Forum : Juridique

Nous sommes le 24 Aoû 2019 15:17

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar Lenalan » 30 Jan 2019 09:26

"les engagements de la FPH" me font vomir... Les jeunes "avant qu'ils aient compris qu'ils doivent la fermer"! J'ai 43 ans, 17 ans dans le milieu de la santé, loin d'être jeune mais ça me met hors de moi d'entendre ça, vraiment :(
J'ai essayé la FPH (pas très longtemps) et effectivement je ne partage pas ces valeurs donc je préfère encore partir...

Quelle est la suite pour toi? Essaie l'ONI, on sait jamais.
Infirmière DE 2016 En libéral

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16040
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar Jo_bis » 30 Jan 2019 18:46

Nobody87 a écrit :Je ne sais pas d'où la hiérarchie nous pond "devoir d'obéissance" en boucle...

Ça vient directement du Code du Travail : ICI

Lisez ce lien et notamment le dernier point qui vous donnera raison.
Obligations du salarié
"Il suffit de nous regarder pour voir comment une forme de vie intelligente peut se développer d'une manière que nous n'aimerions pas rencontrer."
Stephen HAWKING
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9404
Enregistré le: 30 Jan 2004 10:33

Messagepar Nobody87 » 31 Jan 2019 13:57

Le dernier point que vous me montrez à été abordé.
Concernant notre sécurité au moment des faits qui était en péril vu qu'un patient était extrémement tendu et menacait de passer à l'acte.

Ils ne sont pas d'accord. Dans la mesure où il ne s'est rien passé, nous n'avons pas utilisé le PTI il n'y avait pas de risque.
J'ai expliqué que face à ce patient nous avons fait notre travail d'apaisement, de gestion des situations de crise. Mais pour la direction il s'agit d'une "mauvaise foi" de notre part, d'une sorte d'excuse trouvée au dernier moment.
"Si vous avez dit cela au BSI et que ils ont maintenu les ordre, c'est qu'il a estimé que votre situation était moins dangereuse que la mission qu'il vous a confié".
Nobody87
 
Messages: 17
Enregistré le: 20 Jan 2018 12:50

Messagepar loulic » 31 Jan 2019 14:15

Vous êtes clairement dans une structure pourrie, avec une hiérarchie qui sait pertinemment qu’elle vous mets en danger vous et les patients, uniquement pour des considérations comptables.

La structure est par définition maltraitante avec les patients et les personnels. Ils le savent parfaitement et n’en ont cure.

Mais vous allez payer et servir d’exemple pour les autres qui auraient la prétention de l’ouvrir ou de se plaindre. Faudrait pas que le petit peuple demande des comptes à ces brillants manager quand même.

Ce qui est fantastique dans l’histoire c’est l’absence du corps médical. Parce que toutes les procédures que vous nous présentez sont quand même soumises à l’approbation d’un ou plusieurs médecin. Et c’est eux qui porteront la responsabilité d’un événement grave.

Maintenant la question, c’est qu’est ce que vous voulez faire ?

3 options :

_ vous faites ce qu’on attend de vous et vous courbez l’echine. Il est fort possible que vous ne soyez de toute façon pas titularisé à l’issue de votre stage, et les conditions de travail ne s’amelioreront certainement pas.

_ vous vous cassez et les laissez dans leur merde. Sans regret, vous trouverez du boulot ailleurs.

_ vous changez de syndicat et vous vous battez. A ce niveau, c’est à minima devant le tribunal administratif que ça se discutera voir devant le conseil d’etat et le conseil supérieur de la fonction publique. Ce sera long, la victoire est incertaine et vous allez prendre des coups très violents. Mais vous prenez aussi le risque de gagner pour vous et vos collègues.


