Forum : Profession infirmière (IDE)

Nous sommes le 24 Mai 2019 10:42

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar Lesfoliesdemanon » 08 Mar 2019 13:03

Bonjour,

Je me pose plusieurs questions par rapport aux différences entre embolie pulmonaire et embolie gazeuse (et oui la session d’examen approche et je suis entrain de réviser mes cours !). J’ai trouvé pas mal de documentation sur internet mais quelques réponses à mes questions ne sont pas élaborées malheureusement.

Embolie pulmonaire c’est : un caillot de sang (trombus) qui se forme au niveau d’une veine (souvent membre inférieur) et qui se détache pour aller dans la circulation sanguine et atteint l’artére pulmonaire et donc = embolie pulmonaire

Embolie gazeuse c’est : air ou gaz (en grande quantité) dans une veine ou une artère qui suit la circulation et va jusqu’a l’artere pulmonaire également et donc ça provoque une embolie aussi.

Donc mes questions sont

Pour une embolie pulmonaire :

- Combien de temps faut-il pour que le caillot de sang se détache de la veine et va dans la circulation ?
- Combien de temps faut-il pour que le caillot qui est dans la circulation va jusqu’a l’artère pulmonaire ?

Pour une embolie gazeuse :

- Est-ce que l’air ou le gaz peut rester attaché à une veine comme l’embolie pulmonaire ?
- Quelle est la quantité de gaz ou d’air pour arriver à une embolie gazeuse ?
- Combien de temps faut-il pour qu’une embolie gazeuse se déclare après une iatrogènie ?
- Il y a t’il des séquelles lors d’une iatrogènie et qu’aucun symptomes d’embolie gazeuse a été déclarée dans les jours suivants ?

Merci pour vos réponses, ça m’aide beaucoup.
Lesfoliesdemanon
 
Messages: 11
Enregistré le: 08 Mar 2019 12:33


Messagepar jdfbak » 09 Mar 2019 14:00

pas vraiment de temps moyen pour que le caillot migre jusqu'a l'artère pulmonaire, beaucoup trop de facteurs entrent en compte, le facteurs favorisants de migration sont entre autre: mouvements et position du patient, localisation du thrombus (TVP proximale plus a risque d'embolisation), persistance des facteurs favorisants, taille du caillot...

Pour l'embolie gazeuse la bulle vient se bloquer lorsque la pression s'exerçant sur l'avant de la bulle devient supérieure à celle s'exerçant sur l'arrière (diminution du calibre du vaisseau) mais elle ne va pas rester "accrochée" au point d'injection par exemple

Pas de volume minimum, les études retrouvent un risque plus dépendant du débit que du volume. Par exemple une étude retrouve des symptomes a partir de 20mL/minute (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10205814 ou https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/N ... 2173420706), mais la gravité dépend entre autre du vaisseau ou le gaz va se retrouver bloqué, de l'état du patient (pas les mêmes conséquences chez un patient en bonne santé qui va pouvoir compenser les atteintes d'une EP et chez un autre avec une pathologie pulmonaire qui limite déja les échanges gazeux ...)

comme pour un caillot pas de temps moyen pour l'apparition de symptômes

Si c'est une embolie asymptotique après l'élimination des bulles a priori pas de risque de séquelles mais les atteintes ne sont pas nécessairement immédiates: la vitesse d'élimination des bulles est différent selon le gaz qui les compose, une persistance plus longue de la bulle peut entrainer des lésions, des phénomènes inflammatoires sont mis en jeu, un caillot peut se former secondairement, on peut penser à des séquelles minimes, asymptomatiques...
jdfbak
 
Messages: 6
Enregistré le: 19 Aoû 2014 17:41

Messagepar loulic » 09 Mar 2019 14:24

Euh, très sincèrement, sans vouloir vous inquiéter, je crois qu’il y a tout à reprendre.

Commencez simplement par Wikipedia, c’est déjà un bon début, parce que là tout s’emmêle.

Votre définition de l’embolie gazeuse est erronée.

Lesfoliesdemanon a écrit :
Pour une embolie pulmonaire :

- Combien de temps faut-il pour que le caillot de sang se détache de la veine et va dans la circulation ?
- Combien de temps faut-il pour que le caillot qui est dans la circulation va jusqu’a l’artère pulmonaire ?
.


Ça dépend ( et j’ai les oeils qui saigne oci).

Lesfoliesdemanon a écrit :- Est-ce que l’air ou le gaz peut rester attaché à une veine comme l’embolie pulmonaire ?
- Quelle est la quantité de gaz ou d’air pour arriver à une embolie gazeuse ?
- Combien de temps faut-il pour qu’une embolie gazeuse se déclare après une iatrogènie ?
- Il y a t’il des séquelles lors d’une iatrogènie et qu’aucun symptomes d’embolie gazeuse a été déclarée dans les jours suivants ?
.


Quels sont les symptômes, la clinique, et les moyens de prévention d’une embolie gazeuse ?

