Forum : Aides soignants (AS)

Nous sommes le 25 Aoû 2019 17:09

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar chuibienla » 01 Juin 2019 11:25

Une soignante d'un autre établissement m'a parlé d'une situation de viol sur une résidente, démente, et l'équipe ne sait pas quoi faire.
C'est un sujet qu'on aborde pas, et pourtant, je pense que les AS, IDE et autres professionnels des EHPAD ont toutes et tous au moins une situation en tête, et à la réflexion, ça me laisse pensive et interrogative.
Qu'en pensez vous?
chuibienla
 
Messages: 10
Enregistré le: 08 Avr 2019 22:31

Messagepar Lenalan » 01 Juin 2019 11:28

Violée par qui?
Infirmière DE 2016 En libéral

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16040
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar execho » 01 Juin 2019 11:58

une situation en tête?Non.
execho
Silver VIP
Silver VIP
 
Messages: 4758
Enregistré le: 29 Mai 2010 22:01

Messagepar lafolldingue » 01 Juin 2019 12:06

Ah non... La procédure à suivre ??? Sérieux ? Déjà en informer le cadre et la direction, réaliser un rapport complet des faits, informer le tuteur qui devra porter plainte...
A croire selon vos dires qu'il s'agit d'une situation banale !
IDE 2018 - urgences - Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2742
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar chuibienla » 01 Juin 2019 12:51

la dame se serait faite agresser sexuellement par plusieurs résidents.
démente, elle ne pourrait pas donner son consentement.
situation complexe
Je ne suis pas dans ce service, alors je ne peux pas donner beaucoup d information.
Mais cette situation me questionne, surtout qu'apparemment, ça fait un moment que ca dure.
Des problèmes d'attouchements entre résidents, vous n'avez pas vu ou entendez parlé de ça dans vos services?
chuibienla
 
Messages: 10
Enregistré le: 08 Avr 2019 22:31

Messagepar chuibienla » 01 Juin 2019 12:53

Lenalan a écrit :Violée par qui?


Apparemment par plusieurs résidents..
chuibienla
 
Messages: 10
Enregistré le: 08 Avr 2019 22:31

Messagepar chuibienla » 01 Juin 2019 12:57

lafolldingue a écrit :Ah non... La procédure à suivre ??? Sérieux ? Déjà en informer le cadre et la direction, réaliser un rapport complet des faits, informer le tuteur qui devra porter plainte...
A croire selon vos dires qu'il s'agit d'une situation banale !


Bonjour!
C est une situation qu'on m'a rapporté et si je vous en parle aujourd hui, c est que ça m'a choqué.
Apparemment l'équipe ne sait pas quoi faire et la direction....entre absence de cadres et IDE faisant fonction, ça à l'air compliqué..
J'ai fait quelques recherches et il y aurait eu des cas en France portés devant la justice.
chuibienla
 
Messages: 10
Enregistré le: 08 Avr 2019 22:31

Messagepar lafolldingue » 01 Juin 2019 13:02

Et bien voilà vous avez votre réponse... Direction absente ? Ide faisant fonction ? Il y a donc des personnes à qui se référer... Et le signaler au tuteur légal. Il faut déposer une plainte. L'équipe peut également effectuer un signalement auprès du procureur.
C'est du pénal., il n'y a même pas à we demander qui fait quoi. Le manque de personnel ou de direction n'empute pas l'obligation de tout soignant de signaler un crime.
IDE 2018 - urgences - Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2742
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar chuibienla » 01 Juin 2019 13:10

lafolldingue a écrit :Et bien voilà vous avez votre réponse... Direction absente ? Ide faisant fonction ? Il y a donc des personnes à qui se référer... Et le signaler au tuteur légal. Il faut déposer une plainte. L'équipe peut également effectuer un signalement auprès du procureur.
C'est du pénal., il n'y a même pas à we demander qui fait quoi. Le manque de personnel ou de direction n'empute pas l'obligation de tout soignant de signaler un crime.


on est d'accord.
Après, je cherchais pas de réponse en faisant ce post mais plus un échange d'idées.
Merci d'ailleurs d'avoir répondu à mon message.

Le viol ou les agressions sexuelles sur les personnes âgées, non, ce n'est pas une situation banale, et au contraire, c est un sujet qu'on évoque peu, ou pas.
Secret médical, personnes non responsable de leurs actes en lien avec leurs pathologies ou troubles psy...le sujet est épineux.
chuibienla
 
Messages: 10
Enregistré le: 08 Avr 2019 22:31

Messagepar lafolldingue » 01 Juin 2019 14:00

Tu as raison, excuse j'ai été un peu abrupte dans mes réponses.

Après je pense que peu importe le lieu d'exercice, la condition des patients etc, la violence qu'elle soit physique, morale ou sexuelle n'est jamais à banaliser.
Un jour je me suis faite giffler par une résidente alzheimer. Je ne lui en ai pas voulue de part son état, mais le soutien de la direction aurait été la bienvenue. Nous devons nous sentir en sécurité sur notre lieu de travail, il en est de même pour nos patients.
IDE 2018 - urgences - Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 2742
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar Creol67 » 01 Juin 2019 14:34

Il y a trois situations pour ce genre de fait :
- Le viol est effectué par un visiteur, un soignant, un résident qui n'est pas sous tutelle ou curatelle.
- Le viol est effectué par un résident sous tutelle.
- Le viol est effectué par un résident que l'on va qualifier de "dément".

