serait noté dans mon dossier, le "rapport" étant en réalité quelque chose qu'elle voulait me donner en mars (ce qu'elle a oublié de faire.
L' incident est donc clos :oui:

Merci à tous pour vos conseils, ça m'a clairement aidé à me poser pour réfléchir à tête reposée.
Infirmier en gériatrie, USLD puis UGA, maintenant SSR.
La gériatrie c'est sexy 8)
Avatar de l’utilisateur
Maximousse1989
Adepte
Adepte
 
Messages: 149
Enregistré le: 10 Juil 2016 20:42

Messagepar lafolldingue » 09 Juin 2019 02:33

Aaaaah super en voilà une bonne nouvelle! Bravo à toi s'avoir réussi cette prise de recul, ce n'est pas toujours évident, on peut vite se braquer dans ce genre de situation, par peur des risques encourus. Mais tout est bien qui finit bien.
IDE 2018 - urgences - Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2834
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13


Retourner vers « Profession infirmière (IDE) »



Publicité

-