Quels sont les différents traitements, notamment en fonction du contexte ?



Vous ne nous avez pas évoqué l’embolie graisseuse, ni l’embolie amniotique.
Dès qu'il eut franchi le pont, les fantomes vinrent à sa rencontre.
Avatar de l’utilisateur
loulic
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5101
Enregistré le: 10 Juil 2009 07:46

Messagepar Lesfoliesdemanon » 10 Mar 2019 12:26

jdfbak a écrit :pas vraiment de temps moyen pour que le caillot migre jusqu'a l'artère pulmonaire, beaucoup trop de facteurs entrent en compte, le facteurs favorisants de migration sont entre autre: mouvements et position du patient, localisation du thrombus (TVP proximale plus a risque d'embolisation), persistance des facteurs favorisants, taille du caillot...

Pour l'embolie gazeuse la bulle vient se bloquer lorsque la pression s'exerçant sur l'avant de la bulle devient supérieure à celle s'exerçant sur l'arrière (diminution du calibre du vaisseau) mais elle ne va pas rester "accrochée" au point d'injection par exemple

Pas de volume minimum, les études retrouvent un risque plus dépendant du débit que du volume. Par exemple une étude retrouve des symptomes a partir de 20mL/minute (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10205814 ou https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/N ... 2173420706), mais la gravité dépend entre autre du vaisseau ou le gaz va se retrouver bloqué, de l'état du patient (pas les mêmes conséquences chez un patient en bonne santé qui va pouvoir compenser les atteintes d'une EP et chez un autre avec une pathologie pulmonaire qui limite déja les échanges gazeux ...)

comme pour un caillot pas de temps moyen pour l'apparition de symptômes

Si c'est une embolie asymptotique après l'élimination des bulles a priori pas de risque de séquelles mais les atteintes ne sont pas nécessairement immédiates: la vitesse d'élimination des bulles est différent selon le gaz qui les compose, une persistance plus longue de la bulle peut entrainer des lésions, des phénomènes inflammatoires sont mis en jeu, un caillot peut se former secondairement, on peut penser à des séquelles minimes, asymptomatiques...


Merci pour votre réponse.
Je comprend un peu mieux la différence entre les deux embolies.

Pour une embolie pulmonaire, est-ce que c’est possible que le caillot se dissout comme le gaz, l’air d’une embolie gazeuse ?

Donc si j’ai bien compris, une embolie gazeuse après une iatrogenie, les symptômes ne sont pas forcément immédiat donc ça peut se passer après plusieurs heures, jours, mois, années ? (Ou j’exagère ? Hahah)

Donc même en cas d’embolie gazeuse asymptomatique, il peu y avoir des séquelles légères, même après plusieurs jours, mois, années ? Ou c’est immédiat ?

Merci.
Lesfoliesdemanon
 
Messages: 11
Enregistré le: 08 Mar 2019 12:33

Messagepar Lesfoliesdemanon » 10 Mar 2019 12:28

.
Dernière édition par 1 le Lesfoliesdemanon, édité 11 fois.
Lesfoliesdemanon
 
Messages: 11
Enregistré le: 08 Mar 2019 12:33

Messagepar jdfbak » 10 Mar 2019 16:16

Lesfoliesdemanon a écrit :
jdfbak a écrit :pas vraiment de temps moyen pour que le caillot migre jusqu'a l'artère pulmonaire, beaucoup trop de facteurs entrent en compte, le facteurs favorisants de migration sont entre autre: mouvements et position du patient, localisation du thrombus (TVP proximale plus a risque d'embolisation), persistance des facteurs favorisants, taille du caillot...

Pour l'embolie gazeuse la bulle vient se bloquer lorsque la pression s'exerçant sur l'avant de la bulle devient supérieure à celle s'exerçant sur l'arrière (diminution du calibre du vaisseau) mais elle ne va pas rester "accrochée" au point d'injection par exemple

Pas de volume minimum, les études retrouvent un risque plus dépendant du débit que du volume. Par exemple une étude retrouve des symptomes a partir de 20mL/minute (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10205814 ou https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/N ... 2173420706), mais la gravité dépend entre autre du vaisseau ou le gaz va se retrouver bloqué, de l'état du patient (pas les mêmes conséquences chez un patient en bonne santé qui va pouvoir compenser les atteintes d'une EP et chez un autre avec une pathologie pulmonaire qui limite déja les échanges gazeux ...)

comme pour un caillot pas de temps moyen pour l'apparition de symptômes

Si c'est une embolie asymptotique après l'élimination des bulles a priori pas de risque de séquelles mais les atteintes ne sont pas nécessairement immédiates: la vitesse d'élimination des bulles est différent selon le gaz qui les compose, une persistance plus longue de la bulle peut entrainer des lésions, des phénomènes inflammatoires sont mis en jeu, un caillot peut se former secondairement, on peut penser à des séquelles minimes, asymptomatiques...


Merci pour votre réponse.
Je comprend un peu mieux la différence entre les deux embolies.