C’est à vous de voir.
Dès qu'il eut franchi le pont, les fantomes vinrent à sa rencontre.
Avatar de l’utilisateur
loulic
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5156
Enregistré le: 10 Juil 2009 07:46

Messagepar caqui13 » 31 Jan 2019 15:44

Nobody87 a écrit :
lafolldingue a écrit :Le soucis c'est que sans leur écrit c'est une parole contre une autre.... quand c'est comme ça et que ça va trop loin, il faut contacter l'dminustrateur de garde et faire une fiche d'évènement indésirable... hors de question de te faire porter le chapeau pour un bureaucrate en manque d'autorité qui a voulu flater son ego derrière son téléphone.....

Sentant le coup venir j'ai immédiatement fait un FEI/Rapport de 2 pages que j'ai transmis au CHSCT et à la CGT pour les informer.

Le souci c'est que par la suite nous avons eu 5 PTI dans la matinée, (donc mon collégue est intervenu à chaque fois car pour cela y'a pas à hésister), ainsi que 4 coups de fils pour aller dépanner ailleur.
Car oui l'agent du BSI ne faisait même plus l'intermediaire entre les services, il leur disait de nous appeler directement pour que on aille leur filer un coup de main.
Et, en fin de matinée, mon collégue a eu la joie d'avoir l'Administrateur de garde au téléphone qui lui a ordonné sans sommation d'aller "aider"un autre pavillon. L'administrateur a coupé mon collégue dans sa justification de non aide en disant "Je suis l'administrateur, vous n'avez pas à évaluer ou décider quoi que ce soit, vous obéissez".
On comprend vite que l'agent du BSI a appelé l'administrateur pour grosso-modo lui dire "des soignants m'obéissent pas Monsieur" mais s'est bien épargné de lui décrire notre situation.
Mon collégue a refusé encore à l'administrateur. (Et toujours pas d'ordre écrit nomplus encore une fois).

Moi je n'ai pas eu la chance d'avoir l'administrateur au téléphone.
Comme vous disiez, l'égo à une grande part de problématique dans ce conflit...

Dans mon service si nous sommes 2 ( minimum requis )+ un ASH, et que l homme doit aller faire un renfort en CIT , la PCI ( équivalent de votre BSI ) nous envois immédiatement une IDE femme du service pour lequel le renfort est demandé , jamais on ne nous a laissé seul(e) avec un ASH .
IDE 1985
caqui13
VIP
VIP
 
Messages: 2469
Enregistré le: 21 Jan 2013 15:21

Messagepar Jo_bis » 31 Jan 2019 19:50

Nobody87 a écrit :Concernant notre sécurité au moment des faits qui était en péril vu qu'un patient était extrémement tendu et menacait de passer à l'acte.

Ce n'est pas ça. Le dernier point dit :
Enfin, le salarié a un devoir d’assurer sa propre sécurité et celle des autres salariés sur le lieu du travail

En tant que salarié, il est de votre devoir de veiller à votre propre sécurité mais aussi (et surtout) de veiller à celle du collègue qui restait seul.
A votre avis, que ce serait-il passé si le patient était passé à l'acte et avait agressé votre collègue ? Vous auriez été responsable.

Donc, vous devez demander, avec l'appui des représentants du personnel (pas seul !!!), à ce que :
- Toute intervention sur un autre service soit protocolisée par la direction, par un écrit daté et signé, vous déchargeant de cette responsabilité.
- Les appels et ordres donnés lors des appels du cadre d'astreinte soient consignés par écrit sur un registre d'appel, visé et validé par la Direction après chaque WE ou jour férié, et accessible aux représentants du personnel.
- Rien ne vous empêche, lors de ces appels, de prendre à témoin un de vos collègues au cas où...

Nobody87 a écrit :Loi n°83.634 du 13 juillet 1983, article 28 Le fonctionnaire "doit se conformer aux instructions de son supérieur hiérarchique, sauf dans le cas où l'ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public."=> Dans mon cas, obéir à un ordre téléphonique mettait mon pavillon en danger, j'ai refusé. Je pense être dans ce cas.

