GRANDS DOSSIERS

Diabète de type 1 : un risque de fractures accru dès l'enfance

Cet article fait partie du dossier :

Diabète

    Précédent Suivant

Le diabète de type 1 est associé à un risque accru de fractures qui commence pendant l'enfance et se maintient tout au long de la vie, montre une étude américaine publiée dans Diabetes Care.

Avant 20 ans, le risque de fractures incidentes associé au diabète de type 1 augmenterait de 14% chez les garçons et de 35% chez les filles.

Un risque accru de fractures a déjà été associé au diabète de type 1 mais la plupart des études concernaient des patients âgés et s'intéressaient aux fractures de hanche essentiellement. Or la plupart des patients qui développent cette maladie le font dès l'enfance quand ils sont encore en croissance, avant d'atteindre le pic de la masse osseuse, ce qui pourrait les fragiliser toute leur vie face aux fractures, indiquent le Dr David Weber de l'hôpital pour enfants Golisano à Rochester (New York) et ses collègues. Ils ont évalué ce risque à partir de la cohorte britannique The Health Improvement Network (THIN) qui a comparé 30 394 diabétiques de type 1 de 0 à 89 ans à 303 872 participants appariés bien portants. Avant 20 ans, le risque de fractures incidentes associé au diabète de type 1 était augmenté de 14% chez les garçons et de 35% chez les filles. Il était le plus élevé chez les hommes de 60 à 69 ans (multiplié par 2,18) et chez les femmes de 40 à 49 ans (par 2).

Les membres inférieurs particulièrement exposés au risque

La proportion de fractures affectant les membres inférieurs était plus importante chez les diabétiques de type 1 (31,1% versus 25,1% chez les hommes et 39,3% vs 32% chez les femmes). Les fractures de la hanche étaient les plus élevées chez les hommes de 60 à 69 ans (risque multiplié par 5,6) et chez les femmes de 30 à 39 ans (par 5,6 également). Cette étude montre pour la première fois que le risque de fractures est accru dès l'enfance, commentent les auteurs. "Ces résultats peuvent avoir des conséquences importantes en termes de santé publique, étant donné la prévalence croissante du diabète de type 1 et la morbi-mortalité associée aux fractures de la hanche", concluent-ils.

Retour au sommaire du dossier Diabète

Publicité

Commentaires (0)