Pour une embolie pulmonaire, est-ce que c’est possible que le caillot se dissout comme le gaz, l’air d’une embolie gazeuse ?

Donc si j’ai bien compris, une embolie gazeuse après une iatrogenie, les symptômes ne sont pas forcément immédiat donc ça peut se passer après plusieurs heures, jours, mois, années ? (Ou j’exagère ? Hahah)

Donc même en cas d’embolie gazeuse asymptomatique, il peu y avoir des séquelles légères, même après plusieurs jours, mois, années ? Ou c’est immédiat ?

Merci.



Le caillot peut être détruit par des phénomènes physiologiques (revoir la fibrinolyse), mais tout dépend de l'importance de celui ci, et des conséquences sur l'état du patient, dans tous les cas on donnera un traitement.

Non les symptômes de l'embolie sont présents a partir du moment ou celle ci est constituée ou dans un temps assez court, et les séquelles sont les conséquences direct de l'interruption du flux sanguin, donc pas d'apparition de lésions après la guérison par contre une embolie silencieuse non traitée peut être suivie de séquelles qui se seront pas forcément symptomatiques de suite, découvertes fortuitement lors d'un examen ou lors d'une décompensation par exemple...
jdfbak
 
Messages: 6
Enregistré le: 19 Aoû 2014 17:41

Messagepar Lesfoliesdemanon » 10 Mar 2019 17:46

.
Dernière édition par 1 le Lesfoliesdemanon, édité 11 fois.
Lesfoliesdemanon
 
Messages: 11
Enregistré le: 08 Mar 2019 12:33

Messagepar jdfbak » 10 Mar 2019 20:51

Oui
jdfbak
 
Messages: 6
Enregistré le: 19 Aoû 2014 17:41

Messagepar Lesfoliesdemanon » 10 Mar 2019 21:36

jdfbak a écrit :Oui


Ça peut se déclarer après combien de temps du coup cette embolie silencieuse ?

Je trouve aucun sujet sur internet de cette embolie silencieuse.
Lesfoliesdemanon
 
Messages: 11
Enregistré le: 08 Mar 2019 12:33

Messagepar loulic » 10 Mar 2019 22:13

Vous approchez vraiment d’une session d’examen ou vous êtes stressé par ce que vous avez eu un problème en stage et que vous n’osez pas en parler à vos tuteurs ?
Dès qu'il eut franchi le pont, les fantomes vinrent à sa rencontre.
Avatar de l’utilisateur
loulic
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5101
Enregistré le: 10 Juil 2009 07:46

Messagepar lafolldingue » 10 Mar 2019 22:23

Je me suis posée la même question... c'est pas aussi poussé pour les exams :lol: :lol:
IDE 2018 - urgences - Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2368
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar Lesfoliesdemanon » 10 Mar 2019 22:32

loulic a écrit :Vous approchez vraiment d’une session d’examen ou vous êtes stressé par ce que vous avez eu un problème en stage et que vous n’osez pas en parler à vos tuteurs ?


Non, c’est pour mes cours et je suis de nature très curieuse c’est tout
Lesfoliesdemanon
 
Messages: 11
Enregistré le: 08 Mar 2019 12:33

Messagepar lafolldingue » 10 Mar 2019 22:37

Lesfoliesdemanon a écrit :Si un patient reçoit de l’air dans les veines par accident mais qu’aucun symptômes ne se présente dans les minutes, les heures, les jours qui suivent cet accident (symptômes d’embolie gazeuse).

L'erreur est humaine. Déjà il convient de le signaler afin d'assurer la surveillance nécessaire et traiter si besoin le patient.
Ensuite tout dépend de la quantité d'air injectée, si c'est sur voie périphérique ou voie centrale. Si c'est une bulle ce n'est pas dramatique. Si c'est une tubulure entière c'est plus gênant...
IDE 2018 - urgences - Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2368
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar Lesfoliesdemanon » 10 Mar 2019 22:59

lafolldingue a écrit :
Lesfoliesdemanon a écrit :Si un patient reçoit de l’air dans les veines par accident mais qu’aucun symptômes ne se présente dans les minutes, les heures, les jours qui suivent cet accident (symptômes d’embolie gazeuse).

L'erreur est humaine. Déjà il convient de le signaler afin d'assurer la surveillance nécessaire et traiter si besoin le patient.
Ensuite tout dépend de la quantité d'air injectée, si c'est sur voie périphérique ou voie centrale. Si c'est une bulle ce n'est pas dramatique. Si c'est une tubulure entière c'est plus gênant...


Oui je suis bien au courant de cela. Ceci est dans mes cours mais ça éveille beaucoup de questionnement en moi ce car je vois souvent des infirmières qui disent que les bulles c’est pas grave, mais à force d’en accumuler, je vois que oui :/
Lesfoliesdemanon
 
Messages: 11
Enregistré le: 08 Mar 2019 12:33


Retourner vers « Profession infirmière (IDE) »



Publicité

-