Vous êtes dans ce cas.
"Il suffit de nous regarder pour voir comment une forme de vie intelligente peut se développer d'une manière que nous n'aimerions pas rencontrer."
Stephen HAWKING
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9404
Enregistré le: 30 Jan 2004 10:33

Messagepar Nobody87 » 01 Fév 2019 14:10

Jo_bis a écrit :En tant que salarié, il est de votre devoir de veiller à votre propre sécurité mais aussi (et surtout) de veiller à celle du collègue qui restait seul.
A votre avis, que ce serait-il passé si le patient était passé à l'acte et avait agressé votre collègue ? Vous auriez été responsable.


=> J'ai argumenté la dessus. Mais on m'a rétorqué que non je ne suis pas responsable dans la mesure où c'est le BSI qui devra rendre des comptes en cas d'accident en mon absence. (Je n'y crois pas un seul instant nomplus...)
La CGT était avec moi à l'entretien et n'a rien dit.

Jo_bis a écrit :Donc, vous devez demander, avec l'appui des représentants du personnel (pas seul !!!), à ce que :
- Toute intervention sur un autre service soit protocolisée par la direction, par un écrit daté et signé, vous déchargeant de cette responsabilité.
- Les appels et ordres donnés lors des appels du cadre d'astreinte soient consignés par écrit sur un registre d'appel, visé et validé par la Direction après chaque WE ou jour férié, et accessible aux représentants du personnel.
- Rien ne vous empêche, lors de ces appels, de prendre à témoin un de vos collègues au cas où...

J'ai abordé tout cela également en demandant comment cela était concevable de n'avoir aucune trace écrite d'un quelconque ordre !
On m'a répondu "Comment vous osez exigé quoi que ce soit, c'est votre supérieur hiérarchique, il n'a pas a justifier quoi que ce soit. Vous n'êtes en aucun droit de demander une trace écrite. De plus tout est consigné dans la main courante que le BSI tient, tous les appels et interventions sont déjà tracés.". La j'ai expliqué que je trouvais ce systéme assez surprenant dans la mesure ou le salarié n'a aucune visibilité sur la dite main courante et que du coup on peut marquer tout et n'importe quoi. Alors on m'a répondu "Mais vous sous-entendez que un cadre peut être malhonnéte dans ses écrits ?! ce sont des accusations graves monsieur !"...(L-O-L)
Tout est fait pour couvrir la direction mais en aucun cas le salarié au final et ce fonctionnement ne choc pas la CGT...

De toute facon, déjà le rapport lu par le DRH ne coincide pas. Il m'est reproché dans le rapport officiel de ne pas être intervenu pour une douche...
J'ai affirmé que je n'ai jamais eu d'appel pour une douche mais un petit-déjeuner. "Ce n'est pas ce qui est écrit sur le rapport Monsieur".
Voila donc à ce stade...la malhonneté est totale...

Après pour la suite.
Ma cadre est dans la même situation que moi. Elle nous a défendue car trouve que notre réaction tient du bon sens. D'autant plus qu'elle a découvert que ce jour-la, d'autres soignants "homme" était présents sur l'hôpital dans des pavillons "ouverts"(plus calme). Elle a été menacée de non titularisation si elle n'est pas capable de gérer ses équipes rebelles (nous matter en gros). Chose qu'elle se refuse à faire.

J'ai essayé de contacté l'ONI pour évoquer la situation. Si le code de déontologie ne s'applique pas, pourquoi l'avoir creer au final ...
Je me suis fait envoyer pétre car je ne suis pas encore inscrit à l'ordre et la dame m'a qualifiée comme étant quelqu'un exercant illégalement la profession et qu'elle trouvait ca honteux que j'ose les contacter pour un avis alors que je ne suis pas chez eux.
En même temps...pourquoi s'inscrire à un truc qui fait un code qui sert à rien dans la FPH ? (Bon ca c'est un autre débat, je suis pas opposé à l'ordre particuliérement, mais c'était l'occasion de me prouver qu'ils défendent notre métier...raté visiblement.)