Dans tous les cas, il faut porter plainte (soit la direction, soit la famille, soit le tuteur ou les trois) afin qu'un médecin légiste vienne constater le viol et faire des prélèvements.

L'ephad doit assurer la protection de ses résidents et plus encore en UVP/cantou où les personnes sont vulnérables et ou la notion de consentement ne peut être retenue. Or la politique de l'autruche arrange bien tout le monde.

Une AS s'est faite renvoyé pour avoir noté en transmission qu'une résidente est allée de force dans la chambre d'un autre résident et qu'elle les a retrouvé nus dans un lit.
Etait elle consentante ? Oui ? non ?

10 minutes plus tard elle ne se rappelais plus de rien.

chuibienla a écrit :J'ai fait quelques recherches et il y aurait eu des cas en France portés devant la justice.

Sauf qu'en ce moment les ephad font souvent la une des journaux et que les directions ne font souvent rien tant que ça ne se "voit" pas.
Mais oui effectivement, la première chose à faire est de prévenir la direction et ensuite la police.
A charge ensuite à la famille et/ou au tuteur de porter plainte.

C'est le cas par exemple d'un uvp sur Colmar où un intérimaire a compris qu'une résidente s'était fait aggresser sexuellement par un résident. Il a prévenu sa boite d'intérim qui elle même a prévenu la direction, puis a appelé la brigade des murses. En moins d'une heure la police était là. Si mes souvenirs sont bon le médecin légiste est venu le lendemain.
L’enquête n'a semble t'il rien donné (ça fait déjà un an) .
L'ephad n'a plus jamais appelé cet intérimaire, ni même cette boite d'intérim .... :roll:
Ex infirmier, ex DRH. Directeur d'une société de recrutement dans le médical et paramédical. Expert en paie et droit social.
Avatar de l’utilisateur
Creol67
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 189
Enregistré le: 14 Aoû 2018 18:54

Messagepar Jo_bis » 01 Juin 2019 15:23

Creol67 a écrit :L'ephad n'a plus jamais appelé cet intérimaire, ni même cette boite d'intérim ....

Le problème, connu, des lanceurs d'alerte.
"Il suffit de nous regarder pour voir comment une forme de vie intelligente peut se développer d'une manière que nous n'aimerions pas rencontrer."
Stephen HAWKING
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9404
Enregistré le: 30 Jan 2004 10:33

Messagepar Lenalan » 01 Juin 2019 17:01

J'ai pas connu de cas de viol, par contre j'ai connu des cas de relations sexuelles entre résidents, avec quelques doutes sur le consentement de l'un des deux (la femme) mais il était très difficile de savoir vu qu'elle était démente (le monsieur ne l'était pas). Elle recherchait sa présence, lui tenait la main, l'appelait "mon mari" et allait dans sa chambre où il lui faisait pratiquer divers actes à caractère sexuel (donc nous étions directement témoins s'il nous arrivait d'entrer à ce moment-là), qu'elle ne refusait pas (mais elle ne connaissait pas son nom, elle le prenait pour son défunt mari). Les enfants parlaient plus volontiers de viol que d'histoire sentimentale et voulaient les séparer (ce qui ne réussissait pas à la dame puisqu'elle cherchait son "mari", ce qui pour nous constituait un consentement, malgré sa démence).
Quand le viol est avéré (relations sexuelles ou attouchements avec refus de l'un des protagonistes), notre devoir est de protéger la victime, donc de faire un signalement. Le problème est de savoir s'il y a consentement ou non selon l'état mental des résidents... Pour certains le simple fait de la présence de troubles cognitifs constitue une preuve d'abus sexuel.
Infirmière DE 2016 En libéral

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16040
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar chuibienla » 01 Juin 2019 20:36

[quote="Lenalan" j'ai connu des cas de relations sexuelles entre résidents, avec quelques doutes sur le consentement de l'un des deux (la femme) mais il était très difficile de savoir vu qu'elle était démente.[/quote]

bonjour et merci pour ton partage d'experience.
Moi aussi j'ai veçu cette situation, avec la femme démente, qui embrassait un autre résident, le prenant pour son mari.
Et son mari, grabataire, était à côté mais ne se rendait pas ou plus compte de la situation.
Petit souci, pareil, la présence de la famille.
Ca nous a valu plusieurs d'heures d'échanges en équipe, et on voit bien, je sais pas de ton côté, que sur ce sujet, les avis sont plutôt partagés.
chuibienla
 
Messages: 10
Enregistré le: 08 Avr 2019 22:31

Messagepar Creol67 » 01 Juin 2019 21:07

Attention le viol selon la loi :
L’article 222-2386 du Code pénal dispose que : « Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d'autrui ou sur la personne de l'auteur, par violence, contrainte, menace ou surprise, est un viol ».
Il n'y a pas forcément violence ou acte fait par la force. Cependant les faits peuvent être très compliqués et beaucoup de personnes ne veulent pas en parler, ou font comme si "de rien n'était".
https://www.francetvinfo.fr/societe/enq ... 17687.html

Je pense qu'il faut que l’événement soit noté en transmission écrite et que l'établissement assume de le dire ..... ou pas.
Ex infirmier, ex DRH. Directeur d'une société de recrutement dans le médical et paramédical. Expert en paie et droit social.
Avatar de l’utilisateur
Creol67
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 189
Enregistré le: 14 Aoû 2018 18:54


Retourner vers « Aides soignants (AS) »



Publicité

-