Je ne suis pas certain de vouloir poursuivre la chose. J'ai d'autres projets. A ce jour la titularisation je m'en "fou". Si exercer dans la fonction publique amène à une totale et morbide soumission, ca ne m'intéresse pas. Je n'ai pas fait ce métier pour être une soubrette qui maltraite les patients et flate l'égo de la direction.

J'hésite à rencontrer l'ARS pour évoquer cette situation car il se trouve qu'elle a débarqué la semaine derniére pour diverses enquétes.
Il y a une recrudessence monstre d'incidents grave au sein de l'hôpital (Agressions du personnel, immolation patients, suicide patient).
L'ARS a recu un courrier anonyme d'un cadre de sup de l'hôpital qui dénonce la maltraitance de la direction et donc enquéte.
Je me tâte à les rencontrer, mais j'ai peur que cela me retombe encore dessus. J'ai le projet de partir au luxembourg ou en suisse, mais j'ai pas envie d'avoir un procés sur le dos ou un truc du genre...
Nobody87
 
Messages: 17
Enregistré le: 20 Jan 2018 12:50

Messagepar Jo_bis » 01 Fév 2019 18:06

Nobody87 a écrit :Mais on m'a rétorqué que non je ne suis pas responsable dans la mesure où c'est le BSI qui devra rendre des comptes en cas d'accident en mon absence. (Je n'y crois pas un seul instant nomplus...)

Et vous avez raison. Les "parapluies" FPH vont s'ouvrir, style "l'infirmier n'avait pas à laisser son collègue seul".
D'ailleurs, c'est noté dans le code du travail.

Nobody87 a écrit :On m'a répondu "Comment vous osez exigé quoi que ce soit, c'est votre supérieur hiérarchique, il n'a pas a justifier quoi que ce soit. Vous n'êtes en aucun droit de demander une trace écrite. De plus tout est consigné dans la main courante que le BSI tient, tous les appels et interventions sont déjà tracés.".

Soit.
Les représentants du personnel ont-ils eu accès à ce registre ?
Qu'est-ce qui est noté ?

Nobody87 a écrit :La j'ai expliqué que je trouvais ce systéme assez surprenant dans la mesure ou le salarié n'a aucune visibilité sur la dite main courante et que du coup on peut marquer tout et n'importe quoi.

Vous y êtes allé fort !! :D
Faites attention, dans l'argumentation, restez prudent. Là, vous frisez l'insubordination. :clin:

Nobody87 a écrit :Il m'est reproché dans le rapport officiel de ne pas être intervenu pour une douche...

C'est une urgence la douche ? :choque:

Nobody87 a écrit :J'ai essayé de contacté l'ONI pour évoquer la situation.

Bof-bof
Faites comme vous voulez mais le salut ne viendra pas de là...

Nobody87 a écrit :J'ai essayé de contacté l'ONI pour évoquer la situation. Si le code de déontologie ne s'applique pas, pourquoi l'avoir creer au final ...Je me suis fait envoyer pétre car je ne suis pas encore inscrit à l'ordre et la dame m'a qualifiée comme étant quelqu'un exercant illégalement la profession et qu'elle trouvait ca honteux que j'ose les contacter pour un avis alors que je ne suis pas chez eux.En même temps...pourquoi s'inscrire à un truc qui fait un code qui sert à rien dans la FPH ? (Bon ca c'est un autre débat, je suis pas opposé à l'ordre particuliérement, mais c'était l'occasion de me prouver qu'ils défendent notre métier...raté visiblement.)

Ça se confirme.

Nobody87 a écrit :Je ne suis pas certain de vouloir poursuivre la chose. J'ai d'autres projets. A ce jour la titularisation je m'en "fou". Si exercer dans la fonction publique amène à une totale et morbide soumission, ca ne m'intéresse pas. Je n'ai pas fait ce métier pour être une soubrette qui maltraite les patients et flate l'égo de la direction.

Vous avez deux solutions :
- rester et prendre le risque de vous faire malmener.
- Partir, et rien ne vous empêche de "mettre de l'ordre" avant.

Nobody87 a écrit :J'hésite à rencontrer l'ARS pour évoquer cette situation car il se trouve qu'elle a débarqué la semaine derniére pour diverses enquétes. ily a une recrudescence monstre d'incidents grave au sein de l'hôpital (Agressions du personnel, immolation patients, suicide patient). L'ARS a recu un courrier anonyme d'un cadre de sup de l'hôpital qui dénonce la maltraitance de la direction et donc enquéte. e me tâte à les rencontrer, mais j'ai peur que cela me retombe encore dessus.

Quelqu'un travaille pour vous, visiblement.
Si l'ARS vous questionne, répondez.
"Il suffit de nous regarder pour voir comment une forme de vie intelligente peut se développer d'une manière que nous n'aimerions pas rencontrer."
Stephen HAWKING
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9404
Enregistré le: 30 Jan 2004 10:33

Messagepar Lenalan » 02 Fév 2019 08:57

Franchement si ton projet et ailleurs et que tu veux partir "clean", accélère ton départ et va-t-en...
Infirmière DE 2016 En libéral

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16040
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar brrruno » 02 Fév 2019 12:14

Bonjour,
je viens de découvrir ce fil de discussion, du coup j'ai lu certains passage en diagonal alors désolé si je rabâche.
Si vous souhaitez aller au tribunal administratif (ce qui serait tout à fait envisageable) assurez vous de l'appui des deux collègues en présence pour confirmer vos dire quand à la situation clinique du service et la demande de mise par écrit.
Si un tel événement venait à se reproduire, envoyé un mail à votre DSI avec en copie toutes les instances nécessaire exposant la situation de votre service et demandez une confirmation de l'ordre. En aucun cas, du fait d'être dans la FPH, l'ordre peut se contenter d'être oral dans la mesure ou il ne s'agit que d'accompagner un repas et pas de parer à une situation d'urgence immédiate. Ce mail sera un appui pour une démarche ultérieur auprès du tribunal.

Enfin pour finir de vous démoralisez voyez sur quel genre de discours nos cher administratifs s'étaye : https://www.youtube.com/watch?v=znk68aOhFO8

Bon courage
brrruno
Accro
Accro
 
Messages: 902
Enregistré le: 03 Juin 2013 22:58

Messagepar loulic » 02 Fév 2019 14:50

Merci pour cette vidéo qui nous rappelle à quel niveau d’estime nous tient notre ministre.

La semaine dernière dans ma région, une maison de retraite en grève ( avec l’appui des familles). A la plainte des personnel sur le sous effectif, et au constat que des résidents ne sont pas levés 3 jours d’affilé, la direction répond que «  les indicateurs sont bons à 80 % ».
Dès qu'il eut franchi le pont, les fantomes vinrent à sa rencontre.
Avatar de l’utilisateur
loulic
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5156
Enregistré le: 10 Juil 2009 07:46

Messagepar Estienne » 02 Fév 2019 17:13

J'ai suivi de loin cette discussion et j'ai l'impression que la situation n'évolue pas dans le bon sens. La Direction est malveillante, L'ONI ne sert à rien, et je considère l'ARS à la botte de notre politique de santé désastreuse, responsable en partie de la dégradation générale de la santé dans ce pays car les décisions y sont prises par des gestionnaires technocrates incompétents et hors sol.
Bref, cette situation soulève des graves problématiques en lien avec tout le système de santé actuel, archaïque et à bout de souffle. Hiérarchie ultra verticale militaire et manque de moyens en premier plan.

Parfois il faut peut-être admettre qu'il y a des arènes dans lesquelles il est inutile de se battre, l'adversaire est trop puissant en force et en nombre. Le combat est inégal, perdu d'avance.

Cela ne veux pas dire qu'on ne peut essayer de combattre à sa façon et son échelle ailleurs. Mais là ça ressemble un peu à la lutte du pot de terre contre le pot de fer.

En continuant, tu ne vas plus seulement te défendre mais devenir un lanceur d'alerte. C'est une autre mission.
Bon courage quelle que soit la suite et bravo déjà pour le combat mené jusque là.
Estienne
Adepte
Adepte
 
Messages: 145
Enregistré le: 15 Jan 2018 15:36

Messagepar star_lord » 02 Fév 2019 18:18

Bonjour,
effectivement votre employeur à le pouvoir de direction et peut vous sanctionner en cas de refus.
Mais la sanction doit être proportionnelle à la faute hors si j'ai bien compris personne n'est mort ou même blessé, il n'y a donc pas de mise en danger d'autrui ou de non assistance à personne en danger !!
de plus il semble qu'au téléphone après discussion le responsable est changé d'avis ce qui nous ramène à parole contre parole.
Dans le cas d'un salarié refusant de suivre un ordre la sanction administratif (blâme ou avertissement) c'est le grand maximum après chaque sanction est susceptible d'appel. Bref beaucoup d'énergie pour juste l'égo d'un cadre froissé parce que vous avez pas suivi son ordre sans réfléchir.
Infirmier
et
Juriste
star_lord
 
Messages: 10
Enregistré le: 21 Déc 2017 15:53

Messagepar Nobody87 » 03 Fév 2019 18:12

A ce stade j'ai pris la décision de quitter l'établissement.
L'administration est tellement dans le harcélement et la toute puissance que je n'ai plus envie de continuer, il y aura un drâme un jour où l'autre (pour mes collégues) et je ne veux pas avoir de sang sur les mains.
J'attends Mars, titularisé ou pas, je donnerais ma démission (ou dispo).

La preuve en est qu'ils sont dans le harcélement. J'ai recu ce jour un courrier car j'avais contesté un commentaire de notation de mon ex-cadre. Je voulais des explications.
La semaine dernière la commission paritaire à répondue que ma demande serait examinée et que j'aurai un entretien avec le DRH pour explication.
Le courrier arrivé ce jour m'informe que ma notation ne sera pas revue, que la commission a décidé que ma demande n'était pas recevable...(alors que ill y a 7 jours elle l'était.
Je suis pas dupe, le DRH cherche à me "punir".

En ce qui me concerne, je solliciterai un entretien avec l'ARS dans le but de témoigner de ce qui se passe. Je n'irai pas plus loin que le témoignage.
Ils enquétent déjà sur les agissements de la direction, je ne ferais que confirmer ce qui se passe. La suite, ils en feront ce qu'ils veulent mais j'aurai ma conscience pour moi.
En génèral l'ARS se fiche éperduement des soignants, mais dans cette situation les patients ont été mis en danger et on rejette la faute sur les soignants... ca les fera peut être tilter (ou pas...).
Nobody87
 
Messages: 17
Enregistré le: 20 Jan 2018 12:50

Messagepar loulic » 03 Fév 2019 22:03

Si l’ARS daigne descendre dans l’arene, c’est qu’ils ont effectivement un dossier comportant des faits graves. Ils ne se déplacent pas en vain. C’est aussi le signe qu’ils sont en délicatesse avec la direction de votre établissement.

Vu d’ici j’imagine que c’est ce qui explique le comportement de la direction, ils cherchent à vous faire payer leur organisation idiote et dangereuse. Ils ont le cul merdeux et ils le savent.
Dès qu'il eut franchi le pont, les fantomes vinrent à sa rencontre.
Avatar de l’utilisateur
loulic
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5156
Enregistré le: 10 Juil 2009 07:46


Retourner vers « Juridique »



Publicité

-